UA-105021232-1

dimanche, 14 février 2010

À chacun sa valentine ...

« L’amour est comme la médecine : seulement l’art d’aider la nature. »

(Chodelos de Laclos)

 

 Beaumarchais, Noces de Figaro

 

cupidon1.gifCupidon avec son arc et ses flèches, les fleurs, les cœurs rouges … tous ces symboles font partie de la Saint-Valentin. Ils se transmettent via cartes vidéo ou en papier, par SMS ou mail.

 

La coutume de s’écrire à cette occasion est très ancienne. Certaines illustrations sont très sophistiquées, décorées avec des rubans de papier, de plumes, de dentelles, de galons et des noeuds; elles peuvent être parfumées. Les messages écrits se surpassent en lyrisme plus ou moins poétique, kitsch, mièvre et en vœux pieux d’un amour atemporel que l'on se jure.

 

Mais sait-on exactement d’où nous vient cette fête des Amoureux ? Est-elle d’origine païenne ou religieuse ? 

 

On peu remonter à la Rome antique pour trouver à la même date des célébrations des dieux de la fertilité (les Lupercales), notamment des femmes et de la nature, ce en buvant de bons vins et en sacrifiant une chèvre. Le printemps n’est pas loin et les oiseaux commencent à s’accoupler … Bien avant, la Grèce antique fêtait à la même époque de l’année le mois de gamélion voué au mariage de Zeus et Héra.

 

Cependant, cette fête païenne n’allait pas traverser les siècles – même pour un sujet éternel – dans un environnement peu à peu christianisé. Il fallut donc un saint-martyr pour expliquer l’événement à la fin du 3e siècle : la légende raconte que vers 268, l’empereur Claude engagé dans de nombreuses batailles avait fait prohiber aux jeunes hommes de se marier car il avait besoin de vaillants soldats indépendants, qui se donnent à l’amour de la patrie, au risque d’y perdre leur vie. Or, un prête se prénommant Valentin, trouvant la mesure coercitive fort injuste, aurait poursuivi ses offices ; les mariages secrets contractés sont alors dénoncés et le pauvre prêtre fut jeté en prison. C’est là que survint un miracle ! Dans son trou, il fit la connaissance d’Augustine, la fille de son geôlier, à laquelle il redonne la vue et qui, à son tour, prend soin de lui. Plein d’un sentiment de gratitude, Valentin lui aurait envoyé un message avant d’être mis à mort, signé « Ton Valentin ». La valentine, mot d’amour adressé à l’occasion de la St-Valentin, fait son entrée en scène.

 

Une petite anecdote vient pourtant encore corser l’affaire … si la Saint-Valentin reste la fête des amoureux dans notre société occidentale, aux Etats-Unis, on y commémore aussi la fête de l’amitié ; par exemple, les enfants s’écrivent les uns les autres des mots gentils ou s’envoient des graines à planter. Il y a en ainsi pour tous les goûts de ceux qui ne veulent pas rester seuls dans leur coin … Quel que soit votre choix, cher lecteur, je vous souhaite une joyeuse St-Valentin!

 

cupidon3.jpg

 

00:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : st-valentin | |  Facebook

Commentaires

Merci pour ce joli détour, charmant... L'histoire des enfants qui s'écrivent les uns les autres me fait complétement craquer. Bonne St-Valentin à vous aussi.

Écrit par : nocommento | dimanche, 14 février 2010

C'est dans l'air : tous les gens que je croise aujourd'hui ont un mot gentil à la bouche! Merci pour ces quelques mots doublés d'images idylliques à l'occasion d'une fête superficielle, une vraie fausse fête des amoureux (que je n'attends pas de mes voeux), commerciale s'il en est dans le style du film avec Tautoo "Dis-moi combien tu m'aimes!" ...

Le clin d'oeil, même humoristique, est un cadeau.

Bonne Valentin à vous, Micheline!

Écrit par : chouchou | dimanche, 14 février 2010

Chère Micheline,

Merci beaucoup pour être revenue sur ce qui est à l'origine de la St Valentin !

De mon côté, j'ai également pratiqué la méthode américaine en adressant une carte virtuelle à mon meilleur ami..comme quoi :-)

Bien à toi et excellente St Valentin !

Écrit par : Valérie | dimanche, 14 février 2010

... ça sent les Bacchanales ...lol)

Écrit par : XYZ | dimanche, 21 février 2010

Bonne Saint-Valentin à tous !!!! Voici ce qu'on peut rappeler de l'histoire du saint du même nom, piqué sur un site internet : "Décapité le 14 février 268 en représailles des conversions au christianisme qu’il suscita suite à la guérison d’une jeune fille aveugle, saint Valentin doit à son nom, qui signifie santé et vigueur, le fait que les fiancés, les jeunes gens à marier, ceux qui craignent les atteintes de la peste, les personnes, enfin, qui sont sujettes à l’épilepsie et aux évanouissements se sont placés sous son patronage.

La vertu de saint Valentin, prêtre, était si éclatante, et sa réputation si grande dans la ville de Rome, qu’elle vint à la connaissance de l’empereur Claude II, qui le fit arrêter, et, après l’avoir tenu deux jours en prison, chargé de fers, le fit amener devant son tribunal pour l’interroger. D’abord il lui dit, d’un ton de voix assez obligeant : « Pourquoi, Valentin, ne veux-tu pas jouir de notre amitié, et pourquoi veux-tu être ami de nos ennemis ? » Mais Valentin répondit généreusement : « Seigneur, si vous saviez le don de Dieu, vous seriez heureux et votre empire aussi ; vous rejetteriez le culte que vous rendez aux esprits immondes et à leurs idoles que vous adorez, et vous sauriez qu’il n’y a qu’un Dieu, qui a créé le ciel et la terre, et que Jésus-Christ est son Fils unique ».
Saint Valentin
Saint Valentin
Un des juges, prenant la parole, demanda au Martyr ce qu’il pensait des dieux Jupiter et Mercure. « Qu’ils ont été des misérables » répliqua Valentin, « et qu’ils ont passé toute leur vie dans les voluptés et les plaisirs du corps ». Là-dessus, celui qui l’avait interrogé s’écria que Valentin avait blasphémé contre les dieux et contre les gouverneurs de la république. Cependant le Saint entretenait l’empereur, qui l’écoutait volontiers et qui semblait avoir envie de se faire instruire de la vraie religion ; et il l’exhortait à faire pénitence pour le sang des chrétiens qu’il avait répandu, lui disant de croire en Jésus-Christ et de se faire baptiser, parce que ce serait pour lui un moyen de se sauver, d’accroître son empire et d’obtenir de grandes victoires contre ses ennemis.

L’empereur, commençant déjà à se laisser persuader, dit à ceux qui l’entouraient : « Ecoutez la sainte doctrine que cet homme nous apprend ». Mais le préfet de la ville, nommé Calpurnius, s’écria aussitôt : « Voyez-vous comment il séduit notre prince ! Quitterons-nous la religion que nos pères nous ont enseignée ? »

Claude, craignant que ces paroles n’excitassent quelque trouble ou quelque sédition dans la ville, abandonna le Martyr au préfet, qui le mit à l’heure même entre les mains du juge Astérius, pour être examiné et châtié comme un sacrilège. Celui-ci fit d’abord conduire le prisonnier en sa maison. Lorsque Valentin y entra, il éleva son coeur au ciel, et pria Dieu qu’il lui plût d’éclairer ceux qui marchaient dans les ténèbres de la gentilité, en leur faisant connaître Jésus-Christ la vraie lumière du monde.

Astérius, qui entendait tout cela, dit à Valentin :
« — J’admire beaucoup ta prudence ; mais comment peux-tu dire que Jésus-Christ est la vraie lumière ? »
« — Il n’est pas seulement », dit Valentin, « la vraie lumière, mais l’unique lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde »
« — Si cela est ainsi, dit Astérius, j’en ferai bientôt l’épreuve : j’ai ici une petite fille adoptive qui est aveugle depuis deux ans ; si tu peux la guérir et lui rendre la vue, je croirai que Jésus-Christ est la lumière et qu’il est Dieu, et je ferai tout ce que tu voudras ». La jeune fille fut donc amenée au Martyr, qui, lui mettant la main sur les yeux, fit cette prière : « Seigneur Jésus-Christ, qui êtes la vraie lumière, éclairez votre servante ».

A ces paroles, elle reçut aussitôt la vue, et Astérius et sa femme, se jetant aux pieds de leur bienfaiteur, le supplièrent, puisqu’ils avaient obtenu par sa faveur la connaissance de Jésus-Christ, de leur dire ce qu’ils devaient faire pour se sauver. Le Saint leur commanda de briser toutes les idoles qu’ils avaient, de jeûner trois jours, de pardonner à tous ceux qui les avaient offensés, et enfin de se faire baptiser, leur assurant que, par ce moyen, ils seraient sauvés. Astérius fit tout ce qui lui avait été commandé, délivra les chrétiens qu’il tenait prisonniers, et fut baptisé avec toute sa famille, qui était composée de quarante-six personnes.

L’empereur, averti de ce changement, craignit quelque sédition dans Rome, et, par raison d’Etat, il fit prendre Astérius et tous ceux qui avaient été baptisés, puis les fit mettre à mort par diverses sortes de tourments. Pour Valentin, le père et le maître de ces bienheureux enfants et disciples, après avoir été longtemps en une étroite prison, il fut battu et brisé avec des bâtons noueux ; enfin, l’an 268, le 14 février, il fut décapité sur la voie Flaminienne, où, depuis, le pape Jean Ier fit bâtir une église sous son invocation près du Ponte-Mole.
Saint Valentin
Saint Valentin

Cette église ayant été ruinée, le pape Théodose en dédia une nouvelle, dont il ne reste plus de traces non plus. La porte appelée plus tard du Peuple portait anciennement le nom du saint Martyr. On garde la plus grande partie de ses reliques dans l’église de Sainte-Praxède. Les autres furent apportées en France, en l’église Saint-Pierre de Melun-sur-Seine, mais elles ne s’y trouvent plus aujourd’hui.

Saint Valentin est nommé, avec la qualité d’illustre Martyr, dans le Sacramentaire de saint Grégoire, dans le Missel romain de Tommasi, dans les divers martyrologes et calendriers : les Anglais l’ont conservé dans le leur.

Saint Valentin a été représenté : 1° tenant une épée et une palme, symboles de son martyre ; 2° guérissant la fille du juge Astérius. Cette circonstance de la guérison d’une jeune fille, et plus encore son nom de Valentin, qui signifie santé et vigueur, explique pourquoi les fiancés, les jeunes gens à marier, ceux qui craignent les atteintes de la peste, les personnes, enfin, qui sont sujettes à l’épilepsie et aux évanouissements se sont placés sous son patronage.

Plusieurs siècles après sa mort, Valentin fut canonisé en l’honneur de son sacrifice pour l’amour. La fête de la Saint-Valentin fut instituée pour contrer la Lupercalia, fête païenne donné le jour de la fertilité et dédiée à Lupercus, dieu des troupeaux et des bergers, et Junon, protectrice des femmes et du mariage romain. L’événement le plus marquant de ces réjouissances était la course des Luperques : des hommes mi-nus poursuivaient des femmes et les frappaient avec des lanières de peau de bouc, les coups reçus assurant fécondité et grossesse heureuse à celles-ci.

Une autre origine est attribuée aux festivités de la Saint-Valentin. On prétendait en effet que, sous certains climats, les oiseaux s’appariaient pour la belle saison prochaine, à la Saint-Valentin, comme il est reçu qu’en d’autres pays plus froids ils s’apparient à la Saint-Joseph. Prenant exemple sur eux, les hommes auraient trouvé ce jour propice à la déclaration amoureuse. Dans les anciens calendriers, à une époque où les devoirs de la vie civile se confondaient avec ceux de la vie religieuse, chaque jour y était marqué par un signe qui parlait immédiatement aux yeux des initiés.

C’est ainsi que la Saint-Valentin était marquée par un soleil dans la main du saint, ou par un gaufrier : un soleil, parce qu’il était censé reprendre sa force à cette époque, qui est à peu près celle des Quatre-Temps du printemps, et que les fleurs les plus précoces (amandiers, noisetiers, etc.) commencent à se montrer dans une partie de l’Europe ; un gaufrier, pour annoncer les réjouissances de Carnaval."

Si l'amour est dans le coeur, c'est l'essentiel. Un regard ou sourire d'un inconnu, un coup de fil d'un proche résidant à l'étranger, un clin d'oeil suffisent à remplir le coeur!!!

Écrit par : Chouchou | samedi, 14 février 2015

@ Chouchou Questiom: Valentin s'exprimant aujourd'hui en blogosphère en redisant ses paroles de lumière, en blogosphère, en moyenne, quel serait l'accueil?

Avec son souci, son appel à la vertu?

La foi en cette "Lumière venue dans le monde mais qui n'a pas été reconnue" (Jean, premiers versets)?

Chouchou, en blogosphère, Valentin serait-il.... "chouchouté"?

Et pourtant, si l'amour est dans le cœur, comme vous écrivez, le cœur n'est-il pas dans l'Amour?!

Merci pour votre message.

Écrit par : Myriam Belakovsky | dimanche, 15 février 2015

Les commentaires sont fermés.