UA-105021232-1

mardi, 04 août 2009

L'OTAN et son cortège de désolations

oussama-dalai.jpg

On apprend dernièrement que des Français se sont fait tuer en Afghanistan. 75 hommes auraient péri durant le seul mois de juillet. Ce dimanche, les députés anglais ont présenté un rapport désespérant sur les actions menées par les forces internationales dans ce même pays. Les causes attribuées à cet échec ? Selon eux, la dispersion des cibles à atteindre et une absence de connaissance de la culture politique de ce pays, ce qui a provoqué des pertes inutiles dans la population civile.

Ce manque de cohérence de la part des alliés de l’OTAN aurait conduit la police afghane à chercher la justice auprès de talibans, dont la chute remonte pourtant à … 2001 ! La lutte contre la corruption s’avère par la même occasion un fiasco. C’est dire que le premier objectif de la mission n’est pas prêt d’être rempli dans cette zone sinistrée.

Une recommandation est néanmoins avancée : il s’agit de centraliser les efforts du combat contre le terrorisme international, en recadrant les priorités, sans se disperser dans des objectifs éclectiques comme la lutte anti-drogue, d’autant plus que la production d’opium aurait triplé en quatre ans malgré près de 300 millions de dollars investis dans cette attention.


S’il n’y a pas de raison de rapatrier les troupes sur place, il reste essentiel de concentrer les efforts, notamment en déjouant les dangers bien réels d’ Al-Qaïda au … Pakistan.

Un nouveau secrétaire général de l’OTAN vient d'être nommé en la personne de Anders Fogh Rasmussen, ancien ministre danois, remarqué déjà à l'occasion des fameuses caricatures. Une fois de plus, heureusement que la Suisse, dans son infinie sagesse, ne fait pas partie de cette organisation inefficace. Que notre pays s’engage à ce que des personnes menacées dans leur intégrité tant physique que morale soient protégées, voire accueillies, si besoin est, en rapport à son cadre politico-légal, demeure capital mais il serait inutile d’envoyer des jeunes hommes se faire trucider dans ces zones à hauts risques, pour de si piètres résultats. Saluons parallèlement le fait qu’elle ait su ne pas succomber à l’appel de la Corne d’Afrique, ce en honorant sa longue tradition humanitaire.

 

 

12:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : afghanistan, otan, droit islamique, al-qaida, talibans | |  Facebook

Commentaires

Pour précision, les relations entre l'OTAN et la Suisse ont pour cadre le Partenariat pour la paix (PPP), auquel la Suisse a adhéré en 1996. C’est dans ce cadre qu’elles coopèrent activement dans le domaine de la gestion des crises (formations et opérations), comme le préconise le programme de partenariat individuel (IPP) de notre pays.

L’objectif est de contribuer à la sécurité internationale, les droits démocratiques, la promotion des libertés fondamentales. Il ne s’agit en aucun cas d’influencer entre grandes puissances ; une intervention policière internationale serait d’ailleurs interdite par la loi militaire en vigueur, notre armée étant essentiellement défensive et non offensive.

Écrit par : Micheline Pace | lundi, 03 août 2009

Que désirez-vous prouver? Oui, la Suisse a raison de ne pas particper à ce genre de connerie sans nom, qui fait plus de mal que de bien, sans Katteindre l'objectif premier, à savoir le contrôle de la sécurité de l'Afghanistan par ses habitants, à cause des talibans, officiellement déchus depuis 2001.

Les Alliés et la Suisse partagent des valeurs essentielles, telles que la promotion de la sécurité internationale, la démocratie, les droits de l'homme, le respect des libertés fondamentales et la primauté du droit. L’OTAN et la Suisse choisissent, pour leur coopération pratique, des domaines en adéquation avec leurs objectifs communs.

Oui, la Suisse a soutenu des opérations de maintien de la paix dirigées par l’OTAN mais sans prendre part aux décisions d'intervention, comme par exemple, au Kosovo, en Bosnie Herzégovine et en ... Afghanistan.

Son but n'est pas de faire la guerre mais de promouvoir la paix. Et c'est tant mieux. Sa neutralité prend toute sa force dans ces conditions.

(Excusez mon nom d'emprunt, Micheline!)

Écrit par : Shérazade | lundi, 03 août 2009

Ce machin montre son inefficacité à maintes occasions. Le rejoindre constituerait pour la Suisse plus qu'une erreur symbolique, ce serait stratégiquement suicidaire.

Une pensée aux victimes civiles d'Afghanistan ...

Écrit par : Philippe Billard | mercredi, 05 août 2009

Ce "machin" permet quand même de nous assurer une sécurité toute relative et on aurait bien aimé qu'un tel "machin" existat dans le passé.... Quelle est votre solution ? laisser les talibans régner impunément sur toujours plus de pays, jusqu'à ce qu'ils aient la force militaire, le cas échéant nucléaire, pour envahir le reste du monde ?

Il sera peut-être alors trop tard pour se dire, dommage que ce "machin" n'ait pas été maintenu lorsqu'on le pouvait encore, non ?

Écrit par : Soe | mercredi, 12 août 2009

@ Soe : Une solution contre la folie des hommes et son instinct meurtriers, je n'en ai point malheuruesement. Je pense seulement que le Partenariat pour la paix (PPP), auquel la Suisse a adhéré en 1996 est "suffisant" sans ajouter de la violence à la violence déjà existante. Sa collaboration (oh, sans connotation abusive, svp) concerne singulièrement une pacification des crises.

Elle coopère donc à la sécurité internationale sans qu'elle doive s'agglutiner au "machin", en s'y assimilant pour enfin voir disparaître une certaine forme de souveraineté. Une intervention offensive n'apporterait rien à cette pacification, première mission de sa coopération. D'ailleurs, vous en avez la preuve empirique de cet état de fait : envoyer des soldats même de carrière dans ces régions où les talibans règnent en maître (malgré le fait qu'ils ne sont plus au pouvoir depuis 8 ans officiellement) n'a pas fait avancer le schmilblick, vu les dernières pertes humaines.

Mais il est vrai que la même question se pose pour l'ONU et ses prétendues guerres évitées, l'adhésion de la Suisse à cet autre "machin", etc, etc, ...

Écrit par : Philippe Billard | mercredi, 12 août 2009

Je reviens d'un voyage dans le Yemen et j'ai été frappé par la violence souterraine qui y sévit. Les prises d'otages n'ont pas manqué dans ce pays, si beau et si paisible à première apparence ... En ce qui concerne l'OTAN, je n'y trouve pas une grande efficacité; cette organisation ne sert que des intérêts de quelques carriéristes. Quant à l'ONU et son adhésion de la Suisse, le fait est établi : elle a une voix dans le concert des nations représentées, et plus seulement consultative aux côté du Saint-Siège. Sa croix blanche brille ainsi de ses mille feux!

Écrit par : Cédric C. | jeudi, 13 août 2009

Entre accords et désaccords, le corps-à-corps de la Suisse avec la Lybie n'est pas près d'un heureux dénouement, à l'instar de ce qui se trame en Aghanistan!

Votre note datée du 4 août avait vu juste ... et je pense que la Suisse, dans son isolement, peine à se faire respecter (la Lybie ayant voulu l'humilier à la face du monde). MAIS comme le disait le poète allemand à propos du héros Guillaume Tell : "seul et puissant", etc.

Écrit par : H1N1 | vendredi, 21 août 2009

Depuis 2001, 30 soldats français ont été tués en Afghanistan. Aujourd'hui encore, le caporal au 3e Régiment d'infanterie de marine (RIMa) de Vannes (Morbihan) est mort ce matin dans une attaque meurtrière pendant que neuf autres soldats ont été blessés dans le pays. La chute du régime taliban est-elle un vain mot?

La Suisse ne fait pas partie de l'Otan. On peut se demander si cette organisation ait jamais servi à quelque chose ...

Écrit par : Cédric C. | vendredi, 04 septembre 2009

Les réactions de certains sont vraiment drôles face au rejet sage du droit islamique dans notre constitution. Il est difficile de ne pas se méfier des textes explicites du Coran. Les non musulmans n'ont pas envie de se voir introduire la Charia dans leur république pétrie des droits de l'homme. Et ça paraît légitime!

Les Anglais saluent notre initiative populaire en précisant que s'ils avaient bénéficié de cet instrument politique, ils l'auraient utilisé dans le même sens et ce n'est pas par peur de l'inconnu, puisqu'ils ont vécu un grave attentat terroriste dans leur capitale!

Écrit par : Ouf | dimanche, 29 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.