UA-105021232-1

samedi, 25 octobre 2008

Un phare s'est éteint ...

Une des grandes figures de la sainteté s’est éteinte… Sœur Emmanuelle avait choisi ses cantiques préférés, parmi les plus joyeux du répertoire pour la Messe des adieux dans un des lieux les plus visités au monde. Née dans un milieu aisé en Belgique, elle mena un temps la grande vie pour ensuite se dépouiller de tout afin de donner sa vie aux populations en détresse, avec un franc succès. La grande Dame s’en est allée à l’aube de ses 100 ans, nous laissant tous un peu orphelins.

Pourquoi la sainte nous fascine tant ?

Et pourquoi elle nous manquera comme si elle faisait partie de notre entourage personnel ?

Le culte des saints reste probablement l'une des créations les plus originales de notre civilisation multimillénaire.laTour.jpg Dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, les communautés humaines ont accordé à certains personnages des qualités extraordinaires qui leur valaient de siéger à la cour céleste et d'y jouer un rôle d'intercesseurs entre le monde temporel et spirituel, jusqu’à en extraire des pouvoirs thaumaturgiques. Mais à quoi les reconnaît-on ? Des critères ont été définis par la tradition hagiographique. La trajectoire en est la suivante : elle commence par une crise qui sert de révélateur et qui est, le plus souvent, générée par une vision ou une profonde dépression occasionnée par un traumatisme social ou psychologique. A coup sûr, elle a réalisé un parcours moralement sans faute et constitue un modèle.

Farouche défenseur des valeurs humanistes faisant fi des dogmes établis, elle s’est occupée à prodiguer soins et éducation à des enfants abandonnés, en dérive. Comme quoi, la maternité n’est pas nécessairement génétique ; c’est aussi la possibilité de créer « un monde meilleur pourvu qu’une seule personne souffre moins » et d’éveiller la créativité des autres, une véritable vocation ou un chemin hors des ténèbres!

Soeur Emmanuelle nous touche et sa perte nous accable parce qu'elle a su révéler en nous tous ce tiraillement entre la vie réelle et une autre vie à laquelle - même inconsciemment - on aspire, dont les valeurs donnent sens à cette vie-ci, nue, jetée, besogneuse, désespérée et limitée dans le temps et dans l'espace ...

 

 

13:01 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Ces figures de sainteté valent mieux que tous ces héros sanguinaires qui font croire au monde entier qu'ils prennent, eux, des risques, et qu'ils gagnent par la force!

Mais il y a le tragique de notre condition tristement humaine, c'est qu'il faut bequeter et les lois de la vie, oh pardon, de la jungle n'ont rien à voir avec la morale ou la spiritualité...

Écrit par : Solon | samedi, 25 octobre 2008

Magnifique hommage ! MERCI chère Micheline !

Pour répondre à Solon, la condition humaine n'a rien de triste et de tragique !!!
Il nous appartient (à chacune et chacun d'entre nous) et à sa mesure, justement, d'y apporter de la vraie morale et de la spiritualité (avec humilité).
Ouvrons nos coeurs, laissons-nous inspirer par le Divin, offrons de l'Amour ! même si celà est à contre-courant de notre époque bien folle !.
N'ayons pas peur ! N'ayons pas honte ! Allons-y, même dans les plus petites choses de la vie.
Les lois ont été faites par les hommes ! donc imparfaites........
Relisons donc les évangiles (nouveau testament) ! Ils sont d'une incroyable richesse intemporelle. Ces évangiles ne sont pas des lois ! mais des conseils très très précieux pour aller vers le bien et la plénitude.....
Avec toute mon amitié
Ivan

Écrit par : coucou | samedi, 25 octobre 2008

Merci Coucou. Ce qui est marquant avec ces figures saintes, c'est que les rapports de force se fichent de valeurs supérieures qui fondent le sens de cette vie-ci. L'éthique se trouve souvent du côté du plus "faible"... Le puissant, lui, se contre-fout de la connaissance ou de la morale dans ses décisions aussi menues soient-elles.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | dimanche, 26 octobre 2008

Bonsoir Micheline,
Oui ! il est marquant, en effet, que l'éthique et la morale proviennent souvent du plus pauvre et du plus faible. La vraie "force" vient de ces personnes "simples et honnêtes" lesquelles sont remplies d'HUMILITE.
Les "puissants" étant malheureusement "obnubilés et sur-occupés" par leur égoïsme et leur nombrilisme, ceux-ci ne parviennent plus à prendre le temps de regarder les choses objectivement et d'être à l'écoute des autres.
Il n'est d'ailleurs pas étonnant que les apparitions et les messages de la Vierge Marie ont chaque fois été faites à des pauvres :
-Bernadette SOUBIROUS (enfant) à Lourdes
-Maximin GIRAUD et Mélanie CALVAT (enfants et bergers)à La Salette
etc.... (Fatima... et autres lieux dans le monde)
Les plus grands saint(e)s ont toujours été choisis dans la simplicité et sont toujours arrivés par la "petite porte" ! I
Il faut voir un signe clair et net de Dieu qui nous interpelle ! Suffit-il de s'en rendre compte et de constater que ces personnes merveilleuse, telle soeur Emmanuelle, ne sont pas le fruit du hasard, mais des signes pour l'humanité, guidés par l'Amour d'un Dieu bien réel et qui se révèle à travers Eux.
Je vous rassure, je ne veux absolument pas faire de prosélytisme à travers mes propos, mais seulement attirer l'attention d'une réalité qui ne fait que de se confirmer ! Sachant qu'il y a une multitude de saintes femmes et de saints hommes partout dans le monde (même dans des religions différentes), parfois tellement discrets que l'on ne parle pas d'Eux !
Bien amicalement, bonne soirée à vous
Ivan

Écrit par : coucou | dimanche, 26 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.