UA-105021232-1

lundi, 30 novembre 2009

Le vote pour ne pas miner la laïcité

 

« Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi ; demande ce que tu peux faire pour ton pays! », assénait JFK. minaret1.gifCe qui est choquant dans cette votation du 29 novembre 2009, c’est la manière dont est traité le peuple suisse, du genre « Pardonnez-leur ! Ils ne savaient pas. »

 

Cependant, il faut le dire et le répéter : le vote pour l’interdiction de la construction des minarets ne constitue pas un vote l’islam ou les Musulmans. Un vote anti-religieux ? Sûrement. Forte de son attachement à la laïcité, la Suisse ne souhaite pas simplement pas une islamisation de ses mœurs sociales et politico-juridiques.


Les Suisses ont voté en connaissance de cause. Bien instruits, ils ont choisi en leur âme et conscience, n’en déplaise à quelques vendeurs d’indulgence !


On le sait, les minarets ne sont pas nécessaires à l’exercice de la prière. Le Coran le dit. Et beaucoup de mosquées sont en effet dépourvues de minaret, ne serait-ce que la plus célèbre, la mosquée El Aqsa à Jérusalem. La France n’en compte pas plus de dix sur son sol, chiffre bien inférieur aux bâtiments


Leur interdiction n'est donc pas contraire aux droits de l'homme, d’autant qu’elle ne contrevient en aucun point à la loi universelle de la paix confessionnelle.


Les électeurs ont exprimé leur ras-le-bol des pays musulmans terroristes qui narguent ouvertement l’occident et dont le but avoué par leurs chefs (Ben Laden, Ahmadinejad) est purement et simplement son anéantissement, sans oublier Sir Kadhafi qui se fiche complètement de la Suisse, de ses institutions démocratiques, des deux otages suisses et qui en appellent à son démantèlement.

Comme ils ne sont pas des imbéciles (contrairement à ce que d’aucuns désirent montrer), les citoyens ont opté pour une décision sage, se protégeant par là aussi des magouilles véhiculées par une nomenklatura. Si l’expérience sert à quelque chose, on peut préciser que justement, ils ont eu en mémoire les épisodes de Rendsburg et Rheinfelden.


On se souvient les parole d’un premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui proclamait haut et fort en 1997 déjà que «les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les fidèles nos soldats».

On voit facilement de quel côté penche la balance de la paix religieuse …

 

Le minaret est clairement un symbole de revendication politico-religieuse du pouvoir et cela les Suisses l'ont compris.


Le peuple a tranché : il ne veut pas de mesures juridiques islamistes dans le sein de ses institutions obtenues de longue lutte!

 

 

11:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : islam, droit, constitution, religion, minaret, mosquée, pouvoir politique | |  Facebook

Commentaires

Voilà, pour toutes ces personnes qui sont scandalisées par le résultat du vote d'hier, j'invente un nouveau terme qu'il conviendra de leur appliquer systématiquement:

DEMOCRATOPHOBES

Ils se reconnaîtront.

Écrit par : Johann | lundi, 30 novembre 2009

Vivement, Johann, que ce terme entre dans le dico! Il est temps. Bien à vous

Écrit par : Micheline Pace | lundi, 30 novembre 2009

L'Union Démocratique du Centre a eu raison avec cette initiative de défendre les valeurs d'égalité et de laïcité. Les instruments démocrtatiques ont bien fonctionné et voilà qu'on les vilipende honteusement!

Etant moi-même une femme d'origine musulmane née en Suisse, je dis merci à ce pays. Je n'ai pas honte d'affirmer que je souffre de certaines pratiques auxquelles je suis par tradition obligée de me soumettre.

La Suisse a raison d'anticiper plutôt que de réagir après coup. "Tout bon chrétien est un chrétien mort!" clame Ben Laden. Ce n'est pas par méconnaissance de l'islam et encore moins la peur de l'inconnu (ou de l'étranger) qui a dicté ce plébiscite.

Le peuple suisse a montré son courage en refusant ce signe d'un pouvoir politique découlant de croyances relgieuses. C'est la première fois qu'un pays ose franchir ce pas. La presse internationale commente comme elle peut mais on sent en filigrane que certains pays voisins nous envient déjà.

Les attentats terroristes qui ont eu lieu en Europe nourrissent ces réflexions et qu'on nous vienne pas nous dire que c'est son type de représaille qui nous attend. Mutatis mutandis ...

Pour finir avec un proverbe arabe : "L'intelligent est celui qui apprend des erreurs des autres, l'imbécile est celui qui apprend de ses propres erreurs".

Écrit par : Aïcha | lundi, 30 novembre 2009

Je suis bien d'accord avec votre billet!

Sous prétexte que l'occident est laïque, ce dernier devrait tout accepter. Ce n'est pas normal! Le peuple suisse s'est exprimé, respectons-le! Il y a la peur, certes. Mais n'oublions pas qui sont les responsables de cette dernière (extrêmistes, salafistes, terroristes, censeurs,....).

Les musulmans peuvent interdire les constructions d'églises ou autres. Mais si la Suisse s'oppose à la construction de minarets ça fait scandale! Il faudrait être plus intelligents que les pays musulmans selon certains bien pensants.... Ah bon? Sont-ils débiles au point que nous devrions faire preuve de condescendance? ou cherchent-ils simplement à protèger leur culture? Le peuple a parlé, les élites chialent... vive la démocratie!

Écrit par : Riro | lundi, 30 novembre 2009

Je suis ravie d'apprendre que nous partageons cet avis, Riro. Une fois n'est pas coutume ... Souvenons-nous comment est partie « l’affaire » : en novembre 2006, une banale querelle de voisinage, à Wangen bei Olten, un village du canton de Soleure, se termine devant les tribunaux. Oh, stupeur, contrairement à l’avis des riverains, le tribunal administratif autorise la construction d'un minaret de six mètres de haut sur le toit du centre de la communauté turque. Blessés, ils n’en resteront pas là …

Le débat s'enflamme pour finalement poser la question de la liberté religieuse et prend une dimension politique, d’abord local, puis national. Devant un tel désaveu bafouant l’expression populaire et inquiets de l' «islamisation rampante de la société», des militants UDC et UDF déposent une « initiative populaire » - arme démocratique dont beaucoup nous envient - visant à interdire toute érection d’éventuels futurs minarets.

Certes, des citoyens sont horripilés par certains propos haineux dans les textes coraniques, d’où sont tirées certaines pratiques violentes et discriminatoires. Mais c’est à raison ! On peut se demander pourquoi la communauté musulmane na pas essayé de prouver le contraire.

Quand on voit un Hani Ramadan prôner par écrit la lapidation et se faie virer de l'institution scolaire - avec INDEMNITé - on a doublement raison de ne refuser ce genre d'ingérence!

Vive les valeurs démocratiques d'égalité et de laïcité!

Écrit par : Micheline Pace | lundi, 30 novembre 2009

Bravo Aïcha, il faut que des femmes comme vous osent dire ce qu'elles vivent ICI et dans leurs communautés! Nous ne pouvons pas mener ce combat pour vous, mais en revendiquant haut et fort, très fort, notre volonté de garder nos droits de femmes occidentales libres, nous participons à votre "libération", notamment et principalement sur notre territoire!

"Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires." Montesqieu

Belle journée à vous et bon courage!

Écrit par : Corélande | lundi, 30 novembre 2009

Suite à l'affaire soleuroise, Patrick Freudiger, élu UDC affrimait à juste titre: «Là où j'ai un problème, c'est quand ils refusent de s'intégrer. Le minaret, c'est le premier pas. Après, ils voudront le muezzin, la burqa, puis la charia…»

Les femmes UDC ont sonné la sonnette d'alarme en position pour cette initiative avec une grande intelligence cet été.

On l'aura bien compris qu’au-delà des minarets, c’est une certaine conception de l’islam qui est en cause (et dont souffrent bien des gens de cette obédience). Les modérés ont été très silencieux et les événements de ces dernières années depuis 2001 confirment les considérants de l'intiative plébiscitée.

Le peuple suiss a dit non à une politique où les femmes ne sont pas considérées à égalité avec les hommes, voir mises au rang de choses, où la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’est pas réalisée, où la charia et son droit sont incompatibles avec nos institutions démocratiques.

Widmer-Schlumpf aura toripllé encore une fois le parti grâce auquel elle doit SA carrière ...

Écrit par : hello | lundi, 30 novembre 2009

Haro sur le baudet helvétique!

Une vieille blague savoyarde met en scène deux braves paysans vaudois en train de travailler leur terre du côté de Rolle par une belle journée de printemps. Au moment de la pause, ils s’assoient sur le muret séparant leur propriété respective, se versent un verre de blanc et commencent à deviser en regardant le paysage qui s’offre à eux : « Regarde moi cette merveille » dit le premier « Ce lac qui reflète les sommets enneigés, ces vignes qui descendent jusqu’au rivage, ce silence qui nous permet d’entendre le chant de tous nos oiseaux en train de nouer leurs amours printanières… Tu sais, à mon avis, doit bien y avoir quelqu’un, là-haut dans le ciel à qui on doit tout ce bonheur… » Son ami réfléchit, fronce le sourcil et lui lance : » Dis-donc, toi tu ne tournerais pas un peu fanatique, des fois ? »

Alors, depuis dimanche c’est haro sur le baudet helvétique. L’animal était déjà fortement suspect depuis son empressement à embastiller Roman Polanski pour complaire à la justice américaine, il est maintenant cloué au pilori comme champion du monde de l’islamophobie, de l’intolérance et de la bêtise populiste

La bronca est d’autant plus forte que les instigateurs eux-mêmes ne s’attendaient pas à un tel triomphe.

Alors, que s’est-il passé pour que cette provocation recueille l’assentiment de tant de braves gens, qui, à l’instar de nos deux laboureurs, se méfient de tout ce qui se rapproche d’une intolérante radicalité ?

L’affaire Kadhafi, séquence politique qui a précédé cette votation n’est certainement pas étrangère à l’évolution de l’opinion vers ce coup de colère aussi violent qu’imprévisible. La Suisse et ces citoyens en ont marre de se faire rouler dans la farine par la dictature libyenne, de voir son président Merz s’excuser platement et la cheffe du département des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey jouer le rôle de carpette orientale. On en est là, et la Libye vient d’annoncer qu’elle allait faire passer en jugement les otages qu’elle a conservé par devers elle.

Bien sûr, dans le vote de dimanche, on ne peut exclure un fond d’islamophobie et de xénophobie instinctive dans une population qui a longtemps vécue dans un isolement montagnard peu propice à l’ouverture au grand large. Mais d’autres votations xénophobes initiées par l’UDC ces derniers temps, comme celle demandant le retrait de la Suisse de l’espace Schengen ont été repoussées.

Mais de grâce Micheline ne nous faites pas croire que la population à votée sereinement en connaissance de cause contre une architecture peu adaptée à nos cités helvétiques£... L’affaire Kadhafi, et le comportement indigne d’une classe politique qui brade l’honneur national dans l’espoir d’hypothétiques contrats industriels, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le lac, à défaut d’y mettre le feu. Les Suisses semblent l’avoir entendue, même si leur réponse n’est pas de celle que l’on auraient aimé saluer aujourd’hui !

Écrit par : Ghethev | lundi, 30 novembre 2009

J'ai une pensée pour Oskar Freysinger en espérant qu'il soit bien protégé, d'autant qu'un gars dans la mosquée de Lausanne lui aurait promis de lui casser la gueule ... avant les résultats. Un groupe sur facebook a même été créé à cet égard.

Ses mots à l'origine de cette initiative : «Nous avons lancé notre comité le 1er mai 2007 et obtenu 114 895 signatures."

Notre Conseiller national, fondateur de l'UDC dans le canton du Valais, professeur de philosophie et d'allemand et principal artisan de l'initiative, s'explique en appelant à refuser ce système légal, "au nom d'une pseudo-liberté religieuse, conteste des droits fondamentaux comme l'égalité des sexes devant la loi, par exemple. (...) Notre combat est d'abord juridique.»

Je crois que le message est clair et les mensonges de la nomenklatura n'y font rien.

Voici aussi ce qu'en dit un journal français : "Professeur d'allemand dans un lycée de Sion, une petite ville francophone, musicien, écrivain et politicien, Oskar Freysinger est le porte-drapeau des anti-minarets et le symbole d'un discours ouvertement radical sur l'islam. Coiffé d'une queue de cheval, habillé souvent d'une chemise indienne et roulant dans une voiture hors d'âge avec un autocollant «Free Tibet» collé à l'arrière, l'homme ressemble plus aux clichés de l'altermondialisme qu'à ceux de l'extrême droite. Son franc-parler, ses poèmes et ses chansons, abondamment commentés sur internet, lui ont valu le feu des critiques et une place de choix aux « Bouffons de la Confédération », l'équivalent suisse des « Guignols de l'info ». Mais, après ses nombreuses interventions hautes en couleur avec le gratin de la classe politique, même les plus chevronnés ne se risquent plus à le sous-estimer. Et son affrontement avec Tariq Ramadan sur la question des minarets, en mars 2009, en direct à la Télévision Suisse Romande, est resté dans les annales."

Écrit par : Micheline Pace | lundi, 30 novembre 2009

Kamel Kabtane, recteur de la mosquée de Lyon, craint un effet "boule de neige" en Europe. Il a raison. La presse mondiale en fait écho! C'est à eux de faire leurs preuves. On peut en douter quand on lit les frères Ramadan : "Il y a un véritable risque que le débat dérape et que le monde arabe en prenne ombrage. Ce qui pourrait avoir des conséquences politiques et économiques déplorables.»

Hani Ramadan, directeur influent du Centre islamique de Genève et frère de Tariq, a déjà prévenu : «Il serait absurde aujourd'hui de faire de la Suisse, au sein de l'Europe, une exception se distinguant par des relents de xénophobie.»

Dans la vie qutoidienne, cette ingérence se traduit dans nos hôpitaux, dans les cantines scolaires, dans nos prisons et dans la rue. Est-normal?

Un régime préférentiel n'est pas plus juste qu'une discrimination! C'est synonyme.

Écrit par : étrangersuisse | lundi, 30 novembre 2009

Ali Gomaa, le grand mufti d’Egypte, a dénoncé le résultat du vote. Faisant partie de ceux qui portent la responsabilité du problème, il ose parler d' atteinte à la liberté religieuse et aux sentiments de la communauté musulmane en Suisse comme ailleurs ... Pour mélanger les pinceaux, on ne s'en prendrait pas mieux! Les modérés se sont tus et les fondamentalistes gardent la parole.

Écrit par : émigréexilé | mardi, 01 décembre 2009

Le rédacteur-en-chef du Cahier de l'Orient, souvent invité par Yves Calvi, "comprend" même qu'il n'y a aucune réciprocité : alors que des lieux de culte musulmans existent en nombre en Europe, les lieux chrétiens connaissent un sort bien moins enviable en Orient ... Il s'empresse aussi de préciser qu'il n'a pas à commenter le résultat qu'il ne qualifie en tout cas de honteux.

Ceux qui commentent la décision helvétique sont malhonnêtes car ils se permettent de juger et de s'ingérer dans les affaires qui ne les regardent pas, motivés par un désir de prendre la parole et d'un pouvoir.



Recourir contre la décision du peuple suisse refusant la construction de minarets en Suisse auprès de Strasbourg ou d el'ONU se rididculisent et ne font qu'alimenter la polémique inutilement, à la barbe de l'esprit de la loi.

Primo, l'interdiction les minarets en Suisse ne contrevient à aucune norme internationale étant donné qu'elle ne viole pas la liberté religieuse. On le répète, même le Coran dit que la présence de minarets n'est pas nécessaire à la mosquée. En conséquence, le principe d'égalité de traitement n'est pas non plus bafoué.

Secundo, aucune instance n'a formellement le droit de recourir contre la décision du peuple quand les processus démocratiques ont été fonctionné coemme il se doit (c'est ce qui les distingue d'un système dictatorial).

Tertio, aucune loi religieuse n'est supérieur au droit suisse, en vertu notamment aux principes de laïcité et d'égalité inscrit dans sa constitution.

En conclusion, d'un côté, les milieux musulmans devraient faire leur examen de conscience (après avoir déserté le débat de ces derniers mois) et se demander le pourquoi du comment ou réfléchir à la notion de laïcité, voire jusqu'à éliminer certains passages de leur texte sacré. De l'autre côté, les élites technocrates suisses feraient mieux de respecter la vox pupuli qui est pas définition la vox dei au lieu de la torpiller éhontément et de traiter ses électeurs éclairés d'imbéciles crasses! Auquel cas, il s'agirait tout autant d'une posture anti-démocratique.

Écrit par : Micheline Pace | mardi, 01 décembre 2009

"Kamel Kabtane, recteur de la mosquée de Lyon, craint un effet "boule de neige" en Europe"
C'est justement aussi la crainte des Suisses qui ne veulent pas la prolifération des symboles ostentatoires d'un retour à l'ère des dogmes religieux. Ce ne sont pas les tours qui dérangent, c'est la main mise sur une culture et la pensée libre.

Écrit par : benpal | mardi, 01 décembre 2009

"On se souvient (ah bon ?) les parole d’un ( on admire!) premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan (t'es sûr que c'est lui qui a proférer une telle méchante et pas sympatoche menace ?..bon on est pas à ca près!) , qui proclamait haut et fort ( t'étais là? t'as pris directe le premier jet pour le canton?) en 1997 déjà que «les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les fidèles nos soldats». (salopard de turc! rien qu'ils nous veulent que du mal!)

Et bien sûr les musulmans de Suisse comme d'ailleurs sont évidemment comptables de ce que dit, scande et chante le grand vilain turc à moustache !

L'incipit tout Jfkesque laissait augurer une merveille de réflexion. Il a tenu toute ses promesses!

Écrit par : imberbe | mardi, 01 décembre 2009

Vous dites n'importe quoi Imberbe Libre à vous si vous optez pour l'obscurantisme. Vos mots sont-ils inspirés par les volutes d'un vin tourné au vinaigre)? - Je n'attends pas de réponse. - Que ceux qui ne sont pas contents retournent chez eux! D'autres seraient ravis d'avoir la possibilité de vivre ici, voir de bénéficier du passeport.

Et puis, comme pour toute chose dans la vie, il faut pouvoir assurer une réciprocité pour être pouvoir demander quoi que ce soit. Sans une relation "taken-give", on se tait et on s'adapte.

Il faut que les gens qui se sentent visés prennent leurs responsabilités sans croire jouer à Calimero que personne ne comprend parce que les citoyens sont "trop bêtes et méchants". Ne renversez pas les choses!

La dénégation n'apporte rien non plus : les paroles de la bouche du personnage cité par Micheline sont archi-connues, certifiées, vérifiables. Un peu culture ne fait de mal, Imberbe, (même si elle sert souvent à l'étaler de manière inversément proportionnelle à celle qu'on détient en réalité.)

Écrit par : Judith | mardi, 01 décembre 2009

Bonjour Judith

"Que ceux qui ne sont pas contents retournent chez eux!"

Parce que n'être pas content induit le fait que l'on ne doit pas être chez nous? Etonnant...j'ignorais que les opinions et les religions avaient une nationalité...

Bonjour M. Pace

"Un vote anti-religieux ? Sûrement. Forte de son attachement à la laïcité, la Suisse ne souhaite pas simplement pas une islamisation de ses mœurs sociales et politico-juridiques."

Les Suisses attachés à la laïcité, vous voulez rire j'espère? Seulement deux cantons sur vingt-six (Genève et Neuchâtel) ont intégré le principe de laïcité dans leur constitution, on ne voit pas ce qui empêcherait les autres d'en faire autant s'ils étaient vraiment si attachés à la laïcité. Essayer seulement de lancer une initiative constitutionnelle pour obliger les cantons à introduire cette donnée dans leur constitution. M'est fortement avis que leur réponse ne démontrera pas un amour si fort de la laïcité que vous le postulez. Il ne faut pas oublier que la Suisse n'a pas la même conception de la laïcité que ses voisins. Chez nous on parle avant tout du principe de neutralité confessionnelle, et pour cause.

Et puis soyons clairs, comme vous le mentionniez les UDF sont aussi à la base de cette initiative. Mêmes UDF qui sont prêts à soutenir l'introduction de l'enseignement du créationnisme dans les écoles...bonjour la laïcité... Un groupe catholique conservateur, proche d'Ecône, a également participé à la campagne en Valais. Je postule qu'on peut difficilement les taxer de "laïcards".

Cela ne veut évidemment pas dire que certains n'aient pas voté par attachement à la laïcité (quoique les seuls cantons qui connaissent cette séparation sont étrangement les mêmes que ceux qui ont voté non). En faire l'interprétation de ce vote, c'est donc un peu gros, voire même très gros.

Écrit par : Audrey | mardi, 01 décembre 2009

erratum:

"Mme." Pace évidemment, et non "M."

Écrit par : Audrey | mardi, 01 décembre 2009

@ Judith: Je ne suis pas content... mais Je suis chez moi... alors on fait comment? je me suicide, je quitte mon pays? comme cela vous serez seule et donc majoritaire... belle vision de la démocratie...
Madame le respect de la démocratie n'implique pas si on perd une élection de se taire de baisser la tête et d'attendre un autre vote sur un autre sujet...!!! J'ai le droit de dire que je désapprouve la majorité... j'ai le droit de le dire, de l'écrire, et de le crier! en revanche je n'ai pas le droit de violer la Loi... voila c'est simple la démocratie!

alors il va falloir supporter parce que tous vos opposants ne sont pas forcément étrangers...

Écrit par : matthieu | mardi, 01 décembre 2009

"Mais de grâce Micheline ne nous faites pas croire que la population à votée sereinement en connaissance de cause contre une architecture peu adaptée à nos cités helvétiques£..."

Bref, vous prenez les citoyens suisses pour des cons.

L'islam s'est toujours présentée comme une religion tolérante. C'est tout le contraire. Et comme disait l'autre, tolérer l'intolérance, c'est être soi-même intolérant. Le peuple suisse a fait preuve d'une grande maturité, et c'est la classe politichienne qui a peur du peuple, car elle n'a pas pu le manipuler.

Notre classe politique devient même démocratophobe en appelant à restreindre l'emploi de la démocratie.

Voulons-nous une Suisse sur le modèle français. Mille fois non.

Écrit par : Johann | mardi, 01 décembre 2009

Tout simplement BRAVO

Écrit par : Patrick Hulliger | mercredi, 02 décembre 2009

L'intelligenzia veut faire croire que ce vote contre les minarets et un vote contre les mosquées, la prise de pouvoir de l'islam ou le sentiment religieux.

Les tentatives d'annuler ce vote me font HONTE! J'ai doublement mal à ma démocratie : d'une part, on traite les électeurs suisses d''imbéciles crasses, de l'autre, on bafoue sa volonté exprimée dans les urnes!

La Suisse 14 fois plus petite que la France a 4 minarets la France que 10... Cherchez l'erreur!

En outre, citez-nous un vrai pays démocratique de religion islamique... Kadhafi vient de rendre son verdict (les 16 mois de prison pour nos otages ne sont pas encore commués en peine déjà exécutée).

J'ai honte des Suisses qui ont honte de la Suisse!

Écrit par : MOI | mercredi, 02 décembre 2009

Bonsoir, ma puce ^_^

Bonsoir à toutes et tous...

Je tiens à publier un post que j'ai déjà posé sur le blog d'Eric...car ce sujet me tiens à coeur, une amie de ma mère faisait partie des survivants et a gardé toute sa vie des séquelles tant physique que psychique du massacre horrible.

"Je tiens à mentionner un cas typique de désinformation par "oubli"

Le Temps, sous la plume de Mme Joëlle Kuntz, titre:

"L’impression de participer

Affaires intérieures mercredi2 décembre 2009

Joëlle Kuntz
Aucun Suisse n’est mort dans les cinquante dernières années directement à cause de l’islam. Aucun, à la connaissance du public, n’en a subi des dommages personnels graves. Alors pourquoi cette peur?

Aucun Suisse n’est mort dans les cinquante dernières années directement à cause de l’islam. Aucun, à la connaissance du public, n’en a subi des dommages personnels graves (Kadhafi ne se réclame pas de l’islam). La Suisse, comme Etat, n’est dans aucun conflit où l’islam se présente comme acteur. Mais les Suisses regardent la télévision et les images qu’ils y voient les plongent virtuellement dans le grand conflit qui se construit entre l’islam et le monde chrétien sous la conduite des architectes de la guerre dans les deux camps.

Quelque 3000 Américains sont morts pour de vrai le 11 septembre 2001 à New York. Des centaines d’autres ont péri pour de vrai en Afghanistan dans le combat contre Al-Qaida puis contre les talibans. Le nombre d’Afghans victimes de ce combat ne se compte plus. Ailleurs, des touristes ou des gens simplement occupés à leurs affaires ont sauté sur des bombes posées au nom de l’islam. De vraies bombes qui ont pris de vraies vies.

Les Suisses ont vu cela à la télévision. Ils ont frissonné. L’islam débarquait dans leur salon, avec des femmes en burqa, des hommes barbus alignés pour la prière, des mollahs aux yeux brillants. Ils ont eu peur. Ils ont aimé avoir peur. Ils ont voulu participer au combat: un vote contre les minarets et hop, vive la lutte...."

Mais suite à mon message quelque peu indigné lui rappelant le massacre de Louxor:

http://flashback.blog.24heures.ch/archive/2007/11/19/il-y-a-dix-ans-la-tuerie-de-louxor.html

où 36 touristes suisses ont été sauvagement tués(d'autres en ont gardés des séquelles physiques et psychiques à vie), Mme Joëlle Kuntz m'avise qu'elle va rectifier son erreur.

Devons-nous veiller à sauvegarder la mémoire bafouée des victimes du terrorisme, nous, citoyens lambda, afin d'éviter ces injustices publiées dans la presse?

Autre sujet:

Dimanche, M. Ouardiri gémissait qu'il ne savait quoi dire à ses enfants après le résultat des votations.

Bien!

Et nous, que devons-nous dire à nos enfants suite à l'incident honteux au Petit-Saconnex?

http://archives.tdg.ch/TG/TG/-/article-2009-05-1351/des-hommes-ont-insulte-des-jeunes-filles-qui-suivaient-un-cours-de-gymnastique

Ou suite à celui d'Yverdon?

http://info.rsr.ch/fr/points-forts/Yverdon_les_Bains_mere_agressee_a_l_ecole.html?siteSect=2011&sid=9042621&cKey=1209729743000

Je crois qu'une prise de conscience et remise en question serait salutaire de la part des portes-paroles musulmans, des médias et de certains de nos élu(e)s qui s'indignent et protestent, se prosternent de désolation devant l'expression de la voix populaire, excédée de ne pas être considérée ni respectée tant dans son intégrité morale, physique que civile.


Un élu, un journaliste n'est-il pas tenu à s'informer avant de calomnier ou tenir des propos erronés?

Bref:

Certain(e)s ne savent pas garder la tête haute et oublient qu'en se trainant à terre, on n'inspire que le mépris!

Mais ce qui est grave, c'est lorsque ce sont des personnes nommées pour défendre notre pays, notre image, qui se trahissent ainsi, nous trahissent ainsi!"

Bonne soirée

Écrit par : Mireille Luiset | mercredi, 02 décembre 2009

Bonjour Mireille,
Merci pour toutes ces indications décrites avec force et courage!

On remarque -dieu merci - que le malaise est ressenti, voire compris chez beaucoup de musulmans non-intégristes. Un certaine presse officielle du Koweit et d'autres pays partagent même les considérants de l'initiative et le résultat de notre vote.

Il reste surtout choquant la manière dont des autorités osent ouvertement insulter le demos ... "Les votants on teu tort" de Charls Beer qui n'a jamais respecté la vox populi en tant que vox dei, les ridicules excuses d'EWS, etc

Belle journée

Écrit par : Micheline | jeudi, 03 décembre 2009

N'en déplaise à Audrey : notre société est sécularisée et elle es'est loguement battue pour ses valeurs de laïcité! La position contre le droit islamique qui viendrait s'ingérer dans notre état de droit n'est ni une vue de l'esprit ni un sujet de conversation de salon. Des pays alentours l'ont compris et saluent même le vote suisse.

Qui serait assez bête pour ignorer les conséquences de cette prise de puvoir par un signe ostentatoire qui en plus n'est pas essentiel à la pratique de leurs croyances religieuses?

On ne vas pas refaire le débat fort bien explicité par ce billet mais je rajouterai une seule chose : les attentats de ce jour survenus en Somalie en disent long sur les vues et les buts des extrémistes que seule la prise de pouvoir motive.

Écrit par : Aïcha | jeudi, 03 décembre 2009

@ Johann : tout à fait d'accord avec votre description! Les exemples quotidiens sur notre sol le démontrent. Traiter pareillement les citoyens de cons est vraiment malhonnête, surtout sur des sujets politiques bien documentés, réfléchis, bien pesés.

Aujourd'hui, un mystérieux sondage lancé par le clan Kadhafi échoit. Il concerne la fameuse question (soumise à l'ONU en septembre) "Doit-on rayer la Suisse de la carte ?"

1. Absolument
2. Négatif
3. Connait pas
4. C'est quoi ce sondage à la c* ?

La violence envers un pays voisin, leur semblable et particulier les femmes ne fait pas de doute. On se "réjouit" de connaître le résultat de la question circulant dans les rues de Tripolit ...

Écrit par : Micheline | vendredi, 04 décembre 2009

Bonjour Aïcha,

Contrairement à ce que vous pouvez penser, la laïcité de mon canton ne me déplaît pas. C'est même tout le contraire, je suis particulièrement fière d'habiter dans un des seuls cantons qui la promeut. L'objet de mon commentaire était juste de rappeler quelques faits peu connus ou que l'on aurait tendance à enterrer volontiers dans un coin car, nous sommes parfaitement d'accord, ils font un peu tache.

Que voulez-vous, on vérifiera cette sécularisation avec l'initiative du PEV qui tient à rajouter dans la constitution notre attachement chrétien... Je pense pour ma part qu'il serait bien difficile d'en faire un quelconque pronostic pour l'instant. Le combat pour la vraie sécularisation est loin d'être terminé.

Écrit par : Audrey | vendredi, 04 décembre 2009

Oskar Freysinger, Conseiller d'Etat du VS! Le seul homme politique généreux de sa personne et avec des arguments convaincantsqui agit pour et avec les gens!

Écrit par : hello | vendredi, 04 décembre 2009

Une petite blague pour le week-end pour fêter l'échéance du sondage sur la disparition de la Suisse de la carte du monde :

Oussama Ben Laden et Oussama Barack Obama font la course, qui gagne?
- Oussama Ben Laden car il a 2 tours d'avance.

Écrit par : François T. | vendredi, 04 décembre 2009

Voilà un Ministre qui ne baisse pas la culotte devant les islamistes radicaux: Brice Hortefeux a viré du territoire français un imam, le renvyant en Egypte, son pays d'origine! Ali Ibrahim el-Soudany exhortait ses fidèles ainsi : «Priez Allah, pour détruire et écraser tous les ennemis de l'islam et donner la victoire à tous les moudjahidins.»

L'individu jugé dangereux par les pouvoirs publics terminait souvent la prière du soir explicitement par une «malédiction contre les juifs et les Occidentaux».

Comment en appeler à la lutte contre l'Occident, se moquer des valeurs républicaines, et vouloirà tout prix vivre dans notre société?

Certains détracteurs jaloux du succès de la votation sur les minarets nous feront-ils croire encore d'un vote sur l'ignorance?

Écrit par : Philippe B. | samedi, 09 janvier 2010

L'appel à la violence est lancé! Les accusations d'apostasie mêlées au chantage de garder un otage se succèdent. Le colonel K. n'avale pas la votation suisse. Pour se venger de l'action légitime hélvétique sur l'attribution des visas dans l'espac Schengen, il veut que tout Musulman cesse de traiter avec les Suisses, "race de mécréants".

Reste que pas mal de Suisses, dont ceux qui ont rejeté l'initiative partage ce genre de considération. Certains pseudo-intellectuels bon chic bon genre en viennent même à encourager ces comportements ...

Gageons que notre pays ne se laisse pas intimider et qu'il réussisse à utilser tous les leviers diplomatiques pour terminer son travail!

Écrit par : Ludovic K. | vendredi, 26 février 2010

Les commentaires sont fermés.