UA-105021232-1

mercredi, 03 septembre 2008

Les mots pour faire … DJEUN

 

A l’occasion de son 40e anniversaire, le Petit Robert valorise le vocabulaires des jeunes (entre autres), notamment en faisant entrer dans le dico des mots tirés du verlan. « Meuf », « keuf », « kiffer », « niaque » viennent enrichir la langue … à telle enseigne que le mot « djeun » s’impose tout naturellement.

Aussi, des onomatopées font-elles leur apparition : « teuf », » empaffé ». Traditionnellement généreux, le Petit Robert n’a pas retenu – heureusement – le langage SMS. Mais il y a une raison à cela : les mises à jour du Petit Robert ne concernent que le langage parlé alors que les expressions du SMS ressortent de l’écrit ! En effet, le vocabulaire émergent offre des mots récurrents, que l’on entend souvent ! C’est pourquoi bravitude n’a pas été retenu : ce néologisme fut prononcé dans un seul contexte, très particulier.

L’ouvrage élargit également le sens de certains mots devenu trop fermé avec l’évolution des mœurs. Par exemple, le mot « essuie-tout » désigne à l’origine un morceau de tissu. Désormais, quand on parle d’essuie-tout, on pense à du papier. De l’environnement, on retiendra « bioéthanol », « diester ».

Les mots reflétant l’ère numérique acquièrent également leurs lettres de noblesse, tels que « bloguer », blogosphère », « podcast, « cyber ».

Plutôt qu’un affaiblissement de la langue, il s’agit pour l’autorité garante du bien écrire d’une évolution. Le tout peut se consulter en « audiolivre ».

Bonne « baladodiffusion »!

P. S. Les mots entre parenthèses sont les nouveaux mots, admis officiellement.

17:17 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline !
hé ! ho ! Faut qu'on nous lâche avec ce "bravitude" !
Ségolène Impériale n'a rien inventé: elle cherchait visiblement ses mots lors d'une interview (il faudrait retrouver l'extrait, mais je m'en souviens très bien) et pour dire "bravoure" elle finit par lâcher le fameux "bravitude" qui fit se pâmer et éjaculer sur place toute la bien-pensance de gauche. Les intellos bobos ne pouvaient quand même pas la taxer d'analphabète ou d'illettrée...
Elle n'a en somme fait que s'emmêler les pinceaux autour de sa lumineuse pensée, "la presse & les médias" ont fait le reste ; elle a d'ailleurs récidivé quelques jours plus tard en commentant la "spiritualité" du petit Montebourg quand il avait déclaré "Le problème de Ségolène, c'est François Hollande" sur le plateau de Canal+.
Décemment, elle ne pouvait pas déclarer "Ho ! le con ! Il essayait d'être spirituel !
c'était pour rire !"

:o)

Écrit par : Blondesen | mercredi, 03 septembre 2008

Ni "bravitude", ni "bling-bling" n'ont été retenus officiellement par le dictionnaire né en 1968. C'est une bonne chose. Certains y verront un autogoal gauche-droite ...

Vos anecdotes sont toujours époustouflantes! Bien à vous.

Écrit par : Micheline Pace | jeudi, 04 septembre 2008

Bonjour Micheline,

Et oui, même les dictionnaires les plus reconnus, se mettent à donner dans le jeunisme, the "young attitude". Même les éditeurs les plus prestigieux cèdent au phènomène de mode au travers les mots, comment dit-on s'est fashion. A quand les bottelons - à moins qu'ils n'existent déjà dans le dictionnaire". Il est vrai qu'à l'heure actuelle, les vieux, ne font plus recette. Le mot EMS, je n'ai pas dit SMS, existe-il ? Pauvre Voltaire, Rousseau, Littré et autres s'ils se penchaient sur les "bibles de la connaissance" que diraient-ils, ils sont devenus fous - non pas ces Romains, eux avaient énormément de savoir, mais ces pseudo-intellectuels qui ont voulu réduire la connaissance et le savoir à des initiales et des mots tirés dont on ne sait où par effet de mode.
A quand le terme "botelloner", "courrieler", et autres ? Heureusement, le ridicule ne tue pas...

Écrit par : Fuchs Béatrice | jeudi, 04 septembre 2008

Bonjour Béatrice,

C'était peut-être pour rappeler l'esprit de '68, vu qu'ils viennent de fêter leur quarante ans... mais notre belle langue est déjà tellement riche que je me demande parfois s'il est besoin encore et toujours l'élargir à tant de néologismes.

Heureusement que le ridicule ne tue pas!

Écrit par : Micheline Pace | jeudi, 04 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.