UA-105021232-1

mercredi, 06 mai 2009

Taser et hausse de la criminalité à Genève

Sortons un peu de la perspective des votations du 21 courant. «Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.» Telle est la morale à laquelle conclut la fable de La Fontaine, Le Lion et le Rat. Indéniablement, les citoyens genevois sont las de se savoir constamment astiqués, harcelés, voire agressés par la faute d’un laxisme politique en matière de protection de leur sphère vitale, dont la sécurité fait partie.

 

La conférence de presse tenue dernièrement par la Police révèle que les années se suivent. Et se ressemblent du point de vue de la lente mais sûre progression de la criminalité. C’est aussi étrangement à cette occasion, qu’elle a annoncé officiellement l’introduction d’armes de neutralisation momentanée de type Taser X26.

Qu’on ne se méprenne : les faits divers récents qui ont frayé la chronique montrent autant que les chiffres du rapport de police 2008 que la hausse de la criminalité à Genève est un fait avéré. Aussi, n’elle-elle n’est pas le résultat d’un sentiment d’insécurité diffus comme il est communément admis dans certains cercles politiques.

 

Ce phénomène de recrudescence s’est observé d’ailleurs l’année précédente contrairement à ce qui s’est produit dans d’autres cantons romands où l’on en a même noté … une baisse effective.

 

Aussi, les infractions au code pénal ont-elles crû de 2,5% en 2008 par rapport à 2007 dont 80% touchent les dommages à la propriété. Parmi les 46'367 infractions recensées contre le patrimoine, force est de constater que bien que le nombre des vols de véhicules n’a pas augmenté, les vols dans et sur les véhicules, à l’instar des vols par effraction dans les appartements, sévissent de manière exponentielle, soit de 21,6%.

  

Les brigandages (432) et les vols à la tire (6'077) et à l’arraché (516) ont continué malgré les démarches de « visibilité accrue » promises, notamment sur les quais et au Jardin Anglais, sous le nom de code de Gelati.

 

Si le nombre d’arrestations ne constitue pas un indicateur fiable, vu que l’activité de la police dépend largement de la capacité carcérale du canton, on perçoit la difficulté du politique à faire appliquer la loi. À l’heure où l’on parle (pour la énième fois) d’un prolongement de l’établissement de détention provisoire de Champ-Dollon, on sait qu’il est plein à craquer et que, par conséquent, il n’a pas été « possible » de procéder à toutes les arrestations. Autrement dit, beaucoup d’opérations menées par l’autorité policière ont été diffusées.

 

On apprend hier dans le Matin Bleu d’hier qu’un policier se voit condamné pour avoir frappé un détenu menotté ; parallèlement, on articule le chiffre des plaintes pénales contre la police : 41 en 2008, à savoir -37% par rapport à 2007. De plus en plus de violences sont commises contre les forces de l’ordre : 81 policiers ont été blessés durant l’année écoulée contre 67 précédemment. La peur du gendarme n’est plus d’actualité depuis longtemps. Or, ce constat est à mettre en relation directe avec un manque de soutien du corps de police de la part du pouvoir en place que l’on ne peut que déplorer ... Qui se soucie du bien-être des habitants?

 

 

police.jpg

11:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : police, sécurité, arme, suisse. genève | |  Facebook

Commentaires

C'est bien plus beaucoup lorsque c'est inutile: rappelons donc le vieux proverbe selon lequel "la peu du gendarme est le commencement de la sagesse."

Écrit par : Mère | mercredi, 06 mai 2009

Effectivement, les valeurs et les symboles sont si brouillés dans notre société où l'insignifiance règne en maître ... La recrudescence des violences contre les gendarmes au cours de leurs opérations, passés de 67 en 2007 à 81 en 2008 est un signe de ce phénomène.

Écrit par : Micheline Pace | mercredi, 06 mai 2009

Bravo à notre Police ! Un nouveau coup de filet a été accompli dans le gang des cambrioleurs géorgiens. Il y a peu, un tel événement s’était déjà produit. Plus de 300 cas ont été déclarés en 2008.

Même si la cellule « task force » était en veille, par la volonté de priorités politiques incompréhensibles (au vu des rixes éclatées aux Pâquis), la cellule « trésor » a fait un super boulot.

Écrit par : François Thévenet | jeudi, 07 mai 2009

L'affaire des Pâquis donne du grain à moudre à certains politiques. La sécurité des habitants n'est pas pour autant plus assurée. L'UDC a raison de se demander si la mesure des 24 mois de détention administrative n'est pas que poudre aux yeux pour se faire valoir. Les prisons sont pleines à craquer : le problème principal reste que le nombre d'arrestations est trop peu élevé par rapport à la réalité.

Écrit par : François Thévenet | vendredi, 08 mai 2009

Les délits augmentent et devant l'incurie politique, les citoyens se mettent à défendre leurs biens en réagissant, certains même vont jusqu'à être blessés. C'est préoccupant de voir une population qui commence à réagir. Le paradoxe c'est que la police précise qu'il est préférable de les appeler et de ne pas intervenir car 1) cela peut être dangereux(on les croit sur parole) 2) dans certains cas répondre en donnant un coup de poing à son agresseur peut se retourner contre vous en justice (la légitime défense et la défense de ses biens passent à la trappe). Bref, même si la population se méfie de plus en plus, change ses serrures, ses habitudes, ses comportements, le taux des délits reste exponentiel et même la police est touchée par la violence endémique qui est notre territoire. Les politiciens qui vont bientôt faire campagne électorale devraient proposer un vrai plan sécuritaire pour Genève et sa région (avec les autres cantons et la France) et pas seulement des actions cosmétiques. Un changement est nécessaire car la lame de fond de la population ulcérée par cet état de non-droit va bientôt devenir une norme, c'est-à-dire que nous allons assister à la création de milice dans les quartiers, à des actes d'auto-défense et protection et bien sûr à des dérapages.

Écrit par : demain | vendredi, 08 mai 2009

Le risque de voir des milices privées, des milices organisées par les citoyens, des snipers faire quelques "cartons" sur les dealers, grandit de jour en jour et je ne serais pas surpris de découvrir ces faits sur les manchettes des journaux dans les semaines à venir. L'insécurité pour les honnêtes gens est effective même si la gauche estime que l'on peint le diable sur la muraille. Ces partis sont complétement aveugles et ne comprendront jamais que la population n'a pas envie de se trouver otage des voleurs, mendiants, dealers, violeurs, tous protégés par le PS et ses "camarades" menteurs.

Écrit par : Octave Vairgebel | vendredi, 08 mai 2009

Les problèmes épineux soulevés par demain et Octave sont d'une actualité pregante. L'incurie politique mène droit à la guerre de boutons... Et le fait de devoir se faire justice soi-m^me en se défendant contre votre agresseur peut vous faire connaître de graves déconvenues et vous faire passer pour le salaud au lieu de la victime.

Le désir de se constituer en milices privées constitue en soi un gage de l'échec de la "volonté décisionnelle" en place.

Y a des baffes qui se perdent!

Écrit par : GHP | samedi, 09 mai 2009

@GHP. Il semblerait que fort heureusement les milices privées ne sont plus d'actualité puisque la police semble harceler les dealers des Pâquis - 90 arrestations- et 90 libérations. Bref un plein succès...Le fait que ces africains soient des dealers, sans autorisation de séjour et donc en infraction avec nos lois ne semble pas être un point important puisqu'aucun ne passera pas dans les mains de la justice.

Écrit par : demain | samedi, 09 mai 2009

Aller se promener sur le trottoir des Pâquis pour certains politiques est une affaire qui roule, pour y racoler des voix en cette année des hanetons. Mais c'est en amont qu'il eût fallu agir et non réagir en aval.

Bien vite, cette population se déplacera, comme on l'a déjà remarqué avec le Jardin Anglais et la Place des Volontaires, décrêtés "zones de non-droit" ...

Où est la volonté politique d'exécuter les dispositions légales?

Écrit par : Micheline Pace | dimanche, 10 mai 2009

On lit dans le GHI que les cambriolages sont en baisse depuis le fameux démantèlement du réseau géorgien. Selon cette même source, ils seraient passés de 700 (décembre 08) à 400 par mois ...

Cette baisse apparante de 30% amène naturellement à 2 questions :

- Quid de la surpopulation carcérale?
- Est-elle, cette baisse, à une plus grande performance de notre police. Si oui, les criminels ont-ils été renvoyés dans leur pays?

Si un policier lisait ce message, je le remercie d'avance de bien vouloir y répondre.

Écrit par : HELLO | vendredi, 21 août 2009

Durant tous les mois d'été, on a pu constater la criminalité chaque jour. Un ami étranger venu me voir m'a avoué que GE n'est plus ce qu'elle était, et que l'insalubrité côtoyait désormais l'insécurité! Un sentiment de dégoût profond nourit des passants autant que des habitants.

Écrit par : Philippe B. | jeudi, 01 octobre 2009

Un nouveau gang sévissant au centre-ville est dévoilé.

Écrit par : xyz | lundi, 26 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.