UA-105021232-1

samedi, 20 décembre 2008

1968 - 2008

"Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent." (Samuel Beckett)

 

L’année 2008 tire désormais à sa fin. Nous venons de fêter une nouvelle décennie de la date fatidique 1968.

Une période de confusion s'achève, où l’économie financière planétaire impose sa loi et précipite le naufrage, détruisant conquetesnoyees68.jpgles conditions de survie de la planète tandis que la nécessité ordonne de remettre en question les idées reçues communément admises et d’éviter les solutions de changement inopérantes pour un avenir improbable.

Il y a 40 ans, naissait la publicité ! C'était une première : «Dany le Rouge» face à Valéry Giscard d'Estaing sur la même estrade, soit le futur ancien président de la République et celui qui scandait en 1968 «élections, piège à cons», avant de se faire élire député européen.

indesirables68.jpgLa contraception, avec son contrôle des naissances, plus qu’une licité de la sexualité débridée changeait la face du monde.

En même temps, l’arrivée de la publicité de marque à la télévision donnait lieu à un débat biaisé, au printemps 1968. Celle-ci est ainsi autorisée dès le 1er octobre. D’un côté, l’opposition reproche au gouvernement de se saisir d'un tel instrument pour en finir avec une presse régionale hostile et partiale, qui verra par la suite, effectivement, ses ressources publicitaires amputées. De l’autre côté, le pouvoir en place n’a qu’une obsession, à savoir passer par la voie réglementaire plutôt que parlementaire pour faire passer son projet de «communication ».46342.jpg Cependant certains secteurs d’activités sont soumis à des restrictions radicales (alcool, tabac, médicaments, armes à feu, assistance juridique...). Et par une ironie du sort, la grande distribution, elle, n’est plus un « secteur interdit » depuis le 1er janvier 2007.

  Apparition sur petit écran, le 1er octobre 1968 à 19h55 pétante,

de la première publicité télévisée française pour un fromage...

"Du pain, du vin, du Boursin."

Née par décret, la pub faillit périr par décret. Son actuelle mise en berne sur les chaînes publiques du grand frère voisin renvoie à son origine pleine de bruit et de fureur d'il y a quarante ans. Cette interdiction décidée au plus haut sommet de l'Etat provoquera peut-être quelques répercussions chez nous, ne serait-ce que pour la grille-horaire mais elle n'en demeure pas moins étrange... mai-1968-2008-sarko-thumb.jpg

 

 

En cette année 2008, on a dit que les rôles sont inversés depuis 1968 :

  • En 1968, les citoyens s’émancipaient.
  • En 2008, c’est le Président qui s’émancipe.

Un énigmatique « livre blanc de TF1 » aurait-il inspiré à Nicolas Sarkozy l’idée de cette suppression ? Le conseil viendrait de l’ami de 30 ans de Sarkozy, Martin Bouygues, propriétaire de TF1, qui définit comme déplacée la pub sur une ressource publique. Jugez ses propres termes :

«La publicité télévisée est, en effet, un véritable levier de relance de la consommation et, par conséquent, de la croissance économique ; elle stimule la demande, encourage la concurrence et développe l’innovation. Il apparaît, dès lors, paradoxal que, dans le même temps, les pouvoirs publics se montrent soucieux de relancer la croissance de notre pays sans chercher, par ailleurs, à libéraliser ce vecteur. »

Annonce-t-on la fin d'un monde, en cette fin d'année, dont la seule permanence est de ne point en avoir?  Ce dicours n'en reste néanmoins pas plus explicite sur le futur imprévisible qui nous "attend" ...

 

 

16:34 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : 1968 | |  Facebook

Commentaires

40 ans de liberté, pour bientôt sombrer dans la répression.
Durban II, en 2009, à Genève, demanderas l'interdiction de la liberté d'expression.
La religion est en train de reprendre du poil de la bête, la bête immonde, remplie de haine et d'interdits.
Tristes temps à venir, avec la crise en plus, la foi va en augmentant.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | samedi, 20 décembre 2008

Votre crainte, je la partage également. Plus les gens vont mal, plus ils résilient, compensent, s'invente quelque chose à quoi se raccrocher. Cette vision "morale d'après-coup", religieuse, m'inspire un profond dégoût.

On fête les 100 ans de la naissance de Simon Weil, philosophe et ouvrière, qui vit dans l'esclavage du travail à la chaîne le point G de la tragédie de notre condition humaine et en même temps son rachat par Dieu. Mais personne n'a été capable d'expliquer en quoi la pensanteur et la grâce apporteraient une preuve du libre-arbitre ou de la responsabilité, humaines...

On ne peut rien contre la folie du monde! Bien fou serait celui que le croirait.

Écrit par : Micheline | samedi, 20 décembre 2008

Oooooh la la la ! Victor, Micheline ! est-ce la déprime de la fin d'année ???? le manque de soleil ????
Je ne comprends pas l'amalgame de la religion, de la foi et de la politique !?
Une chose est sûre, c'est que la religion mêlée à la politique font un ensemble super-explosif et totalement malsain. Celà doit être absolument SEPARE.
Lorsque j'entends prôner les 40 années de libertés !!!???? excusez-moi, mais finalement à quoi nous ont menées ces soit-disantes années de libertés, si ce n'est qu'au bordel actuel !!!!!!
Finalement, n'aurait-il pas été plus sérieux et nécessaire de parler de 40 années de DEVOIRS envers son prochain !? Mais évidemment, lorsque l'on parle de devoirs..... alors là tout le monde s'éclipse !
On préfère les libertés........ car c'est le meilleur moyen de se foutre des des autres et de leurs soucis !
Si les gens se raccrochent actuellement aux religions, c'est simplement que les politiques des libertés (toutes confondues) balancées jusqu'à aujourd'hui nous ont plongées tout simplement dans le k.o., avec leurs cohortes d'hypocrites, d'égoïste et de j'm'en foutistes (référence: la crise et les différents problèmes actuels).
Ceci dit, ce ne sont pas les religions qui vont pouvoir résoudre ce k.o. ! Non ! C'est à chacune et à chacun de se prendre en charge, sans compter toujours sur les autres pour solutionner les problèmes qu'ils rencontrent. La preuve c'est que tout l'monde s'appuye sur l'Etat pour vouloir tout résoudre ! ce qui est totalement faux.
L'orgueil, l'égoïsme, la faiblesse d'esprit et les manques d'ouvertures sont les principaux destructeurs de notre société ! Pas besoin d'aller chercher plus loin !
Voilà mon point de vue, dur, mais bien amical ! :-)
Je vous souhaite tout de même de douces fêtes de fin d'année, avec mes souhaits d'espérance et de joies.
L'avenir n'appartient pas aux défaitistes !!!!!!!! même si le "monde" est en crise.
Coucou

p.s. : Si, Victor, vous trouvez des traces de haines dans le Nouveau Testament, alors faite-moi signe ;o)

Écrit par : coucou | dimanche, 21 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.