UA-105021232-1

samedi, 27 décembre 2008

Saviano, auteur du roman sur la gestion des déchets napolitains, menacé de mort pour Noël, reste debout!

saviano.jpgOn est très heureux de savoir Roberto Saviano briller parmi nous! Après son périple à Paris, Roberto Saviano, l’auteur de Gomorre, a rencontré Salman Rushdie à Stockholm, selon qui l’auteur italien court un grave danger. Deux après la parution de son best-seller, vendu en Italie à 1,8 million d’exemplaires et inspiré un film primé à Cannes, le journaliste de 29 ans continue à affronter « la pieuvre » malgré les grandes menaces de mort qui pèsent sur lui. Rappelons que un clan puissant mafieux napolitain a mis sa tête à prix pour le 31 décembre. L’écriture reste une nécessité vitale dans sa situation mais il avoue être fatigué de cette existence de réprouvé. Effectivement, Saviano doit se déplacer tous les quatre ou cinq jours : d’une caserne de carabiniers à Naples, il doit rejoindre un appartement secret à Rome, etc. Ce nomadisme contraint le prive aussi d’une vie privée satisfaisante.

Depuis la publication de Gomorre, le monde s’est finalement intéressé à la Camorra, mafia napolitaine, ainsi qu’à cette campagne polluée par les ordures qui ont tant fait parler de leurs effets à Genève. saviano4.jpg

Salman Rushdie, qui a connu une fatwa à cause de son livre, fut condamné ; le cas de Saviano est un peu autre en ceci que c’est son succès qui l’a condamné à vivre sous haute escorte. Cette tragicomédie à l’italienne le force à vivre traqué afin d’éviter que le clan Casalesi ne le tue comme promis avant Noël.

saviano3.gifCette tragicomédie à l’italienne le force à vivre traqué afin d’éviter que le clan Casalesi ne le tue comme promis avant Noël, de la même manière que le fut le juge anti-mafia Falcone le 23 mai 1992.

Beaucoup d’intellectuels se sont mobilisés dans le monde pour Saviano. Face à cette pressante menace de mort lancée depuis maintenant deux ans, dix-sept Prix Nobel, parmi lesquels Dario Fo, Mikhaïl Gorbatchev, Rita Levi et Günter Grass, ont signé une pétition, avec 250 000 autres citoyens, ont apposé leur signature sur les grands nationaux européens.

Vive la liberté d'expression.... à l'épreuve des balles !

 

09:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : terrorisme, violence, mafia, journalisme, écrivain, roberto saviano | |  Facebook

Commentaires

Hello Micheline,

Oui bien content qu'il échappe aux tueurs. Sa vie doit être une forme de prison, mais il a écrit son livre en conscience, et a déclaré qu'il n'hésiterait pas à le refaire même s'il savait ce qui l'attendait.

Bravo à son courage.

Et bonne fêtes à vous Micheline.

Écrit par : hommelibre | samedi, 27 décembre 2008

Bonsoir Micheline,

En effet, il est heureux de constater que ce triste présage ne s'est pas produit! Chaque jour, il est judicieux d'avoir dans l'esprit que la liberté de parole chèrement acquise n'est jamais définitive. Saviano vit comme s'il était en cavale mais il ne regrete rien et son livre ainsi que le film qui en a été tiré servent à l'humanité.

Il reste bien protégé. Il s'en sortira; Qui sait, les soeurs Brunilui concoctent_elles un asile, un mariage possible, une nouvelle vie en somme!!?

Bravo à lui, au travail de l'intelligence sur la brutalité du monde ...

Je vous souhaite un bon passage à 2009.

Écrit par : Gui-Gui | samedi, 27 décembre 2008

Bonjour Hommelibre,

Je vous souhaite à mon tour d'excellentes fêtes même si on ne peut ni ne doit faire abstraction de nos frères humains dans la détresse, lointains ou proches!

Bloggueusement vôtre.

Écrit par : Micheline Pace | lundi, 29 décembre 2008

Le clan mafieux des Calesi (Naples) voulait liquider Saviano et voilà que l'un d'eux, parmi les plus recherchés dans toute la péninsule a été arrêté aujourd'hui!

Giuseppe Setola est considéré comme un des plus dangeureux de la Camorra. Le roman "GOMORRA" aurait apparemment servi à tous ces coups de filet de ces derniers mois! Chapeau bas, Roberto Saviano!

Écrit par : Jules César | mercredi, 14 janvier 2009

Le journaliste d'investigation, Roberto Saviano, parmi les plus connus et les plus en danger est arrivé entouré de ses gardes du corps en cette journée mondiale de la lberté de la presse. Il dit ne jamais regretter ses enquêtes sur la mafia napolitaine même si va vie s'en est vue transformée. Selon l'auteur de "Gommorra, les mots revêtent un pouvoir indicible. Une véritable action ...

Mais il s eprotège. Il dit ne pas être un héros même s'il ne peut mener une vie ordinaire, aller manger avec des amis au resto ou s marier et faire des gosses comme tout le monde.

Menacé continuellement de mort, Saviano n'a plu peur de vivre.

Comment lutter efficacement contre les mafias italienne alors qu'elles ont réussi à jeter leurs tentacules à travers le monde?

Comment légiférérer lorsque Silvio Berlusconi juge que son travail faiit les choux gras de la mafia.

Si les 100 milliards l’argent des mafias injectés dans l’économie européenne ne dérangent pas la président italien, se taire n'est pas la solution pour le journaliste d'investigation¨!

p.s. j'aime bien votre blog; pourquoi n'exprimez-vous pas tout ce que vous savez et aimeriez dire à la fce d ela terre?

Écrit par : XYZ | jeudi, 22 avril 2010

« Je voulais tout simplement me venger. » Ce sont les mots de Saviano après le succès planétaire de Gomorra, qui met en exergue les ramifications de la mafia. Pour "remercier" en un certain sens les agents qui assurent sa protection, il vient de publier Extra Pure, une enquête inédite sur le trafic international de cocaïne. L'homme le plus recherché de la péninsule vit caché ... personne ne peut le retracer ... les meanaces de mort incessantes ne le découragent pas dans cette voie. Désormais, ceux qui lui gâchent la vie seront démasqués. Le combat contre la criminalité organisée le conduit à dévoiler le marché tentaculaire des cartels mexicains $ l'orée de montages sophistiqués des financiers institutionnalisés recyclant l’argent issu du trafic. À lire absolument !!! Encore une fois, le journaliste Saviano ne saurait nous decevoir.

Écrit par : Salut | vendredi, 14 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.