dimanche, 27 juin 2010

Victoire démocratique de la Guinée

guinée2.jpg

La Guinée vit des heures uniques ...  une élection présidentielle historique ! Se voulant libre, transparente et démocratique, cette élection est en effet une première.

 

 "La dictature est une forme autoritaire dans laquelle tout ce qui n'est pas obligatoire est interdit", disait Léo Campion. Le pays a connu pour la première fois les débats publics et un réel recensement de la population votante à l’intérieur de ses terres comme à l’étranger, avec un bureau de vote instauré à Paris. Près de 4 millions d’électeurs ont ainsi pu exprimer leur volonté en leur âme et conscience … pour la première fois. Cet acte civique et politique met fin en quelque sorte à un demi-siècle de dictatures, civiles et militaires, ce après seulement 9 mois le massacre honteux de près 156 opposants selon une source officielle. Il n'est point de justice que par la force ...

 

2010 marque un anniversaire capital en milieu international : les 50 ans d’indépendance. Cette élection paraît donc doublement importante. À une période de 26 années, très sanglante, où le père de l’indépendance , Ahmed Sékou Touré, "président à vie", régna en maître absolu, succéda un régime militaire de 24 années sous la houlette du général Lansana Conté.

 

En ce jour, les Guinées souhaitent croire à la paix. La grande nouveauté est que chacun est libre de choisir son candidat et les militaires votent même « en civil » … Si l’on doit attendre mercredi probablement jusqu'à pour les résultats provisoires, il faudra peut-être s’attendre à un deuxième tour. Là, c’est encore un signe d’un changement des temps … le terme d’un demi-siècle de junte militaire et de coups d’état forcés.

 

Ce n’est pas sans rappeler que cette élection libre, démocratique et transparente a lieu grâce au Conseil National de Transition mis en place depuis les événements de septembre 2009 incarné en la personne de Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente, qui continuera à officier afin que la paix sociale soit assurée ( cliquer ici ). Car comme le clamait un illustre pionnier  de la démocratie représentative au 19e siècle : "En démocratie, le droit d’être représenté appartient à tous, celui de gouverner à appartient à la majorité!"

 

guinée1.jpg

 

Commentaires

En même temps, je pense que la victoire du Ghana en 1/8 aura un plus grand impact... Après tout, combien de personnes savent où se trouve la Guinée ? par contre, combien écoutent les matchs dont les commentaires rappellent que le Ghana est le premier (et seul ?) Etat démocratique d'Afrique et que ça marche ... même en sport ;)

Écrit par : Soe | dimanche, 27 juin 2010

Je partage votre joie, Soe! Effectivement, je suis sincèrement ravie que le Ghana se soit qualifiée. La Guinée est un riche et beau pays, francophone, avec un accès à la mer. Il mérite une démocratie digne de ce nom. Ce serait un pas en avant pour son peuple, si malmené, et pour sa situation sur la scène inter-nationale. Un soutien symbolique et l'amitié ne peuvent que les y encourager! Pour ce qui est des vertus sportives, je suis d'accord avec vous: populaire, le foot est très populaire et une victoire du pays africain cité ne peut que renforcer son image à l'extérieur. Le combat sportif est toujours mieux que la guerre?!?

Écrit par : Micheline | dimanche, 27 juin 2010

Tous derrière le Gana aujourd'hui!!! Ce ne serait que "justice" de voir l'équipe africaine gagner dans son contentinent ... Quant aux élections en Guinée, les résultats se font attendre, par preudence. La Cour suprême vient en effet d’accorder un délai supplémentaire à la commission électorale indépedandante pour publier les résultats provisoires, attendus depuis mercredi. Quelques irrégularités sont intervenues. 52 ans de dictature laissent des traces.

La maturité politique ne se décête pas en un clin d'oeil. Dans un pays miné par les tensions ethniques, certains craignent que l’annonce qui sera faite ne provoque d’une explosion de violence. Au lieu d'avant, ce serait après que la situation se corserait ... Bien que chaque responsable politique ait appelé ses troupes à respecter le verdict tant attendu, chacun votant dans le calme comme l'attestentnt les images, on note une recrudescence de l’inquiétude même au fil des heures.

Mme Rabiatou a eu raison d'affirmer que 24 candidats, c'est trop, et que c'est sujet à discorde. Elle mettait en garde du danger probable de cette oncurrence effrénée dans la course présidentielle. Il ne reste qu'à espérer que la vérité des urnes éclate d'ici peu.

Écrit par : Manjit | vendredi, 02 juillet 2010

@Micheline
tant de flonflons en // au foot

euphories faciles

distance de mise, chère jeune Micheline
lorsque vous vous lancez en Afrique, en pays ex-colonisés ou dictaturés

face à
ces décades où tant de présidents se sont succédés
formés dans nos plus hautes écoles, en CH, France & ailleurs &
revenant au pays y prendre succession ou y faire croire ce que bon leur semblait, si ce n'était reprendre les vieilles habitudes de comm africano-françaises ou autres

Le Ghana fut communiste et en ressort bien équipé comme tel
La Chine en Afrique

La Guinée ... nouvelle démocratie 2010? que clament les bravos?

mais vous avez suivi vos cours de socio géo économico politique, chère Micheline, n'est-il pas?

Nous manque seulement, dans votre billet, vos informations nous indiquant les soutiens et faiblesses des guinéens

à moins que votre euphorisme soit à la mesure de votre appart genevois,
pour y accueillir vos lecteurs guinéens (ça les changerait: des décades qu'ils n'y arrivent pas, même en faisant du trafic d'or entre GE & Paris; ces derniers temps, ils cumulent au CMU français - mais ça paye pas)

Écrit par : na...ya | vendredi, 02 juillet 2010

Colonisés (pasm par les Suisse, que sais-je?) et dicataturés, ces pays qui vivent le 50 e anni de l'indépendance n'envivent pas moins des élections démocratiques. La Suisse donne beaucoup d'argent à ces pays en coopération internationale, il serait bon qu'ils résolvent leurs problèmes d'impunité. öa Faute de leur misère est que des cheffaillons en ont mis plein leurs poches en vendant les leurs. Les chefs d^état touchent des indemnités humanitaires et ne fpnt rien pour leur peuple. Souhaitons-leur bon vent!

Écrit par : Manjit | dimanche, 04 juillet 2010

D'après les résultats provisoires publiés vendredi, Cellou Dalein Diallo, ancien Premier ministre qui portait les couleurs de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), est arrivé en tête du premier tour avec 39,72% des voix. En deuxième position, l’opposant historique Alpha Condé, 20,67% des suffrages. Sidya Touré, ex-Premier ministre et candidat de l’Union des Forces Républicaines (UFR), est arrivé troisième avec 15,6% des suffrages.

Malgré des fraudes électorales avérées, un grand pas a été franchi! Merci au Conseil National de Transition de la Guinée d'avoir pu permettre que des élections démocratiques, libres et transparentes aient eu lieu. C'est pas fini, on attend la suite des événements ...

On n'imagine mal l'effet que cela fait que de vivre un mment historique de cette envergure, ous qui nous plaignons parfois d'aller trop souvent voter!

Écrit par : Angie | lundi, 05 juillet 2010

La remarque de na...ya mérite la meilleure attention. Dans ces informations, il n'y ni hourras ni bravo, seulement une volonté de relever quelques points d'actu. Qu'un pays se démocratise, c'est un bienfait pour tous, pour ses citoyens ainsi que dans ses relations multilatérales.

Entre autre, voici ce qu'on apprend ces jours, en attendant le second tour :

- declaration de l'organisation guinéenne des droits de l'homme et du citoyen (OGHD) - 19 juillet 2010

"L’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen – OGDH est profondément inquiète, alarmée et troublée par la situation politique actuelle en République de Guinée. Les rumeurs précurseurs de drames tragiques qui courent le pays ces jours passés semblent se confirmer par les déclarations alarmantes faites le Samedi 17 Juillet 2010 à la RTG par Messieurs le 1er Ministre Chef du Gouvernement de Transition, le Général Chef d’Etat Major de la Gendarmerie Nationale, le Général Chef d’Etat Major Général des Forces Armées.

Le déroulement de l’élection présidentielle, malgré certains graves problèmes que les victimes n’ont pas voulu monter en épingle, a été qualifié de satisfaisant.

Mais voila que des Forces opposées au changement, à l’instauration d’un Etat de droit, de la bonne Gouvernance où les droits de la personne et les libertés fondamentales sont garantis et respectés, se coalisent pour défendre leurs intérêts sordides et refuser au Peuple de Guinée la liberté, la sécurité, le bien être social et la paix. Ces gens oubliant les méfaits de la violence qui a été la base de la gestion de l’Etat pendant un demi siècle, veulent s’en servir encore pour brimer ce peuple et arrêter la marche de l’histoire.

Ce refus d’une transition apaisée ouvrant sur un monde nouveau, contrastant violemment avec un passé traumatisant pour le peuple, est une attitude inqualifiable, en violation flagrante des normes nationales, régionales et universelles des droits de l’Homme dont la République de Guinée est partie. C’est là un espoir dont la réalisation est le souci de tous les Guinéens et leurs Partenaires étrangers.

L’OGDH condamne avec la dernière énergie cette attitude anti démocratique et inhumaine.

L’OGDH en appelle à l’esprit citoyen, patriotique et humanitaire des Forces Armées et de Sécurité, du Gouvernement, du CNT et des Forces Vives, pour que tous les citoyens du pays s’unissent afin de maintenir le cap de la transition sur la voie tracée par la déclaration de Ouagadougou qui est entrain d’être réalisé par le Général Sékouba Konaté président de la Transition, le CNT, la CENI et le Gouvernement de Transition.

Elle en appelle aux Forces Armées et de Sécurité afin qu’elles restent, comme le prévoit la Constitution, des Forcés Républicaine soumises au pouvoir civil et agissant dans le cadre unique de la défense du territoire et de la protection du peuple et de ses biens.
Elle en appelle particulièrement aux hauts responsables des Forces Armées et de Sécurité et à la Justice afin d’agir avec fermeté contre toute personne quelle que soit son rang social qui s’opposerait à ce projet historique de la République de Guinée.

Elle en appelle enfin au Groupe de Contact, aux Partenaires bi et multilatéraux afin de renforcer la coopération pour sortir le pays de plus de cinquante (50) ans de mauvaise gouvernance."

Le Président
DR. SOW THIERNO MAADJOU

Écrit par : Micheline | dimanche, 25 juillet 2010

La transition instaurée en Guinée est suivie dans d'autres pays du continent africain.

Qu'est devenue l'égérie de la démocratie, mme Rabiatou? Est-elle (au moins) nommée dans le nouveau gouvernement?Sinon, ce serait vraiment ingrat!

Je soumets à votre lecture les dernières dépêches :http://www.guineeactu.com/info.asp?mph=deta&ID=6008

Écrit par : François T. | vendredi, 18 février 2011

Pourquoi, diantre, la Guinée ne servirait pas d'exemple dans les pays du premier continent soumis actuellement aux élections ou ceux en proie à des soulèvements populaires sains et nécessaires?

Écrit par : Ludovic K. | samedi, 12 mars 2011

Les commentaires sont fermés.