samedi, 01 août 2009

Bon 1er août !

Que ce soit avec un Schubling  ou autour d'une fondue de     suisse1.jpgbien sûr, au fond d'un lit, à l'étranger, loin de chez vous, rien n'empêche de fêter ce jour solennel.

suisse6.jpg

 

 

 

Le Pacte fédéral de 1291 commence par poser les valeurs fondatrices de notre modus vivendi : sécurité et paix !!! En ces temps tortueux, il n'est pas donc inutile de rappeler le sens des mots "défendre et maintenir dans leur intégrité leurs vies et leurs biens", accompagnés de la notion de neutralité.

 

 

Depuis 1848, la Confédération helvétique prône la liberté au cœur même de son système (liberté d’expression, d’entreprendre, de culte).

 

 

 

 

 

 

 

Je vous souhaite, vous qui me lisez, par hasard ou par fidélité, une BONNE FÊTE NATIONALE, moment où l’on sent vibrer en nous un peu de cette fibre patriotique qui nous fait nous sentir un « nous ».

 

 

Vive Genève

 

PTLUX.gif

Canton suisse !!!!

11:56 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : 1er août, genève, fête nationale | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline,

Un bon 1er août à toi ainsi qu'à ton ami dans l'une de nos belles communes genevoises.

Fondue, raclette, saucisses, et surtout beaucoup de joie, de convivialité et de discussions constructives.

Bien à toi et meilleures salutations,

Béatrice FUCHS

Écrit par : beatrice fuchs | samedi, 01 août 2009

Le 1er août est une fête de traditions,bien plus que celui de l'histoire à proprement parlé et c'est tant mieux et plus sympas.

Bon 1er août a vous aussi.

D.J

Écrit par : D.J | samedi, 01 août 2009

Fête nationale.

Il y a encore dix ans, pour moi la Fête Nationale du 1er août était synonyme de joie, de feux d'artifice, de l'éclat du brasier peu avant minuit, d'enfants aux lampions, de raclettes en plein été, d'un discours solennel, de fierté nationale et d'un drapeaux à la croix blanche lestement déployé.

Je me souviens encore de ses discussions avec mes amis, pour choisir dans quelle commune nous allions festoyer.

Meyrin pour ses raclettes, Onex pour sa fameuse soupe, Bernex pour son feu. Pour le reste, nous n'attachions pas d'importance aux orateurs, ni au contenu, trop souvent historique et peu révélateur de la société dans laquelle nous vivons. La fête était belle, les souvenirs aussi.

Malheureusement, depuis, si la fierté d'être un citoyen suisse est toujours aussi forte, si la vue de nos couleurs nous rapporte à Roger Federer ou à Alinghi, si l'envie de partager ce moment avec des amis demeure, quelque chose s'est brisé.

Il me semble que nous citoyens, bousculés par les trop nombreuses modifications, étatiques, sociales, conjoncturelles, politiques, monétaires, européennes, avons perdu nos repaires. Pas ceux d'une société occidentale qui ne sait plus qu'avancer, sans se retourner pour tenir compte des erreurs du passé, mais nos repaires nationaux, ceux de nos valeurs, de nos idées, de notre sens de l'honneur d'être un citoyen suisse, de ce pays qui a vu tant de grands hommes créer au début du XX ème siècle de belles choses.

Mais sinon, comme vous nous le dites si bien, bonne fête à vous ce soir.

Écrit par : Minet | samedi, 01 août 2009

Bonjour Béatrice! Quelle que soit la commune que tu as choisie pour fêter l'événement, je te le souhaite aussi des meilleurs. Bien à toi!

@ D.J. : place à la fête, évidemment ... mais la date du Pacte reste historique et c'est tant mieux. Cela prouve une certaine continuité, pour ne pas dire, une durabilité dans des valeurs auxquelles on n'a jamais fini d'aspirer (même si pas toujours atteintes) ... Bonne fête à vous, quelle qu'en soit la modalité!

Écrit par : Micheline Pace | samedi, 01 août 2009

Cher Minet, je vous remercie pour cette profonde réflexion. J'espère que le coeur sera de la fête pour vous quand même ce soir, en dépit des faux-discours dont nous sommes parfois abreuvés dans certains cénacles. Bien à vous!

Écrit par : Micheline Pace | samedi, 01 août 2009

Chiants certains discours! L'esprit de fête a déserté pour faire place au "m'as-tu vu", , au "rien que pour ma gueule", au "pousse-toi-de-là-que je m'y mette". Il ne reste que la gueule de bois ... L'édition 09 est passée, comme toutes les précédentes et une question lancinante me taraude : que reste-t-il de la Suisse?

Écrit par : GHP | dimanche, 02 août 2009

Je laisse votre commentaire dont la responsabilité vous incombe. Ce que j'entends à travers vos lignes ainsi que dans les discussions quotidiennes ci et là, c'est que la crise tombe sur le moral des gens. Le coeur n'est donc pas forcément à la fête. Le manque de perspectives, les sacrifices incessants, le climat délétère, plombent l'atmosphère. Le recours à la langue de bois pallie le manque de solutions concrètes au malaise très réel partagé par beaucoup.

Après l'accueil d'Alinghi au Port-Noir, j'étais hier soir à Veyrier, aux côtés d'un ancien maire de cette commune et c'était un peu ce qui transpirait dans l'air. Mais le sourire des enfants avec leurs lampions m'as mis du baume au coeur, le verre de l'amitié aussi ...

Bien à vous!

Écrit par : Micheline | dimanche, 02 août 2009

Les commentaires sont fermés.