vendredi, 11 février 2011

Pourquoi un observateur pour la promotion du français?

carpettes.jpg

 

 

Le français est souvent malmené à Genève. C'est un fait dont beaucoup se plaignent pour mille raisons plus nobles les unes que les autres. Cependant, une solution semble avoir été trouvée. Un observateur pour la promotion et la défense du français en milieu international, reconnu et sélectionné par ses pairs, est prêt à relever ce défi : "Il s'agit de faire respecter le principe de la diversité, valeur fondamentale des Nations-Unies" selon le Sénégalais Gorgui Ndoye.

 

Question : La suprématie de l’anglais sur toutes les autres langues internationales officielles à l’ONU n’est plus à prouver au point que tout cadre supérieur peut en réalité imposer à ses interlocuteurs de parler en anglais Comment le site Internet www.francophonu.org que vous animez, influencera-t-il le cours des choses ?

 

 

 

Gorgui Ndoye : Le site Francophonu est l’expression réelle plus que virtuelle pour dire, désormais, le français a droit de cité dans les instances internationales ! … Avec un « observateur » à Genève, le message est clair : rien n’impose à la cité de Calvin de s’exprimer en anglais !

Le gros du travail sera de récolter des anecdotes, des témoignages, des récits, des textes pas du tout ou mal traduits, pour organiser ensuite des débats publics, provoquer des réactions dans un esprit de normalisation. En guise d’exemple, un responsable onusien accueille une stagiaire francophone désirant s’exprimer dans sa langue maternelle et celui-là l’apostrophe ainsi : « Ah, vous faites partie de ce combat-là ?! » Mon rôle est de faire comprendre que la globalisation n’entraîne pas un affrontement. La diversité linguistique et culturelle reste un droit, un principe et une valeur. Nous avons également des collègues défenseurs de la langue française en Belgique et à Addis Abeba, je serai le point focal vers lequel convergeront les différentes remarques et observations de mes collègues dans toutes les institutions internationales et de toutes celles et ceux qui, nantis du fait que le multilinguisme est une valeur et un droit de l’Homme plus qu’une richesse formidable s’engagent à défendre ce principe.

 

 

(L'intégralité de l'interview sera publiée sur le prochain numéro Cahier du Club de la Grammaire) 

11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gorgi ndoye, francophonie, onu, observateur, site "francophonu" | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline, les mots (en aucune langue) me manquent face à la cruelle nouvelle de ce jour : l'hypothèse de la mort des 2 fillettes disparues se confirme!

D'abord, un testament écrit de Matthias S. stipulant que ses biens soient entièrement destinés à sa progéniture mais que si ... ses fillettes venaient à disparaître, ils reviendraient à ses frères et soeurs.

Puis, une seconde lettre envoyée à son ex-femme par Matthias S, avant qu’il ne se jette sous un train à Cerignano, en Italie où il indique :"les filles reposent en paix; elles n'ont pas souffert".

(Si l’une des deux lettres a été postée à Toulon, dans le Var, escale suivant son escapade en Corse, l’autre lettre a été postée à Cerignano.)

Écrit par : tenebras post lux | vendredi, 11 février 2011

Petite remarque : "globalisation" est un anglicisme, à remplacer par "mondialisation".

Écrit par : Kissa | vendredi, 11 février 2011

Kissa a raison: vous avez commis un anglicisme alors que le mot français existe! Pas bien du tout, ça! Pour l'anecdote, un chercheur florentin observe que le terme "mondialisation" disparaît de plus en plus alors qu'il était dans la bouche de beaucoup et utilisé à toutes les sauces dans les années '90 (en même temps que le terme "altermondialisme").

Son usage a atteint son pic de popularité en 2000 comme par magie.

Cependant, on l'entend 80% moins de fois depuis 2006.

Avec la crise financière, dès 2007, sa fréquence d'apparition s'amenuise encore ... jusqu'à ce qu'il ne soit utilisé que sporadiquement dans les journaux financiers.

Cette invention conceptuelle désigne originairement des postures politiques visant à mondialiser toutes les activités du processus de production, cher à certains philosophes des années '70.

Écrit par : François T. | samedi, 12 février 2011

Pierre Alain et Claude Prélo vous invitent:
Le 11 mars 2011, dès 19h. à la Maison de quartier des Eaux-Vives, 6 rue de la Clairière, à côté du Théâtre Am Stram Gram,arrêt XXXI-Décembre,bus 9, A, et 33. Venez rencontrer les membres de l'Académie Romande. Un apéritif sera offert à tous ceux qui se seront inscrits. Après diverses informations (concernant les projets en cours)communiquées par la direction, une animation littéraire et plaisante -poèmes, chansons, sketchs- sera menée par les artistes Huguette Junod, Pierre Alain et Claude Prélo.
Buffet, boissons, entrées, offerts à ceux qui se seront inscrits assez tôt, dans la mesure des places encore disponibles...
Renseignements www.academie-romande.ch ou, par téléphone: 022 786 14 12.
Dans l'attente impatiente de vous rencontrer, ami(e)s de notre chère langue romande, nous vous adressons nos meilleures salutations.
Pierre ALAIN
Directeur de l'Académie Romande

Écrit par : Pierre ALAIN | mardi, 15 février 2011

Les commentaires sont fermés.