UA-105021232-1

dimanche, 19 juillet 2009

Patrimoine suisse et mondial (1)

« Le philosophe cherchera toujours la limpidité et la distinction et s’efforcera de ne pas ressembler à un torrent trouble et impétueux, mais bien plutôt à un lac suisse qui, grâce à son calme, a,malgré sa grande profondeur, une limpidité qui la rend visible. »

 

De la quadruple racine du principe de raison suffisante (Arthur Schopenhauer)

 

 unesco1.jpg

 En cette période estivale, il est un événement qui nous donne envie de nous balader dans notre beau pays … et qui marie bien politique et tourisme : la Suisse est en train de piloter un projet transnational en vue d’un recensement de ses sites lacustres au patrimoine mondial.

 

Seize cantons dont Neuchâtel sont concernés par cette démarche. Les sites lacustres du canton de Neuchâtel embrassant les communes de

 

 

-          Saint-Aubin-Sauges,

-          Gorgier,

-          Bevaix,

-          Cortaillod,

-          Colombier,

-          Auvernier et

-          La Tène (Marin)

 

ont été remarqués par l’Unesco pour figurer parmi les prétendants au patrimoine mondial. unesco3-la chaux.jpg

 

La Chaux-de-Fonds et Le Locle (référencé comme dernière ville dans le classement de l’attraction touristique du pays) ont été couronnés en juin dernier. *

 

La particularité de ces endroits à la fois magiques et familiers ? Des traces de vie datant de l’âge du Néolithique bordant ces zones humides attestent d’habitats organisés, les palaffites. Pour la petite histoire, ces sites lacustres préhistoriques se nichent sous la surface de l’eau ; le fait qu’ils soient invisibles aux yeux des badauds n’empêche pas d’être dignes de protection. Plus : c’est justement parce que les matières organiques (bois, restes de nourriture, ustensiles, vêtements) sont abritées par les eaux qu’elles ont pu être si bien conservées, nous léguant ainsi le chemin parcouru à travers les siècles.

         

 

L’arc alpin regorge de ces trésors culturels. Chargés de 7000 années d’histoire, ils sont aussi en lice pour l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.Neuch.jpg

 

 * Notons les biens helvétiques déjà recensés :

 

     -      Vieille ville de Berne (1983),

-           Couvent de Saint-Gall (1983),

-           Couvent bénédictin St-Jean-des-Soeurs à Müstair (1983),

-           Châteaux médiévaux de Bellinzone (2000),

-           Vignoble en terrasse du Lavaux (2007),

-           Chemins de fer rhétiques du col de l'Albula et de la Bernina (2008).

 

De quoi nous faire rêver et nous donner des idées (si besoin est) de belles promenades en couple ou seuls, entre amis ou collègues. Bref, une manière supplémentaire d’apprécier notre pays et se dire à chaque pas que l’herbe du voisin n’est pas toujours plus verte …

 

unesco2-Aletsch.jpg

 

18:27 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : patrimoine mondial, unesco, neuchâtel | |  Facebook

Commentaires

Le hasard veut que le TSR en ait parlé ce soir, au TJ. S’il faut aller au fond de l’eau pour remonter le temps ! Tel aurait pu être le titre de billet (doux).

Les sites naturels des Alpes suisses Jungfrau-Aletsch (2001), le Haut lieu tectonique suisse Sardona (2008), le Monte San Giorgio (2003) font partie de notre patrimoine mondial pour le bonheur des touristes et des indigènes.
Ces actions encourageront-elles le tourisme ? Apportereront-elles à ces très belles régions la visibilité méritée ?

Quoiqu’il en soit, je fais connaître notre pays à mes amis provenant d’ailleurs et ils en sont souvent époustouflés, repartant convaincus qu’on n’a rien à envier à d’autres destinations. Le hic est qu’on ne sait pas toujours se vendre, de par le tempérament helvétique, qui se veut (trop) discret.

Écrit par : Marc F. | dimanche, 19 juillet 2009

Effectivement, faire revivre ces sites doit pouvoir donner envie de les visiter autant que de les protéger comme biens de l'humanité.

Comme le prétend Anne Weibel, porte-parole de l'Office fédéral de la culture, «Le label Unesco permettrait non seulement de protéger ces sites archéologiques mais aussi d'en favoriser la visibilité et de mieux sensibiliser la population quant à l'importance de connaître et sauvegarder cet héritage collectif.»

Pour ma part, je suis déjà fort reconnaissante des efforts fournis dans ce sens par les offices du tourismes. Leurs publicités qu'on rencontre au gré de nos déplacements en train ou par voie routière le démontrent. À chaque fois que je me déplace, je profite de l'occasion pour visiter les lieux alentours.

En ce qui concerne les sites lacustres proposés, j'imagine qu'ils ne feront pas seulement des archéologues ou autres chercheurs mais également les badauds.

Il est donc pour tout le monde de les protéger et de les faire connaître, voire reconnaître (le jeu de mot avec la reconnaissance en randonnée est totalement fortuite.) Bon été!

Écrit par : Micheline Pace | dimanche, 19 juillet 2009

Tous ces bijoux. Que du plaisir, bucolique ou esthétique! LOL ; )

Écrit par : JouJou | lundi, 20 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.