UA-105021232-1

mardi, 14 octobre 2008

Bel exemple de politique participative : Valeria Bruni-Tedeschi a sensibilisé l'Elysée au cas de l’ex-terroriste des Brigades Rouges, Marina Petrella

La décision (très politique) de ne pas extrader Marina Petrella est confirmée par l'Elysée. La raison évoquée : l’état de santé gravement détérioré de l'ancienne dirigeante des Brigades rouges de Rome, visitée en prison par Valeria Bruni-Tedeschi, sœur de Carla.

vbt3.jpg

Lactrice-cinéaste a convaincu le Président Sarkozy de ne pas renvoyer cette femme hospitalisée depuis cet été, agonisante, dans l'incapacité de supporter un procès dans son pays d'origine.

Souvenons-nous des sombres faits des "années de plomb" : le terrorisme d’extrême-gauche sévit unpeu partout en Europe. La justice italienne passe une série de lois d'urgences pour en finir avec les groupes armés, ce qui provoque l'exil d'anciens militants vers la France. Mais Mitterrand promet à ce moment-là que la justice française n'extradera pas ceux d'entre eux qui se sont repentis.

Issue d’une riche famille d’industriels italiens, de Turin, Valeria Tedeschi, enfant, avait été kidnappée par les Brigades-Rouges. Cet épisode avait décidé la famille de s’exiler à Paris, où les deux fillettes ont grandi et se sont formées.VBT2.jpg

S’occuper du sort de Marina Petrella pour des raisons humanitaires ou éthiques semble à plus forte raison louable de sa part. Valeria Bruni-Tedeschi est restée toujours très discrète sur ce drame personnel, en le suggérant une fois dans ses films. Dans Il est plus facile pour un chameau …, elle exprimait même son sentiment de « culpabilité » d’avoir été gâtée par la Fortune, la mettant du côté des nantis.

A tous les discutailleurs, avides de politiquement correct pour se redorer le blason, on rétorquera que nous vivons là un mariage du politique et de la raison. Bel exemple de démocratie participative de la part du couple Sarkozy !VBT1.jpg

 

Merci à la magnifique ACTRICE, auteur d'elle-même, qui nous fait souvent penser à un ange échu par hasard sur terre!

20:39 | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook

Commentaires

N'importe quoi. Cette décision contrevient à tout ce qui fait notre culture politique. C'est le fait du Prince, complétement subjectif et parfaitement irrationnel et indéfendable. Sarkozy fait tout pour se décrédibiliser, mais que vous le souteniez sur ce sujet...
Micheline P : vous vous présentez comme une femme politique ? Que prévoyez-vous pour ces 30 à 100 milllions de jeunes Africains qui pensent qu'ils ont tous les droits de débarquer cette nuit en Europe ?
Leur accorder un permis humanitaire ?
Vouloir être un être politique, c'est être capable d'objectiver les situations et d'en tirer des conclusions rationnelles...

Écrit par : Géo | mardi, 14 octobre 2008

Je ne pense pas que la famille des victimes de brigades rouges soient très contentes ! Je ne vois pas pourquoi cette Marina Petrella ne devait pas être extradée en Italie. Je vous signale qu'en Italie il n'y a que la gauche radicale qui approuve. Autrement toute la classe politique italienne est outrée et je la comprends. Nulle part je n'ai lu les repentirs de cette Petrella, et si on assissinait sa fille que penserait-elle ? Cette femme devait être extradée afin de rendre des comptes à son pays. De toute façon, elle aurait très bien pu être soignée en Italie. Je suis très déçu de cette décision de Sarkosy ! (comme la majorité du peuple italien d'ailleurs !)

Écrit par : Café | mardi, 14 octobre 2008

Non, cette décision, si elle put étonner, elle ne contrevient pas à notre culture politique. En France, il y a une tradition (depuis Mitterrand) depuis les années de plomb de ne pas extrader les ex-terrosites italiens s'ils avouaient ne plus vouloir recourir à la violence. Une des raisons principales était d'éviter que la justice se transforme en vengeance : la Justice italienne était réputée en la matière face à ses criminels d'Etat.

Loin de moi l'idée que le sort des bourreaux est plus important que celui des victimes, bien évidemment! Il s'agit juste d'agir dans le droit, en fonction des accords établis. En l'occurrence, je n'éprouve rien à l'égard de Marina Petrella, pas plus que d'autres emprisonnés en France pour les mêmes motifs et s'étant refait une vie. Mais en termes de droit (inter-national), un Etat ne doit pas renvoyer un criminel dans son pays s'il risque la peine de mort ou des maltraitances qui surpasseraient la Justice.

Les Brigades Rouges constituent une sombre époque de notre monde moderne. Cela n'a rien à voir avec l'immigration à laquelle vous faites référence. Cependant, je respecte votre point de vue même si je ne le partage pas.

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

J'entends bien votre réaction, Café! La Justice italienne se sent un peu humiliée (quoique la population a malheureusement "oublié").

Le hic est que le spectre du terrorisme hante nos démocraties modernes et pas seulement en France. Aux Etats-Unis, Barack Obama est violemment pris à partie par les républicains pour avoir rencontré à quelques reprises Bill Ayers,ancien poseur de bombes devenu professeur de l'Université de l'Illinois.

Je n'approuve pas de tels actes et ne trouve rien de romantique dans ces mouvements extrêmistes. Or, je trouve dans la décision du mari de Carla - hautement politique, certes - un peu de sagesse quant à une volonté d'apaisement les haines, le déchaînement des passions et un regain de violences.

Aussi, cette femme très malade, qui ne se nourrit plus, se trouve dans l'incapacité humaine de supporter un nouveau procès dans son pays. En outre, elle a purgé sa peine même si c'est en France, ce jusqu'à la fin de ses jours.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Micheline,

Super, une terroriste libre de vivre sa vie...

Doit on applaudir ?

Seul avantage avec les italiens, c'est qu'ils n'ont pas besoin de la Justice pour la rendre.

Sur ce billet... laissez moi vous dire, Micheline, que le terrorisme ne peut pas être excusé.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | mardi, 14 octobre 2008

Bill Ayers, ce professeur de l'Université de l'Illinois, ex-poseur de bombes, aime plaisanter sur son passé avec la jeune génération. Obama voulait dans son geste peut-être simplement montrer qu'on peut avoir voulu un jour renverser le gouvernement et être revenu à la norme. Mais il faut n'y voir qu'un acte pédagogique de la part du Candidat à la Maison Blanche et en aucun cas un assentiment.

Merci pour cet article très intéressant et instructif! Comme vous, je pense que le droit n'a pas été violé dans le cas de Bruni-Sarkozy. Tant qu'on se parle, on ne fait pas la guerre! Et un mauvais arrangement vaut mieux qu'un mauvais procès.

Écrit par : HdW | mardi, 14 octobre 2008

Rien n'a changé depuis la bande à Baader Meinhof, les Brigatte Rosse...
Ce week-end, à Fribourg, l'extrême-gauche a de nouveau sévi.
En 2008.
Finalement, ce procès, c'est comme celui de Pinochet. Trop vieux.
Marina Petrella ... maigre.
La justice ? ... du foutage de gueule.

Un bel article ... à nouveau.
Ô combien d'actualité.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mardi, 14 octobre 2008

Bonjour Stéphane, cher ami,

Le terorisme ne doit jamais être excusé; ça n'est ni mon intention ni celle qui a présidé à cette décision de non-extradition. L'intéressant est non pas de parler de l'ex-tueuse mais le fait que les accords entre les deux pays soient respectés dans le droit.

Car, comme vous le dites très justement, les Italiens n'ont pas forcément besoin de la Justice pour la rendre... En ces temps où l'auteur de "Gomorra" risque sa vie tous les jours, très recherché par la Mafia, il est bon de ne pas ajouter de la violence à la violence, surtout que la détenue ne sortira pas de prison et purgera sa peine jusqu'au bout.

Merci pour votre contribution! Bien à vous.

Sur ce billet... laissez moi vous dire, Micheline, que le terrorisme ne peut pas être excusé.

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

Je reconnais là, le ton sarcastique caractéristique du club des 6, mes amis.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mardi, 14 octobre 2008

"Mais en termes de droit (inter-national), un Etat ne doit pas renvoyer un criminel dans son pays s'il risque la peine de mort ou des maltraitances qui surpasseraient la Justice."
Cette prise de position est simplement scandaleuse pour les Italiens. C'est du domaine du racisme le plus puant et j'espère infiniment que personne ne vote pour vous...

Écrit par : Géo | mardi, 14 octobre 2008

Rah, Victor! Heureusement que vous extrayez toujours la substantifique moelle.
La quintessence de l'intelligence réside peut-être en la capacité de transformer la réalité, toujours informe, apparente, ne renvoyant que de pâles ombres, fuyantes...

La Bande à Baader, les Brigades Rouges, Action Directe ne sont pas derrière nous, effectivement. Le spectre du terrorisme est plus présent que jamais...

J'avais envie de mentionner la discussion entre Valeria Bruni-Tedeschi avec sa soeur et le Président de la République (mari et femme), ses répercussions dans une décision de haute importance. Mais dormez sur vos deux oreilles! Marina Petrella n'est plus dangereuse et les relations entre les états italien et français se déroule sous les meilleurs auspices, grâce au couple présidentiel..

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 14 octobre 2008

Question : y a t il prescription ?
Si non elle doit aller en Italie.
Peu importe les liens entre gauches françaises et italiennes.

En parlant de vengeance ... Marina est encore vivante, les frontières entre l'Italie et la France n'étant franchement pas ... un limes.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mardi, 14 octobre 2008

Je vais laisser dormir sur ses deux oreilles ma ... nitroglycérine.
Si ma famille avait été ... au fait, elle l'a bel et bien été ... ailleurs, par d'autres ... rouges.
Voyez vous, vivant soi-même des événements semblables on comprend mieux, étant à l'intérieur ...

Finalement entre

www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2008/03/taz.jpg

et moi ... pas une grande différence.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | mardi, 14 octobre 2008

La séparation des pouvoirs (Etat/Justice) est encore un voeu pieux... Dommage.

Ce qui est troublant c'est cet intérêt transalpins des soeurs Bruni-Tedeschi, riches héritières italiennes pour une ancienne brigadiste, certes aujourd'hui inoffensive.

Écrit par : demain | mercredi, 15 octobre 2008

...et que dire de cet ordure et assassin de Battisti, qui se l'est coulée douce pendant des années en se faisant du fric en racontant dans un livre l'histoire de son passé ordurier ! Vous trouvez normal que ce sale type ne soit pas en train de crever derrière des barreaux!!!!! il a trouvé le moyen d'échapperà la justice (avec l'aide certain de la France) et de se tirer au Brésil... peut-être est-il en train de danser la samba avec une belle brésilienne, pendant que les familles de ses victimes souffrent toujours des actions de Battisti et autre terroristes, exemple Petrella !

Écrit par : Café | mercredi, 15 octobre 2008

J'aime bien comme ca vous déchire la bande de réac que cette terroriste de gauche soit finalement protégée par Sarkozy !

J'espère que vous jouerez les même vierges effarouchées quand on apprendra que divers barbouses tortionnaires d'Etat sont également protégé par leur gouvernement qu'il fut francais quand cela se passe en afrique ou etatsuniens quand cela se passe en Irak !

Bouahaha !

Écrit par : Djinius | jeudi, 16 octobre 2008

Intéressant débat.

Une terroriste repentie, en phase terminale, ne retournera pas en prison dans son pays d'origine. Cela excuse-t-il le terrorisme? Non, bien évidemment.

Par contre, ceux qui encensent trop rapidement Sarkozy et Sarkoza devraient, par équité, se poser la question de ce qui est arrivé aux ex-terroristes d'Action Directe... Emprisonnés dans des conditions inhumaines (isolement, cellules éclairées 24 heures sur 24), deux sont morts, l'un a perdu la raison et un dernier, Jean-Marc Rouillan, a été remis en prison après avoir été préalablement libéré...

Cherchez l'erreur?

Écrit par : cndavid53 | jeudi, 16 octobre 2008

@ demain : ce qui reste intéressant dans cette histoire, c'est cet intérêt (secret) des soeurs Bruni pour les détenus des ex-Brigades-Rouges en France
mais je sais que la justice a fait son boulot et que la séparation des pouvoirs est respectée : devenue inoffensive, mourante, Petrella ne sortira jamais libre de prison.

C'est en effet très troublant de voir la réalisatrice VBT jouer ce rôle, de plus, auprès du Président, mari de sa soeur ...

Merci pour votre remarque! Bien à vous.

Écrit par : Micheline Pace | jeudi, 16 octobre 2008

Vous avez raison, cndavid53, de mentionner les conditions de détention des des membres de feu Action Directe, qui ressemblent plus à de la torture! Mais ce qui séduit dans l'affaire Petrella est justement qu'un ancienne kidnappée (Valeria Bruni-Tedeschi enfant) "défende" au sommet de l'Etat quelqu'un qui pourrait être son ex-bourreau.

La vie comme dans le films, quoi! Valeria Bruni Tedeschi a elle-même incarné une ex-terroriste repentie dans le film de Mimmo Calopresti "La Seconda Volta". Elle avait alors face à elle une de ses ex-victimes (incarnée par Nanni Moretti). Cherchez l'astuce...

Écrit par : HdW | jeudi, 16 octobre 2008

Valeria Bruni Tedeschi semble atteinte à vie par le syndrôme de Stockholm...

@cndavid53

"Jean-Marc Rouillan, a été remis en prison après avoir été préalablement libéré...

Cherchez l'erreur?"

la prison, effectivement, ne lui a pas fait abandonner ses positions radicales, et il a à nouveau affrimé la nécessité du combat armé... cherchez l'erreur...

Petit rappel des crimes d'Action Directe:

1er mai 1979 : mitraillage du siège du Conseil national du patronat français; ce fut l'un des actes fondateurs d’Action directe et de sa dérive violente. Y participent notamment Jean-Marc Rouillan et André Olivier (futur fondateur de la branche lyonnaise d’Action directe) ;
29 octobre 1980 : hold-up de Caluire au cours duquel un convoyeur de fonds est tué ;
des attaques contre des ministères, la Sonacotra, des agences immobilières, des bâtiments de l'armée française, des sociétés liées au programme militaire français ;
13 mars 1982 : l'assassinat de Gabriel Chahine, membre du GARI et indicateur de police qui avait permis la première arrestation de Rouillan et Ménigon en 1980 ;
31 mars 1982 : des attaques contre l'État israélien (mitraillage de la mission commerciale de l'ambassade d'Israël, attaque à la bombe contre le Citrus Marketing Board of Israel, le 11 août de la même année[8]);
31 mai 1983 : à l'assassinat de deux policiers (en blessant un troisième grièvement) avenue Trudaine à Paris ;
14 octobre 1983 : hold-up de l'avenue de Villiers à Paris au cours duquel un des participants, Ciro Rizzato, est tué ;
27 mars 1984 : hold-up à la BNP de la rue Victor-Hugo à Lyon où le général de gendarmerie Guy Delfosse est tué en tentant de s'interposer ;
12 juillet 1984 : attentat contre l'Institut des Affaires Atlantiques revendique par le commando Ciro Rizzato ;
25 janvier 1985 : assassinat de l'ingénieur général Audran (responsable des ventes d'armes de la République Française) par le commando Elisabeth Van Dyck ;
8 aout 1985 : attaque du base américaine à Francfort menant à la mort de trois soldats américains. L'action est revendiquée par un commando commun RAF/AD du nom du militant Black Panther George Jackson.
17 novembre 1985 : tentative d'assassinat manquée sur Henri Blandin (contrôleur général des armées) par le commando Antonio Lo Muscio ;
15 avril 1986 : tentative d'assassinat manquée sur Guy Brana (vice-président du CNPF, ancêtre du MEDEF) par le commando Christos Kassimis ;
9 juillet 1986 : Maxime Frerot de la branche lyonnaise d'Action Directe organise un attentat à la bombe à Paris dans les locaux de la brigade de répression du banditisme, quai de Gesvres, dans lequel l'inspecteur Marcel Basdevant est tué ;
21 juillet 1986 : attentat contre les locaux de l'OCDE revendiqué par le commando Ciro Rizzato ;
17 novembre 1986 : assassinat de Georges Besse, PDG de la Régie Renault par le commando Pierre Overney. Selon la revendication d'Action directe, c'est en tant que représentant d’une entreprise à vocation internationale que Georges Besse est tué, mais également en tant que dirigeant d'une entreprise qui, une quinzaine d'années auparavant[9], avait employé un vigile qui avait tué un militant maoïste Pierre Overney[10].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Action_directe#Cr.C3.A9ation_d.27Action_directe_et_premi.C3.A8re_p.C3.A9riode

Écrit par : Carlos Lopez aka Carlitos de Unmauno | jeudi, 16 octobre 2008

Bonjour Carlos Lopez! Moi aussi, je n'aime pas les assassins. C'était juste un rappel de cette époque sombre dont les relais sont encore bien vivaces! Si le cinéma pouvait contribuer (ce que je crois) à faire prendre conscience et éviter que de tels mouvements violents ne refassent plus surface.

Ce qui est affligeant, c'est de voir combien de personnalités risquent la mort chaque jour dans ce pays, comme par exemple, Saviano, l'auteur de "Camorra" dont le film a été primé cette année. L'auteur de ce roman documentaire sur les déchets napolitaines et la Mafia, est sous très haute surveillance depuis l'été 2006 et un dernier appel de la Mafia à le tuer a été lancé ces derniers jours.

La climat de violence sociale extrême est toujours désolant... Ne voyons dans le geste de l'éthérée Valeria Bruni qu'une manière de ne pas rajouter le mal au mal. Mais à part ça, rassurons-nous au moins d'une chose : il ne s'agit pas d'une grâce, ni d'une entorse au droit, ni encore de libération.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline | jeudi, 16 octobre 2008

@Micheline

"La climat de violence sociale extrême est toujours désolant... Ne voyons dans le geste de l'éthérée Valeria Bruni qu'une manière de ne pas rajouter le mal au mal. Mais à part ça, rassurons-nous au moins d'une chose : il ne s'agit pas d'une grâce, ni d'une entorse au droit, ni encore de libération."

Vous avez absolument raison ma chère... @:-) Mais j'ai de la peine à comprendre l'acharnement de certains à se soucier du bien être de quelques assassins en détention, et aussi de comprendre comment on peut prétendre vouloir trouver des terroristes fréquentables.

Vous savez, l'Espagne sous les deux derniers mandats socialiste est l'exemple même qui démontre le peu d'issues qu'il existe face à des groupuscules violents. Zapatero a joué la carte du "dialogue" si cher à notre MCR, celà a finit par l'assassinat d'un ex-député socialistes dans les pays basques (Après que deux émigrés sud-américains aient payé de leurs vies innocentes). Tous ceux qui justifient un tel crime au nom sont des assassins en puissance.

Récemment encore Besancenot chiâlait sur le sort de Jean-Marc Rouillan en prétendant qu'il avait payé sa dette (Besancenot est contre la prison...), quelques semaines après Rouillan en rajoute une couche et refait l'apologie de la lutte armée. Parfois je me dit vraiment que la seule réponse à ça c'est l'élimination pure et simple de tous les cinglés prêt à butter n'importe qui pour leurs idées à la con... Franchement... Le terrorisme appelle le terrorisme... Et la haine à la haine...

Écrit par : Carlos Lopez aka Carlitos de Unmauno | jeudi, 16 octobre 2008

"Et la haine à la haine..." -> "Et la haine appelle la haine"

Écrit par : Carlos Lopez aka Carlitos de Unmauno | jeudi, 16 octobre 2008

La personnailité de Valeria, soeur de Carla, reste à coup sûr énigmatique. Fascinante, peu banale, marquée par une forme de pureté, elle excelle dans tous ses talents artistiques.

Cela doit être inscrit dans ses gènes, voire dans son thème astral pour ceux qui y croient. Née sous le signe du Scorpion, elle jouit d'une conjonction Soleil-Neptune, reliée à Pluton, Uranus et Jupiter; un tel emplacement lui assurerait un caractère original, voire étrange, aussi introverti qu'expansif, tout autant angoissé que foncièrement positif.

Que ceux qui se reconnaissent dans cette configuration astrale, se demandent s'ils partagent un même destin, choyé, magnifique, autonome...

Écrit par : Solon | lundi, 17 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.