UA-105021232-1

mardi, 03 novembre 2009

Les bons mots de Narcisse Praz

« L’humour est la politesse du désespoir. » (Georges Duhamel)

 

 

 

mots1.jpgOn pourrait recommander comme cadeau de Noël le dernier ouvrage du Valaisan Narcisse Praz (comme son nom l’indique), haut en couleur, qui a défrayé plusieurs fois la chronique Dictionnaire satirique des noms propres et malpropres (Slatkine) tant par sa truculence que pour son caractère à propos. Qu'on se souvienne des histoires des parcomètres ...

 

Né en 1929, il n’a eu de cesse d’engager sa plume pour pourfendre la pudibonderie et les hypocrisies ambiantes, sans jamais craindre de se faire des ennemis, voire la prison. Ce nouveau trésor poursuit la lignée des 199 numéros satiriques de La Pilule, du Crétin des Alpes ainsi que de … son fameux Dictionnaire insolent dont le succès fut immédiat et durable.

 

 

 

 Voici ce qu’en dit son éditeur :

 

« Dans son cahier N° 37, 1990, intitulé «L'éloge du rire», l'Alliance culturelle romande présente ainsi ses auteurs sélectionnés : «Derrière l'évidence d'une littérature romande austère, une réalité occultée : le rire. Les lettres de ce pays sont depuis trop longtemps présentées comme une plate-bande mortifère à force d'être vertueuse. Comme si le rire dans tous ses états, ce rire impur et craint, n'y avait jamais fleuri - s'efforçant de bousculer un consensus tant doloriste que raffiné.»

 

Qui a jamais dit qu’en Suisse, il n’y a pas d’humour parce que pas fantôme et donc d’esprit ?

Décortiquant les mots et plus singulièrement les motivations liant signifiants et signifiés, le satyre valaisan nous fait goûter encore une fois des morceaux d’anthologie avec une logique cul par-dessus tête.

Si une quittance est un certificat de bonne vie et mœurs capitalistes, le tournedos désigne l’après l’amour, tandis que le hara-kiri qu’on pourrait commettre suite à une panne ou un échec amoureux n’est que l'art de prendre son propre ventre pour une boîte de conserve et son sabre pour un ouvre-boîte ! Un seul impératif : le tout doit néanmoins s'écrire sans fote d’hortaugrafe.

 

mots2.jpg

À consommer sans modération (ou à discrétion comme il se dit usuellement dans la restauration pour certains plats) ! 

19:02 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : narcisse praz, littérature, humour, politique | |  Facebook

Commentaires

Tiens donc. En voilà une de surprise. Une membre d'un parti politique(UDC) réputé pour avoir parmi sa composante dirigeante quelques fascistes bons teints(brun), s'entiche pour un bouquin écrit par un libertaire ayant un sacré sens de l'humour et de la satyre. C'est d'un drôle !
Bravo Madame !

Si Narcisse René Praz savait qu'il avait une lectrice venant du parti cité plus-haut, peut-être arrêterait-il d'écrire et de publier. Se ferait hara-kiri pour avaler cette pilule très amère.

Merci tout de même pour l'information, je vais acheter ce bouquin de suite.

Écrit par : Helmut von Rkotzendorf | mardi, 03 novembre 2009

Décidement, satyre partout! Ou alors ça braconne?

à moins qu'il ne s'agisse d'une satire...

Quant au satyre valaisan(!) aucun doute: Satan l'habite!

Écrit par : Azrael | mardi, 03 novembre 2009

A l’instar de l'âme du vin baudelairien ou rimbaldien sifflant dans les bouteilles, l'âme des mots rpend la clé des champs, s'abreuvant d'inconvenances et d'audaces sacrilèges.

Chez Praz, les mots s’entrechoquent à faire vaciller les conventions jusqu’à en brouiller les sons. L’humour noir n’est pas loin.

N’affirmait-il pas qu’un baluchon, c’est une valise diplomatique du pauvre?

Écrit par : Roxane | mardi, 03 novembre 2009

@ Helmut von Rkotzendorf : je suis au moins ravie que ce petit article vous ait donné envie de lire l'ouvrage cité (ou de l'offrir). Si vous faites référence aux appels de Narcisse Praz à la désobéissance civile, on peut quand même remarquer qu'il aura mis le doigt sur certain vide juridique ... Mais je méprise plus ceux qui sont censés incarner ou promulguer l'ordre et qui s'en moquent volontairement, convaincus d'être au-dessus d'elles.
Vive le génie humain dans ce monde de robots formés à la langue de bois!

Écrit par : Micheline | mercredi, 04 novembre 2009

Savez-vous ce qu'est un pornithorynque ? Et bien : un salopare !!! Gageons qu'il vienne à Genève nous conter l'essence des mots ...

Écrit par : François T. | mercredi, 04 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.