UA-105021232-1

mardi, 22 août 2017

Première victoire démocratique en Guinée

 

guinée2.jpg

 

 

 

La Guinée vit une élection présidentielle historique ! Se voulant libre, transparente et démocratique, cette élection est en effet une première.

 

"La dictature est une forme autoritaire dans laquelle tout ce qui n'est pas obligatoire est interdit", disait Léo Campion. Le pays a connu pour la première fois les débats publics et un réel recensement de la population votante à l’intérieur de ses terres comme à l’étranger, avec un bureau de vote instauré à Paris. Près de 4 millions d’électeurs ont ainsi pu exprimer leur volonté politique en leur âme et conscience … pour la première fois. Cet action met fin en quelque sorte à un demi-siècle de dictatures, civiles et militaires, ce après seulement 9 mois le massacre honteux de près 156 opposants selon une source officielle.

 

2010 marque en effet un anniversaire capital : les 50 ans d’indépendance! Cette élection paraît donc doublement importante. À une période de 26 années, sanglante, où le " père de l’indépendance ", Ahmed Sékou Touré, "président à vie", régna en maître absolu, succéda un régime militaire de 24 années sous la houlette du général Lansana Conté.

 

 

Ce dimanche, les Guinées souhaitent croire à la paix. La grande nouveauté est que chacun est libre de choisir son candidat et les militaires votent même "en civil" … Si l’on doit attendre probablement jusqu'à mercredi pour les résultats, il faudra peut-être s’attendre à un deuxième tour. Là, ce serait encore un signe d’un changement des temps … on tourne la page d'un demi-siècle de junte militaire et de coups d’état forcé.

 

C'est sans oublier que cette élection a été rendue possible grâce au Conseil National de la Transition incarné essentiellement en la personne de sa Présidente, Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo ( cliquer ici  ).

 

L'exercice de la démocratie, on le sait aussi sous nos latitudes, reste un combat difficile, jamais acquis, toujours à réactualiser : des exemples ne manquent pas ... même dans certains de nos partis, des membres ne sont là que pour prendre le pouvoir, pouvoir non de faire mais pouvoir d'écraser autrui, dans le seul but non pas de servir la chose publique mais bien les intérêts de leur petite personne, comme si les vices privés devenaient des vertus publiques. Souhaitons à la nation guinéenne qu'elle se mue en état de droit basé sur le respect des citoyens, les procédures aguerries pour la libre expression! 

 

guinée1.jpg

 

18:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.