UA-105021232-1

mardi, 02 septembre 2008

Pourquoi les hommes se grattent l'oreille et les femmes tournent leur alliance ? Le langage (corporel) des hommes et des femmes dans la question de la parité.

 

La nouvelle Constitution comportera – j’en suis sure – un article exigeant l’égalité des droits et des devoirs des femmes et des hommes. Cette rentrée est composée de plusieurs articles qui se demandent si la parité (en droits réels et formels) entre hommes et femmes est possible, et si oui, quelle est la plus-value du sexe dit « faible » en politique – suite à quelques constats d’échec, voire d’incompétence crasse.

 

 

Certains aiment à ériger la liste des différences entre les deux genres, d’autres préfèrent chercher leur dénominateur commun, partant du principe métaphysique que ces différences ne sont qu’accidentelles, qu’elles ne dénotent rien d’essentiel pour caractériser la différence apparente des hommes et des femmes. Pourquoi, pourquoi, pourquoi…. ??? questionnent les enfants curieux d’embrasser le plus de savoir possible.

 

 

La légendaire fragilité de la femme par rapport à la force mâle expliquerait ces différences, du point de vue des essentialistes : pourquoi les femmes pleurent-elles et les hommes mentent-ils ? Pourquoi les femmes préfèrent tenir la main par en-dessous (en guise d’une exhortation à être reconnu pour sa vulnérabilité) alors que l’homme épaule de sa douce moitié (rôle protecteur)? Pourquoi les hommes sont-ils les principaux responsables des guerres ? Pourquoi les mâles ont-ils besoin de faire l’amour pour aimer et les femmes, plutôt l’inverse ? Pourquoi la plupart des civilisations ont imposé la domination masculine sur le « deuxième » sexe ?

 

 

A toutes ces questions, ils répondent fermement que c’est parce que la femme est naturellement soumise. La femme est génétiquement programmée à se soumettre ; preuve en est que la femme est poussée souvent à accentuer les parties de son corps qui évoquent habituellement … l’idée de fragilité. Prenons deux exemples :

 

 

(1) Le sourire : Il est habituellement admis – suite à de moult études psy sur le sujet - que les personnes soumises sourient plus qu’il ne faut en présence d’individus hautains et cassants.

 

De là, il a été facile de démontrer que les femmes sourient plus que les hommes en situation professionnelle. C’est justement ce qui les fait paraître faibles et soumises.

 

Ce comportement d’esclave a été décrypté par Allan et Barbara Pease — mari et femme, auteurs de best-sellers consacrés à la différence des sexes : «Certains prétendent que cette différence de sourire entre les deux sexes provient de ce que les femmes ont toujours été maintenues dans les rôles subalternes par les hommes. Or, d’autres recherches montrent que, dès l’âge de 8 semaines, les filles sont beaucoup plus souriantes que les garçons, ce qui laisse penser qu’il s’agirait d’un signal corporel inné et non acquis.»

 

(2) Le regard: Les femmes, considérées plus expressives que leurs congénères masculins, haussent « automatiquement » les sourcil à la vue d’un homme, ce qui a pour conséquence d’agrandir leurs yeux. Ce réflexe inconscient exprimerait ainsi sa nature soumise. Une loi en est dégagée : plus les femmes ont un visage enfantin, plus les hommes sont attirés par elles. On appelle ça la «néoténie» : une femme aux joues rondes, aux yeux immenses, au petit menton ressemble à un bébé. Cette vision déclenche chez les mâles une forte sécrétion d’hormones cérébrales qui stimule en eux le désir de la protéger (dixit nos spécialistes).

 

«Un test mené avec 350 cadres supérieurs a montré que 89% des hommes recouraient à la position dominante, contre 31% des femmes, note Allan Pease. Ces dernières sont en effet  moins intéressées que les hommes par le pouvoir et l’autorité.»

 

Je ne sais pas vous mais moi, je me méfie du principe que l’homme et la femme sont «égaux, mais différents». Il n’est pas sûr que les homosexuel(le)s communiquent mieux entre eux (elles). Pourtant, comparée aux différences sociales et culturelles, la différence entre les deux sexes pâlit à vue d’œil…

 

13:16 | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline !
Ouhlala ! Je ne réponds qu'à la première question (les autres requièrent une profonde réflexion):
Les hommes se grattent l'oreille en pensant "Est-ce que j'ai mis mon alliance dans la poche gauche ou la poche droite ?" tandis que la femme hésite encore en se demandant "Je la mets dans mon sac ou dans mon porte-monnaie ?"

:o)

Écrit par : Blondesen | mardi, 02 septembre 2008

Micheline, franchement, toutes théories bues, digérées et restituées, je préfère franchement une femme qui sourit à une femme qui fait la moue (sans R...). Le sourire est pour moi un signe de communication bienveillante, d'ouverture, de plaisir à être avec l'autre, quel que soit le sexe de la personne. Il est clair que faire la gueule est souvent associé à autorité et à crainte. Je déteste cela. Et si le sourire est vraiment l'apanage de la femme supposée soumise, alors je dois en être une à l'insu de mon plein gré, car je souris facilement. Raaahhh, ça va embêter ceux et celles qui me taxent de vilain macho...

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

D'ailleurs, vous qui souriez facilement et plaisamment, vous ne m'avez pas parue être une femme soumise...

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

Moi j'arrête pas de tourner mon alliance, de l'enlever, de la mettre dans mon oreille, et parfois même je manque presque de l'avaler... Suis-je normal?...

En plus on arrête pas de me dire que je tire trop la gueule...

Trop compliqué ces débats de genre... @:-)

Écrit par : Carlitos de Unmauno | mardi, 02 septembre 2008

Au fait, il faudrait ajouter un trend très à la mode dans les entreprises: Les "Soft-Skills": sourire, communiquer, négocier, etc. Et c'est demandé aux deux genres, mais les femmes sont généralement meilleures, dit-on, dans ces domaines "Soft"...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | mardi, 02 septembre 2008

@ Blondesen : on devrait vous nommer "Maître en décryptage" ! Tous les langages, mêmes cachés, ne sont pas un mystère pour vous ...

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

@ Hommelibre : C'est tellement vrai qu'on oublie trop souvent qu'en plus "le sourire, c'est ... gratuit!". Mais là, je m'égare. Vous allez penser que les femmes sourient pour ne pas payer leur note (ha, ha, ha)!

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

@ Carlitos de Unmauno : les formations en management éludent la question du sourire alors qu'il devrait faire partie des "règles" de politesse et la moue bannie pour son impolitesse! Mais ça, c'est une autre histoire...

Etant d'un naturel discret, je me permets ce petit aparté en livrant un souvenir d'un entretien avec un vieux briscard, genre vieille france, avec une moue sur son visage qui laissait imaginer un caractère mesquin (ce qui fut le cas) et qui me dit tout cru, l'air étonné : "Ah, une femme qui sourit dans mon bureau!"

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

Allan et Barbara Peare sont deux "faiseurs" de best-sellers également à la tête d'un institut par eux fondé. Leurs travaux, qui reposent sur des enquêtes manquant le plus souvent de rigueur, sont contestés par nombre de psychologues et autres spécialistes. Bref, s'en référer aux Peace pour évoquer les dissemblances et/ou ressemblances entre femmes et hommes, cela revient en gros à développer une théorie sur l'humour à partir des sketches de Bigard.

Écrit par : Lionel Chiuch | mardi, 02 septembre 2008

La définition Wiki de "Soft-Skills":

"Soft skills is a sociological term which refers to the cluster of personality traits, social graces, ability with language, personal habits, friendliness, and optimism that mark people to varying degrees. Soft skills complement hard skills, which are the technical requirements of a job."

Alors, féminins ou masculins les "Talents-Doux"?

Écrit par : Carlitos de Unmauno | mardi, 02 septembre 2008

Par rapport aux études sur la femme supposée soumise qui sourirait davantage, je me demande si les auteurs n'ont pas biaisé en prenant dès le départ un parti pris situationnel orienté, à savoir: "Il est habituellement admis – suite à de moult études psy sur le sujet - que les personnes soumises sourient plus qu’il ne faut en présence d’individus hautains et cassants."

De là, il a été facile de démontrer que les femmes sourient plus que les hommes en situation professionnelle. C’est justement ce qui les fait paraître faibles et soumises."


Car il s'agit là d'une déduction orientée, voire d'une interprétation selon un présupposé. On trouve ce que l'on cherche quand on cherche ce que l'on veut trouver... Franchement, je suis très méfiant par rapport à ces études et à ce que les "experts" leur font dire. Ayant une certaine expérience relationnelle, je maintiens ce que je disais, à savoir que le sourire est d'abord un signe de communication facilitant.

Les "experts" auraient pu prendre comme grille de lecture: "Promouvante (dominante, expansive), Facilitante (consentante, expansive), Contrôlante (dominante, réservée) et Analysante (consentante, réservée)." C'est lié à une approche des styles de personnalité nommée Persona. http://psychotherapeute.blogspot.com/2007/01/styles-sociaux-1-les-bases.html.

La personne facilitante est conciliante. Et pourquoi assimilerait-on la tendance conciliante avec la soumission?

Il y a un biais, je vous dis!

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

Ras le bol, les commentaires ne passent à nouveau plus! Pfff..

Je le remets, d'ici 3 jours ou une semaine vous l'aurez 4 ou 5 fois:

D'accord avec vous Lionel.

Par rapport aux études sur la femme supposée soumise qui sourirait davantage, je me demande si les auteurs n'ont pas biaisé en prenant dès le départ un parti pris situationnel orienté, à savoir: "Il est habituellement admis – suite à de moult études psy sur le sujet - que les personnes soumises sourient plus qu’il ne faut en présence d’individus hautains et cassants."

De là, il a été facile de démontrer que les femmes sourient plus que les hommes en situation professionnelle. C’est justement ce qui les fait paraître faibles et soumises." Car il s'agit là d'une déduction orientée, voire d'une interprétation selon un présupposé. On trouve ce que l'on cherche quand on cherche ce que l'on veut trouver...

Franchement, je suis très méfiant par rapport à ces études et à ce que les "experts" leur font dire. Ayant une certaine expérience relationnelle, je maintiens ce que je disais, à savoir que le sourire est d'abord un signe de communication facilitant. Les "experts" auraient pu prendre comme grille de lecture: "Promouvante (dominante, expansive), Facilitante (consentante, expansive), Contrôlante (dominante, réservée) et Analysante (consentante, réservée)."

C'est lié à une approche des styles de personnalité nommée Persona. http://psychotherapeute.blogspot.com/2007/01/styles-sociaux-1-les-bases.html. La personne facilitante est conciliante. Et pourquoi assimilerait-on la tendance conciliante avec la soumission?

Il y a un biais, je vous dis!

Et ces gens-là font du tort aux humains en les fixant dans une interprétation dévalorisante (soumission) alors qu'au contraire leur attitude est très positive!

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

@ Lionel Chiurch : Appréciant différentes formes d'humour, celui de Bigard ne m'insupporte pas. Mais je rejoins totalement votre analyse. Ce qui est détestable, voire dangereux, c'est que ce type de "préjugés" forment la conscience des gens à tel point qu'on les reconnaît dans certaines prises de décision, côté boulot comme côté politique! Et là, les rapports de force ne permettent pas toujours de rectifier le tir.

Même dans des formations en management, il faut se formater à sortir de telles conneries si on veut passer l'examen. "La femme est plus communicative alors que l'homme est plus doué pour diriger" en est un exemple supplémentaire.

Le comique se transforme vite en tragédie... Voilà la raison de ce billet, qui n'a (presque) rien à voir avec l'humour.

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

Votre billet amène à une réflexion judicieuse et bien utile, Micheline.

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

Supposons (j'ai bien écrit "supposons", n'est-ce pas ?) que je me promène dans une ville construite au bord d'un lac d'où s'élève un énoooorme symbole phallique.
Supposons encore que passant d'une rive à l'autre de ce lac (j'étais sur la rive gauche, bananne !) et encore tout émoustillé par les idées libidineuses initiées par la vision du mégazizi aquatique, je croise et souris à une dame fumant une cigarette fichée dans un long fume-cigarettes, déambulant sur le trottoir dans un sens puis dans l'autre, chaussée d'escarpins rose fluo à talons-aiguilles et semelles compensées, serrée dans guêpière rose et noir faisant surgir à demi deux pastèques manifestement claustrophobes, me décochant un sourire qui provoquerait une jaunisse chez tout dentiste venant d'installer son cabinet dentaire - vous visualisez la scène ?
Bien. Voici mes questions:
Elle me sourit parce que:
a) elle décèle en moi un homme soumis prêt à lui refiler ma carte Visa GOLD
b) elle veut m'attirer chez elle pour me montrer sa cravache et ses fouets
c) elle me prend pour le dalaï-lama
d) elle fume un joint et non pas une cigarette
Vous voyez bien, grâce à cette petit démo gratuite, qu'il est difficile d'interpréter un sourire.
Personnellement, je souris parce que j'ai lu quelque part qu'on utilise bien plus de muscles pour faire la gueule et parce que je suis un IMMENSE flemmard.

:o)

Écrit par : Blondesen | mardi, 02 septembre 2008

Il paraît évident que sous couvert d'études scientifiques, les «spécialistes» du comportement ne font qu'entériner une vision de la femme «idéale»: compréhensive, douce, maternelle, en quête d'un compagnon unique… qui soit dominant, protecteur, voire "polygame" par nature.

Même dans le comportement amoureux, on sait que ça n'est pas si simple. On compte dans le milieu SadoMaso pratiquement autant de femmes soumises que de femmes dominatrices.

Enfin, comme le souligne l'auteure de ces lignes rafraîchissantes, ce genre d'imbécilité fonde pas mal de prises de décisions, à divers échelons.

Écrit par : Ludovic K. | mardi, 02 septembre 2008

L'exemple de Blodesen vient à point nommé... Interprétez le langage verbal AINSI que le non-verbal est chose délicate.

Dans ce genre de délire, certains "experts" comportementalistes attestés et reconnus, donc mandatés comme conseillers, on observe par exemple que "la paume ouverte vers le ciel («en supination», comme celle du mendiant par exemple), symbolise la soumission. La paume tournée vers la terre («en pronation», comme le salut nazi par exemple), symbolise l’autorité.

Conclusion : A travers ce geste si simple —celui de serrer une main—les femmes, inconsciemment, indiquent souvent qu’elles se soumettent au mâle.

Gardons à l'esprit l'existence de recruteurs dans un gand établissement bancaire ou un important service public - malheureusement, ça existe! - qui décryptent les candidat(e)s ainsi. Avouez que c'est proprement scandaleux ...

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

Quant à moi je souris et je ris en permanence ce qui a le don d'énerver mes interlocuteurs, est ce que je suis soumise ? et si oui à qui ou à quoi ?

Je roule mon alliance dans tous les débats car c'est un triple anneau Cartier et j'adore jouer avec. Damned encore piégée ? Par ailleurs je porte deux diamants dans les lobes d'oreilles et je vérifie souvent que je n'en n'ai pas perdu un. Est ce que ça fait de moi un homme ?

Un peu réducteur tout ça non ? :-)))

Écrit par : Rita Cadillac | mardi, 02 septembre 2008

Assurément, elle vous sourit parce qu' a) elle décèle en vous un homme soumis prêt à lui refiler ma carte Visa GOLD et b) elle veut vous attirer chez elle pour vous montrer sa cravache et ses fouets ! CQFD;)

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

Micheline, je me demande si la position de la main ne serait pas simplement une question de morphologie des bras et de la taille des amoureux. Bah, cassons les mythes réducteurs des "experts" qui veulent à tout prix nous mettre en boîte. Faisons comme cela nous plaît, cornegidouille!

Écrit par : hommelibre | mardi, 02 septembre 2008

"Gardons à l'esprit l'existence de recruteurs dans un gand établissement bancaire ou un important service public - malheureusement, ça existe! - qui décryptent les candidat(e)s ainsi. Avouez que c'est proprement scandaleux ..."

C'est aberrant, les recruteurs (-ses) de toute manière utilisent des batteries de questions débiles pour éviter d'entrer dans des considérations techniques qui les dépassent. Pour moi les RH c'est un peu... la batterie de questions Fémina-Mag-Psychologie-Mag. Et souvent en plus on vous pose des questions psychos pendant deux heures où vous devez montrer que vous êtes une dalle, tout ça pour se tapper ensuite un boulot subordonné où on ne vous demandera plus rien. Mais bon, soyez heureuse, en France ils utilisent... la graphologie!!!! J'adore particulièrement la question: quelle est votre couleur préférée. La dernière fois j'ai répondu: "Bleu". La miss m'a regardé avec des grands yeux: "Tenez, je n'aurais pas pensé que c'était votre couleur favorite". J'ai jamais su en quoi celà était si surprenant... Sûrement un lien avec une table de la symbolique des couleurs selon Nostradamus quelque part en arrière fond...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | mardi, 02 septembre 2008

Hé Micheline ! Z'avez vu comme ça commente chez vous, aujourd'hui !?
Le sexe et le cul, y a que ça de vrai !
pffff... pffff... les mains tournées vers le bas ou le vers le haut...
Les fesses en l'air, Madame, c'est ça qui marche !

(raison pour laquelle je vais aller demander à la dame)
"Pourquoi m'avez-vous souri, en fait ?"

Va savoir... après...


:o)

Écrit par : Blondesen | mardi, 02 septembre 2008

d) ce n'était pas un sourire mais une grimace quand elle s'est tordu la cheville sur ses supers talons aiguilles fluos.

Écrit par : Rita Cadillac | mardi, 02 septembre 2008

(chuuuut Rita ! Elle a enlevé ses escarpins et...)

- Délace-moi, mais pas trop vite...
- Délasse-moi, mais pas trop vite...


Ha ! Si c'est pas du dialogue égalitairement équilibré, ça !

;o)

Écrit par : Blondesen | mardi, 02 septembre 2008

@ Rita : mais non, vous n'êtes pas un homme puisque vous ne vous grattez pas l'oreille. Dieu merci! Est-ce un sourire ou une grimace?, that's the question.

Blondesen : ah, vous alors! Vous avez tout compris : le cul et l'écu font tourner le monde (et pas seulement les hommes), hi, hi, hi...

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 02 septembre 2008

C'est amusant de voir qu'un exercice sur la parité hommes/femmes - notion politico-juridique au combien instrumentale - finit par des réflexions sur le comportement personnel des uns et des autres... Sympa!

Écrit par : Juliette de C. | mercredi, 03 septembre 2008

Votre analyse est bien plus profonde qu'elle n'y paraît au prime abord. Merci d'avoir démontré les préjugés qui présient aux mécanismes de décision dans le monde professionnel et social en général. C'est navrant mais pourtant vrai!

Écrit par : Philippe B. | mercredi, 03 septembre 2008

Je veux seulement ajouter que le principe de l’égalité hommes femmes fait partie des principes fondateurs de l’UE. Bien qu’il soit inscrit dans le préambule du Traité de Rome, sa mise en pratique reste toujours déficitaire à l’intérieur de l’Union.Assurer l’égalité homme femme - une mission des Communautés européennes.

Écrit par : Emma - Rolex Copy | mercredi, 18 février 2009

je ne peux m'empecher de sourire quand tous va bien ou quand tous va mal, et je m'enfou de tous ses psycologues

Écrit par : naima | mercredi, 27 janvier 2010

chers inconnus : moi aussi je m'en fous ... les psy (et certains médecins)gagnent leur vie sur le dos de la misère des gens, misère souvent causée par les rapports de force ambiants, notamment économiques, alors qu'ils n'apportent rien à la souffrance réelle, à l'impuissance, la pauvreté, les violences (même invisibles) au travail, l'échec de la résilience qui n'est souvent qu'une forme de morale d'esclave, berceau du ressentiment et de l'aliénation ...

En attendant ... vivent les femmes et les hommes (référence au sujet sur la parité, hi, hi)

Bien à vous!

Écrit par : Micheline | mercredi, 27 janvier 2010

Sur le conseil de mon psy, j'ai arrêté de me gratter l'oreille avec la patte arrière. Comme ça, je ne suis plus jamais pris en défaut.

Écrit par : Rollmops | mercredi, 27 janvier 2010

@ Rollmops : et vous avez eu besoin d'un psy pour ça? "m'enfin!" comme qui dirait, on vous souhaite de n'avoir pas été émasculé par une telle révolution comportementale!

Je n'ai pas la même chance que vous puisque n'étant mariée, je ne puis tourner d'alliance (le pendant du grattage d'oreille chez les hommes)! cqfd

Écrit par : Laure | mercredi, 27 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.