dimanche, 04 avril 2010

Une pensée pour Max Göldi

göldi.jpg

En ce jour de Pâcques, qui signifie pour beaucoup trêve ou simplement un arrêt dans le stress quotidien, il est un compatriote n'est pas parmi les siens. Son univers ne lui est pas familier. Sequestré à Tripoli depuis 625 jours par un fou plénipotentiaire, Max Göldi ne voit que difficilement le jour. Après avoir passé de longs mois avec Rachid Hamdani dans l'ambassade, privé de liberté, un jugement provoque son arrestation et la libération de son compagnon d'infortune. Comme tactique, on ne trouve pas plus cruel ...

Envoyé à la prison al Jeida dans une cellule vétuste, sans autre horizon que ses murs, exhalant une odeur des plus nauséabondes, il a tout de même  le droit à la promenade d'une heure par jour, selon une source officielle, Amnesty International ... 

Il semblerait qu'il soit au moins bien traité par ses géoliers et que sa santé s'améliorerait un peu. La condition des détenus faisant partie des objets examniés par les mécanismes internationaux des droits de l'homme, on peut licitement être assuré qu'il ne subisse pas de tortures autres.hostages.jpg

Au royaume de l'arbitraire, un homme souffre en silence, paie injustement des frasques de quelques fantasques imbus de leur pouvoir et de leur personne. Leur attitude diplomatique ne correspondent en rien aux principes de droit commun. La Suisse a cédé beaucoup sans jamais rien obtenir en retour. Le levier Schengen aura simplement dévoilé son vrai visage : le peu d'entente entre concordataires. "Nonolet!" se serait exclamé l'empereur Vespasien ...

Les peuples africains n'ont rien à gagner d' avoir le Leader de la Révolution verte à leur tête. Bien au contraire!  La faim et la sécheresse n'ont pas reculé d'un yota. Moult exemples le démontrent, notamment chez les pays voisins. Non reconduit dans sa fonction de roi d'Afrique par ses pairs, honneur qu'il aurait voulu conserver ad vitam,  il continue à brouiller les cartes. Jusqu'à quand? Et pourquoi?

699024685_2.jpgEn parler pour montrer notre soutien à notre compatriote ou ne pas en parler pour éviter de faire plaisir au tout-puissant colonel et le réconforter ainsi dans sa démarche tétue? Je m'abstiendrai d'y répondre, si ce n'est qu'en ces jours de fête comme tous les autres, il existe une action à la portée de tous, relayée mondialement, qui consite à envoyer directement une lettre à Mouammar Kadhafi à info@algathafi.org ou un fax au Ministre lybien de la Justice, Muhammad Abdeljalil au + 218 21 4805427/4809266. Plus de 14'000 personnes ont répondu à cet appel pour une libération sans délai et sans condition de Max Göldi. Une pensée pour lui et sa famille sous forme de voeu ...

 

bougie2.jpg

 

 

 

 

08:35 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

L'argent n'a pas d'odeur, la cellule de Max oui. Les baise-mains au leader maximo auxquelles a assisté le monde nous donne la nausée.

Écrit par : François T. | dimanche, 04 avril 2010

Chère Micheline.
Très beau texte, clair et plein de sensibilité.

J’ai déjà maintes fois envoyé des mails à M.K par tous les biais que j’aie trouvés.
Je ne rêve pas ; cette personne n’a aucune idée du respect d’autrui, de la vraie noblesse d’âme ni sens des responsabilités et je ne pense pas non plus que ces message lui parviennent.

Mais au moins, c’est « défoulatoire » car le plus dur, c’est ce sentiment d’impuissance à aider Max Göldi de quelque manière que ce soit.

Amitiés et bonne journée

Écrit par : Mireille Luiset | mercredi, 07 avril 2010

Le peu d'entente entre les concordataires de l'espace Schengen a éclaté au grandjour dans l'affaire Kadhafi. La Suisse a très peu reçu; elle a en prime été humiliée doublement. Elle lève le dispositif contre les personnes non gratae mais l'otage n'a pas été libéré. Par la même occasion, elle periste et signe dans ce délire masochiste. Les criminels étrangers entrent sans entrave en Suisse ...

En plus du coût exorbitant qu'il a dû essuyer, notre "élite politique" se voile la face quant à l'insécurité installée grâce à cette structure. Mentir au peuple pareillement ...

Notre pays a perdu de sa souveraineté et ne se sent pas moins isolée; les rapports de force sont féroces.

632 jours déjà que Max Göldi croupit loin de chez lui!

Écrit par : Philippe B. | dimanche, 11 avril 2010

Pendant que nos avions restent cloués au sol, on apprend la reprise du trafic aérien entre le Tchad et le Soudan, ce qui a eu pour conséquence de réouvrir officiellement leur frontière fermée depuis plus de deux ans, en raison du conflit qui les opposait.

Les autorités locales tchadiennes et soudanaises ont célébré la réouverture de la route Adré (Tchad)-El Geneina (Soudan).

Des échanges commerciaux entre le Tchad et le Soudan vont pouvoir (enfin) se développer.

La Lybie, proche de ces deux pays, se décidera-t-elle à libérer l'otage suisse?
On sent les prémices d'un nouveau dynamisme dans cette région, qui ne souhaite plus rester à sa botte. Dernièrement, le Colonel K. en appelé au démantèlement du Niger en deux parties suite aux massacres relatés. Un journaliste tchadien a fait le parallèle de cette énième frasque avec ... la fatwa lancée contre la discrète Suisse, sans une ironie. Perdrait-il de son influence? Le journaliste conclut que le Colonel n'est plus le Roi de l'Afrique.

La société civile en a marre de ces guerres fratricides qui déchirent ce continent (en l'appauvrissant et en dilapidant l'argent de l'aide intrnationale ainsi) et qui traitent les otages avec la plus grande barbarie.

Écrit par : abdul | dimanche, 18 avril 2010

Merci pour cette pensée perpétuelle, qui vient du coeur autant que de l'esprit. Vos contributions montrent un dossier bien instruit! L'échec de Schengen, la folie destructrice d'un régime devant lequel il n'aurait pas fallu plier, une diplomatie chancelante, une hypocrisie crasse de la part de responsables incompétents et cyniques sont révélés au grand jour.
651 jours déjà ... de trop

Écrit par : hello | samedi, 01 mai 2010

Le Colonel Kadhafi ne "lâche" rien. Il n'a pas honoré les termes de l'échange!
Il en appelle d'ailleurs encore au démantèlement de l'état helvétique et ose critiquer l'aide au suicide en le taxant d'acte mafieux ... Que voulez-vous, sa stratégie politique ne ressemble en rien aux pratiques suisses, lesquelles ont pêché par incompétence en haut lieu. Le peuple suisse souffre de cette incompétence indifférenciée : la politique ne se résume pas en un conseil de gestion et d'administration où la loi du plus fort côtoie la loi de Peter. La solitude n'est pas synonyme de liberté. L'otage Max Göldi en sait quelque chose ... Il est triste de voir combien on manque cruellement de sens politique mais j'ai foi en quelques individus qui même dans l'ombre poursuivent des buts nobles en réalisant nos valeurs par quelqu'initiative, etc. Une chose est sûre : la valeur d'une action politique ne se mesure pas au poste exécutif que d'aucuns caciques de parti occupent! Une profonde pensée pour notre compatriote retenu à son insu, pour la seule raison d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment (au lieu de se trouver en Australie pour la même boîte)!

Écrit par : Laure | dimanche, 02 mai 2010

Une pensée pour Max Göldi s'ajoutant aux autres soutiens,
c'est le plus que nous puissions faire pour lui ce jour.

Sans commentaire, quant à ses geôliers,
et c'est le moins.

Écrit par : na...ya | dimanche, 02 mai 2010

ou vice
& versa

Écrit par : na...ya | dimanche, 02 mai 2010

On ne peut rien contre la bêtise et la méchanceté, surtout quand elles reposent sur des puits de pétrole ; on ne peut pas grand-chose contre l'économie, surtout quand elle considère que les puits de pétrole valent davantage que la vie d'un homme.

"Il est libre Max..." dit la chanson. Non pas encore.

Écrit par : Michel Sommer | dimanche, 02 mai 2010

653 jours que notre compatriote Max est l'otage d'un fou sanguinaire que certains carriéristes de chez nous saluent pour un défenseur des droits humains! L'injustice et l'impunité font vivre beaucoup de monde apparemment, san sparler du statu quo savamment entretenu ...

@ na ... ya : dommage que vous restiez anonyme car j'apprécie vos propos. Merci pour cet encouragement et ce cri du coeur!

@ Michel Sommer : on ne peut rien contre la bêtise et la méchanceté, toutes choses dont on sait qu'elles sont infinies quand bien même on ne saurait si l'infini existe comme dirait Einstein. Si seulement la chanson pouvait coller à la réalité! Bien à vous!

Écrit par : Micheline | dimanche, 02 mai 2010

Un artiste suisse a découvert qu'il n'y avait pas que le colonel K. en Lybie. Jörg Mollet a découvert les trésors culturels remontant à l'âge de pierre: des peintures murales jonchent le sud-ouest du désert lybien, d'ores et déjà inscrits au patrimoine de l'Unesco. Triste des incidents qui déchirent les relations entre les deux pays, il salue les qualités du peuple lybien qu'il a appris à connaître. Puisse cette lueur faire revenir Max Göldi emprisonné dans ce même désert ...

Écrit par : Micheline | lundi, 03 mai 2010

C'est aussi et même presque autant la faute du gouvernement Suisse qui, certes manque d'expérience en relations internationales, mais n'a pas su gérer le cas Khadafi avec le doigté nécessaire, autrement Max serait parmi nous depuis bien longtemps...malheureusement

Écrit par : lyonnais du 69 | lundi, 03 mai 2010

Il est des gens frappés du syndrôme de Stockolm et qui se veulent être des lanternes pour les autres! Subjugué par le Colonel Kadhafi, un caractérologue américain, Jerrold Post, en fait un portrait qui semble le séduire : "Je m’intéresse à lui depuis des années et je le trouve assez fascinant. Il n’est certainement pas fou. Mais il y a deux circonstances dans lesquelles il n’est pas complètement rationnel. L’une est lorsqu’il rencontre un succès et l’autre lorsqu’il est en situation d’échec. Quand il réussit il peut vraiment devenir provocant et grandiloquent. Quand il échoue, ce qui veut généralement dire quand il est hors des feux de la rampe, il a une propension à créer des crises.

Derrière cette façade «grandiose», je pense qu’il y a beaucoup d’insécurité. Et une personnalité comme la sienne, très narcissique, peut être extrêmement sensible aux manques d’égard. Sa vanité le prédispose à se sentir insulté et à se tenir prêt à se défendre. Lorsque son fils a été arrêté (ndlr: à Genève en juillet 2008), il l’a vécu comme une attaque profonde sur la dignité de la Libye et la sienne propre. Il ne fait vraiment pas différence entre lui-même et la Libye. Cela fait penser à Saddam Hussein qui était l’Irak et l’Irak qui était Sadam Hussein.

Ces dernières années, il me semble que Mouammar Kadhafi a été d’une certaine façon plus modéré et moins provocant, si l’on excepte ce récent épisode. Les sanctions économiques ont pesé sur la Libye et ce changement était une tentative pour rejoindre la communauté internationale et ne plus paraître comme l’adversaire qu’il avait si souvent été. Ceci dit, ce qui fait l’essence de sa personnalité ne change pas d’autant moins qu’il vieillit. Et sa manière colérique de réagir (ndlr: dans l’affaire qui l’oppose à la Suisse) est en opposition avec ce qu’il avait tenté stratégiquement de faire pour réentrer dans le concert des nations.

– Vous évoquez sa «façade grandiose». Que révèlent ces accoutrements extravagants?

– Ils sont sa manière de dire «je suis unique et j’en suis fier». A ses débuts, il a toujours été un outsider et s’est pour cette raison identifié à un opprimé. Il était assez intelligent mais lorsqu’il a été envoyé à l’école à Tripoli, il était taquiné et rejeté par les enfants de l’establishment. Sa prise de pouvoir par le coup d’Etat (ndlr: en 1969) était comme une revanche à l’égard de cet establishment qui ne l’avait pas accepté.

– Vous dites qu’il n’est pas fou, mais lorsqu’il en appelle au démantèlement de la Suisse ne nage-t-on pas en pleine folie?

– Oui c’est vrai. En définitive, en désignant la Suisse comme un «Etat mafieux», il s’humilie lui-même. Il ne pense pas aux choses avec suffisamment de prudence et il suréagit.

– Le compareriez-vous à d’autres chefs d’Etat extravagants?

– Personne ne me vient à l’esprit. Il est assez unique sur beaucoup d’aspects. En particulier la nature de son leadership sur son pays, où il n’y a pas vraiment de système de gouvernance et où le peuple est censé diriger, est sans pareille.
Mais son narcissisme est une caractéristique que l’on observe fréquemment chez les chefs d’Etat les plus importants au monde. Quand on insulte un narcissique, il faut s’attendre à une suréaction rageuse.

– Sur quel ton la Suisse doit-elle lui parler pour en finir avec la crise qui l’oppose à la Libye?

– Je crois qu’il est important d’être ferme sans tomber dans la provocation, ce qui est un équilibre difficile à trouver. Il faut lui faire savoir sans ambiguïté qu’il existe des limites et des attentes claires, et ce de façon constante. Et il ne faut pas réagir à chacune de ses déclarations.

– Max Göldi, l’otage suisse détenu à Tripoli, doit être libéré le 12 juin. Kadhafi pourrait-il cultiver la vengeance en le maintenant prisonnier au-delà de ce délai?

– C’est un point intéressant, et qui va à l’encontre de ce qui précède. Cet otage est un «levier» pour Kadhafi. Mais le fait qu’il se soit maintenu plus de 40 ans au pouvoir montre qu’il y a un aspect «d’auto-préservation» chez lui et qu’il sait aussi ne pas aller trop loin. Ceci est rassurant, quand on pense à la sécurité de cet otage.

(Propos recueillis dans le Temps il y a quelques jours ...)

Écrit par : chouchou | mardi, 01 juin 2010

Espérons que Max Göldi puisse recouvrir sa liberté, soit reprendre son passeport et recevoir le visa pour prendre le premier avion en direction du pays. Il faut donc que sa sortie de prison ne se commue pas en un autre enfermement (comme l'état d'avant l'emprisonnement) pour un nouvel engrenage!

L'horreur s'arrêtera au moment où l'otage foulera le sol suisse. Pour l'heure, une source révèle sa libération de la prison et son hébergement dans un hôtel lybien : http://www.tdg.ch/max-goeldi-libre-avocat-2010-06-10

De tout coeur avec lui ...

Écrit par : Micheline | vendredi, 11 juin 2010

La détention de Max Göldi par le colonel Khadafi, est une véritable infraction causée à la dignité que nous denonçons et condamnons fermement.
La Libye est un pays où les droits de l'homme des citoyens comme des étrangers sont régulièrement violés sans que l'opinion publique internationale ne mette le régime du colonel Khadafi dans la liste rouge des pays infréquentables.
Nous exigeons la libération immédiate de MAX pour retrouver sa liberté bafouée et sa dignité d'homme libre.
Merci

Écrit par : Makaila | samedi, 12 juin 2010

La détention de Max Göldi par le colonel Khadafi, est une véritable infraction causée à la dignité que nous denonçons et condamnons fermement.
La Libye est un pays où les droits de l'homme des citoyens comme des étrangers sont régulièrement violés sans que l'opinion publique internationale ne mette le régime du colonel Khadafi dans la liste rouge des pays infréquentables.
Nous exigeons la libération immédiate de MAX pour retrouver sa liberté bafouée et sa dignité d'homme libre.
Merci

Écrit par : Makaila | samedi, 12 juin 2010

Merci beaucoup Makaila pour vos voeux et les valeurs que vous défendez! Apparemment, Max Göldi est sur le point de partir, les démarches adminsitratives enfin teminées. On sait aussi que dans les coulisses, des personnes ont oeuvré, sans tambour, notamment des amis africains. Un ministre tchadien, votre pays d'origine, est allé en Lybie la semaine dernière, et a abondamment agi en ce sens, avec ses homologues des pays voisins.

Vivement que l'otage revienne! L'après sera aussi difficile à gérer ... entre silences forcés et vérités à mi-mot, il devra se reconstruire. Ce qui est dégoûtant d'un point de vue des relations extérieures, c'est la demande d'indemnités collossales en jeu. Aussi, le tribunal arbitral devra trancher trois points.

Merci encore pour vos encouragements!

Écrit par : Micheline | dimanche, 13 juin 2010

Les commentaires sont fermés.