UA-105021232-1

vendredi, 10 octobre 2008

ETHIQUE & POLITIQUE

En dépit des opinions divergentes sur tel ou tel sujet, tout le monde s’accorde à reconnaître que voter la Constituante est un acte politique, par excellence.

Plutarque, le grand moraliste de l’Antiquité, nous apprenait déjà que si la philosophie est une vision de la vie, la politique en est la réalisation. Conseillant aux hommes d’Etat sur la manière de gouverner avec habileté et prudence, il aime à préciser que ceux-ci sont soumis, comme les citoyens, à la souveraineté de la loi et de la raison.

morale.jpgAussi, découvrons-nous parmi ces exhortations deux ou trois choses qu’il serait bon de remettre à l’ordre du jour.

 

  • On ne doit pas négliger la puissance de la parole en mettant tout au compte de la moralité ! La rhétorique doit être considérée, non pas comme l’opérateur, mais comme le coopérateur de la persuasion. On comprend alors que rhétorique et persuasion sont les deux faces d’une médaille. Si le pilote de navire a recourt à d’autres hommes pour commander aux rameurs, l’homme politique est obligé d’avoir en lui-même l’esprit qui gouverne et également la parole qui commande … pour ne pas avoir besoin de la voix d’un autre.

 

  • Pour le salut de la cité, le langage politique ne doit pas être théâtral, ni hyperbolique. C’est dire que l’homme politique n’a pas à faire montre d’habileté ou de virtuosité afin d’obtenir des éloges. Son langage doit être plein d’un caractère sans détours, d’une dignité sincère, d’une franchise paternelle, d’une prévoyance et d’une compréhension vigilantes. Cependant, le langage politique supporte mieux que le langage judiciaire les maximes, les récits, les mythes ou les métaphores.

 

  • Malgré cela, le sarcasme et la raillerie peuvent bien faire partie du langage politique, si on ne les dit pas par insolence et pitrerie, mais en critiquant et en contestant avec profit, notamment dans les cas de répliques ou de réparties. Sinon, il ferait figure de bouffon. Or, on ne peut-être roi et fou du roi… railler avec préméditation salirait sa réputation puisqu’en pareil cas l’homme se rirait de lui et de ses citoyens.

A méditer ces quelques conseils simples et profonds datant de quelques siècles en ces temps de vacuité ou de cynisme extrême ! Jetons donc les bases d'une société pour nous et les générations futures...

13:37 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline,

Je suis ravie de voir ce que Plutarque disait à propos de l'exercice de la politique. Malheureusement, je m'aperçois dans les faits, à voir les séances de nos législatifs cantonaux et communaux, que la politique n'est plus un art noble, mais très souvent une bataille de chiffoniers avec des arguties tellement intellectuelles et juridiques que les citoyens ne comprennent plus le langage parlé. Alors, ne faut-il tout simplement pas faire de la politique autrement ?
Montrer une image digne, responsable, car au fond ce sont bien les citoyens qui choisissent les personnes qui vont les représenter. Il m'arrive d'avoir honte de la tournure qu'a pris la politique car servir le bien commun ne passe par des aboiements à tout rompre, par des insultes et autres. Alors, un peu plus d'éthique, de respect, mais surtout d'idées innovantes - Genève est bien en retard sur certains cantons - ne peut plus faire dans le gigantisme - donnerait peut-être l'envie à certains de nos concitoyens de reprendre le chemin des urnes et de l'isoloir.
Triste constat mais j'ai vraiment envie d'une autre forme de politique....pour Genève et notre pays....

Bien à toi,

Béatrice

Écrit par : beatrice.fuchs | vendredi, 10 octobre 2008

L'éthique et la politique devraient se remarier, après un divorce de longue durée.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | vendredi, 10 octobre 2008

On devrait brosser le portrait de certains dirigeants à l'aune des principes éthiques! Un dignitaire de l'Antiquité, se fit dire : " De telles faveurs, Pélopidas, il est décent de les accorder à des courtisanes, mais pas à des stratèges."

Combien parmi nos élus en poste pourraient-ils se targuer même d'un vernis d'éthique????

Écrit par : Philippe B. | vendredi, 10 octobre 2008

ALERTE aux hausses de prix inconsidérées en matière d'électricité! Encore un scandale éclate aux SIG à cause de l'ingérence de RC, ministre de tutelle qui devrait être mis sous tutelle!

Une engagement "hors-budget", "hors bilan" de 74 millions de francs suisses contracté par les SIG pour une nébuleuse G. ... c'est un pur scandale!

Écrit par : juliette de c. | vendredi, 10 octobre 2008

En effet, il s'agit des subprimes du CE ! Les citoyens genevois sont de nouveau pris en otage par l'Etat car ils sont obligés d'acheter toutes leurs ressources au même endroit !

C'est le même genre de gestion calamiteuse qui a conduit l'économie mondiale a u bord du gouffre! Cessons d'être les dindons de la farce...

Écrit par : Schtroumpf grognon | vendredi, 10 octobre 2008

Il est absolument inadmissible qu'une entreprise publique occulte ses bénéfices alors que l'Etat peine à boucler son budget! De plus, un CE de gauche ... elle est pas belle l'égalité, la justice sociale, la transparence??

Écrit par : Toine | vendredi, 10 octobre 2008

Heureusement que le MCG existe et crie aux scandales politico-financiers de notre république répugnante tant elle est bananière! L'éthique est au fondement de sa Charte. Votez massivement la liste 9, la plus représentative des citoyens en chair et en os...

Écrit par : Henri de W. | samedi, 11 octobre 2008

TEXTE proposé par La-Convergence-Ethique, et portant sur un:


CODE D’ÉTHIQUE POLITIQUE DES INSTITUTIONS DE L’ÉTAT



CHAPITRE I: PRÉAMBULE

CHAPITRE II: FINALITÉ DE L’ÉTAT
Article 1 - BIEN COMMUN.

CHAPITRE III: CHAMPS D’APPLICATION
Article 2 - INSTITUTIONS CONCERNÉES.
Article 3 - CITOYENS CONCERNÉS.
Article 4 - CHAMPS D’APPLICATION ÉLARGI.

CHAPITRE IV: PRINCIPES GENERAUX
Article 5 - L’ÉTHIQUE COMME OBLIGATION.
Article 6 - ENGAGEMENT.
Article 7 - CONSULTATION.
Article 8 - L’ÉTHIQUE COMME COMPÉTENCE PROFESSIONNELLE.
Article 9 - PROBITÉ.
Article 10 - PRUDENCE.
Article 11 - JUSTICE.
Article 12 - TEMPERANCE.
Article 13 - LÉGITIMITÉ.
Article 14 - RESPONSABILITÉ.

CHAPITRE V: PRINCIPES PARTICULIERS
Article 15 - APTITUDE.
Article 16 - COMPÉTENCES.
Article 17 - FORMATION.
Article 18 - LEGALITÉ.
Article 19 - RÉFLEXION.
Article 20 - AUTHENTICITÉ.
Article 21 - DISCRÉTION.
Article 22 - TRANSPARENCE.
Article 23 - OBÉISSANCE.
Article 24 - INDÉPENDANCE DE JUGEMENT.
Article 25 - ÉQUITÉ.
Article 26 - IMPARTIALITÉ.
Article 27 - EXEMPLARITÉ.
Article 28 - RESPECT DES BIENS ET RESSOURCES DE L’ÉTAT.
Article 29 – RESPECT DU TEMPS DE TRAVAIL.
Article 30 – ESPRIT DE SERVICE.
Article 31 – UTILISATION DE L’INFORMATION.
Article 32 - HONNEUR.
Article 33 - TOLERANCE.
Article 34 - DEVOIR D’INFORMER.

CHAPITRE VI: RÉGIME DE BÉNÉFICES PROHIBÉS

TITRE I: BÉNÉFICES D’ORIGINE EXTERNE
Article 35 - BÉNÉFICES PROHIBÉS.
Article 36 - PRÉSOMPTIONS.
Article 37 - EXCEPTIONS.

TITRE II: BÉNÉFICES D’ORIGINE INTERNE
Article 38 - BÉNÉFICES PROHIBÉS.
Article 39 - EXCEPTIONS.


CHAPITRE VII: INCOMPATIBILITÉS FONCTIONNELLES
Article 40 - CONFLITS D’INTÉRÊTS.
Article 41 - CLIENTÉLISME ET OU FAVORITISME.
Article 42 - CUMUL DE FONCTIONS ET MANDATS.
Article 43 - ACTIVITÉS PRIVÉES.
Article 44 - PÉRIODE DE CARENCE

CHAPITRE VIII: CONSÉQUENCES
Article 45 - SANTIONS.
Article 46 - PROCÉDURES.
Article 47 - ENREGISTREMENT.



http://www.la-convergence-ethique.org/pages/CODE_DETHIQUE_DE_LETAT_FRANCAIS-1054548.html

Écrit par : Bertrand | lundi, 16 février 2009

Les commentaires sont fermés.