UA-105021232-1

samedi, 06 septembre 2008

Nom d'un Schtroumpf ! ...

Nom d’un Schtroumpf … trou.gif

En cette période d’élection, notamment pour l’élaboration d’une Charte destinée à jeter les bases d’une nouvelle société, en revalorisant le désir d’un meilleur vivre ensemble, penchons-nous un instant sur les notions de gauche et de droites aujourd’hui, partant d’un dessin animé cher à nos cœurs contemporains. On se souvient tous de l’histoire d'un peuple imaginaire de petites créatures bleues habitant un village champignon au milieu d'une vaste forêt.

 

La société des schtroumpfs nous questionne à plus d’un égard. Selon les clivages habituels qui plombent le climat politique depuis très longtemps, il est souvent admis qu’elle est communiste, à tel point qu’on peut y voir une similitude entre la barbe du Grand Schtroumpf et celle de Karl Marx ainsi qu’une option délibérée du rouge pour la couleur du bonnet du vieux et sage leader massimo, doué d’un charisme indéniable.

Or, cette interprétation unilatérale pose problème lorsqu’on la frotte à la réalité humaine. Pour ma part, l’utopie schtroumpf emprunte tout aussi bien à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche. 

-         A gauche : on y trouve naturellement la collectivisation des moyens de production. En effet, tout appartient à tout le monde, la notion de propriété y est bannie, considérée comme un vol. Le Schtroumpf paysan ne dispose pas sa parcelle de terre. Le Schtroumpf menuisier ne possède pas non plus son marteau bien que cet outil soit le prolongement de son bras (que ferait un menuisier sans son outil de travail, je vous le demande?). Si par malheur un membre de la communauté cédait à l’usage personnel d’un bien, il serait rappelé à l’ordre par ses camarades. La propriété abolie, la notion de classe l’est tout autant, puisque chacun œuvre pour le bien collectif, et non pour le bien égotique d’un autre, tous faisant partie d’une même catégorie sociale. 

-     A droite : on assiste à un repli identitaire, fondé sur des valeurs essentiellement conservatrices. L’ordre établi souvent mis en cause par un élément hétérogène est très vite rétabli. La société des Schtroumpfs n’est pas non plus libertaire, loin s’en faut, puisque chacun passe le plus clair de son temps à remplir sa fonction ; en effet, les notions de loisir et de liberté individuelle réduites à néant. Le Schtroumpf coquet est-il homosexuel ? Nul ne peut le dire car nul ne peut prétendre à une psychologie individuelle.

L’utopie schtroumpf apparaît donc clairement totalitaire ! A la question « qui fait quoi ? » ou « qui décide de ce qu’il faut faire ?», la réponse est clairement une autorité dictatoriale. Le rôle de l’Etat y est décrit au stade du "socialisme" ambiant dont la caractéristique essentielle est de remplacer l'initiative personnelle. Ce que nous montre la société des Schtroumpfs est que les régimes gouvernés par de tels principes n’aboutissent qu’à une dictature en bonne et due forme sans qu’elle n’ait à voir avec une quelconque équité ou une supposée juste répartition des richesses.

Si l’on compare les groupuscules d’extrême droite d’aujourd’hui, elles nous apparaissent souvent comme une caricature de l’extrême gauche militante des années 1960. La seule manière de sortir de cette impasse semble évidente : dépasser les clivages politiques actuels et la pensée binaire. 

13:50 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

Micheline, quel talent! Et il fallait le faire d'analyser la société schtroumpf, bonne bonne idée! Mille bravos. Je vais relire et méditer encore sur ce billet.

Écrit par : hommelibre | samedi, 06 septembre 2008

La posture idéologique dominante d'aujourd'hui participe pleinement à la fois d'une dépolitisation de l'économie (le role d l'Etat n'a rien de régulateur; on est bien loin aussi d'un Etat-providence) et d'un cynisme hors pair en matière de garantie des libertés sociales!

On fait exactement le contraire de ce qui devrait se faire! Dans ce contexte factuel et idéologique, seuls les individus munis d'une malhonnêteté fondamentale réussisse socialement.

Écrit par : Ludovic K. | samedi, 06 septembre 2008

Pauvres Schtroumpfs ! ....! les voilà impliqués dans une idéologie politique en leur faisant des caricatures politiciennes !? Ces jolis et sympas personnages sont réduits à "l'explication" (douteuse quand même) de nos comportements anormaux en matière de société !
Preuve, qu'à notre époque, on arrive à tout ternir et salir !
Ce n'est pas chez les Schtroumpfs qu'il faut voir NOS défauts, mais bien en nous même !
Si l'on parlait plutôt d'Amour, de Compassion, de Compréhension, d'Equité, de Paix, d'Humilité, de Partage, de Franchise, de Justice....... ne serait-ce pas plus franc et direct !?
Amicalement

Écrit par : coucou | samedi, 06 septembre 2008

Et Mickey Mouse dans tout ça ?

;o)

Écrit par : Blondesen | samedi, 06 septembre 2008

Coucou, nous avons déjà partagé par nos commentaires des beauté de l'âme. Mais là, je trouve que l'analyse de Micheline est intéressante. Ce n'est certes pas la seule lecture possible des schtroumpfs, et franchement quand j'était gamin j'aimais surtout la douceur des personnages. Mais cette lecture "politique" est intéressante. Moi qui suis parfois un démonteur de contes de fées (je ferai bientôt un billet iconoclaste sur Cendrillon), je trouve dans ce billet une réflexion miroir des structures mentales, et des structures sociales qui leur correspondent. Car on pourrait imaginer les schtroumpfs avec une autorité faite par un groupe d'anciens qui palabrent, et non pas un seul être détenant l'autorité (aussi bienveillante soit-elle par ailleurs).

D'un autre côté de comprends aussi votre point de vue à la fin de votre commentaire, et j'y adhère aussi: à trop lire la réalité sous l'angle "dominant-dominé" par exemple, on oublie que des valeurs essentielles préexistent à toute structure politique ou idéologiques, et que ces valeurs sont hors parti, hors politique, hors idéologie. Si chacun était bienveillant envers autrui et soi-même , c'est fou le nombre d'analyses politiques qui n'auraient plus lieu d'être.

Écrit par : hommelibre | samedi, 06 septembre 2008

On en parle que trop de Compassion, de Compréhension, d'Amour, d'Equité, de Paix ... comme des alibis ou des justificatifs à nos actes au lieu de les appliquer réellement. Malheureusement, certains brandissent ces thèmes pour mieux infliger un coup de pied à l'autre dès qu'il en a le pouvoir même sans raison, un peu comme le pauvre Candide qui demande secours au curé à sa sortie de messe, après un long monologue sur ces "valeurs".

Notre société en regorge tant! Mais le dessin animé reste une jolie histoire, illustrant pas mal de paradigmes qui traversent nos questionnements...

En ce qui concerne Mickey Mouse? Demandez à la Schtroumpfette qui s'exclame souvent sur les temps de jadis ...

Écrit par : Micheline Pace | samedi, 06 septembre 2008

Comme Hommelibre, je trouve dans ce billet une réflexion miroir des structures mentales et des structures sociales qui leur correspondent. Leur langage est limpide; même en remplaçant des mots, le sens de leurs interactions est sauvegardé.

Or, nos institutions devenues folles, dirigées par des fous pour la plupart, ne connaissent pas tel dénouement. Qui peut définir ce qu'est le libéralisme ou le socialisme, la droite ou la gauche, aujourd'hui?

Les effets pervers, les discours officiels exprimé dans une langue de bois sans nom, la scission entre éthique et politique à un point de non-retour, sont là pour nous l'attster quotidiennement. Et le malaise s'âccroît mais c'est tabou!

Écrit par : Philippe B. | samedi, 06 septembre 2008

le billet comme les commentaires montrent, une fois de plus, que la Liste 9 tient le haut du pavé de la réflexion de fond.

Normal les autres ont une réflexion sans fond.

En cette période homo mania transparti(e)s on ose plus dire une réflexion qui n'a ni queue ni tête, on risquerait de nous accuser de crimer de lèse biens pudiques.

Bravo la 9 vous etes les meilleurs.

Écrit par : jules | samedi, 06 septembre 2008

Je ne peux cependant pas accepter de trouver le "raccourci politique" en utilisant une bande dessinée ! (surtout en absence de leur créateur !!!!) Pour moi, je trouve celà comme une usurpation ! (désolé de ma franchise).
Quant à dire que l'on parle trop de : Compassion / Compréhension / Equité / Paix................ c'est justement que l'on en parle trop SANS FAIRE L'EFFORT et surtout S A N S A G I R dans ce sens !!! et pourtant...... c'est à la portée de tout le monde. Il suffit une fois de plus de faire preuve : d'H U M I L I T E !
Amicalement et de tout coeur !

Écrit par : coucou | samedi, 06 septembre 2008

Merci coucou pour votre réaction! Ma visée intentionnelle n'est pas un raccourci politique. Cette analyse politique de la société des Schtroupfs est plus profonde qu'il n'y paraît. OK, le caractère ludique ne manque pas ni sa portée pédagogique.

Cette BD nous apprend à décrypter notre société à la dérive. Elle fait partie de notre imaginaire (psychoaffectif).

Le sémiologue Umberto Eco nous en fait un exposé magistral! Vous avez mille fois raison de rappeler que les qualités de coeur et donc morales sont à la portée de tout le monde. Ce qui fait tant défaut en ce bas monde - surtout dans notre société ultra-superficielle - c'est une manière de se parler plus naturelle, qui éviterait bien des disputes juridiques à la mords-moi-le-noeud!

J'en suis dégoûtée tout autant que vous, croyez-moi! Bien à vous.

Écrit par : Micheline Pace | samedi, 06 septembre 2008

Schtroumpf de gauche contre Schtroumpf de droite, c'est la Comédie humaine de Balzac revue par Peyo.
Quant à l'idéal schtroumpf, cause ou conséquence de la société totalitaire, c'est bien vu. Il reste de nombreux adorateurs du Schtroumpfisme à Genève, dérivé insolite et bien mélangé de toutes ces idéologies qui ont prospéré au 20e siècle, du schtroumpfisme tendance Staline ou Trotsky jusqu'au national-schtroumprisme gammé en passé par la schtroumpf-démocratie des Blum, Willy Brand. Si pour Mitterrand, c'était la rose l'important - ou plutôt l'emmerdant pour reprendre Thierry Le Luron, dans ce petit monde c'est le champignon l'important. D'ailleurs la socialiste présidente du Grand Conseil porte bien son nom: Mme Bolay. Pourquoi pas Mme Chanterelle. Nom d'un Schtroumpf!

Écrit par : schtroumpf farceur | samedi, 06 septembre 2008

Merci Micheline !
Ce que je voulais justement faire ressortir, c'est que les qualités morales et de coeur sont absolument ESSENTIELLES pour le bon développement de notre société. Elles sont si simples : HONNETETE, SIMPLICITE, PARTAGE et j'en revient toujours......HUMILITE ! En effet, il faut absolument faire abstraction de notre EGO (pas toujours facile, il est vrai !). Ce n'est pas nous (personnellement) qui allons changer la société, mais c'est la société qui changera en fonction de chacune et de chacun d'entre-nous, au fur et à mesure des événements.
Ceci bien sûr en donnant (chacune et chacun) un pièce du puzzle (c'est à dire notre idée) qui constituera notre société.
Et pour que ce grand puzzle de notre société soit beau, il faudra immanquablement : du RESPECT / de la COMPASSION / de l'AMOUR / du PARTAGE....
En résumé, et à mon avis, la CHARITE est la BASE indispensable à une bonne construction sociale. La question est de savoir qui sait actuellement ce qu'est la CHARITE !!!????
Sans être "vieille école", je pense qu'il y a des valeurs que l'on bien oubliées......
Bien à vous aussi
Avec mes salutations

Écrit par : coucou | samedi, 06 septembre 2008

Yes coucou, les valeurs morales (qui ne sont pas du bête moralisme) sont essentielles et cela dans tous les systèmes de pensée et de politique. C'est bien cela qui fait que notre société, notre espèce continue à exister.

Écrit par : hommelibre | samedi, 06 septembre 2008

On pourrait dire aussi:
et à gauche,
et à droite,
et surtout,
centré en soi!

Écrit par : Marie-France de Meuron | dimanche, 07 septembre 2008

Chère Rita,
...et si vous parliez HUMAINEMENT au lieu de dire et écrire : "gauche / droite / centre" !?
Si vous saisissiez une fois pour toute les nuances des personnes, au lieu de cataloguer les autres dans des affirmations telles que : "croix gammées / marteau et faucille / anarchistes" !?
De quel droit cataloguez-vous les personnes que ne vous ne connaissez pas !!!????
L'humilité vous manque énormément..... désolé ! Vous n'avez pas le monopole de la vérité.

Écrit par : coucou | dimanche, 07 septembre 2008

Libre à vous, Rita, de considérer que mon discours ressemble à tous les autres. Ce que je ne crois pas car je ne pratique pas la langue de bois!

Vous m'inteprellez directement pour m'affirmer que vous ne m'avez jamais été sur une liste. Qu'en savez-vous d'abord? Votre longue soi-disant expérience de la chienlit locale ne m'empêche pas de la connaître autant que vous dans ses moindres recoins. Oui, j'ai adhéré au programme du MCG, sur la liste n°9 "Mouvement Changer Genève". Dois-je vous l'apprendre? la Constituante n'est pas de la politique à proprement parler (à la différence d'un parlement) alors me taxer d'anarchiste de droite... je dois avouer que c'est plus que marrant.

Enfin, les discours ne suffisent pas. C'est sur les actes qu'on juge une personnalité publique chargée de respecter la vox populi, laquelle est vox dei! Les liberticides, les mononeurones, les impuissants en tous genres, on ne les mérite pas. Quant au pouvoir, je n'y suis pas attirée vu que dans ma vie privée, je ne suis pas frustrée! Emmerder autrui ne m'a jamais intéressée, si vous voulez le savoir.

L'éthique doit accompagner une décision au plus haut niveau. L'initiative destitutive contre un magistrant violant les règles républicaines du programme MCG et elle est à saluer. Sans ce principe, on a les politiques qu'on a sans qu'ils ne doivent répondre de leurs actes, du haut de leur arrogance des plus pourries.

Mai si vous désirez me connaître, en dépit de ce blog, je n'y vois aucun inconvénient.

Écrit par : Micheline Pace | dimanche, 07 septembre 2008

a mon avis c'est une comparaison bien etrange... C'est marrant de comparer la barbe du Grand Schtroumpf et celle de Karl Marx et de dire que la couleur du bonnet du vieux et sage leader massimo est rouge car il etait communiste... ou quelque chose de pareil.. C'est vraiment bizzare.. ou je suis nulle en politique ou je n'y comprends rien..

Écrit par : Jamie - Chambre A Paris | jeudi, 05 mars 2009

Les commentaires sont fermés.