UA-105021232-1

mercredi, 26 novembre 2008

Le Minsitre malgré lui ... Hautain et tancé!

Dans son arrêt du 21 novembre 2008, le Tribunal fédéral (TF) conclut au refus d’anéantir la décision du Tribunal administratif d’annuler, reporter les votations du 30 novembre prochain concernant l’école secondaire. La recourante – des rangs libéraux - avait fait exprimé ses griefs contre l’arrêt du TA comme suit, dans l’espoir que soit rétabli le droit de ce vote :

« - vilationde la liberté de vote (art.34Cst.)

- violation du principe de proportionnalité (art.5Cst.)

- violation du principe de l’interdiction de l’arbitraire (art.9Cst.) »

Mais c’était sans compter le fait que le TF respecte les droits civiques et politiques. Elle retira ensuite son recours devant l’attitude du TF. A l’heure où les castes établies sont prêtes à tout pour garder leurs pouvoirs, Beer réussissant par les moyens les plus honteusement douteux à gagner la paix sociale grâce à l’appui de clans adverses pour son propre confort et celui de quelques courtisans, une fable circule à Genève qui l’illustre à merveille. Sans faire de la pub du sinistre personnage, sans intérêt en soi, il demeure important de rappeler que pour moins que ça, des rois se fait couper la tête et que des gouvernements ailleurs sont renversés. Il est temps que la population se réveille afin de ne pas continuer à être mangeé à n’importe quelle sauce (soit-elle liée !).

Beerette et le pot au lait

Charles, sur son bureau, ayant un beau projet,

Soutenu par plus d’un sujet,

Prétendait imposer sans encombre son vote.

Hautain et sûr de lui, il allait à grands pas,

Ayant dit ce jour-là, fier d’être le pilote,

Phrases douces – de gros appâts !

Notre ministre auréolé

Comptait déjà – lui, l’insensé ! –

Tout l’or de sa victoire, en prenait avantage,

Voyait de son mandat tout l’éclat en partage.

La chose allait à bien par ses soins diligents.

Il m'est, se disait-il, facile

De peser sur l’avis des gens.le renard et le corbeau.jpg

Personne n’aura vent d’une manœuvre habile,

Personne n’osera défier l’autorité.

Et qui m’empêchera, vite fait, d’aiguiser

« L’Essentiel en bref » ?

Le DIP, c’est bien mon fief !

Charles Beer, là-dessus, fonce tête baissée.

Et pourtant … Adieu veau, vache, cochon, couvée …

On fit appel au Tribunal

Et le verdict lui fut fatal.

Le voici marri, courbatu,

En grand danger d’être battu.

Même en appel au Fédéral

Le stratagème est mis à mal.

Quel esprit ne bat la campagne ?

Qui ne fait châteaux en Espagne ?

Grand Conseil, Charles Beer, Moutinot, enfin tous,

Autant les sages que les fous …

Chacun songe en veillant, il n’est rien de plus doux.

Il faudra revoter : la victoire est à nous !

Méditez. Appréciez-la à sa juste valeur. Réagissez en toute liberté!

21:47 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Belle plume, réaliste et d'actualité.
100% dans le mille.
Bravo

Écrit par : Olivier | mercredi, 26 novembre 2008

Charles, sur son bureau,
Soutenu par un beau projet
Proposait sans encombre son vote.
il allait à grands pas,
fier d’être le pilote,
Phrases douces ,ministre auréolé
Pour tout l’or de sa victoire, certains en prenaient ombrage
La chose allait à bien par ses soins diligents.
Il m'est, se disait-il, facile
De quérir l’avis des gens.
Tout le monde jaloux d’une manœuvre habile,
Charles Beer, fonce tête baissée.
A battre la campagne
Les mauvaises langues lui font consruire châteaux en Espagne
Il faudra revoter : Et la victoire sera à vous !

Écrit par : potbrisé | mercredi, 26 novembre 2008

@ potbrisé : Un grand merci pour cette version! Epoustouflant! J'imaginais secrètement aussi quelques tournures similiaires "ombrage, victoire à vous, soutenu par un beau projet"... Je suis très heureuse de cette belle envolée.

Pourvu que le comptage de ces désavantages sache faire le partage entre projet et sujet!

Bonne journée.

Écrit par : Micheline | jeudi, 27 novembre 2008

Vous avez raison, Micheline, de préciser qu'il s'agit bien d'un abus d'autorité et non d'une simple erreur ou maladresse (comme d'aucuns veulent faire croire pour sauver leur bobine)!

Écrit par : François T. | jeudi, 27 novembre 2008

Cher Olivier,
Merci pour votre mot, qui - pourquoi s'en priver? - me va droit au coeur.
Bonne chance pour votre mandat!
Bien à vous.

Écrit par : Micheline | jeudi, 27 novembre 2008

Beer ventile n'importe quoi pourvu qu'il détourne l'attention de la population sur ses bévues. Dernière connerie en date : son histoire de CERN. Ce qui est scandaleux, c'est qu'on lui donne la parole pour s'excuser (se justifier) au lieu de lui infliger une sérieuse sanction.

Imaginons un seul instant un de ces profs nouveaux se plaindre de l'imbecillité et de la mauvaise foi de son "formateur" qui disent à son connard de visiteur dans la classe : "Il dit n'importe quoi; ce qu'il note vise à me nuire". Qui croire? Aucune chance pour lui de s'en sortir ...

Bon WE!

Écrit par : Bofitude | samedi, 29 novembre 2008

Pathétique spectacle que celui de Charles Beer pour "expliquer" sa place d'inappétent scolaire relégué au fond de la classe! Pauvres enseignants, si mal soutenus, condamnés à exécuter des séquences débiles! Pauvres gamins!

Écrit par : Henry de W. | jeudi, 04 décembre 2008

L'annulation par le Tribunal administratif du vote sur le Cycle d'Orientation n'a pas entaché la confiance de CB en sa capacité de gouverner sans prévoir!

À la lecture des considérants du TA, le responsable du département vient de perdre une précieuse occasion de restaurer sa crédibilité. Débouté par PISA, il reste en place en attendant sa retraite ... Les citoyens genevois le savent désormais et ne se feront pas berner!

Écrit par : Philippe B. | lundi, 08 décembre 2008

CB poursuit sans être gêné dans sa politique mononeuronale, fonçant tête baissée, aidant les psys à prendre la relève dans l'école. Si l'institution rendait à l'enseignant le droit d'exercer son métier, il est certain que beaucoup de psys (et quelques juristes véreux) se retrouveraient au chômage!

Quelle honte de vouloir perpétrer des expériementations pédagogiques hasardeuses ! L'école comme laboratoire est une calamité + Les enfants ne sont pas des cobayes... Voulez-vous vraiment une génération future ainsi formatée qu'elle se voit affublée de toutes les maladies mentales à cause de quelques-uns en mal d'autorité?

Écrit par : Bofitude | dimanche, 15 mars 2009

Pfff ... pffff ... pfff! CB se moque de tout et de tous. Ses apparitons publiques sont ridicules, à l'instar des contre-vérités proférées sur les dossiers chauds.

Écrit par : blabla-blog | mercredi, 13 mai 2009

Les commentaires sont fermés.