UA-105021232-1

mardi, 22 août 2017

Hommage à Alexandre SOLJENITSYNE

Décédé dimanche 3 août 2008 chez lui, à Moscou, Alexandre Soljenitsyne fait partie des combattants, c’est-à-dire des « dissidents » d’un régime jugé totalitaire.alexandre-soljenitsyne-le-dissident.jpg

 

Viscéralement anti-communiste, l’auteur de l’Archipel du Goulag lutta toute sa vie contre l’injustice de la parole tronquée. Défiant l’idéologie en place, au prix de sa vie, il ne succomba néanmoins jamais aux sirènes du « libéralisme occidental », système qu’il considérait aussi asservissant, car l’être humain y est considéré comme un simple outil dans tous ses rapports avec son prochain. Visionnaire à ses heures, il en décrivit même les conséquences dramatiques que nous connaissons aujourd’hui.

 

Contrairement au rousseauiste Tolstoï, l’écrivain nobelisé croit à la force individuelle de l’homme, à son choix personnel entre la bonté ou la méchanceté, jusqu’à lui attribuer une capacité à se forger une axiologie propre qu’il nomme "l'ordre intérieur". Il dira de son séjour en camps que l’ataraxie (l’impassibilité, selon l’appellation stoïcienne) l’aida beaucoup dans sa survie quotidienne. Ce sens éthique préside d’ailleurs à toute son œuvre comme pour conjurer le monstre extérieur.

 

Une conférence est organisée à cet effet ce

jeudi 16 avril 2009 à 19 heures (entrée libre)

 

à l’Institut National Genevois, Promenade du Pin 1, 1204 Genève

par Me Pascal Junod, président du 

 

CLUB DE LA GRAMMAIRE

18:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.