jeudi, 11 juin 2009

Une journée dans les coulisses du Palais fédéral

Invitée pour une journée au Palais fédéral, j’ai assisté à la vie qui s’ y déroule. Dès le seuil franchi, je suis en prise par l’atmosphère solennelle que respirent ces lieux.

 

écussion Suisse.jpgC’est l’endroit où la puissance des Confédérés se déploie ! S'étant détachés de la mainmise du Saint-Empire romain germanique depuis 1499, les Helvètes n’ont eu de cesse désormais de défendre les libertés par les instruments devenus usuels de démocratie directe.

 

La vue plongeante sur un paysage digne d’une carte postale vivante que le bâtiment offre à tout visiteur depuis ses fenêtres est à mettre en parallèle avec les œuvres d’art dont il abonde. Dès le hall d’entrée, on est assailli par la grande statue symbolisant les trois fondateurs de la Suisse, les premiers Confédérés ayant prêté serment sur la prairie du Grütli en 1291. On sent dans toutes les chambres que le Palais fédéral, siège du Parlement suisse, abrite les volontés du peuple.

 

Arrivée dans les tribunes, à quelques étages supérieurs, j’admire la fabuleuse fresque de Ferdinand Hodler, presque nez à nez, comme si en hauteur, les détails picturaux, notamment l’être désincarné et ailé, confondu avec les nuages, nous faisaient ressentir plus fortement l’esprit qui y règne.

Là, on peut assister aux débats, aux interpellations des députés nationaux ainsi qu’aux réponses données par les conseillers fédéraux, selon leurs domaines de compétences. En effet, selon l’art. 174 Cst, l’autorité directoriale suprême de l’Etat se doit de renseigner le public sur son activité, exhortation rendue obligatoire par l’art. 10 LOGA. Grâce à cette pratique démocratique, le public peut suivre en direct telle planification ou décisions prises par le Conseil fédéral.

Pour exemple,

- la question N° 09.5293 nous jette dans le vif du sujet : "Sur le plan fédéral, serait-il possible d’avoir une loi plus stricte, demandant une plus grande aptitude au permis de port d’armes à titre professionnel ?"

- la question N° 095294 poursuit sur le même ton: "Ne serait-il pas nécessaire qu'un candidat au port d’armes passe une série de tests psychotechniques additionnels à ce qui est demandé aujourd’hui?"

Durant cette même session parlementaire, on apprend ainsi que plusieurs motions ont été adoptées en vue de

- renforcer le droit pénal existant, ce en élargissant le catalogue des peines (courtes peines privatives de libertés à réintroduire et suppressions de l’exécution de peines avec sursis partiel pour infractions de plus de deux ans). Dans cette même logique, les infractions comme les viols, sont appelés à être jugées plus sévèrement. Quant à la problématique des criminels en provenance d'un autre pays, la volonté de les expulser afin de leur faire subir des peines de prisons dans leur propre pays est confirmée.

Pour finir cette balade historique, mes pas me conduisent à rencontrer Ueli Maurer avec qui j’échange quelques propos. C'est dire si une journée en prise directe avec notre démocratie en  marche permet d'apprécier notre modus vivendi de manière aussi vivante que significative ...

 

* Le principe Un pour tous – Tous pour un encercle l'enseigne du drapeau suisse 

07:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : palais fédéral | |  Facebook

Commentaires

Tiens, deux interpellations sous la coupole fédérale concernant le port d'armes... ça rappelle un fameux épisode survenu au parlement genevois!

Écrit par : saturnien | mercredi, 10 juin 2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Micheline,

c'est vrai que le Palais Fédéral est un batiment imposant qui oblige au respect.

Aussi, il est indéniable qu'en y pénétrant, on est très vite pris par l'ambiance très chargée d'Histoire qui se dégage.

La sensation de toucher du doigt le centre nerveux de notre démocratie.

Un très beau billet empreint d'une émotion que vous partagez à merveille :o)

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | mercredi, 10 juin 2009

Vos lignes tendent à nous réconcilier avec le mécanismes de la politique institutionnelle. Si l'esprit de la loi règne, d'après vos dires, en ces lieux où se tiennent des propos un peu plus élevés que ceux tenus dans un café de commerce, on s'en voit rassurés.

À titre d'info, je vous remercie de nous avoir tenus au parfum sur quelques questions posée au CF. J'irai illico presto voir sur le site.

Bonne journée, Micheline!

Écrit par : Laure | jeudi, 11 juin 2009

Chers préopinants, cher Stéphane, chère Laure, merci pour vos réactions. En effet, ce lieu hautement symbolique se prête de manière propice aux exigences de notre vie démocratique.

Se parler directement modifie le pâle reflet des réalités dont fait écho parfois la presse. L'essentiel est aussi parfois invisible, dans les coulisses.

En plus, le bâtiment que d'aucuns qualifient d'austère, je le trouve à la fois beau, majestueux, voire agréable.

Cordialement!

Écrit par : Micheline Pace | jeudi, 11 juin 2009

Oui, les lieux recèlent une âme et on ne dit pas les mêmes choses selon où l'on se trouve, à qui l'on parle, etc. Merci Micheline pour cette jolie balade qui ravive beaucoup de souvenirs à certains d'entre nous.

À une certaine époque, on n'avait pas de badges et l'on pouvait apostropher un conseiller fédéral sans trop de formalisme.

Aujourd'hui, les apparences ont repris le dessus, les gens s'expriment peu si ce n'est en langue de bois et la peur sévit dans bien des cercles.

Mais le bâtiment est vraiment très beau et la rénovation qu'il a subie il y a 6 mois aporte vraiment quelque chose. N'importe délégation ou individu peut y déambuler - avec autorisation, bien sûr - et c'est une chance peu mesurée ...

Écrit par : Philippe B. | jeudi, 11 juin 2009

N'est-ce pas là un rappel merveilleux de la chance que nous avons dans ce pays !
Vive la démocratie directe !
Dans ce contexte, je pense que la Suisse a beaucoup à apprendre à cette "Union européenne" et à bien d'autres pays !
Fier d'être suisse ! OUI ! (sans aucune propagande d'aucun parti politique).
Vive la LIBERTE !
On a encore cette chance !.......................................................

Écrit par : coucou | jeudi, 11 juin 2009

Les commentaires sont fermés.