mercredi, 31 mars 2010

Le franglish, couple infernal ou fusion parfaite?

languefrancaise.jpg

 

Pendant des siècles, nombre de mots français ont envahi la langue de Shakespear dont les marques sont autant visibles que lisibles. De son côté, la langue française s’est constituée au 17e siècle sur le modèle de l’italien, langue qui avait une longueur d’avance de 4 siècles, pour assimiler au final près de 40% de vocables provenant de cette origine.

 

Il en va ainsi de l’évolution des langues naturelles. Jamais figées, ne découlant pas de normes rationnelles (comme si c’était possible, vu que tout code est une règle arrêtée « arbitrairement » à un moment donné où il devient impératif de trancher !), elles naviguent au-delà des frontières, empruntant ci et là tel concept ou tel terme désignant une chose n’existant pas forcément dans sa culture.

 

Si l’anglais s’est fortement inspiré du français, force est de constater que le balancier est reparti en sens inverse dans notre monde moderne. On peut ainsi trouver fun un meeting one to one. Un turnover permet à chacun de checker les tâches à effectuer tout en squeezant afin de ne pas être trop débordé par ses collègues. Dans ces conditions, il n’est pas impossible d’intuiter ce qui sera forwardé ou awardé. Enfin, que l’on en vienne à préférer les soirées afterwork au working breakfast habituel surtout si elles offrent 2 drinks pour le prix d’1 paraît naturel car on peut y raconter sa life de manière cool.

 

Différents registres (professionnel, économique, sportif, politique) ont pu pénétrer notre langage quotidien. Ce n’est pas hard à trouver … Ainsi day off ou friday look ne choquent plus l’entendement en contexte francophone. Dans cet esprit, qu’un pays soit blacklisté ne dérange personne non plus.

 

Serait-ce la rencontre Sarkozy-Obama à dicter cette envie ? De ces go-betweens, le Secrétariat d'Etat à la Francophonie aimerait bien se débarrasser autant faire se peut. Pour cela, il a lancé un appel à « trouver des traductions innovantes à 5 anglicismes » qu’étrangement la Commission générale de terminologie et de néologie considère ternes ... What a joke ! La blague ! Pas étonnant qu'on ne sache pas s'il faut parler cash ou non ...

 

17:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : français, langue naturelle, politique | |  Facebook

vendredi, 19 mars 2010

Simone Veil, une humaniste indépendante au firmament

veil.jpg

 

« Puisse le ciel verser sur toutes vos années

Mille prospérités l’une à l’autre enchaînées ! »

Jean Racine, in Bérénice

 

 

« Les femmes ont une autre vision de la société ! Et il est important qu'elles apportent leur regard, souvent plus pratique, plus concret que celui des hommes », affirme aisément  Simone Veil.

 

Le parcours de la femme préférée des Français est couronné par son entrée à l’Académie française. Devenue la sixième « immortelle » de l’histoire, elle siégera désormais au 13e (chiffre fatidique) fauteuil de l’honorable institution, place jadis occupée par Racine !

 

Née au sein d’une famille juive, républicaine et … laïque, elle souffrira les affres de la guerre dévolues à sa « condition ».

 

Cette femme qui garde tout son mystère deviendra très influente sous la Ve République, notamment pour sa défense de l’avortement, en précisant qu’il n’y en a point d’heureux.

 

Iconoclaste, indépendante, elle ne fut jamais le pion d’un parti. Femme de tête autant que de cœur, elle aura marqué l’Histoire par les qualités qui distinguent l’animal de l’homo sapiens. Le courage et l’intelligence auront conduit cette lumière incandescente jaillissant de ses beaux yeux bleus au firmament (un de plus) … Madame, on vous aime!

 

20:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

lundi, 15 mars 2010

Prendre la pose pour la bonne cause ...

Fesse1.jpg
Tiens, il semblerait que tout soit prétexte aujourd’hui pour se dénuder … Un nouveau slogan serait-il en train de naître ? « Prends la pose pour la bonne cause en tenue, d’Eve ou d’Adam, ne serait-ce que le temps d'une pause ! » pourrait bien résumer cet état d’esprit. « Mon oeil ! Cause toujours … »

 

Déforestation, réchauffement climatique, fonte des glaciers, disparition de certaines espèces, campagnes anti-fourrures, revendications pour une plus grande liberté comme si la condition sine qua non était justement de vivre à l’air libre le moins encombré possible … Jean-Paul Sartre prétendait en effet que « La patrie, l’honneur, la liberté, il n’y a rien : l’univers tourne autour d’une paire de fesses. »

 

Militer pour des causes nobles dans sa plus simple expression paraîtrait ainsi faire sens … Qu’on se remémore les 600 personnes nues prises en photo par l’artiste ultra-célèbre Spencer Tunick dans notre joli pays, au pied du glacier d’Aletsch ! 

 

 

Fesse3.jpg

 

Voilà qu’on peut se rincer l’œil maintenant avec des photos d’un groupe de militants pour la liberté de l'adage existentialiste  

 

Personnellement, j'avoue n'avoir rien à battre de la petite morale ... Etant plutôt du côté de Claude Allègre que du fameux comité d’experts en climatologie brandissant épouvantails en tous genres - lequel peut aller se rhabiller tant ses théories sont fumeuses - je me pose la question de savoir si la nudité ne pouvait simplement revêtir un sens positif, surtout en ces temps de polémiques où l’on cherche à enfermer les gens au nom d’un tout-puissant invisible.

 

Et si c’était le printemps qui revendiquait ses droits, un peu à l’image de l’oeuvre de Botticelli du même titre … Vive les primevères déshabillées de leur manteau de neige !

Le_printemps.jpg

17:54 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

dimanche, 14 mars 2010

Relations nord-Sud : 1er Forum des Droits humains au Tchad

 

8 mars.jpgEncore un machin, me direz-vous! Au lendemain de la Journée de la Femme s’est ouvert à N’Djamena le 1er Forum des droits de l’homme. L’occasion a été donnée durant 3 jours d’ériger un état des lieux sur la question, d’identifier les causes des exactions dans ce domaine et de proposer des solutions, via des recommandations dont il s’agit ensuite de vérifier la réalisation.

 

Même si des langues s’élèvent en faux  contre une telle volonté affichée, la prenant pour un miroir aux alouettes, une manière en quelque sorte de se refaire une virginité, en se débarrassant des différentes accusations de violations des droits élémentaires et inaliénables, ce forum n’en est pas moins le signe de l’engagement du pays à remédier autant faire se peut aux problématiques décriées usuellement.

 

Des observateurs internationaux et nationaux ont participé à cette rencontre voulue par le président tchadien, Idriss Deby Itno, et son Ministre des Droits de l’homme de la Promotion des libertés, Abderamane Djasnabaille.

 

Les divers thèmes recoupés dans les deux protocoles onusiens - droits civils et politiques, d’un côté, et droits sociaux, économiques et culturels, de l’autre – ont été pris en considération et scrutés, presque à la loupe.

  

L’histoire du pays est tachée de sang. Depuis son accession à l’indépendance (à l'instar d’autres états africains) il  y a 50 ans, le Tchad aura connu de nombreuses guerres intestines, cause principale du frein à son développement socio-économique et à la promotion des libertés ; on assistera au contraire à une recrudescence de la famine, de la sécheresse ainsi qu'à une dégradation systématique des institutions politiques.

 

Ce forum, qui se tient 5 mois après le passage du pays à l’examen périodique universel (EPU) du Conseil des droits de l’homme, a pu mettre en lumière notamment une amélioration du cadre législatif et de sa vulgarisation, de tracer un bilan sur les états généraux de la justice, en réforme depuis 2003, d’observer que la loi  interdisant les mutilations génitales féminines et les mariages précoces promulguée en 2002 n’est pas restée lettre morte.

 

Malgré les aides apportées par la coopération internationale, le Tchad devra pourtant faire face encore à de nombreux défis avant de devenir vraiment indépendant tant ses conflits sont internes. Les objectifs : Améliorer la condition des enfants, via un réel accès à l’éducation, mettre sur pied des structures sanitaires dignes de ce nom, éradiquer la mortalité des femmes dans l’acte d’accoucher, redistribuer équitablement la manne provenant de la gestion du pétrole aux différentes régions du territoire et s’occuper sérieusement du phénomène de l’impunité, source indéniable des troubles entravant à la bonne marche de la société. Ce 10 mars est à marquer d'une pierre blanche : la première pierre a été posée pour la construction de la Maison des droits humains!

 

Notons également que le Tchad vient de signer la paix avec le Soudan, pays où le Président s'est exilé avant de gagner la Lybie, suite aux troubles causés sous l'ancien gouvernement de l'ex-président, réfugié actuellement à Dakar), sous le regard de Barack Obama ; cet accord devrait permettre de retrouver la stabilité dans les deux pays, mettant fin à l’enfer des réfugiés et déplacés.

 

Gageons donc que les recommandations issues des conférences délivrées et travaux effectués dans ce cadre soient suivies d’effet … car elles forment un véritable plan d'actions utile pour ledit gouvernement. Elles feront de toutes façons l’objet d’évaluations sur la situation des droits de l’homme par les organes officiels idoines. Avec Henri François d'Aguesseau, on sait que "l’homme n’est jamais plus libre que lorsqu’il assujettit ses passions à la raison, et sa raison à la justice."

 

idriss.bis.jpg
le Président tchadien Idriss Déby
« Je vous assure que je suis un des grands défenseurs, sinon le plus grand défenseur des droits humains, économiques et sociaux », s'est-il exclamé 

 

 

 

 

10:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : droits de l'homme, afrique, tchad, onu | |  Facebook

samedi, 06 mars 2010

50 ans de droit de vote pour les Genevoises

 Le soin de me soustraire à l'injustice me coûte plus que de la subir ... 

(extrait des Mémoires de Madame Roland)

 

scenario_egalite.jpg

Un demi siècle que les citoyennes genevoises jouissent du droit de vote, le droit politique et civique par excellence … Le 6 mas 1960 sera marquée au fer rouge pour la promotion de l’égalité hommes-femmes dans notre société.

Les femmes ont toujours travaillé autant, voire plus, que les hommes sans en avoir eu la reconnaissance sociale. Le statut de « personne sociale », soit de citoyenne, leur a été conféré par la lutte pour leur indépendance économique, en grande partie, notamment, par le droit de pouvoir signer, de percevoir un salaire pour un travail rendu de et gérer un compte.

Cette reconnaissance très tardive et acquise de haute lutte n’est malheureusement pas définitive. Beaucoup de pays en rêvent … Le droit à la parole s’est souvent payé au prix fort. Les derniers débats sur le financement sur l’avortement l’attestent.

Erigé trop facilement en guerre de sexes – ce qui est ridicule – le combat pour la dignité des personnes de sexe féminin n’est pas fini. Aujourd’hui même, un article est paru dans le Figaro relatant des disciminations flagrantes en matière d'égalité des chances et de traitement entre hommes et  femmes.

20:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : droit de vote aux femmes, genève | |  Facebook

jeudi, 04 mars 2010

La journée de la jupe : vive Adjani !

Adjani.jpg«La journée de la jupe» de Jean-Paul Lilienfeld est nominé dans trois catégories : Meilleur film, Meilleure actrice et Meilleur scénario original. Le film a subjugué le public et les commentaires ci et là montrent l’empathie avec le personnage central, Sonia Bergerac.

 

En mars 2009, date de sa parution sur les écrans, j'en avais parlé dans un billet ( cliquer ici ) et je dois avouer que le voir récompensé ainsi me séduit tant le sujet est délicat, souvent mal compris, toujours difficile à représenter ...  L'histoire d'une institution publique en déroute a été magistralement interpétée par l'actrice hors norme Isabelle Adjani, reconnue pour la 5ème fois Meilleure actrice. Ave César! Bravo l'artiste !!!

22:34 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Le retour d'Isabelle Adjani : LA CLASSE !

"Donnez-moi n'importe quelle séquence et je trouverais bien

une règle à laquelle elle obéit!" (Wittgenstein)isabelle2.jpg

 

Avec La journée de la jupe, Isabelle Adjani revient en force dans un rôle-choc d’une prof de français exerçant dans un lycée réputé difficile. Bravant non pas les codes, inexistants au demeurant, mais les mécanismes d’une institution à la dérive, qui ose douter « qu’on puisse mettre une jupe sans être une pute », la prof pète un jour les plombs et prend ses élèves en otage en les menaçant d’une arme qu’elle trouve par hasard ... dans la classe. La vision angélique du septième art sur l’enseignement en est toute bousculée. 

À l’opposé d’Entre les murs, ce film-choc présente la problématique sous l’angle politico-sociétal : le désarroi de la prof ne relève donc pas d’une supposée incapacité à gérer une classe ni même d’une jeunesse soi-disant en perdition (ah, les jeunes ne sont plus ce qu’ils étaient !) mais l’absence de soutien de l’institution. Pour preuve, le scénario s’inspire en grande partie d’une initiative réellement défendue en 2007 !

 

 

log_enseigner.jpgPas moralisateur pour un sou, il ne cherche pas à donner des leçons, encore moins à apporter des solutions, mais simplement à (se) poser toutes les bonnes questions.

 

Face à une institution en dérive, dont les méthodes se posent en remède contre la démotivation des élèves, mais qui, en fait, substitue l'agitation à l'activité, l'enseignant (e) n'a plus sa place dans l'acte d'enseigner au point de ne pouvoir répondre qu'à partir de ses in-puts / out-puts ... Un métier qui s'apprend?

 

L’aspect politiquement incorrect a séduit la star trop mystérieuse, dont on ne voyait plus que le visage pâle sur les pubs Lancel, jouant sur le clair-obscur. Enfin de retour, elle s’exprimait ainsi aux médias au sujet du film: « Quand j’en parlais autour de moi, on se montrait embarrassé et on m’incitait plus ou moins à renoncer parce que le film abordait un véritable tabou. » 

 

 

 

Pour une visualisation du sketch d'Anne Roumanoff

sur "La classe sensible" http://www.youtube.com/watch?v=6gqIKiI4eA8

 

21:27 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : école, la classe, prof, isabelle adjani, violence | |  Facebook