UA-105021232-1

mercredi, 22 octobre 2008

Tocqueville et la société moderne

Que dirait Alexis de Tocqueville de notre démocratie, notamment en ce qui concerne notre dernière votation ?

alexis.jpg

Tocqueville disait que la démocratie impliquait l'absence de castes et de classes tout en indiquant que celle-ci n'équivalait pas à la suppression de la hiérarchie sociale. Elle renvoie ainsi à la citoyenneté, qui se traduit dans la cité par l'égalité des droits civils et civiques. Mais à partir de là, l'État peut progressivement mettre les individus à l'écart des affaires publiques. Il peut étendre sans cesse les règles qui encadrent la vie sociale. Si le despotisme prend la forme d'un contrôle, on arrive ainsi à l'égalité des doits sans la liberté.

Le concept d'égalité au centre des préoccupations morales et politiques nous montre clairement que la dérive individualiste gangrène notre démocratie : non pas que l'égalité des droits et des chances soiet une mauvaise chose mais elle devient un prétexte pour orienter telle ou telle décision, de manière à ce qu'il soit vidé de son contenu.

Près de deux cents ans après, on pourrait dire que l’individualisme des castes est confirmé. Car l'individualisme tarit d'abord la source des vertus publiques et à la longue, il attaque et détruit toutes les autres pour finir par s'absorber dans l'égoïsme. C’est dire que l’individu se voit séparé de ses contemporains (aïeux et descendants également) puisqu'il le ramène sans cesse vers lui et menace de le renfermer enfin tout entier dans la solitude de son propre coeur.

N’importe quel observateur ne nie plus que la défense de l’intérêt général est remplacée lors la dernière votation par la défense d’acquis partisans. La population aurait eu l’occasion rêvée de remettre à leur place les partis dits traditionnels au vu des  graves dysfonctionnements décriés.  Tel n’a pas été le cas. Nous sommes obligés d’y voir un signe d’une société aliénée où l’égalité des chances n’est que pure forme et la liberté nulle.

Est-ce là la société moderne que nous aurions imaginée à la fin de l’Ancien Régime ?

la liberté.jpg

 

07:25 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Alors que notre monde est en profonde mutation, il eût été judicieux de suivre cette nouvelle dynamique. Ne pas saisir la balle au bond, c'est créer une Constituante qui sera déjà périmée à la fin de son instauration!
Il y a toutefois certains élus qui sont portés par cette nouvelle énergie. Espèrons qu'ils sauront la transmettre aux autres de façon constructive!

Écrit par : Marie-France de Meuron | mercredi, 22 octobre 2008

Merci de signer et faire signer la pétition en faveur de Roberto Saviano, auteur de "Gomorra"

www.repubblica.it/speciale/2008/appelli/saviano/index.html

Grazie a tutti e buona giornata !

Écrit par : Café | mercredi, 22 octobre 2008

Bonjour à mes interlocuteurs!

La profonde mutation de notre monde a renforcé les clivages qui obstruent toute évolution, toute vision d'avenir, les pratiques les plus folles bien ancrées de ces 30 dernières années! J'en suis très triste.

Mais il est vrai que des gens de valeur sont élus à cette Assemblée: je leur souhaite bonne chance, qu'ils ne se découragent pas devant certains vulgaires opportunistes, connus pour leurs grandes incompétences, qui sévissent depuis longtemps à Genève, qui n'ont rien fait pour Elle le temps de leur règne ("gouvernance" serait trop dire) et pour des motifs narcissiques sont là par la force!

@ Mme de Meuron: merci pour votre lueur d'espoir qui croise aussi la mienne.

Très bonne journée à vous!

Écrit par : Micheline Pace | mercredi, 22 octobre 2008

J'apprécie beaucoup votre parallèle entre le maître à penser la démocratie moderne (alors que personne n'en avait d'image) et ce qui vient de se passer pour la Constituante. Les dangers et les failles qu'Il y voyait sont devenus étrangement réalité; concluons sur quelques lignes laissées par l'auteur :

"Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres (..) L'égalité a préparé les hommes à toutes ces choses : elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la sue d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés,mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger."

Écrit par : Chocolat | mercredi, 22 octobre 2008

L'éphigie de la liberté, symbole de la Révolution française, illustrant les propos de Tocqueville sur la démocratie : simplement superbe! Il doit se retourner dans sa tombe quand il voit le destin de nos sociétés au XXe s. et plus ...

Écrit par : Sophia | jeudi, 23 octobre 2008

Nos démocraties dites libérales ont vraiment mal! Tocqueville souhaiterait-il vivre aujourd'hui? Nul n'est moins sûr. Un attentat à la bombe contre une synagogue du Bronx et contre des avions militaires de la garde nationale a été déjoué à NY, 7 ans et demi après le fameux 11 septembre.

C'est grâce à une erreur commise de la part des quatre suspects, tous musulmans d'origine ou convertis en prison qu'on a pu éviter le pire! Qui croyait prendre, est pris. Ouf! Ils ont tenté de contacter un informateur du ... FBI alors qu'ils étaient déjà sous haute surveillance.
Bravo au service de sécurité américain pour ce dénouement!

Écrit par : François T. | vendredi, 22 mai 2009

Les commentaires sont fermés.