vendredi, 06 novembre 2009

Quelle est la valeur ajoutée des réseaux sociaux?

networking.jpg

Ainsi a eu lieu la 300ème conférence First de Rezonance en partenariat avec la Fédération romande des entreprises. Après 11 ans d’existence, le réseau social n’a pas perdu de son souffle. Bien au contraire ! Des centaines de talents s'y rencontrent pour partager leurs vues, leurs désirs, leurs compétences spécifiques, pour élargir leur milieu d’affaires et identifier de nouveaux clients ou fournisseurs en faisant valoir leurs intérêts. Des indépendants de tous horizons se créent ainsi leur identité numérique.

 

La chose a donné le mot : le verbe réseauter adapté du mot réseau, un néologisme récent,  fait désormais son apparition dans les dictionnaires Larousse et Robert en 2010.

 

Le sujet de la soirée était se savoir quelle valeur ajoute un réseau social (Facebook, Twitter, etc) au niveau personnel autant que professionnel.

 

Chaque mode de communication (vertical, horizontal, transversal, autoritaire, collectif) procède selon des codes déterminés, me direz-vous ! Et bien, le côté « immédiat » du réseautage – dont j’ai déjà parlé dans un précédent billet - provoque indéniablement une interactivité, qui ne ressemble en rien avec une simple information délivrée sur un produit, un événement, un service, une idée.

 

En révolutionnant le paysage médiatique, chaque entrepreneur s’immerge dans une communauté et y accueille des avis utiles pour son action. Le networking se confond naturellement avec le mode de vie en ce sens qu’il fait appel à des qualités psychologiques définies telles que la capacité d’innover, de prévoir, de présenter un objet en se mettant à la place de l’autre, de se poser dans une perspective durable.

 

C’est dire qu’on se réjouit du prochain rendez-vous organisé jeudi 12 novembre 2009, dès 17 h 30 autour du thème «Energies et climat : ce qu’il faut savoir pour mieux agir».

Vive Rezonance!

13:27 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline,
J'y étais mais ne vous y ai pas croisée. Bon, le concept est intéressant mais le procédé peu efficace. C'est un moyen de croiser des gens mais des rencontres, il faut pas exagérer ...

Deux-trois piques-assiettes qui s'incrustent jusqu'à la fin alors que les affairés s'en vont assez rapidement. J'ai entr'aperçu le fantôme Charles Beer, arrivé en retard comme d'habitude, et envolé direct pour pas que les gens puissent l'approcher, hautain, dur, se sentant au-dessus de la mêlée : méprisable attitude réseau (en période électorale, vous dis-je); j'aurais voulu entrer en contact avec un directeur général adjoint mais il a disparu dès le début du cocktail.

Le succès de ces réunions est grand parce que beaucoup sont dans le besoin matériel autant qu'humain et espèrent qu'il se passe un petit miracle qui les sauve de leur m ...

Se pose encore la question de savoir quelle valeur ajoutée à toutes ces plateformes de visu ou via internet. Côté boulot, si on n'en a pas, on ne risque pas d'en trouver et pour ce qui est de l'échange d'informations, il reste bénévole. Qui a jamais osé dire que le réseautage, c'est WIN-WIN?

À part le vide sidéral qu'on en retire, il faut quand même relever le professionnalisme, la sympathie, la disponibilité de Mme Morand (et ses seconds), notamment en ce qu'elle incarne ce nouveau mode de vie en proposant une autre vision de l'homme et de ses interactions avec ses semblables, au - delà des rapports de force brutaux bien instaurés, auxquels on n'échappe pas par sa propre liberté!

Écrit par : CEO | vendredi, 06 novembre 2009

Les soft skills sont à manier avec précaution. On nous aprend que Renault ne vend pas des voitures mais des kilomètres, soit de la mobilité. La fonctionnalité particulière correspond à la vente des services personnels et que le marché est devenu un dialogue (et non plus un monologue). En sortant de sa zone confort, l'intelligence connective prend le dessus pour rendre la prise de risque possible.

L'économie du gratuit n'est donc pas loin puique les valeurs génératives constituent une économie durable. À ce taux-là, l'interaction prime sur l'info brute.

Un site ne suffit plus alors qu ele réseau social nous permet de nous connecter avec le reste du monde, nous fait partager nos exprériences, organiser les événements.

Ce que je vends? Une valorisation du contenu, avec en prime une visibilité accrue et une notoriété assurée.

Les qualités morales à la base du nouveau monde pourraient se résumer en une plus grande sincérité et un bon sens à toute épreuve.

Que veut de plus le peuple?

Écrit par : hello | vendredi, 06 novembre 2009

Tiens, il est plus joli votre texte, avec ses mots-clés soulignés ou en gras! Merci pour l'information. Je tâcherai d'y assister jeudi prochain pour voir.

À l'époque de Cro-Magnon, on imagine aussi que les hommes réseautaient pour chasser, en délimitant les territoires et en désignant les fonctions de chacun.

On dirait qu'un nouveau monde s'ouvre : une économie plus virtuelle, un langage plus léger ... On sera tous indépendants! Une chose est certaine : on ne fait plus des affaires comme d'antan, à l'ère industrielle, par exemple.

Bon WE !

Écrit par : Gargamelle | samedi, 07 novembre 2009

ça vaut le détour! c'est intéressant et vivant! qui a dit "le XXI e siècle sera spirituel ou ne sera pas?" ... Bon we à toutes et à tous!

(merci d'avoir remarqué que j'ai nettoyé mon texte : en effet, je ne comprends pas pourquoi le texte enregistré ne correspond pas toujours à celui que j'ai rédigé, mis sous pli, publié ... je dois tapoter mon clavier un peu trop vite ... sans parler du caractère des lettres qui changent comme par enchantement bref, on n'a pas fini le progrès!)

Écrit par : Micheline | samedi, 07 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.