UA-105021232-1

vendredi, 30 octobre 2009

"Mais ils sont fous ces ...!"

« Si vis pacem, para bellum »

 

Asterix_33_.gifDes raids italiens ont été lancés « l’institution » bancaire suisse cette semaine. La brigade financière a envoyé ses missiles contre 76 succursales de banques suisses siégeant dans une vingtaine de villes italiennes ... Les médias étrangers saluent le courage et l’efficacité de l’action. Nos médias préfèrent relater la réaction officielle de Berne traduite notamment dans le fait d’avoir convoqué l’ambassadeur italien Giuseppe Deodato.

Nos autorités ont exprimé ainsi leur colère due à un profond agacement envers des mesures ce qu’elles jugent sans fondement et ségrégationnistes.

Il est vrai qu’on peine un peu à « comprendre » cette attitude cavalière à l’encontre de notre place financière alors que la Suisse coopère formellement avec la communauté internationale dont son voisin transalpin qui est même … son deuxième partenaire commercial!

Bon, on le sait, les contrôles aux frontières décuplés ainsi que la prolifération des caméras de surveillance aux postes de douanes sont en adéquation avec le droit italien. En nous baladant dans ce très beau pays - qui est un berceau de notre civilisation à bien des égards – on voit déambuler partout les voitures de fonction de la brigade financière.

Mais si le but était de forcer les clients italiens à rapatrier leurs biens hébergés dans nos banques suisses, ce dans le cadre de l’amnistie Asterix1.jpgfiscale décidée en septembre dernier par la Ville éternelle, on imagine mal notre pays plier à ce genre de procédés capricieux.

Qui risque de perdre la face? L'Italie, bien sûr!, d’autant plus qu’elle ne s’est pas alliée au décret de l’OCDE de … retirer la Suisse de la liste grise des paradis fiscaux !

Le pays qui a vu naître en son sein la Commedia dell’arte nous aurait-il fait une nouvelle farce pour mieux faire oublier les frasques du Premier devenues affaires d’Etat et s’offrir un blanc seing dans certaines autres histoires incontrôlées?

12:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : politique, fiscalité, berlusconi, l'italie, la suisse | |  Facebook

vendredi, 23 octobre 2009

Drôle de petit jeu TSR-Otages suisses

"Le coeur se serre à la séparation des songes tant il y a peu de réalité dans l'homme"

(Chateaubriand)

 

otage.jpgOr, donc, notre chaîne télévisée ne souhaite pas rappeler le sort de nos deux otages comme le font d’autres médias pour les otages de leur pays. Ayant été l’un des membres de soutien de la première heure – je me souviens encore ce vendredi matin de juillet 2008 où je reçu en vacances un message de Blondesen m’invitant à rejoindre le groupe de soutien – j’ai participé également aux trois manifestations publiques organisées à cet effet, de manière discrète, certes.

Je suis de facto et de jure touchée par la non libération de nos deux compatriotes retenus contre leur gré dans le désert lybien, ce dans l’indifférence générale. En ouvrant ma boîte hier après-midi, voici ce que j’y ai trouvé de la part du rédacteur-en-chef de l’actu :

 

 

Bonjour,

 

Nous nous référons à votre message ci-après et vous remercions d'avoir pris le temps de nous écrire.

 

Tout d'abord, nous tenons à préciser que la TSR n'a à notre connaissance et à ce jour pas été saisie officiellement d'une telle demande de la part de M. Valente.

 

Dans le traitement de "l'affaire Khadafi", notre ligne rédactionnelle consiste à couvrir l'actualité, les conférences de presse (y compris les manifestations de soutien) et à donner les informations confirmées. Nous sommes aussi d'avis qu'il ne faut traiter que l'essentiel car, dans ce genre d'affaire, la multiplication des informations est souvent le but recherché par les preneurs d'otages pour maintenir la pression.

 

Notre rôle en tant que média n'est pas de lancer des appels à la mobilisation même s'ils sont animés par de nobles sentiments.

 

Veuillez agréer nos salutations distinguées.

 

 

 Pour Bernard Rappaz

Sonia Marro
Assistante Rédaction en chef


TSR - télévision suisse
Quai Ernest-Ansermet 20
Case postale 234

CH-1211 Genève 8

 

 

 

 

Vous avez dit « bizarre » ? Etrange, vraiment « bizarre » ? …

16:51 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

lundi, 19 octobre 2009

Pédophilie - Alerte enlèvement

Le roman noir de Polanski aura eu "le mérite" de relancer les questions liées à la récidive, aux mesures pénales prises en cas de crime sexuel avéré, aux relations entre droit et éthique.

 

La Suisse s’est fait mal voir par ses voisins … allez savoir pourquoi appliquer le droit vous fait passer pour légaliste à l’esprit de géométrie étriqué.

 

Suite à l’assassinat d’une joggeuse dans un bois de l’Essone, Marie-Christine Hodeau, par un violeur connu comme coupable, le gouvernement français exige que la surveillance des condamnés soit renforcée une fois leur peine purgée. Il faut noter qu’en cinq ans, quatre lois ont renfloué l’arsenal répressif dans le domaine de la lutte contre la récidive.

 

La polémique sur le suivi des délinquants sexuels se trouve ainsi au centre des inquiétudes sociales en nous demandant comment assurer une protection sans faille de la société contre les criminels dangereux. Et voilà que comparaîtra dans quelques jours devant la Cour d’Assises du Nord Francis Evrard pour l’enlèvement et le viol d’un petit garçon en août 2007 alors qu’il venait d’être libéré de la prison de Caen après 18 ans de réclusion pour ... le viol de deux garçons. Dans cet intervalle, il fait appel à l’indulgence du Président de la République en l’exhortant de lui donner la permission de se faire castrer. Pour le fin mot de l’histoire, le petit Enis a été retrouvé et libéré peu avant minuit le jour même où il s’est fait attaquer sexuellement dans un garage grâce à une alerte enlèvement.

 

À partir de 2010, la Suisse possèdera aussi son système d’alerte enlèvement calqué sur celui de la France. Le procédé est limpide : dès l’annonce de la disparition d’une personne, un message sera transmis, déclenché par la police, pour être relayé rapidement par les voies de communication nationales (CFF, les services routiers, aéroports).  Ce dispositif répressif permettra une forme de prédictivité ...

 

alerte-enlevement1.jpg

 

 

09:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

vendredi, 09 octobre 2009

Et l'hospitalité suisse dans les affaires vue par nos voisins?

"Chacun a ses manies, et qui croit n'en pas avoir en a plusieurs"

(proverbe suise)

 

 

À l’heure où les avis se déchirent au sujet de l’encart publicitaire paru ces derniers jours et qui a valu une réaction du Maire d’Annemasse, on voit comment nos voisins traitent les Suisses dans l’affaire de Polanski … sans que personne ne sourcille.

 

polanski.jpg

 

« Les Helvètes sont inquiets : il n'est plus une semaine, ou presque, sans que leur pays défraye la chronique. Secret bancaire, affaire Kadhafi, arrestation de Roman Polanski… Leur indépendance serait-elle de papier froissé ? », peut-on lire ici et là, en l’occurrence dans un des journaux fétiches de nos amis français, le Figaro …

 

De cette prémisse, il en est déduit que le côté légaliste de notre pays montre son vrai visage : la Suisse est un hôte félon, que sa légendaire hospitalité n’est plus ce qu’elle était. Vous imaginez ?

Se faire coffrer alors même qu'on est invité d'honneur!!!

 

Presque par magie, on dépeint un peu plus loin l’esprit helvétique en faisant référence au monde agrarien comme si c’était une honte supplémentaire : « D'ailleurs, dans les piles de journaux helvètes qui leur sont offerts, les élus ne lisent que les pages consacrées à leur patrie. À l'inverse d'une communauté d'affaires formidablement internationalisée, la classe politique sent l'étable. »    

 polanski1.jpg

En guise de conclusion, on se permet de critiquer l’art de la gestion des affaires en Suisse en mettant en relation entre le système d’élection à la proportionnelle  et le manque de grands projets qui caractérisent ce pauvre pays ! Mais on pousse la logique jusqu'au bout : ce fait est imputable - tout de même ! – à l’absence de politiques charismatiques, lesquels ne seraient pas tolérés dans ce même système …

Etrange, non?

 

07:00 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

vendredi, 02 octobre 2009

Le roman (noir) de Polanski

roman-polanski-and-sharon-tate11.jpg

L’annonce de ce qu’il est convenu d’appeler désormais « l’affaire Polanski » a fait l’effet d’un vrai coup de tonner. D’aucuns s’offusquent de la manière dont a été traqué le génial cinéaste, jugeant que l’esprit de finesse aurait manqué aux Suisses bien que les procédures aient été respectées à la lettre ; d’autres s’étonnent qu’un crime commis … 32 ans auparavant puisse être encore poursuivi pénalement.

 

Il faut juste dire en passant que l’actualité nous maintient en haleine pour ce qui concerne des actes reconnus pédophiles : Le Tribunal correctionnel de Nyon a décidé d’interner un pervers sexuel de 68 ans ayant purgé sa peine de prison, à quelques jours de sa libération ; cette décision est motivée par l’article 65 du CP sur l’internement a posteriori introduite en 2007 suite à l’initiative sur l’internement à vie des criminels dangereux, soutenue par Blocher, avant la libération du fameux sadique de Romont.

Lire la suite

14:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : polanski, pédophilie, justice, politique, prison | |  Facebook