UA-105021232-1

samedi, 04 octobre 2008

La Constituante : un pari innovant

Si le rôle du politique est de se positionner sur le rôle et la nature de l’Etat, alors la nouvelle Constitution devra en tracer les contours. D’après tous les débats publics, les discussions en privé, les interviews des candidats à la Constituante, les rencontres fortuites sur les stands, il en ressort – au-delà des étiquettes politiques des uns ou des autres - un dénominateur commun : nous sommes tous encore attachés à la démocratie (en grec, gouvernement par le Peuple)!

Ce régime politique semble être le moins pire de tous les autres car il repose sur un ensemble de valeurs reconnues comme universelles.

Aussi, est-il capital de se questionner sur le principe de subsidiarité (non-intervention de l’autorité suprême) et son corollaire, le principe de suppléance (sa capacité d’intervention). Car ce mouvement de décentralisation et de répartition des responsabilités est au cœur du processus démocratique.

Les tâches principales de l’Etat se rapportent ainsi à l’excellence dans six domaines :

1.       Les conditions de vie dans le territoire qu’il contrôle ;

2.      La sécurité ;

3.      La justice ;

4.      Les conditions pour les équilibres macroéconomiques ;

5.      Les voies de communication (infrastructure routière,  aéroports, télécommunications);

6.      La créativité et l’innovation en favorisant l’autonomie des personnes sans qu’il s’immisce dans leur dynamisme en les aliénant, les traitant comme de simples administrés.

Ce dernier point est très important : au niveau microéconomique, l’Etat n’a pas de rôle moteur dans le développement de la prospérité (d’ailleurs, les cas d’ici et d’ailleurs où il s’y est ingéré ont toujours été catastrophiques) mais il doit s’imposer comme le protecteur de la liberté contre les violences qui la menacent.

 

Quelles conditions, l’Etat doit-il assurer ?

(a) un élargissement de la région, notamment en réactivant les « zones franches » qui font que, dans le rapport du taken-given, Genève reste malheureusement la grande perdante ; s’inspirer du Traité de Karlsruhe qui a servi de base pour l’organisation de Canton de Bâle ;

(b) renforcer le principe de subsidiarité : l’aménagement du territoire (réseau routier, etc.) devrait relever exclusivement des compétences des Communes sans que l’Etat n’ait à mettre les bâtons dans les roues des instances plus petites ;

(c) les équipements de chaque Commune mieux coordonnés afin d’empêcher le gaspillage et d’éviter que certains besoins soient insatisfaits ;

(d) cesser d’exporter nos locataires ainsi que d’importer des travailleurs dans un Canton qui connaît le plu haut taux de chômage et de working-poors ;

(e) encourager l’émergence de l’intelligence dans une société autant caractérisée par son développement scientifique : pour ce faire, si Genève souhaite rester un pôle de l’intelligence, elle doit veiller à lutter hardiment contre l’esprit doctrinaire de certains de ses dirigeants et contre les entraves à l’esprit d’entreprendre car désormais le vieux continent ne fournit plus les moyens des ambitions des générations actuelles; cette condition va de pair avec une vision de l'école dépoussiérée des ses oripeaux idéologiques et ciblée sur son but, à savoir livrer des connaissances fondamentales et cesser qu'elle soit un laboratoire d'expériences des jeunes générations.

L'heure est grave. Ne nous laissons plus nous enfoncer par des clivages dont le seul but est d'asseoir les privilèges de quelques-uns, constitutifs d'une caste d'intouchables!

10:18 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

C'est un véritable pari pour les 526 (juste?) pour en obtenir une place sur les 80.
L'UDC, avec 19,8% des voix, le 21.10.2007 est assurée d'avoir une bonne place.

Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | samedi, 04 octobre 2008

Le but n'étant pas prioritairement "d'obtenir des places" mais d'être au service des citoyens, pour mieux représenter leur vouloir, je ne sais ce qu'il adviendra. J'espère seulement que cette auguste assemblée ne comportera pas que des arrivistes, bien assis, qui ne représentent que leurs propres intérêts.

Pour ma part, je n'en ferai pas une maladie si je n'en suis pas car j'apprécie notre équipe et je continuerai à travailler ensemble. La tâche m'intéresse grandement et je ne me présente pas à cette élection pour des raisons égotiques.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | samedi, 04 octobre 2008

On ne veut plus d'une politique qui soit un marché de dupe! Vive le MCG, son président ainsi que les membres sur la liste n° 9 pour la Constituante!

Écrit par : juliette de c. | dimanche, 05 octobre 2008

Votez et faites voter Sarah EMONET et David SANCHEZ
à l'élection à la constituante !

Chers amis !

Je pense qu'il est nécessaire maintenant aux choses
sérieuses !

D'ici peu aura lieu l'élection à la Constituante de
de Genève.

Quelques soit votre appartenance partisane, je ne
puis que vous recommander de voter et faire voter
Micheline PACE, Sarah EMONET et David SANCHEZ -
liste no 9.

N'hésitez pas à panacher votre bulletin de vote et
à ajouter leur nom sur la liste de votre choix !

Ce serait vraiment chouette qu'ils aient un mandat
car ils ont des idées !

Changement, innovation sont nécessaires : la poli-
tique n'est pas qu'une affaire de vieux routards !

Écrit par : canard | vendredi, 10 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.