UA-105021232-1

jeudi, 06 novembre 2008

YES, WE CAN !

Un homme, dans la foule durant cette nuit du 4 au 5 novembre, laisse couler des larmes sur sa joue, à l’annonce de l’élection de Barack Obama. Ancien candidat à l’investiture dans les années ’80, le Révérend Jesse Jackson se souvient plein d’émotion de la lutte menée pour l’émancipation des Noirs d’Amérique. «Je ne savais pas quand, mais j'ai toujours pensé que c'était possible», a déclaré celui qui se trouvait aux côtés de Martin Luther King quand il fut assassiné.jackson.jpg

Aujourd'hui, l’histoire s’invite à la Maison Blanche en accueillant un Black que les votes blancs n’ont pas déstabilisé. Le manichéisme n’est pas son truc, le cynisme, non plus.

De Chicago où Obama vit le jour, il en garda le souvenir de son premier job. Dans un quartier des plus défavorisés, la population, noire à 100%, jamais remise de la fermeture des aciéries et des usines, voit débarquer ce jeune homme de 22 ans, fraîchement diplômé en sciences politiques, affichant un désir d’«essayer de changer les choses ». Passionné par Martin Luther King et le mouvement des droits civiques, il veut se confronter à la réalité du terrain dans l'une des villes où sévit la pire ségrégation raciale des Etats-Unis et qui vient d'élire son premier maire noir.

Obama1.jpg

Petit à petit et contre toute attente, Obama poursuit dans ce qu’il appelle son « rêve » d’un pays libéré de ses fractures raciales, des clivages stériles gauche-droite. Il veut inventer un nouveau futur. En 2006, il publie L'Audace de l'espoir. Poussé par une soif de changements, il s'est taillé le costume d'un politicien ambitieux et pragmatique, idéaliste et réaliste. Quand pouvoir, c'est casser la baraque!!

Si les défis qui attendent le nouveau Président des USA sont grands, on peut s'attendre à une forme de révolution dans les pratiques et les mentalités, de par l’énergie, l’intelligence, le charisme de cet homme qui incarne une lumière dans les ténèbres du siècle. Y croire constitue déjà un espace de liberté...

 

 

07:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.