UA-105021232-1

dimanche, 05 octobre 2008

Le Micro-Crédit ne connaît pas la crise ... Bonne nouvelle.

orphanage-india.jpgEn ces temps ravagés par des trous noirs de toutes natures, la micro-finance n'a pas été touchée par la crise internationale! Ce constat appelle une explication : elle reste rentable car elle est proche de l'économie réelle (au contraire de la virtuelle).

Il est un fait que le micro-crédit attire de plus en plus de capitaux étrangers. En plein milieu des Objectifs du Millénaire, le micro-crédit sert à donner l'autonomie aux plus pauvres, notamment aux femmes des pays dits émergents.  

N'oublions pas que micro-crédit et micro-finance ne figuraient pas dans le dictionnaire ... il y a trente ans. Ce qui nous intéresse aussi à Genève, c'est que notre cité brasse un tiers des micro-crédits internationaux! Et on ne le sait pas toujours.

Le Prix Nobel Mohammed Yunus rappelle sans cesse qu'il doit profiter aux plus pauvres, à l'aune d'un autre Indien Prix Nobel d'économie, Amartya Sen : «Dans l’idéal, il faudrait que les établissements de microcrédit soient détenus et gérés par ceux qui les utilisent. C’est ainsi que l’on combattra efficacement la pauvreté.» Par ce moyen moderne, on arrive notamment à :

  • Assurer les besoins essentiels des enfants les plus défavorisés : nourriture, logement, suivi médical et prévention, soutien affectif et moral.
  • Aider ces enfants à construire leur avenir : scolarisation, bourses d'études, enseignement du français, de l'anglais et de l'informatique, formations professionnelles, études supérieures.
  • Entreprendre des actions d'urgence : réinsertion des enfants en danger, accueil des enfants de la rue, secours aux enfants victimes de trafics...
  • Soutenir les familles en détresse : aide après les inondations, nourriture…

on-the-way-to-class-india.jpg

Le hic réside dans le fait que la micro-finance ne résiste pas au profit et qu'il profite aux plus défavorisés. Une grande banque privée genevoise s'écrie que les taux d'intérêt ne dépassent pas les 10-15% ceux du marché. En outre, les projets liés à l'environnement savent allier écologie et économie, par exemple dans le cas de l'énergie solaire pour amener l'électricité là où il n'y en a pas.

C'était la bonne nouvelle du jour !

 

 

09:36 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Les rapports de force seraient-ils en train de se renverser (déjà) entre l'Occident et l'Orient, comme certains le préconisent avec conviction?

Écrit par : Philippe B. | dimanche, 05 octobre 2008

"Ce constat appelle une explication : elle reste rentable car elle est proche de l'économie réelle (au contraire de la virtuelle)."


C'est surtout que le micro-crédits est utiliser non pas pour acheter une maison,mais pour débuter son commerce entre autre.

C'est un abus de langage de parler d'éconimie "réelle" ou "virtuel"Sans le second,le premier n'existerait pas.l'économie c'est un tout.

D.J

Écrit par : D.J | dimanche, 05 octobre 2008

D'accord avec vous, DJ, sauf que ça fait schleu de voir des banques respectables se faire "racheter" par le public, c'est-à-dire NOUS, un peu comme la BCG! Le monde à l'envers...

Cette année, le musicien Youssou N'Dour a inauguré une société de micro-crédit "Birma" au Sénégal, au nom du dernier roi du pays au XIX e siècle. Il a réussi à se faire coacher par la société Benetton dans sa nouvelle campagne "Africa works". Effectivement, l'objectif de l'organisme Birma est d'offrir les services nécessaires et adaptés aux PME et aux commerçants dont les besoins ne sont pas couverts par les banques.

La nouvelle est intéressante, non pas parce qu'elle opposerait économie réelle et économie virtuelle mais par son efficacité, en mettant l'humain au centre des préoccupations économiques, sans l'assujettir comme c'est parfois le cas dans le monde de la haute finance qui ne reconnaît pas toujours (ah, quel monde imparfait!) les projets viables.

Mais beaucoup de problèmes vitaux restent encore non-solutionnés. Et je n'ai pas la prétention d'y apporter la solution toute faite mais je suis un peu réjouie à l'idée que le micro-crédit, au moins, ne connaît pas la crise.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | dimanche, 05 octobre 2008

Certainement le Micro-Crédit est une bonne chose mais nous ne pouvons prendre si beaucoup de micro-credits que nous en avons besoin, malhereusement... et si quelqu'un a besoin d'une somme grande?

Écrit par : David - Anniversary Silver | lundi, 09 février 2009

Les commentaires sont fermés.