UA-105021232-1

lundi, 24 août 2009

Résolution pour la rentrée : la pipe ou la vie

tabac-tue-pipe.jpgAvis aux fumeurs et non-fumeurs : personnellement, moi, je n’exerce aucune discrimination envers l’une ou l’autre « catégorie sociale » !!! Il arrive indifféremment que je fume ou m'en passe, et de toutes façons, aucun des deux comportements possibles ne me dérange ... Ce qui suit peut être perçu comme un message politique ou non. La rentrée politique et scolaire ne se présentant pas sous les meilleurs auspices (excusez de l'euphémisme, un peu facile, je vous l'accorde), j'ai envie, pour la 140 ème note, de m'attarder sur le sens profond d'une expression française. Vous le savez, vous qui me lisez depuis un an, la langue dans toutes ses états m’intéresse au plus haut point.

 

En guise de préambule, je ne voudrais pas concurrencer mon cher et très estimé ami Blondesen sur la question de la fumée mais son dernier billet me plonge à l’insu de mon plein gré dans des profondeurs abyssales dont rien ne me saurait m’extraire. Non, il n’agira pas ici de se demander siromance-and-cigarettes.jpg cigarette est plus ou moins nocive que la pipe ou encore le cigare … Mais afin de ne pas se laisser gazer par la fumée passive létale - ni active, du reste – je vais me pencher sur la signification de l’expression faire une pipe.

 

Si l’on remonte à l’origine, on observera qu’il n’est nullement question de nocivité putative ou réelle. Faire une pipe signifiait littéralement « rouler une cigarette ». Son contexte était bien entendu celui où l’on n’achetait pas des paquets de cigarettes tout faits et où celles-ci étaient confectionnées exclusivement avec du tabac à rouler et du papier fin. Mais à qui donc était dévolu le rôle d’effectuer ce geste manuel, me demanderez-vous ? Les femmes, pardi ! Avec leurs doigts de fée, elles façonnaient la cigarette en léchant le papier.

 

faireunepipe.jpgL’association avec « les femmes de mauvaise vie » est désormais facile à faire. Les prostituées fumaient ainsi en public afin d’attirer le regard des hommes et leur proposer un traitement similaire, aussi habile et sensuel, à transférer dans un tout autre domaine. Pour ce qu’il est du glissement du faire à tailler une pipe, on peut aisément penser à la pointe de crayon, bien taillé où la mine ainsi affûtée amène la métaphore de la fellation comme aiguisement de l’acte sexuel.

 

 

Une pipe, alors ? De tous les interdits qui frappent le désir et la liberté de chacun de goûter aux plaisirs propres à sa nature de chair et d’esprit, celui de la prohibition de la fumée apparaît sûrement comme l’une des plus fumeuses ...

pipe.jpg

 

19:59 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

Commentaires

Ah, Micheline, j'ai appris quelque chose. Mais, savez-vous, je connais des hommes qui "roulent et lèchent" plutôt que d'acheter tout fait. Il savent donc faire des pipes...

Encore un bastion féminin qui s'effondre...

(=¿ô)

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | lundi, 24 août 2009

Hello Hommelibre! Je suis fort aise que vous ayez "appris" quelque chose aujourd'hui... Ah, il en va de l'histoire des moeurs langagières comme des pratiques culturelles.

Oh, rassurez-vous: je n'ai jamais douté que la gent masculine soit dotée de pareille capacité, ce de manière égale! Tout le reste n'est que pipeau ou mauvaise langue ...

Belle journée à vous!

Écrit par : Micheline | lundi, 24 août 2009

Chère Micheline, vous vous trouvez sur un terrain glissant. Oui, je sais qu'à Cuba p.ex. les femmes, aux mains de fées, roulent les feuilles de cigares. Vu la cherté, je ne sais pas si elles les lèchent pour donner la forme. Il faudrait demander Davidoff ...

Écrit par : Etoile de Neige | lundi, 24 août 2009

pouf! pouf! Micheline !
Belle leçon de français, ma chère, qui me fait penser qu'en danois on dit (littéralement traduit) "faire français" pour administrer une fellation.
Personnellement, je préfère l'expression "faire une gâterie".
En effet, "faire une pipe" me fait inévitablement penser à Monsieur Moutinot (sans aucune connotation sexuelle, Grands Dieux !), puis par association d'idées aux socialistes bobos de notre belle République et, par voie de conséquence, à ce bon docteur Rielle.
J'imagine alors les jumelles de ce bon docteur en train de surveiller l'avance de l'ennemi sur les plages - "heuârk! heuârk! heuârk!" - et je me mets à fantasmer sur la petite blonde en bikini rose topless dont il note soigneusement tous les faits et gestes, ce qui m'amène automatiquement à penser "Tonnerre ! me f'rais bien faire une pipe par la p'tite blonde, là..." (n'oublions pas que je suis un vieux pervers libidineux et lubrique).
C'est ainsi, je n'y peux rien.
J'ai cependant trouvé une parade: je transforme la phrase et la traduit en français salernien ce qui donne "... me f'rais bien faire UN pip'..." et toutes les envies s'envolent d'un seul coup.
Allez donc comprendre pourquoi...

;o)

Écrit par : Blondesen | lundi, 24 août 2009

Tout est affaire de politique, donc, Blondie !? Vous faire penser au haut fonctionnaire qui se veut directeur des consciences, ce grâce à son statut béton (pour ne pas dire goudronné) - en vue de l'objet de votation du 27 septembre - tout en nourrissant une autre pensée vers la petite blonde en bikini rose topless, ben ça alors, fallait le dire tout haut.

Aussi, ignorais-je l'expression danoise et sa référence à une pratique présumée française ... Merci pour cette jolie précision qui ne manque pas d'humour! L'histoire des bons mots ne finit jamais de nous étonner.

Écrit par : Micheline | lundi, 24 août 2009

La rentrée sera chaude (comme le fut l'été) ... chaude en résolutions, chaude en nouvelles lois, chaude en débats qu'on souhaiterait pour une fois non avortés!

Les votations du 27 septembre et les élections au GC du 11 octobre se prépareront-elles à coup d'arguments affûtés comme le laisse entrevoir votre note?

Écrit par : Cédric C. | lundi, 24 août 2009

L'Etat doit, dans sa mission, garantir les moyens et les conditions pour la réalisation effective des libertés et non émetttre des projets lois prohibitives à tout-va; ça n'est pas son rôle; et l'argent du contribuable n'est pas à utiliser dans ce sens. Cela reste un problème juridico-politique!

Merci Micheline pour ce voyage dans l'histoire de notre langue, laquelle dévoile les aspects métaphysiques autant que formelles de nos constitutions sociales complexes!

Écrit par : Philippe B. | lundi, 24 août 2009

Comble du grotesque : on enlève la cigarette des images cinématographiques mais on a ôté aussi la pipe de Jacques Tati dans toutes ses représentations. C'est donc affublé d'un ... moulin à vent que se retrouve le mythique Monsieur Hulot!

Pour ce qui est de l'explication de "tailler une pipe", je la trouve marrante.

Écrit par : GHP | lundi, 24 août 2009

Le 27 septembre 2009, les électeurs genevois s'exprimeront pour ou contre la fameuse loi liberticide empêchant de fumer dans les lieux publics. L'historique cette Genferei est bien connu. Un café sans cigarette pour certains, c'est pas de café du tout. La suite est aussi connue.

Ne cédons pas à la mode qui restreint de plus en plus les libertés, votez NON à cette loi + Mettons fin à cette manie de nous regarder tous en chiens de faïence et de n'utiliser tous les leviers que pour emm ... l'autre à l'aide de slogans soi-disant altruistes!

Vive la liberté d'être responsable!
C'est un ancien fumeur qui le dit, par respect des uns et des autres ...

Écrit par : Philippe B. | lundi, 24 août 2009

le flot est fluide quand ça roule intelligent! merci à vous MP.

Écrit par : adhoc | lundi, 24 août 2009

@ Etoile de Neige : c'est une question qui me turlipine également mais n'en ai nulle réponse ... si de votre côté, Davidoff vous la fournissait, je vous saurais gré de nous la transmettre.

@ adhoc : dommage que je ne connaisse pas votre identité; j'aurais pu savoir si c'est du lard ou du cochon; et puis, non, je le prends au sens littéral et vous remercie de votre réaction.

Bonne nuit à vous!

Écrit par : Micheline | lundi, 24 août 2009

Il y a les votations du 27 septembre et les élections du 11 octobre. Etrange comme tous les partis se sont entendus sur la loi prohibitive. En tout cas, je voterai pour les candidats UDC pour le GC mais me réserve le droit de ne pas voter dans le sens du mot d'ordre pour ces objets cantonaux et fédéraux.

Écrit par : Chouchou | mardi, 25 août 2009

Cette réflexion sur les déclinaisons des métaphores autour de la pipe se veut (en toute modesie) un avant-goût à cette période foisonnante qui s'ouvre en vue des échéances politiques connues. Une manière aussi de détendre l'atmosphère élecrique du bla-bla ambiant, par manque d'arguments pertinents et souvent rabâchés ou par d'autre manque ...

Si l'humour peut amener un peu de sagesse et battre campagne aux "raisonnements" les plus saugrenus sous couvert de sérieux, c'est mission réussie!

Un seul voeu : que le bien public ne remplace pas le moi égotique de quelques-uns bien plus intéressés à se produire qu'à agir selon les missions concédées!

Bonne journée à tous ceux qui me rendent visite aujourd'hui

Écrit par : Micheline | mardi, 25 août 2009

Hello Micheline,
A défaut de la cubaine (Micheline, bien-entendu je pense au cigare!), j'ai je me suis fait une pipe cet après-midi. Oui, parfois l'envie me prend, malgré l'avertissement sur le paquet : "le tabac tue". Je fume Clan pour les amies! Elles apprécient particulièrement, et vous ? Une bise humide, mais ne plus torride, du Cressy (oui l'orage a passé par là). Adieu les tropiques, bientôt l'hiver et vive le ski !

Écrit par : Etoile de Neige | mardi, 25 août 2009

*Chouchou, t'as bien raison de voter avec raison ! A chacun son choix, c'est comme dans l'amour.

Écrit par : Etoile de Neige | mardi, 25 août 2009

* Micheline, contre de l'argent on peut obtenir beaucoup, même chez Davidoff. Et maintenant, je me taille. Le souper, préparé par ma tendre moitié, m'attend.
Tant qu'il y a du respect, la fumée ne me dérange pas trop, mais pas à table et pas dans un endroit enfermé. C'est comme les vélo et piétons sur un chemin pedestre. Vive la tolérance et tournons la Page

Écrit par : Etoile de Neige | mardi, 25 août 2009

@ Etoile des Neiges : Une bonne pipe vaut bien tout l'or du monde ! Mon choix de vote est dicté autant par la raison que par le coeur. J'en ai marre de l'égoïsme psychologique qui sévit dans certains partis, et pragmatiquement, c'est une formation efficace, pleine de bon sens, non technocrate (entendons, respctant la loi mais mettant les citoyens au centre des préoccupations politiques car le vrai pouvoir en découle.)

Écrit par : Chouchou | mardi, 25 août 2009

*Chouchou, je suis d'accord avec vous sur pas mal de choses; mais, je ne suis pas meilleur que les autres. Mais bien sûr, nous faisons allusion au calumet de la paix et j'ai besoin de calme pour l'alumer. Rappelez-vous "Clan". Aussi, les partis sont en quelque sorte des clans. Chacun veut y trouver un bénéfice. Mesdames, Messieurs, Chouchou a raison, il faut mettre le Citoyen au Centre et pas l'Edifice.

Écrit par : Etoile de Neige | mercredi, 26 août 2009

Trop fort le mot de la rentrée !!! ça donne bien le ton de la campagne pour les prochaines votations et élections ...

Écrit par : Chouchou | jeudi, 27 août 2009

La loi prohibitive sur la fumée tue (1) les lieux sociaux et d'échanges que sont les bistrots de quartier et de village, (2) le repsect démocratique des minorités, car les fumeurs sont minoritaires,(3) la lberté du commerce et des choix individuels, (4) la convivialité et la vie en société, (5) la possibilité de fumer aux personnes se retrouvant en EMS après une vie de labeur.

Que l'on soit fumeur OU non-fumeur, il faut dire NON à la prohibition à Genève par principe et au-delà les clivages idéologico-politiques ou les styles de vie individuels.

N'oublions que dans la plupart des bistrots et restos, on ne fume pas durant les heures de repas. Et c'est suffisant!

Écrit par : Philippe B. | lundi, 21 septembre 2009

À la limite, la votation du 27 septembre est presque inutile. Car il suffit d'accepter la loi fédérale, qui protègle les non-fumeurs, garantit les droits démocratiques, sauve des milliers d'emplois dans l'hôtellerie et la restauration et évite de nombreuses faillites bien prévisibles si la loi prohibitive passe.

Ces arguments ont été développés par les défenseurs des libertés publiques et se retrouvent sur leurs affichettes jaunes dans les établissements publics.

VOTEZ NON le 27 à une loi trop restrictive car la loi fédérale suffit amplement!

Écrit par : HELLO | lundi, 21 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.