UA-105021232-1

vendredi, 02 octobre 2009

Le roman (noir) de Polanski

roman-polanski-and-sharon-tate11.jpg

L’annonce de ce qu’il est convenu d’appeler désormais « l’affaire Polanski » a fait l’effet d’un vrai coup de tonner. D’aucuns s’offusquent de la manière dont a été traqué le génial cinéaste, jugeant que l’esprit de finesse aurait manqué aux Suisses bien que les procédures aient été respectées à la lettre ; d’autres s’étonnent qu’un crime commis … 32 ans auparavant puisse être encore poursuivi pénalement.

 

Il faut juste dire en passant que l’actualité nous maintient en haleine pour ce qui concerne des actes reconnus pédophiles : Le Tribunal correctionnel de Nyon a décidé d’interner un pervers sexuel de 68 ans ayant purgé sa peine de prison, à quelques jours de sa libération ; cette décision est motivée par l’article 65 du CP sur l’internement a posteriori introduite en 2007 suite à l’initiative sur l’internement à vie des criminels dangereux, soutenue par Blocher, avant la libération du fameux sadique de Romont.


La mobilisation pour Roman Polanski ne s’est pas fait attendre. Pris samedi soir à son arrivée à l’aéroport de Zürich, il a réussi à susciter toutes sortes de réactions jusque dans le ghotta français, dont deux ministres. « Sortir Polanski des griffes de la justice américaine » résume bien l’état d’esprit.

 

Une pétition internationale exigeant sa libération a été lancée illico presto et signée par plus de 110 personnalités, parmi lesquelles on trouve Martin Scorsese, Woody Allen, David Lynch, Monica Bellucci.

 

Toutefois, quelques voix, dont celles de Cohn-Bendit et Luc Besson, se sont élevées pour en appeler à ne pas … pétitionner trop vite !

 

Certes, les arguments sympathisants ne manquent pas : 1) les faits sont anciens, et malgré l’imprescriptibilité, ils n’ont plus sens, d’autant que la victime lui « a pardonné », 2) la victime, trop souvent oubliée dans le théâtre juridique, a retiré sa plainte et exhorté le pouvoir public de cesser ses poursuites, 3) la faute a été reconnu par l’auteur des faits délictueux et a indemnisé « généreusement » sa victime, 4) l’accusé est un grand homme du 7e art, 5) au-delà de ses qualités artistiques reconnues et très recherchées, l’homme est sympathique. Plusieurs évoquent des causes atténuantes, -ce qui tend à accroître aussi le côté attachant de l’homme – telles que son enfance meurtrie par la perte de ses parents dans les camps nazis, sa vie de déraciné dans un pays d’accueil suite à sa propre expérience des camps de Cracovie ainsi que l’effroyable assassinat de sa deuxième femme, de surcroît enceinte de huit mois. L’homme, fascinant, n’a eu de cesse, durant toute sa vie, de fuir ses fantômes …

 

En l’état actuel de la procédure, laissons faire la justice faire son travail. Car il existe effectivement un accord d’extradition entre pays à tradition démocratique constitués en Etats de droit. D’une part, formellement, tout acte coupable doit être puni. D’autre part, la Suisse n’est pas une terre d’accueil pour pédophiles. Mais gageons que le cinéaste ne soit pas simplement l’objet de la vindicte d’un juge américain capricieux ou jaloux de sa notoriété et de sa brillante réussite, en mal de faire avancer sa carrière, pour qui la faute la plus grave de Roman Polanski se réduirait à s’être enfui …

 

14:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : polanski, pédophilie, justice, politique, prison | |  Facebook

Commentaires

Que Polanski aie fauté n'est pas en cause une seule seconde. Ce qui l'est est la manière dont il a été arrêté. Propriétaire d'un chalet en Suisse depuis quelques années, on ne pourra faire croire à quiconque que cette arrestation n'aurait pas pu être pratiquée bien avant...

Il aura fallu attendre une invitation officielle de l'artiste pour que les pandore lourdeaux se réveillent... Bienvenue en Suisse. Il faut que la police connaisse l'emploi du temps des délinquants pour les arrêter... Mais oui! Mais j'y pense... Autrement, il faudrait travailler...

Tout cela est affligeant, quelle que soit la manière dont on regarde cette affaire.

Écrit par : Déblogueur | vendredi, 02 octobre 2009

En efet, sa culpabilité ne fait aucun doute. Les nombreux sondages réalisés depuis dimanche montrent que la doxa, contrairement à un certain ghotta, est largement favorable à ce que Polanski soit extradé aux Etats-Unis pour y être jugé, selon les lois internationales en vigueur.

Cette version est confirmée par l'auteur de ces actes lui-même lors de son procès de 1977 comme en l'atteste la transcription officielle de l'épisode judiciaire :


«Monsieur Polanski, pour quel type de délit souhaitez-vous plaider coupable ?

- Pour relations sexuelles illégales.

- Avez-vous commis un tel fait ?

- Oui.

- Qu'avez-vous fait dans ce cas précis ?

- J'ai eu un rapport sexuel avec une femme âgée de moins de dix-huit ans, qui n'est pas mon épouse (…)

- Connaissez-vous la peine maximale encourue pour ce type de crime ?

- C'est entre un et quinze ou vingt ans de prison.»


Pour le reste, il y a l'art et la manière ...
Des occasions de le prendre n'ont pas manqué ces dernières années, lors de ses déplacements - connus, évidemment - et je trouve aussi cette histoire du chat et de la souris quelque peu peu saumâtre (c'est un euphémisme).

Écrit par : Micheline | vendredi, 02 octobre 2009

Vous dites qu'une majorité du peuple, contrairement aux élites artistiques est favorable "à ce que Polanski soit extradé aux Etats-Unis pour y être jugé, selon les lois internationales en vigueur"... Sur ce dernier point, il convient de préciser qu'il ne saurait s'agir des "lois internationales" en vigueur, mais de celles des Etats Unis d'Amérique.

Écrit par : Déblogueur | vendredi, 02 octobre 2009

Oui après ce rappel du dossier laissons faire la justice !
La dimension du personnage dont la vie elle même est un roman, suscite de vives passions dont la justice américaine ne saurait s'émouvoir.

En effet, un pays qui destitue son président (Nixon) pour une faute qui n'ébranlerai pas un président français, qui pourchasse durant plusieurs années un autre président pour s'être laissé approcher d'un peu trop près par une jeune stagiaire ou plutôt pour avoir dans un premier temps nié les faits, donc menti à ses compatriotes, ce même pays qui a poursuivi Michael Jackson, ne se laissera pas impressionner par la personnalité de l'inculpé, pas plus que par quelque pétition que ce soit !

Restons calme, en ayant choisi la fuite, Roman Polanski, connaissait le risque qu'il prenait face au 50 ans de prison qu'il encourrait au maximum à cette époque.
Gageons que les brillants avocats qui l'entourent trouveront le biais pour que l'artiste se mette en conformité avec la loi américaine et les esprits échauffé de parts et d'autres retrouveront leur calme...

Bon week-end et...N'oublions pas de voter !

Écrit par : Ghethev | vendredi, 02 octobre 2009

Cette demande d'extradition n'est pas seulement le fait de la loi américaine mais elle découle aussi de la lois suisse votée il y a près d'un an.

Ne nous trompons pas de procès. Ceux qui veulent faire le procès des moeurs "peace & love" des années '70, période où les faits se sont déroulés, se foruvoient quelque peu. Le lyrisme où est tombée l'intelligentsia française ne doit pas entraver les démarches de la justice. Se plaindre du fait que les USA ne reconnaissent pas la prescription n'a pas de sens ici, pas plus de comparer cet Etat à une dictature de type coréen comme on l'entend souvent. Aussi, ceux qui laissent entendre que la qualité d'immense artiste lui prêterait une sorte d'immunité, le plaçant ainsi au-dessus des lois, ils font plus de mal que de bien dans cette affaire.

Laissons faire effectivement le cours de la justice ... et la défense. Cette triste histoire ne m'enlève pas toute l'admiration que je nourris pour ses chefs-d'oeuvres mais la loi doit reser autant qu'il se peut impartiale, qu'elle traite le riche ou le pauvre, l'illettré comme l'orateur, la femme autant que l'homme, etc.

Nous n'avons donc pas à rougir de notre justice, de notre police car elles sont reconnues pour leur très grand professionnel. Par exemple :

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2009/04/27/renvoi-des-criminels-etrangers-dans-leur-pays-d-origine-l-ar.html

Belle journée d'un été indien à tous!

Écrit par : Micheline | vendredi, 02 octobre 2009

Triste « fin » pour ce grand homme qui aura survécu au ghetto de Cracovie, à la disparition de ses parents et au massacre de son épouse porteuse du fruit de leur amour ! Seul au monde, l’enfant Polanski se sera fait tout seul.

Ce premier grand traumatisme, le pire dans la condition humaine, décidera en grande partie de sa personnalité.

Le traquenard qui lui a été tendu n’est certes du meilleur goût, m’enfin (comme dirait Lagaffe) … Attendons les décisions de justice…On peut d’ores et déjà reconnaître que Polanski n’est pas un récidiviste comme les cas cités. Saura-t-on départager le grain de l’ivraie ? Wait and see ...

Écrit par : HELLO | vendredi, 02 octobre 2009

Il est particulièrement affligeant pour ceux qui ose défendre un personnage qui est suspecté d'avoir violé une enfant!
Honte à ceux qui ose défendre ce type, comment réagiriez vous si celà serait arrivé à votre enfant?
M. Antoine Duplan interviewé sur Latélé a oser dire qu'il avait mangé avec Polanski il y a dix ans à Genève et que le personnage n'était pas bien méchant!
Honte à vous Monsieur Duplan, critique de cinéma à l'hebdo et défenseur de violeur! Vous ne devriez plus avoir le droit de publier votre avis car vous êtes dangereux pour la société avec le genre d'idée que vous osez défendre en public!!!

Écrit par : Jos Wilk | vendredi, 02 octobre 2009

@hello...
comment savoir si il n'y à pas eu récidive étouffée par un "dédomagement"?

La chose qui me choque le plus, c'est que tous le monde parle de celui qui a commis un acte ignoble...mais peu se soucient de l'enfer vécu par sa victime. Salie, harcelée, jetée en pâture aux journalistes...à peine si on ne l'a pas fait passer pour la coupable.
UNE GAMINE DE 13 ANS!!!
Droguée, saoulée, violée, sodomisée...

À votre avis, a-t'elle pardonné ou est-elle écoeurée à l'idée de devoir affronter cela encore une fois?

Si longtemps après les faits, suite a la fuite honteuse de M.Polansky.

Écrit par : Mireille LUISET | samedi, 03 octobre 2009

On a également oublié de signaler que ce triste sire a également sodomisé la petite...

@ HELLO qu'il nous prouve le contraire.

Écrit par : Tim | samedi, 03 octobre 2009

Non HELLO, celle qui s'est fait piéger c'est la jeune-fille, c'est elle qui l'a prise dans le ...
Ne dites pas non plus que Polanski n'a pas récidivé, vous n'avez aucune idée (moi non plus, mais j'en doute) des actes et manipulations qu'il a commis dans sa vie de dégénéré. D'ailleurs son copain et grand acteur Nicholson ne serait pas en reste. Nous n'avons pas la même définition de "grand homme" ou "traquenard", si un jour votre épouse ou fille (je ne leur souhaite pas) tombe dans un traquenard "ghb" vous comprendrez mieux le sens des mots et la gravité des actes.

Écrit par : hiver | samedi, 03 octobre 2009

"En efet, sa culpabilité ne fait aucun doute. Les nombreux sondages réalisés depuis dimanche montrent que la doxa, contrairement à un certain ghotta, est largement favorable à ce que Polanski soit extradé aux Etats-Unis pour y être jugé, selon les lois internationales en vigueur."

Cela fait plaisir de lire quelque chose d'aussi sensé et qui devrait aller de soi dans un Etat démocratique.


"Des occasions de le prendre n'ont pas manqué ces dernières années, lors de ses déplacements - connus, évidemment -"

A ce que j'ai compris, deux pays ont déjà été sollicités par les USA pour l'arrêter, la Thaïlande et l'Australie, pays qui hélas n'ont pas donné suite. Pour ce qui est de la Suisse, nous ne sommes pas un Etat policier et il est encore heureux que l'on puisse circuler librement sans contrôle d'identité à chaque sortie d'autoroute. Cela m'inquièterait aussi si la police détenait des fichiers de tous les propriétaires de chalet.


"On peut d’ores et déjà reconnaître que Polanski n’est pas un récidiviste comme les cas cités."

Faux. L'année précédente (1976) il a entretenu des relations sexuelles avec Nastassja Kinsky alors que celle-ci n'avait que 15 ans. C'est donc bien un récidiviste.

Écrit par : Johann | samedi, 03 octobre 2009

Voici deux documents:

http://www.thesmokinggun.com/archive/polanskia1.html

Et la version raccourcie en français:

http://www.dailymotion.com/video/xanyc5_polanski-ce-que-les-medias-ne-disen_news

Il y a bien un traquenard dans cette histoire : Polanski n'en est pas la victime, mais l'auteur.

Écrit par : Johann | samedi, 03 octobre 2009

Quoiqu'il en soit, Polanski sera extradé et ... jugé! N'en déplaise à ceux qui veulent faire de notre pays une terre d'asile pour pédophiles.

Même si l'affaire déchire les hautes sphères politiques, où chacun joue sa partition en essayant de faire porter le chapeau à l'autre, le droit doit s'appliquer sans entrave et sans considération hétérogène sur une présupposée immunité due à un statut particulier!

Écrit par : François T. | lundi, 05 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.