jeudi, 01 décembre 2016

Ah, la bonne blague

Un demandeur d'emploi écrit à la responsable de l'agence "pôle emploi"

 

Madame,

Je me permets de contester votre décision de me radier de la liste des demandeurs d'emploi.

Certes et je le concède, j'ai refusé le dernier poste que vous m'avez proposé, mais mon parcours professionnel me donne toutes les excuses :

Longtemps, j'ai travaillé à Limoges ... puis j'ai été limogé.

Vous m'avez vanté la mobilité, j'ai donc accepté un emploi à Vire ... malheureusement, j'ai été viré.

Comme par miracle, vous m'avez trouvé un emploi à Lourdes ... malheureusement, j'ai été lourdé.

Dans ces conditions, j'espère que vous comprendrez pourquoi je refuse catégoriquement le poste que vous me proposez à Castres ...

Bonne journée quand même !

8C517554-DA02-4079-94C2-7668886E462A911222.jpg

17:59 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

samedi, 26 novembre 2016

Maudites erreurs

Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire lteetrs sinoet à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porblmèe. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Or, Confucius le savait déjà à l'époque de Platon et de Sophocle comme aime à nous le rappeler Jean D'Ormesson : il faut prendre garde aux mots. Une langue qui faiblit, c'est un pays qui vacille.

Sa maîtrise n'est pas réservée aux élites. Tout le monde s'accorde sur ce point bien qu'ils devraient donner l'exemple. Il est tout de même consternant de continuer à voir l'espace public regorger d'autant d'erreurs  (horreurs) ... On se souviendra des barbarismes tels que la bravitude de Ségolène Royal mais un peu moins de la fatitude de Sarkozy au micro de France Inter lors de la campagne de 2007 ainsi que dans d'autres situations où son langage frisait celui de Marchais, lui l'enfant des beaux quartiers de Neuilly.

Mais voilà que le 19 mai de cette même année, la ministre du logement Emmanuelle Cosse récidive en confondant novlangue et illettrisme sur son compte twitter : "Je réaffirme la volonté de mettre en place un hébergement digne pour les migrants en situation de sans abrisme".

Un autre Emmanuel, le sémillant candidat Macron, s'adressant à ses militants du mouvement "En marche!" oublie de faire la différence du singulier et du pluriel :

15095650_10209868942413909_7880747392587939890_n.jpg

Fatigue, irrespect des règles grammaticales, voire sociales, fluctuations ou lapsus ... quid? On ne comprend pas pourquoi aucun lecteur assidu ne relève ce genre de monstruosités alors qu'on épilogue allégrement sur la couleur de la cravate ou du rictus (par définition involontaire) de tel orateur. Triste car verba volent, scripta manent ...

 

2.jpg3.jpg

 

1.jpg4.jpg5.jpg

18:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

mardi, 15 novembre 2016

La lune du 16 novembre 2016

La fascination de la lune perdure à travers tous les âges. "Le Monde de la Lune" de Carlo Goldoni(le pendant italien de Molière) retrace les interrogations suscitées par l'astre de la nuit et cristallise l'effroi autant que le désir de le découvrir, ce au temps où l'on trouva que la terre tourne autour du soleil, vérité scientifique qui faillit faire perdre la vie à son auteur.

LUNE1.jpg

Ici, la superlune d'hier soir dont la qualification astronomique est d'être à une distance la plus proche de notre planète chopée après une longue attente aux Bains-des-Pâquis.

Là, on trouvera des photos prises à divers coins à travers le monde publiées par Courrier International.

 

13:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 10 novembre 2016

TRUMP contre toute attente : un acteur à la Maison Blanche

11/9 – 9/11 Le 45 Président des USA ne sera pas une femme. Hilary Clinton, issue du sérail, a été battue. Trump l’a coiffée au poteau contre toute attente. L’événement de taille appelle plusieurs observations qui devraient faire réfléchir d’autres démocraties trop sûre d’elles à faire prendre des lanternes pour des vessies et où « le cause toujours ! » dominent les débats publiques ainsi que la traduction des votes populaires dans les actes ou règlements.

Plus qu’un programme ou une idée phare, c’est un style qui s’est imposé, répondant essentiellement au ras-le-bol ambiant et la défiance face une caste politique déconnectée, suffisante, assise sur des privilèges ne servant les intérêts d’une parcelle de la population, qui s’auto-reproduit.

Le style du « baroud d’honneur » a gagné contre une intellegensia pétrie de langue de bois aussi creuse que vaine. Le matraquage médiatique et les instituts de sondages y sont pour beaucoup, réveillés avec un une gueule de bois au petit matin du 11 novembre. En contre-partie, les services de renseignements avec leur battage sur les mails de la candidate ont tiré l’épingle du jeu, que Trump a qualifié de watergate bis.

Le plafond de verre a volé en éclat par la fureur d’un homme dont les slogans de campagnes terrifiaient ou étonnaient par leur virulence et leur folie tant c’est trop énorme. Un monde s’effondre. Celui d’une élite bercée d’illusions et d’une rhétorique redondante et si mal ficelée à laquelle personne ne croit. Le charisme d’une personnalité haute en couleur a séduit par opposition à une candidate, certes méritante, pincée autant que glaciale dont même les sourires faisaient un peu peur. L’atout femme aurait dû convaincre. C’est à déplorer. Le tragique de l’histoire se répète. Peut-être eût-il fallu qu’elle insiste moins sur son titre de Première Dame (en route pour la Présidence) comme d’un fait naturel et d’un dû. Combien peuvent par ailleurs s’identifier à cette image ?

Entre les actes, un discours. Mais lequel ? Les caciques du premier et du quatrième pouvoir ont été pris de court à cause d’un crédo en creux qui leur a voilé la face du genre « un candidat qui dit des âneries » ne peut accéder au poste suprême. Face à des idées creuses (quand elles ne sont pas mensongères), un tel principe ne peut que succomber sous le poids des réalités. La preuve en live.

Comment croire à cette impression de surprise - dans la célèbre photo qui a fait le tour du monde - à l’annonce de le capture de Ben Laden, au 10e anniversaire des attentats quand n’importe quel quidam savait où se nichait l’homme le plus recherché au monde (information qui, pour des raisons obscures, n’a jamais été creusée avant l’assaut officiel) ? Si le ridicule ne tue pas, il ne faut prendre les gens pour des cons.

L’onde de choc provoquée par l’élection de Trump à la présidence ouvre sur une inconnue qu’aucune équation ne peut résoudre pour l’heure. Ce triomphe amènera-t-il à quand un nouveau néologisme : le Trumpisme ? Il nous reste à souhaiter bonne chance à ce pays fascinant où tout semble décidément possible. Veni, vidi, vici !

 

donald-trump-9-11-truther.jpg

15:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

dimanche, 30 octobre 2016

CHOCOLATISSIMO mois de novembre sur les pas de Philippe Suchard

 

Que l’on soit amateurs de chocolat, gourmand, confiseur ou désireux d’en faire un cadeau, tous seront heureux du prochain événement organisé par Choco emotionS dans une ambiance festive qui sent Noël.

La 3ème édition de Chocolatissimo se tiendra du 5 au 12 novembre prochain! Une occasion unique de découvrir le chocolat sous toutes ses formes et saveurs, de croquer dans les trois nouvelles saveurs qui nous accompagneront tout au long de l'année et de bénéficier d'une remise de 10% sur vos achats en boutique.

LES TEMPS FORTS

Choco emotionS vous accueille TOUS en ses locaux de la rue de Tivoli pour la 2ème édition du BRUNCH Chouchar le DIMANCHE 5 NOVEMBRE dès 9h.00.

 

12190081_1044740522226895_4238432144284475414_n.jpg

Deux autres invitations à deux ateliers qui vous feront fondre de plaisir auront lieu le mardi 8 novembre et a pour thème découvrir, goûter et fabriquer le chocolat

de toutes sortes de façons différentes et le vendredi 11 novembre se tiendra une soirée aux accents écossais: LITTERATURE, WHISKY ET CHOCOLAT avec l'écrivain neuchâteloise Rachel Zufferey et l'amateur éclairé de whisky, M. Marc Rolli!

 

rachel zufferey.png

Venez découvrir encore une fois cette belle entreprise dont le but est de respecter tous les maillons de la chaîne logistique dans un environnement socialement et écologiquement durable, depuis les cacaoyers jusqu'aux consommateurs de chocolat en leur offrant un produit de premier choix et qui contribue à la promotion touristique du Neuchâtel en lui assurant un rayonnement international, région d'origine du fondateur Philippe Suchard!

 

whisky et chocolat.png

5901-2.jpg

20150416_130238.jpg

TOUS LES DETAILS ET INSCRIPTIONS SUR LA PAGE DE CHOCOLATISSIMO: http://chocolatissimo.ch/programme

10:45 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

vendredi, 21 octobre 2016

Ultimately Humain: the Leaders and the Led Vernissage le jeudi 27 octobre 2016 au Palais des Nations-Unies

Quel est le point commun entre Jimmy Carter, Maya Angelou, Desmond Tutu, l’homme en turban de Vindavran, et la fille aux yeux verts de Pushkar ? Leur portait ont tous été peints par l’artiste Ross Rossin, d'origine bulgare, immigré aux Etats-Unis en 2001, dont la vocation a été de révéler l’esprit commun de chacun de nous, quelle que que soit sa race ou sa religion.

Que ce soient des images de présidents ou de capitaines d'industrie, l'exposition ≪ Ultimately Humain: the Leaders and the Led ≫ comprendra quinze très grands portraits, hyper-réels, exécutés en huile sur toile, représentant l’esprit humain dans ses diverses manifestations immortalisées en un instantané.

Ultimately Humain: the Leaders and the Led se tiendra jusqu'au 11 novembre, au Palais des Nations à Genève et le vernissage de l’exposition aura lieu jeudi 27 octobre de 18:00-20:30, en présence de l’artiste -Ross Rossin - du directeur général de l'ONU - Michael Moller - et de l'ambassadeur des USA auprès des Nations-Unies - S.E. Keith M.Harper. Pour s'inscrire : ehcs333@gmail.com

ssh.jpg

JimmyCarter.jpg

10:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 11 octobre 2016

Aux confins de l’Europe et de l’Asie, la GEORGIE se dévoile

Le Pape en Géorgie. Tout un symbole ! Un événement qui ne devrait pas passer inaperçu, ce en pleines élections législatives. Ce pays du Caucase (69'000 km de superficie – 41'285 pour la Suisse - avec près de 5 millions d’habitants) démarque la ligne entre l’Europe et l’Asie. Il s’en dégage une confluence de cultures riches des deux « continents » dont les mystères se dévoilent à mesure qu’on y pénètre.

Entourée de la Russie, de l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Turquie, bordée par la mer Noire, cette région du Caucase atteste d’un patrimoine historique confondant. Après avoir appartenu à l’empire russe depuis 1801 et intégré ensuite l’ex-URSS, la Géorgie recouvre totalement son indépendance en 1991; le pays prodigue à tous les curieux assoiffés de nouvelles connaissances ou aventures un authentique voyage dans le passé étendu sur des siècles et des espaces à perte de vue tout en offrant un dynamisme économique et culturel actuel unique. En témoigne ce proverbe géorgien, qui reflète bien le climat régnant : « L’arbre vit à l’aide de ses racines, et l’homme de la société ». Ses paysages escarpés, ses monuments emblématiques adossés à des sites naturels où la main de l’homme n’est pas loin, un héritage multiséculaire entre l’Est et l’Ouest inspirant autant qu’excitant pour chaque goût.

P9300035.jpg


P9290004.jpg

Tbilissi, la capitale

Parcourir la Vieille-Ville constitue l’un des plus grands plaisirs du séjour tbilissien. Que ce soit pour ses églises ou mosquées ou encore synagogues, ses antiques demeures en bois avec des façades ornées de balcons old  style, ses ruelles serpentines, chacun y trouve son chat. Le charme unique de son architecture diversifiée à la confluence de tous les mouvements qui l’ont traversée frappe l’esprit de tous ceux qui la contemplent jusqu’aux Bains sulfureux occupant le quartier d’Abanotubani : de ce lieu pittoresque connu depuis environ 1500 ans grâce à ses eaux P9290014-Modifier.jpgthermales, Alexandre Dumas disait que le temps s’est arrêté et qu’il ne sentait pas les heures passer, immergé dans ces flux chauds cernés par une charpente persane. Apprécié aussi par un autre Alexandre, de Pouchkine, le quartier des Bains Sulfureux où il aimait se prélasser, incarne en quelle que sorte une icône de la ville qui tire son nom du terme géorgien « chaud » (tbil).

Le Pont de la Paix : Passerelle pour piétons de Tbilissi jonchée sur le fleuve Mtkvari, le Pont de la Paix, construit en 2010 par l’architecte italien Michele de Lucchi, offre une structure high technology pointue, transparente et lumineuse, en acier et verre, couronnée d’une toiture centrale comprenant un P9290013.jpggrand arc sinueux et arrondi qui enjambe le fleuve. N’attendons pas que ce lieu de passage, trop souvent anonyme et croulant sous le poids de l’indifférence de ses passants ne tombe dans l’oubli car c’est une œuvre d’art admirable - visible de chaque point de la ville - où il est bon de flâner, de se faire un selfie dessus, de s’y engouffrer en amoureux.

Le long des pérégrinations, on s’arrêtera au Théâtre Gabriadze créé en 1981 par un grand artiste originaire du pays, (qui a donné son nom à l’établissement), flanqué d’un incontournable joli Café où tout porte sa marque. Rezo Gabriadze, dont certaines œuvres ont été jouées au Théâtre de Vidy à Lausanne, aura régné sur la scène internationale en tant que marionnettiste, scénariste, poète, écrivain, sculpteur et scénographe en relatant les thèmes de la vie autant que le poids d'une histoire qui a pesé sur des générations d'êtres.

 À quelques kilomètres de là, le Musée de Géorgie retrace l’histoire du peuple géorgien dès l’apparition de ses premiers habitants ; composé par d’antiques habitations montrant la vie d’antan, le Musée en plein-air vaut le détour.

Sameba Church

Avant de quitter la capitale, impossible de ne pas prendre le temps nécessaire pour explorer la Cathédrale de la Trinité P9300034-Modifier-Modifier.jpg (Sameba Church) échafaudée de 1995 à 2004, reconnue parmi les plus importantes églises orthodoxes de l’Est. Consacrée le jour de la Saint-Georges (nom du saint patron de la Géorgie), elle se distingue par un mélange de plusieurs styles architecturaux existants dans le pays que ce soit par son plan cruciforme, son centre d’un dôme articulé par huit piliers dominé par une croix de 7,5 mètres. En tant que siège du patriarche de l’institution ecclésiastique, elle est le lieu emblématique où s’exerce son pouvoir décisionnel, à savoir celui de baptiser le troisième enfant d’une famille, pratique inscrite dans le cadre visant à encourager la natalité dans ce pays que beaucoup ont déserté à l’heure de l’indépendance pour trouver fortune ailleurs.

P9300042.jpgKakheti Gvirabi ou 8000 ans de tradition viticole pour toutes les régions avoisinantes et ses 500 variétés

Un bon moyen de découvrir les traditions locales est d’infiltrer Kakheti Gvirabi.  Vous attend un tunnel long de 7,7 km construit durant la Guerre Froide transformé aujourd’hui par un cellier des plus détonants avec ses 25'000 bouteilles d’excellents cépages et animé par des dégustations de vins blancs ou rouges ainsi que du tchatcha (grappa locale), ce au son de joyeuses musiques folkloriques.

Gori, cité natale de Staline

Chemin faisant, on se dirigera vers Gori, fondée au 12e s. par le roi David le Bâtisseur, la ville natale de … Staline, au centre de la Géorgie, chef-lieu de Shida Kartli, base militaire au Moyen-Âge appréciée pour sa situation géo-stratégique. La visite du Musée de Staline à la place où est né le leader de la révolution présente des masques, les cadeaux reçus des autres nations, l’historique des événements le liant à Trotski, Lénine et Gorki, sa biographie truffée de photos personnelles autant qu’aux côtés de personnalités publiques. L’émotion nous étreint à la vue du petit atelier en bas de la maison devenue musée d’Etat dès 1937 où son père, cordonnier, officiait. Loin d’être un mausolée à la gloire d’un des dictateurs les plus sanguinaires de l’histoire, il se veut une brique pour l’édification du savoir humain comme l’assène le guide très bien documenté.

PA020058-Modifier.jpg

Ce beau pays prometteur, facile d’accès par l’excellente compagnie aérienne Ukraine International Airlines qui assure des vols quotidiens depuis Genève à 13h45 enchantera tout badaud par ses monuments inscrits au patrimoine mondial, ses collines rousses, ses produits du terroir, ses bons hôtels modernes aussi bien qu’abrités dans de belles maisons patriciennes très bien tenus ainsi que le côté amical de ses habitants les plus orientaux de l’est.

 

 

Micheline PACE

 

 

13:47 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

mardi, 27 septembre 2016

Exposition de photos : Vernissage à "L'Art dans l'R" le 29 septembre

 

 

 

14370030_997382107037904_6805456578293927162_n.jpg

22:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 16 septembre 2016

La question de la femme dans les droits de l'homme - 21 septembre à l'ONUG

Les Conventions de Genève prévoient que nul (le) ne doit subir de discrimination pour des raisons qui ne dépendent pas de sa volonté, telles que la religion, son origine, l'appartenance à un groupe, le sexe, la catégorie socio-professionnelle, une minorité, etc. Force est de constater que les femmes payent un lourd tribut autant dans leur parcours personnel que dans le domaine de la défense des droits surtout sociaux, économiques et culturels en raison de leur genre. Dans le même temps, les qualités féminines s'inscrivent difficilement dans un quelconque leadership. Les ODD (nouvelles recommandations onusiennes pour le programme 2015-2030) font une nette place à cette problématique en incitant les pouvoirs à redoubler d'efforts dans la réalisation effective des droits de la femme, notamment pour les actions de développement durable et de paix.

Espace Afrique International , ONG présidée par Awa N'Diaye , présente un panel le mercredi 21 septembre, jour des International Talks Peace , autour des questions relatives à ce sujet brûlant.

Lire la suite

13:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 03 septembre 2016

Le Livre sur les Quais à Morges

 

Tout sur le Programme du Livre sur les Quais alléchant et surprenant

 

kansas-city.jpg

11:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook