UA-105021232-1

dimanche, 12 décembre 2010

Brèves 2010 : le caricaturiste DILEM récompensé

 

dilem2010.jpgLe célèbre caricaturiste algérien Ali Dilem a été primé cette année, le 11 octobre, avec l’insigne de Chevalier des Arts et des Lettres. Lui qui aime à préciser que « le dessin de presse, c’est quelque chose de très simple à lire en plus quand c’est du domaine du contestataire » en sait long sur les relations houleuses entre pouvoir et raison, soldées par ... 56 procès.

 

Mais sa renommée internationale lui a tout de même valu d’être distingué, malgré ses déboires avec la justice. Dilem a su aussi à ses heures illustrer la Suisse ( cliquer ici ).

 

La liberté d’expression reste toujours le problème N°1 dans notre société. Le plus grand nombre de crimes commis - hormis ceux qui sévissent dans le premier cercle, entre proches – sont de cet ordre. On se souvient l’étrange destin du caricaturiste danois du prophète Mahomet, Kurt Westergaard, brûlé vif près du journal où il travaillait et dont le présumé coupable, un islamiste somalien, proche des responsables d’Al-Qaida en Afrique de l’Est, vient d’être jugé. Certains ne se sont pas gênés de rappeler « qu’Allah nous observe sur chacun de nos actes et chacun sera rétribué en fonction de ceux qu'il aura posés. Ne brisez pas cette chaîne. Qu'Allah vous récompense!» dilem.jpg

 

Pourquoi se réjouir de cette distinction pour le dessinateur du quotidien algérien Libération? Parce qu'elle nous révèle à quel point  l'expression de l'opinion publique permet de dégager l'intérêt général au-delà de la somme des intérêts particuliers formant la doxa. Face à la lâcheté des dirigeants politiques, le journalisme comme le dessin peuvent encore investir un rôle démocratique attendu et si souvent trahi. La paix se fait peut-être à ce prix, une distinction artistique, une nomination, un honneur (à l'image inverse des humiliations, amendes et condamnations subies injustement pour délit d'opinion).

 

18:28 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : culture, caricature, politique, ali dilem | |  Facebook

Commentaires

"Micheline, on vous aime!" se lit aujourd'hui sur les manchettes du Matin. Je me demandais laquelle ... ces représentations de notre pays par les caricaturistes sont éloquentes. Sympa!

Écrit par : chouchou | lundi, 13 décembre 2010

Pour moi la meilleure caricature politique de cette année est sans conteste celle publiée sur 24Heures présentant le lausannois Brélaz avec une superbe cravate où figure un âne.

Je vous envoie une copie par mail.

Écrit par : Hypolithe | mardi, 14 décembre 2010

Merci Hypolithe ! J'attends avec impatience que vous me l'envoyiez ... Belle journée à vous!

Écrit par : Micheline | jeudi, 16 décembre 2010

L'archange Assange libéré, c'est le respect de la liberté de la presse, de conscience qui s'exprime. Le délit d'opinion doit être banni tant dans la théorie judiciaire que dans la réalité quotidienne.

Les caricatures en font partie, évidemment! L'attentat de ce we en Suède contre un Journal (par hasard le même pays qui attaque le fondateur de Wikileaks mais sans rapport de cause à effet) par un extrémiste apparemment "intégré" en dit long sur ce qu'on ne veut pas dans un Etat de droit qui se respecte. Il y eut le fameux caricaturiste danois et le suédois fut visé dans ce kamikaze. Non merci! Libérer la parole demeure un principe à défendre.

Écrit par : Laure | jeudi, 16 décembre 2010

Laure ne soyez point trop hypocrite. Essayez donc de publier en Suisse une caricature aussi expressive que celle de Mahomet en prenant comme sujet un membre de la secte du peuple non élu mais choisi (selon benêt 16) et vous m'en direz des nouvelles.

Écrit par : Hypolithe | vendredi, 17 décembre 2010

bien vu hypolithe! Personne n'oserait même pas laure

Écrit par : laurette | vendredi, 17 décembre 2010

Kurt Westergaard, 75 ans, le caricaturiste damois récompensé, Dilem aussi. On apprend aujourd'hui qu'un blogueur tunisien est nommé Secrétaire d'Etat en Tunie et le caricaturiste tunisien le plus célèbre est hissé au rand de rédacteur-en-chef!!!

La liberté de la presse ne saurait plus se passer de cet art. Bien vu!

Écrit par : F.T. | mardi, 18 janvier 2011

Je ne peux que cautionner les reportages, photos, croquis, articles, de toute plume soutenant la cause des agnostiques de plus en plus nombreux que nous sommes, en occident. Micheline Pace vole au secours des persécutés de tout sexe, victimes d'intégrisme, avec une fougue et un talent admirables.
Simplement, je m'interroge:
Sommes-nous certains que la méthode pour imposer nos convictions soit forcément la plus efficace ?
Tout affrontement entre le profane et le religieux ridiculise le religieux.
Et ce ridicule, s'il ne tue, peut se rebiffer contre celui qui l'a créé...
Jésus fut crucifié plutôt que Barabbas par ceux qui caricaturèrent le fils de Dieu (aux yeux des Chrétiens).
Ne devrions-nous pas échanger davantage nos points de vue entre spiritualistes et matérialistes. Nous informer avant d'interpréter les textes sacrés, philosophiques, scientifiques,... sans oublier de les remettre dans le contexte du lieu et de l'époque qu'ils relatent. Par qui et quand ils ont été écrits. Comment on nous les a transmis, après diverses traductions et retouches.
Toute liberté exige une certaine réciprocité (droit de réponse). La liberté de la presse ne saurait s'opposer à celle de croire ou de ne pas croire.
Si un élève se trompe, ce n'est pas en se moquant de lui que l'enseignant tentera de lui faire prendre conscience de son erreur. Il le laissera s'exprimer sur la raison pour laquelle il s'était trompé, le cas échéant, jusqu'à ce qu'il comprenne la nécessité de la correction à effectuer.
Toute discussion ne peut faire évoluer les mentalités que sur la base du respect de chacune et chacun, dans une confiance mutuelle.
Notre indifférence à l'égard de ceux qui ne partagent pas nos propres convictions provient peut-être avant tout d'un manque de connaissance.
Le corollaire est évident.
Nulle entente ne sera possible, sans l'écoute des uns par les autres.
Pierre ALAIN

Écrit par : Pierre ALAIN | mardi, 08 février 2011

"Sommes-nous certains que la méthode pour imposer nos convictions soit forcément la plus efficace ?" Je pense que le propos de Micheline Pace est de de défendre la liberté de conscience plutôt que d'opposer les méthodes de dénigrement des uns et des autres. Se moquer de certains idées dictant des coutumes cruelles, ça n'est pas se moquer des personnes éduquées dans ce sens. Mais il reste vrai que les rapports de force imposés par certains appellent un comportement de défiance, voire de protection afin d'éviter que la société ne soit pas gangrénée (plus qu'elle ne l'est déjà).

"Notre indifférence à l'égard de ceux qui ne partagent pas nos propres convictions provient peut-être avant tout d'un manque de connaissance."
S'écouter les uns les autres présupposent qu'on soit sur un pied d'égalité (hors rapports de force établis), confiance, honnêteté intellectuelle, toutes conditions rarement réunies dans un débat, une discussion à ^bâtons rompus, un vote populaire, une disputatio entre intellectuels ou universitaires interviewés. Cependant, il est un fait que l'ignorance est à la base de l'intolérance. Parfois, c'est une réflexion nourrie qui nous font rejeter certaines croyances. C'est selon les circonstances ...

Ce qui est triste dans ces histoires, c'est que des journalistes ou caricaturistes ou humoristes soient persécutés, voire perdent leur vie à cause de leur travail d'investigation.

Sur ce, la neige demeure toujours blanche (jusqu'à ce qu'on vienne nous prouver du contraire) ... Belle journée!

Écrit par : Philippe B. | mardi, 08 février 2011

Les commentaires sont fermés.