mercredi, 20 janvier 2010

Super Nanny a tiré sa révérence

 

nanny.jpg

SUPER NANNY, tu nous manqueras ! Celle qui incarna au travers de ses émissions sur M6 la sagesse maternelle n’est plus. Emportée cette nuit par un cancer des poumons à moins de cinquante ans, Cathy Sarraï connut pourtant bien des déboires avant de devenir la star que l’on sait jusqu'à devenir une figure familière dans nos vies ...

Issue elle-même d’une famille très nombreuse tunisienne, elle arriva dans le 19e à Paris sans savoir un mot de français. Héritière des traditions de son pays, elle se maria à 17 ans et accoucha de son premier enfant à 17 … Puis, elle devint nurse chez des riches pour ensuite en faire un métier à grande échelle.

Pourquoi on l’aimait tant? Son rôle de coach d’éducation parentale imposait le respect par ses qualités de cœur autant que spirituelles, quelles qu’aient été les préoccupations du moment. Sans se référer à des crédos de la mouvance pédagogo, la super star nounou aida vingt-deux familles en mal d’autorité dont elle tira un dénominateur commun : « Le sentiment de culpabilité des parents qui travaillent et leur peur d'interdire ou de punir, sous prétexte que leur enfant ne va plus les aimer. Pourtant, dès qu'on met des limites, l'enfant se sent rassuré. »

Par son apparence de gouvernante sévère tirée à quatre épingles sut convaincre de manière naturelle quatre millions de téléspectateurs. On ne la remerciera jamais assez pour ses judicieuses recettes, comme par exemple, transformer un ta gueule ! par un je t’aime.

18:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : super nanny | |  Facebook

Commentaires

Bonsoir Micheline,

Quelle triste nouvelle. Surtout pour tous les parents qui espéraient la voir débarquer chez eux pour résoudre leur incompétence à éduquer leurs rois et princesses.

(ç-ç)

Écrit par : Loredana | mercredi, 20 janvier 2010

Ben, moi, je l'aimais bien Super Nanny! Elle avait fini par faire partie de nos vies ... allez savoir pourquoi ! L'éducation étant plutôt un sujet grave, elle a su m'accrocher à ses émissions à tel point que volontairement je décidais du programme tv parce que je savais qu'elle allait parler (un peu) à l'enfant qui est en moi ...

Très surprenant qu'elle s'en soit allée à son âge, elle qui incarnait la vie et qui venait d'être mère pour la 3ème fois!

Écrit par : Philippe B. | mercredi, 20 janvier 2010

Bonsoir Loredana,

Je n'en reviens pas comme elle est partie dans la force de l'âge, elle si généreuse dans ses activités ...

Quand on voit tous les paumés qui ont des gamins - et/ou qui font appel à ses services - on comprend pourquoi le monde va si mal.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline | mercredi, 20 janvier 2010

Mieux que la Dolto, trop livresque et peu proche humainement, Super Nanny a su faire de l'éducation un cheval de bataille. Aider des familles qui ne savent pas éduquer leur propre enfant est une tâche louable. Sa manière de faire est vraiment étonnante, voire miraculeuse.

On voit aussi l'étendue de la solitude des petits en ce monde. Livrés à eux-mêmes, ils ne sont qu'un amas de pulsions non canalisées. Les parents, stressés, ne savent pas aimer ni élever leur enfant parce que trop rivés sur leur propre fonctionnement, leurs soucis.

Triste humanité! Commencer sa vie ainsi ne présage rien de bon pour la suite. On comprend bien pourquoi les gens sont si fous!

Écrit par : hello | jeudi, 21 janvier 2010

Cette femme intuitivement douée avait su faire comprendre aux parents une chose toute simple et complètement dévalorisée de nos jours : l'autorité.

Ce simple mot fait déjà peur à nos sociétés privées de repères, puisqu'elles ne veulent déchiffrer dans la Nature que ce qui favorise le confort immédiat et la "désolidarité", estimant que toute contrainte et toute forme de hiérarchie familiale pourraient devenir un obstacle à l'épanouissement individuel.

Dès l'aube de l'humanité les sociétés prétendument primitives et primaires, avaient instauré des "interdits" et des "tabous" non négociables, qui permettaient au groupe de survivre en maintenant sa cohésion.
Ayant abandonné ce genre de règles toutes simples, nous sommes aujourd'hui contraints de mettre à contribution des hordes de psy pour tout simplement restaurer cette fameuse "autorité naturelle", dont Super Nanny a démontré d'une manière éclatante qu'elle était nécessaire pour sécuriser l'enfant et lui redonner l'envie de respecter ses parents.

Écrit par : Santo | jeudi, 21 janvier 2010

La plus-value de Super Nanny réside dans le fait de re-découvrir des règles simples, lesquelles sont basées sur des fonctions psychologiques telles que l'écoute, l'empathie, l'apprentissage d'un savoir-faire pour cadrer des pulsions.

Sa force est d'avoir expliqué aussi qu'avoir un problème relationnel (avec sa progéniture ou son collègue) ne signifie pas qu'on soit fou ou malade. Mais qu'il s'agit bien plus d'un manque de repères de la société à la dérive, qui ne sait ni identifier telle réalité ni apporter des solutions à des problèmes même simples.

Le coaching de Super Nanny met à mal également les pratiques d'une grande part de psychologues institutionnalisés, plus intéressés à acquérir une clientèle sans effort qu'à aider son prochain, ce en rédigeant des rapports stupides ou insignifiants et en créant de toute pièce le problème pour en faire une affaire d'état, tout en faisant semblant de proposer des méthodes de régulation sociale.

Aujourd'hui, les gens sont si seuls qu'ils ne savent plus comment se comporter même dans des situations simples, voire banales. Elle a excellé dans un art qui ne demande pas forcément des techniques schizophrènes et qui répond avec respect à la personnalité de chacun. Chapeau!

Écrit par : Micheline | samedi, 23 janvier 2010

C'est l'histoire d'une fille un peu faible d'esprit, il y a trente ans elle faisait partie de la secte de Rajnesh Osho, ça se passait à Poona en Inde.
Tout était permis, libérer son corps et son âme de toutes les contraintes héritées de cette civilisation occidentale en besoin d'aventure et d'orientalisme.
Avinna (nom de secte) avait environ 25 ans, élégante et provocante dans sa dégaine, au niveau du discours c'était autre chose, mais beaucoup ne s'intéressait pas à ce qu'elle pouvait bien ressentir, son corps suffisait largement !
Avinna était perdue dans cette univers pseudo-mystique affranchi de toute cette morale chrétienne ridée et excessive, "un petit massage et crac-crac", ceci avec la profonde conviction que la rédemption avait accouru içi et maintenant.
La vie était agréable dans ces décors indien aménagés pour cette nouvelle manne, petits hôtels branchés, restaurants avec tous les délices de l'orient sauce exotique pour quelques roupies.
Avinna comme beaucoup d'autre ne trouvait pas, malgré tous ces artifices, son compte dans cette dérive, ses parents ne lui envoyaient pas les 1000 $ nécessaire à tous ces petits privilèges, elle n'était pas la seule genevoise dans ce cas, il aurait donc fallu revenir à Genève, travailler et revenir dans ce havre de stupre.
Stupre pour stupre, pourquoi ne pas simplement s'arrêter à Bombay lointaine seulement de 200 km et avec une copine de cheval et autres massages tantrique faire profiter des clients de passage souvent venant du golf de leurs soins experts, ceci dans un cade encore plus luxueux.
Alors tout les mois, elle tombaient leurs tuniques oranges et prenaient le cap pour la fortune facilement gagnée. Les deux principaux palaces de Bombay étaient é l'époque le Taj-Mahal et l'Oberoi Sheraton, c'est dans le lobby de ces palaces que les gourgandines facturaient leurs services divins.
Plus tard, de retours dans la ville de Calvin, le manège continua, au Noga-Hilton , é l'Inter-continental et autres, puis rencontra celui qui deviendra son mari, le directeur actuel d'Handicap International, quand on a des goûts de luxe, rien ne peut vous écarté de votre destinée.
Que du beau monde je vous dit, que du beau linge !

Son mari, lui, la trompe avec une gardienne de taule, ça faut des années que ça dure, ils ont deux enfants, ils seront surement eux aussi dans l'humanitaire, c'est pour ça qu'il ne faut donner pas son argent à des menteurs et à des personnes donnant des leçons, tout en ayant eux mêmes une morale de voyou !

Écrit par : Corto | samedi, 23 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.