UA-105021232-1

mardi, 07 septembre 2010

Le Conseil fédéral reconnaît formellement l'excision comme un crime punissable

berlusconi_gheddafi.jpgOn est tous assaillis ces jours par de nouvelles insultes d’une violence inouïe du colonel Kadhafi à l’encontre d’un continent dont il rêve paradoxalement d’être le président. Ces insanités ont été émises dans la Ville éternelle à l’occasion d’un petit coucou fait à son cher ami Berlusconi pour fêter ensemble le dernier jour du Ramadan.

 

Le Fou de Syrte nourrit ses dires en faisant le prosélytisme de la religion islamique en exprimant une volonté propre à ce qu’elle devienne la première religion européenne, ce toujours dans la Rome chrétienne.

 

Environ 500 jeunes femmes venues l’écouter sont reparties avec le Coran traduit engheddafi_ragazze_corano.jpg italien sous le bras … convaincues ??? que la femme en Orient est mieux traitée qu’en Occident, selon l’argumentation fine du Leader Maximo.

 

Afin de se remettre les neurones en place en cette rentrée déjà très chargée, on apprend heureusement ces jours une nouvelle de taille concernant l’état des travaux sur la lutte contre les mutilations génitales féminines dans notre pays, initiées par l’UNICEF-Suisse en 1999. Toutes les dix secondes, une jeune fille est excisée dans le monde et cette monstruosité concerne aussi les immigrées dans notre pays, lesquelles subissent ce sort tragique et douloureux notamment pendant les vacances scolaires.

 

sion.jpgOr, nos us et coutumes ainsi que nos lois interdisent ces cruelles pratiques, reconnues aussi de barbares par moult citoyens de ces mêmes pays qui les promeuvent. Elles tombent simplement sous le coup du Code pénal vu qu’elles constituent des lésions corporelles graves, une atteinte à la dignité humaine et une maltraitance des mineures innommable. En exemple, des parents somaliens ont été condamnés en 1996 dans l’Oberland zurichois pour avoir fait exciser leur fillette de deux ans.

 

En 2008, les parlementaires fédéraux ont commencé à prendre à bras-le-corps ce problème humain, juridique, politique. L’UNICEF-Suisse poursuit ses efforts de sensibilisation et de prévention dans les pays concernés … et le parlement fédéral s’est doté d’une motion exigeant la mise en place des mesures allant dans ce sens. C’est désormais un fait : le Conseil fédéral a annoncé le 25 août 2010 ( cliquer ici ) sa position en vue de l’introduction d’une norme pénale uniforme. Fortes de ce statut juridique, les mutilations génitales seront dorénavant poursuivies ainsi que les actions politiques de prévention ici comme dans le pays étranger .

 

Une autre actualité vient alimenter cette réflexion avec Sakineh Mohammadi Ashtian, l'Iranienne condamnée à être lapidéepetanque-islam.jpg et qui mobilise l’opinion publique mondiale au point de traiter lapidairement Carla Bruni de prostituée italienne par les tenants de ces pratiques inhumaines, ce qui fait dire à Roberto Saviano qu’ abandonner cette femme à son destin, c’est comme jeter la pierre à toues les femmes. On connaît par ailleurs le combat d’une autre Iranienne, la musulmane Shirin Ebadi, Nobel de la Paix, contre ces exactions ...

 

Dans la cacophonie générale qui règne ces jours, je pense qu’il s’agit d’une information qui méritait d’être relevée … Un signal fort a été donné. On ne peut pas impunément accomplir des actes d'une ignominie telle au nom de "phantasmes multiculturels"; les valeurs véhiculées par la Charte des droits humains sont universelles! Gageons que les débats publics sur les dangers d'un islamisme radical rampant de ces derniers mois et la réaffirmation du principe de laïcité n'aient pas été un vain mot. La politique helvétique a heureusement pris le train en marche!

Commentaires

L'excision est une pratique ahurissante. Je ne vois rien, rien qui puisse donner un début d'explication à cela.

A lire:
http://www.afrik.com/article4369.html

Écrit par : hommelibre | lundi, 06 septembre 2010

Merci Hommelibre pour ces précisions! Tous les textes officels concourent à définir ces pratiques comme infâmantes, à commencer par la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant qui visent essentiellement à protéger l'être humain dans sa santé. Commencées au Burkina Faso en 1999, les actions de préventions de l'UNICEF se sont propagées dans sept autres pays... Il est bon que les pouvoirs publics aient pris la mesure de ce problème en proposant notamment une norme pénale.


Sur facebook, Gorgui Wade a écrit :
« BRAVO i like it! C'est un de mes chevaux de bataille. L'excision, est une pratique ancestrale néfaste et nous devons combattre cette pratique sans pour autant stigmatiser les populations "excisantes". »

Écrit par : Micheline | lundi, 06 septembre 2010

L'excision doit être combattue car c'est une tradition barbare qui ne causent que du tord aux femmes. Certains villages africains ont d'ailleurs commencé par l'abolir.

Écrit par : Fatima | lundi, 06 septembre 2010

Enfin on progresse dans la lutte contre les mutilations sexuelles et toutes ces aberrations prétendument culturelles, mais il ne faut pas relâcher la pression.
Il faut dénoncer chaque acte barbare et ne laisser aucun répit à ceux qui promeuvent ces pratiques !

Merci pour votre billet et aussi de défendre cette cause !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | lundi, 06 septembre 2010

Cet article empli de sensibilité et de sagesse exprime bien l'horreur de certaines croyances prévalant aux pratiques ici décrites, qu'il faut combattre à tout prix.

Dans les mêmes coins d ela planète où l'on torture par mutilations génitales, on condamne à mort par lapidation. L'Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani a bel et bien été condamnée à 99 coups de fouet pour être apparue non voilées sur une photo, selon fils de 22 ans.

Si l'exécution de la peine pour lapidation a été (momentanément) écartée, suite à l'opinion publique internationale, la barbarie d'autres tortures pour motifs puérils mais idéologiquement marqués continue!

Il faut ajouter à cet enfer enduré injustement par cette femme que ladite photo n'a jamais figuré dans le dossier judiciaire en question et qu'à tout moment la lapidation peut remise sur le tapis ...

À ceux qui trouvent dans ces violences inouïes la miséricorde divine, il faut leur expliquer, pédagogiquement, que tromper son monde par goût des oxymores constitue déjà une faute en soi!
Javid Houtan Khian, son autre avocat, a déclaré lundi redouter que Sakineh soit exécutée par lapidation prochainement, alors que le Ramadan se termine cette semaine. Selon l’avocat, la sentence risque d’intervenir "à tout moment".

Écrit par : aïcha | mardi, 07 septembre 2010

Apparemment, la question divise quand même pas mal de monde, même dans le milieu :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/bf186e40-babf-11df-9081-51ae77d03fde/Une_lapidation_qui_divise_les_musulmans_de_Suisse

Comme l'affirme si sagement Jean d'Hôteaux, la lutte contre ces pratiques barbares ne se justifie en rien, "il ne faut pas relâcher la pression. Il faut dénoncer chaque acte barbare et ne laisser aucun répit à ceux qui promeuvent ces pratiques". Entre mensonges pieux et hypocrisie sociale de certains radicaux pathologiques, il n'a pas été, n'est pas toujours facile de faire avancer la cause, de se faire entendre mais laction suit son cours.

Écrit par : Micheline | mercredi, 08 septembre 2010

Merci pour l'article! Toujours lire le blog!

Écrit par : Parfait | mercredi, 08 septembre 2010

Merci Parfait pour votre appréciation! Mon seul intérêt est la recherche de la vérité dans cette nébuleuse voulue par d'aucuns parmi les plus tarés, les plus radicaux, assoiffés de pouvoir derrière les bonnes intentions affichées et d'informer autant que possible!

@ aïcha : votre opinion, très précieuse, me ravit. Ce combat pour la vérité et contre les imposteurs est pour vous, pour les femmes comme vous (et les hommes évidemment qui en ont marre des barbaries et des conneries de leurs "semblables").

Bon JEÛNE à tous !!!

Écrit par : Micheline | jeudi, 09 septembre 2010

Ce que j'apprécie beaucoup dans votre blog, c'est que les réflexions sont justes en plus d'être politiquement convaincantes car intellectuellement soutenues!

Pour ce qu'il est de cette Iranienne condamnée à ^tre lapidée DEMAIN, on sait que les autorités iraniennes ont suspendu l'exécution! Le verdict du jugement de 2006 qui la dit coupable est même en cours de réexamen puisque les instructions à charge ou à décharge semblent en grande partie contradictoires.

Mais, un peu comme dans l'affaire de la libération des otages suisses : il faut se garder de se réjouir car ces déclarations demeurent assez peu claires : n'oublions qu'en juillet, la même annonce fut faite! La condamnation à mort ne semble pas différée; plutôt que la lapidantion, le pouvoir iranien opterait pour la pendaison.

Grâce à la pression internationale et les alarmes du fils, on sait au moins que certains islamistes commencent à s'interroger, ce publiquement, sur ces pratiques judiciaires sur fond religieux barbares ...

Quand on nous prend pour des cons "parce qu'on ne comprendrait pas une autre culture" et sous prétexte que "l'ignorance est tjs la base des préjugés multiculturels", eh bien, je dis qu'il faut toute raison garder et regarder la paille qu'on a dans son oeuil plutôt que la paille dans celui de son voisin.

Bon Jeûne genevois !

Écrit par : ya-sager | jeudi, 09 septembre 2010

Bon pour vous qui font ce travail

Écrit par : Mariette | dimanche, 12 septembre 2010

Vive les élections suisses !!! Sans violence et sans surprises, elles reflètent bien l'esprit de concordance et de consensus établis. Cet avis n'engage que moi. Tchus

Écrit par : Philippe B. | mercredi, 22 septembre 2010

Le droit mais aussi le cinéma prennent fait et cause : Par une nouvelle législation respectant l’article 24-3 de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, qui oblige les Etats parties à protéger entre autres les enfants contre les pratiques traditionnelles néfastes à leur santé, on peut enfin juger une norme sociale, transmise culturellement de génération en génération, à l’aune de règles juridiques s’érigeant contre ces différentes formes de violences infligées aux être les plus vulnérables.

Le droit et la culture sont branchés sur la même longueur d’onde!
La punissabilité de l’excision est par ailleurs relayée au cinéma. Parmi les films sur le sujet, on en citera deux.

À l’occasion de son huitième long-métrage, deuxième volet d’un triptyque sur l’Afrique, le cinéaste octogénaire sénégalais Ousmane Sembene a voulu traiter ce problème d’un point de vue social et culturel, en partant de la vie se déroulant à l’intérieur des cases en terre battue d’un village burkinabé où un personnage féminin s’érige contre cette coutume, considérée comme une folle par les autres.

Fleur du désert met en scène le destin incroyable du mannequin Waris Dirie, originaire du désert de Somalie. Devenue l’égérie du combat contre l’excision, elle retrace son éclatant parcours au faîte duquel elle opta de révéler son terrible secret pour le transformer en une cause noble.

Écrit par : chouchou | vendredi, 01 octobre 2010

Je ne trouve pas intéressant ces invectives lancées dans des pseudo-discussions religieuses.

C'est ainsi qu'on fomente des guerres et les poursuivre sur cette plateforme est devenu laissant.

Plusieurs bons blogs ont disparu alors que d'autres sont bien en vue, on ne sait pas pourquoi. D'origine musulmane de par ma naissance, je suis néanmoins d'accord avec vos écris et admire vos prises de positions contre les barbaries, la propension des gens au pouvoir de vouloir imposer l'islamisme fondamental à des régions pour des questions de pouvoir et d'argent, le sort malheureux des femmes (qui quoique l'on dit, ça 'est pas parce que cerait "culturel" que ça ne poserait pas de problème).

Taxer les personnes de bonne volonté, intelligentes, d'ignorantes au sujet de questions qui ne resorte pas de leur sociétée, c'est vrément nul! Heureusement qu'il y a encore des voix comme la votre, à bientôt

Écrit par : Hanane H. | samedi, 16 octobre 2010

Des chrétiens continuent à se faire tuer par les musulmans en cette période de Noël, comme chaque année ... La Suisse, elle, progresse dans sa lutte contre des pratiques cruelles, notamment l'excision.

Après l'adoption de ce projet en fin août, voici une nouvelle action en faveur de la protection d'enfants mineures : "Succès d’étape dans la lutte contre l’excision en Suisse : Le 16 décembre, le Conseil national a ouvert la voie à l’introduction d’une norme pénale interdisant la mutilation génitale féminine en Suisse. Les bases sont ainsi posées pour protéger les petites filles menacées - entre 6000 et 7000 en Suisse. Il s’agira maintenant d’utiliser le terrain favorable créé par cette loi en effectuant un travail de prévention en Suisse, de manière à ce qu’aucune petite fille ne soit excisée. L’UNICEF continuera de s’investir dans ce sens."

Écrit par : genevoué | vendredi, 24 décembre 2010

C'est surtout grâce à l'UNICEF que l'excision est, désormais, un crime punissable. Cinq pays se sont aussi engagés à abolir, bientôt, cette pratique : l'Ethiopie, l'Egypte, le Kenya, le Sénégal et le Soudan.

Bonnes Fêtes, Micheline!

Écrit par : Kissa | vendredi, 24 décembre 2010

Merci Kissa pour votre avis éclairé, comme d'hab'! Passez d'excellentes fêtes!
Unicef-Suisse a fait un magnifique travail, reconnu par le pouvoir politique qui a enfin décidé l'introduction d'une norme pénale visant à prévenir et sanctionner de tels actes cruels contraires à la dignité psycho-physique.
Bien cordialement à vous ...

Écrit par : Micheline | vendredi, 24 décembre 2010

Nous attendons désormais que le Conseil fédéral et l'UNICEF aient le courage de déclarer la circoncision masculine comme un crime punissable au même titre que l'excision des filles. Voir à cet égard mes articles:
http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/archives/category/circoncision.html

Le crime est un crime, qu'il soit pratiqué contre les filles ou contre les garçons. Faire une distinction entre les deux pratiques relève de la lâcheté.

Écrit par : Sami Aldeeb | vendredi, 24 décembre 2010

Sans que vous le soupçonniez,la cause m'intéresse. L'Unicef Suisse fait une piqûre de rappel : "A l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, l’UNICEF rappelle l’injustice qui continue d’exister. Aujourd’hui encore, trois millions de petites filles sont excisées chaque année dans le monde ; celles qui survivent en gardent souvent des séquelles durables. L’UNICEF est convaincue que la mutilation génitale féminine peut, en tant que norme sociale, être abandonnée en l’espace d’une génération. C’est pourquoi UNICEF Suisse soutient depuis plus de dix ans des programmes visant à l’abandon de la mutilation génitale féminine. Le succès est au rendez-vous.

C’est dans certains groupes de la population de différents pays d’Afrique centrale, d’Afrique de l’Ouest, du Moyen-Orient et d’Asie de l’Est que cette pratique est la plus répandue. Mais la mutilation génitale féminine continue d’être pratiquée par endroits en Amérique du Nord, en Australie et en Europe – généralement au sein de petites communautés et de certaines populations immigrées. Des femmes excisées et des petites filles menacées par cette pratique vivent aussi en Suisse.

Des réussites sur le continent africain
La « campagne Saleema » réalisée au Soudan a entraîné un changement de mentalité au sein de la société soudanaise grâce à des programmes de sensibilisation diffusés à la radio et à la télévision ; plusieurs villages ont franchi un pas important en déclarant publiquement qu’ils renonçaient à pratiquer l’excision. Le terme arabe « saleema » signifie intact, parfait, créé par Dieu. Quand elle vient au monde, chaque petite fille est parfaite et complète. La norme sociale selon laquelle seule une petite fille excisée serait belle et digne d’être mariée est remplacée dès lors par une nouvelle norme sociale : la petite fille est complète et parfaite à la naissance.

Des signaux positifs se manifestent de plus en plus en provenance d’autres pays d’Afrique. Des rapports établis en Mauritanie font état d’exciseuses qui enterrent cérémonieusement leurs couteaux et abandonnent leur métier. L’Egypte et l’Erythrée misent de plus en plus sur l’application de l’interdiction des mutilations génitales féminines et l’information de la population. De très nombreux villages déclarent publiquement qu’ils abandonnent la pratique de la mutilation génitale féminine.

Transferts de connaissances
UNICEF Suisse encourage aussi, outre les programmes réalisés dans les pays où l’excision continue d’être pratiquée, les échanges internationaux entre experts et le transfert des connaissances afin d’accélérer les changements sociaux qui favorisent l’abandon de l’excision.

Situation juridique de l’excision en Suisse
Des avis de droit commandés par UNICEF Suisse sur la punissabilité de la mutilation génitale féminine en Suisse ont montré que les petites filles étaient insuffisamment protégées dans notre pays. Selon le type de mutilation génitale, il s’agit, en vertu du droit suisse, d’évaluer de cas en cas la gravité de la lésion corporelle. La sévérité de la peine dépend du résultat de cet examen. Par ailleurs, si la mutilation génitale féminine a été exécutée à l’étranger, dans un pays qui n’interdit pas les MGF, l’acte ne peut pas faire l’objet d’une poursuite pénale en Suisse. C’est une situation que l’on rencontre lorsqu’une fillette se fait exciser dans son pays d’origine durant les vacances scolaires.

Ceci devrait changer : le 16.12.2010, le Conseil national a adopté une norme pénale uniforme qui interdit en Suisse tous les types de mutilation génitale féminine. A l’avenir, il devrait être possible aussi de poursuivre pénalement en Suisse des mutilations génitales féminines exécutées à l’étranger. Le Conseil des Etats traitera cet objet durant la session de printemps 2011.

UNICEF Suisse poursuit son action contre la mutilation génitale féminine en Suisse et à l’étranger. Vous pouvez soutenir vous aussi notre travail en faisant un don ou alors en devenant parrain ou marraine de projet."

Écrit par : hello | vendredi, 04 février 2011

La photo des 2 chacals présente, Berlusconi&Kadhafi, parlent d'elles-mêmes. Les 2 se téléphoné aujourd'hui! Que se sont-ils dit? Ce menu fait décidera des mouvements d'immigration massive prévisibles; l'important est de savoir quelles en seront les modalités et remaniements de l'accord entre ces 2 pays, l'élément le plus important pour nous.

p.s. le livre vert traduit en toutes les langues et offert grâcieusement par sa majesté liybienne aux jolies Italiennes triées sur le volet par une agence d'escorts-girls sur sa demande et avec le consentement du Cavaliere, ce livre vert de la révolution est désormais du passé; brûlé ce jour ...

Une observatrice trilingue

Écrit par : Maria S. | mercredi, 23 février 2011

Personne ne devrait avoir à souffrir de violences et c'est pourquoi je suis heureux qu'il existe des institutions qui assureront la paix et de calme.

Écrit par : Flaviu | lundi, 11 avril 2011

Khadafi n'est plus. Capturé enfin, il a été annihilié dans sa ville natale où il se cachait!!! Lui qui voulait démanteler la Suisse et qui a fait tant d emal à son peuple n'aura pas eu raison de sa révolution verte.

Vous voulez jouer aux droits de l'homme avec moi, aimait-il à dire. Lockerbie, sa haine délirante des Occidentaux, les otages suisses et bulgares, les tortures des opposants politiques, ont été dévoilés ...

Écrit par : Manjit | vendredi, 21 octobre 2011

Khadafi n'est plus. Capturé enfin, il a été annihilié dans sa ville natale où il se cachait!!! Lui qui voulait démanteler la Suisse et qui a fait tant d emal à son peuple n'aura pas eu raison de sa révolution verte.

Vous voulez jouer aux droits de l'homme avec moi, aimait-il à dire. Lockerbie, sa haine délirante des Occidentaux, les otages suisses et bulgares, les tortures des opposants politiques, ont été dévoilés ...

Écrit par : Manjit | vendredi, 21 octobre 2011

Salut, Berlu est démissionné aujourd'hui! Etrange destin que ceux de la Grèce et de l'Italie, le berceau des civilisations! Montesquieu parlait des revers de fortune des pays puissants à l'instar des vies humaines ...

Écrit par : salut | mardi, 08 novembre 2011

L'excision serait en voie de disparition. Les Masaï, une des plus anciennes tribus d'Afrique abandonnent cette pratique dégradante, cruelle ... La sensibilisation et l'information n'ont pas été inutiles durant toutes ces années.

52 filles attendant ce funeste destin ont échappé à cette cérémonie traditionnelle.

Hommes et femmes se sont concertés pour mettre fin à ce rite.

Une première au Kenya ! La décision est à saluer internationalement.

Écrit par : Ex-Cis | jeudi, 07 mai 2015

Les commentaires sont fermés.