mardi, 23 septembre 2008

Coopération internationale et Constitution genevoise

La nouvelle Constitution genevoise connaîtra sûrement un grand changement par rapport au texte de 1847 : Genève ayant la particularité d’être une ville internationale, située au centre de l’Europe et abritant les principales organisations onusiennes méritera être citée en cette qualité dans la prochaine charte.

Forte d’une très longue expérience en matière de coo25.jpgpération internationale, notre cité se positionne une pionnière dans le concert des nations.

Voyons de plus près le cas de la Fédération genevoise de coopération, qui vient de fêter ses 40 ans d’existence. Regroupant environ 50 associations subventionnées, elle travaille essentiellement à combattre les inégalités dans le monde et à augmenter la liberté de choix des sociétés et des peuples dans leur construction d'un mieux être économique, social et culturel.

Grâce à l’appui des collectivités publiques – le DFAE, l'Etat et la Ville de Genève, les communes telles que Vernier, Plan-les-Ouates ou Onex entre autre – elle finance chaque année un grand nombre de projets techniques de développement pour beaucoup de pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Ces projets sur le terrain sont menés par de nombreux partenaires locaux des associations membres, ce dans les domaines éducatifs, agricoles, de la promotion des droits de la femme, de la santé, du micro-crédit. En outre, la FGC soutient des projets d’information et de sensibilisation destinés au public suisse et genevois pour une meilleure connaissance des relations Nord-Sud.

Si parfois, la population souffre de ne pas connaître la traçabilité des dons pour les projets ccopératifs, on peut être assurés que la FGC procède méticuleusement aux plans financiers, légaux, "politiques" et éthique.

C'était la touche d'optimisme en ces temps frappés de toutes les crises possibles...

 

08:32 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Il faut que la Tribune nous explique pourqoi les blogs des petits copains restent à l'affiche et ceux du MCG disparaissent plus vite que le vent!!!!

Merci aux responsables de la TG d'être plus correct que les PS/PDC/LIB/Verts a moins que c'est eux qui financent la TG??????

Pour moi c'est clair, le MCG fait tellement peur aux qu'ils perd leurs privilièges que même la TG est de leur côté. C'est normal les annonceurs c'est aussi des politiciens!

Je trouve que c'est honteux ce qui se passe à Genève actuellement, on nous ment sur tout meme dans les journaux!!

pouerk!

VIVE LE MCG et m....... à la TG!

Écrit par : ginette | dimanche, 21 septembre 2008

Bravo Ginette! Effectivement, cette question reste cruciale! Le MCG dérange apparemment alors que tous les partis compromis jusqu'à la moelle achètent la paix sociale! Cela dégoûte sur toute la ligne...

La politique des p'tits copains se poursuit jusque dans l'attribution des association d'aide internbationale!

Écrit par : Philippe B. | dimanche, 21 septembre 2008

Ce problème épineux est souvent traité ici comme faisant partie de la problématique franco-valdo-genevoise! Or, ça n'a rien à faire. La Suisse injecte des millions dans la coopération internationale mais n'en connaît pas forcément les retombées, à tel point qu'on ne sait pas retracer la réalisabilité des projets de développement. Il faut en finir avec la politique des p'tits copains en matière de subventions pour des résultats nuls!

Cette vraie question reste cruciale pour notre politique même si d'aucuns jouent avec des (faux) sentiments! Bravo de l'avoir posée!

Écrit par : juliette de c. | lundi, 22 septembre 2008

Il est bon pour Genève qu'elle garde son aura de Ville de Paix, oeuvrant sur le plan international. L'apport économique n'est pas non plus à négliger : plus de 3,5 milliards/année.

Or, il est impératif de mettre de l'ordre dans toutes ces associations subventionnées car parfois il ne s'y cache rien et les doublons devraient être supprimés. De l'ordre, un suivi des projets devraient figurer dans la prochaine politique d'aide internationale, ce il est bon qu'un principe directreur figure dans la Constitution!

Écrit par : Ludovic K. | mardi, 23 septembre 2008

La coopération est une question essentielle puisque le monde interfère en permanence dans la République et Canton de Genève et qu'il est illusoire de l'enfermer à l'intérieur de nos frontières. Genève doit rester ce phare qui projette la coopération,la paix,la solidarité entre les peuple et qui défend les droits de l'homme. C'est pourquoi l'exemplarité politique est essentielle dans cette République. J'ai toujours pensé que le partage est la résultante naturelle de savoir donner et du savoir recevoir. Cette attitude s'adresse aussi bien aux individus qu'aux nations. Alors, n'hésitons plus et enrichissons-nous dans cet équilibre puisque le résultat que nous voulons tous, parfois sans le savoir, est l'amélioration du genre humain.
Merci, Micheline d'engager le débat dans cette voie.

Écrit par : André Moser | mardi, 23 septembre 2008

On le voit, Vernier fait partie des communes soucieuses du travail social à proximité: elle subventionne quelques associations. Votez Thierry Cerutti dimanche 28 septembre si vous voulez que l'action se perpétue avec plus d'efficacité, de visibilité, de rigueur dans l'attribution des prestations publiques en évitant les doublons!

En plus de l'aide internationale apportée dans des projets de développement, elle s'occupe de formations pour la "population fragilisée"...

Vive le candidat MCG !!

Écrit par : Salomé | mardi, 23 septembre 2008

Cette réflexion de fond prend tout son sens en cette période électorale. D'accord avec vous : la nouvelle Constitution s'y pencher certainement. Pourquoi l'Afrique, en tête de pelloton de la croissance, ne devrait pas prendre en main son destin et attendre toujours et encore des subventions? Sur le plan démographique, c'est une honte! Certains Etats exportateurs se fichent de leur population, tout en attendant que ce soit le reste du monde qui leur vienne en aide, comme un dû.

Nous jetter systématiquement à la figure la responsabilité de la misère sur le Tiers-Monde, sans se demander pourquoi aucune politique nataliste n'y est pratiquée, est devenu très lassant, pire malhonnête. Il revient aux dirigenants africains, pas bien brillants en ce moment, de prendre leurs responsabilités au lieu de bélligérer et affamer leur population. C'est à eux aussi de choisir leur politique agricole (après leur avoir versé quelques millions au passage, souvent détournés en grande partie). Ici, on fait beaucoup de sacrifices. Pourquoi pas eux?

L'Etat de Genève décrête le 0,5% du budget. Mais arroser le monde de subventions pour se donner bonne conscience et surtout montrer (les conseillers d'état) qu'on fait des relations internationales, n'est en tout cas pas la solution, ni pour eux ni pour nous. D'autant que nous constituons l'Etat suisse le plus touché par le chômage, la précarité, l'appel au bénévolat sans fin ... De qui se fout-on?

Écrit par : ras-la-patate | jeudi, 25 septembre 2008

Thomas Lubanga, chef de milice congolais, est accusé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre. Ayant été reconnu coupable d'avoir enrôlé des tas de gamins dans l'armée, les forçant à toutes sortes de sévisses à subir autant qu'à infliger. C'est le premier procès dans le guerre qui s'est ouvert dans l'Histoire! Pour une fois, qu'on ne traite pas les Blancs de salauds et les Noirs de gentilles victimes...

Cet événement suit celui où un Tribunal africain accusa un Etat africain d'esclavage (une jeune fille avait réussi en 2008 un tel exploit)!

Y en a marre des gens bien-pensants qui disent tout et n'importe quoi au sujet des relations Nord-Sud...

Merci Micheline de livrer un point de vue plus objectif vu que ça redonnera peut-être ànouveau envie de donner!

Écrit par : François T. | lundi, 26 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.