samedi, 14 mai 2011

Changement de paradigme Nord-Sud

"Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps." (proverbe sénégalais)

 

Les bouleversements auxquels assiste notre époque, prévisibles malgré certaines mauvaises langues plus soucieuses de faire de l’idéologie que de voir en face des vérités pourtant éclatantes sur le mal développement et l’absence de transparence dans la gouvernance étatique des pays en soulèvement, conduisent à des réels changements multilatéraux. À croire que des révélations bibliques déploieraient tout leur sens …

 

Le continent africain s’est réveillé - histoire de paraphraser le célèbre Alain Peyrefitte - suite à l’échec avéré des programmes de coopération bilatérales, parfois paternalistes (expression du pendant de l’idéologie citée), souvent inefficientes.  

 

Des relations internationales win-win se tissent - non sans douleur – et des personnalités modèles se démarquent.

 

Si l’on veut vraiment apporter des solutions au problème de l’immigration clandestine, c’est peut-être en le considérant par autre angle ...

 

Venu à l’occasion de la plateforme globale du SPIC (la stratégie internationale de prévention des catastrophes naturelles de l’ONU), Khalifa Ababacar SALL, le Maire de Dakar, a déjà joué, joue actuellement et jouera encore un grand rôle dans tous les domaines de la politique sénégalaise. Après vingt ans de sécheresse, le Sénégal se prépare à deux décennies au moins de pluies torrentielles, avec les répercussions dans la vie socio-économique que l'on peut deviner en amont. Il en appelle également à prendre à bras-le-corps le phénomène de l'immigration de personnes provenant de pays voisins, pour la plupart peu qualifiées, qui viennent engorger la ville,

la transformant ainsi en souks. Quant au problème de l'électricité, le Maire propose de se pencher sur la solution solaire ... vu que le soleil brille douze mois par année!

 

Dans le secteur privé, Cheikh AMAR, pdg de TSE (Tracto Service Equipement), plusieurs fois distingué, incarne la réussite. Avec son allure juvénile, gracile, et par sa rapidité d’esprit, il a su insuffler un état d’esprit de gagnant ; et c’est sans oublier ses pratiques managériales basées sur les principes de responsabilité sociale. Sachant travailler avec les pouvoirs publics, il a révolutionné l’agriculture, ce grâce à une mécanisation du métier. Ayant compris l’importance du génie indien, d’où l’entrepreneur aime à se fournir en machines, l'homme de l'année 2010 contribue sans commune mesure au développement de son pays : tout d’abord en créant des emplois, en allégeant les tâches des femmes (à l’instar de la volonté politique familiale affichée), en diminuant les drames de la malnutrition par sa participation au programme de la GOANA (Grande Offensive pour l’Agriculture, la Nourriture et l’Abondance), mis en place par le gouvernement, visant à l’auto-suffisance en riz pour le plus grand nombre.

 

Par son action, l’investisseur sénégalais révèle la face visible de tout le savoir-faire nécessaire dans un monde en profonde mutation. Petit-fils du premier maire de St-Louis après l'Indépendance, Cheickh AMAR fait souffler un nouveau vent dans les moeurs, représentant à merveille la diplomatie internationale de l'économie, en pensant global et en agissant local à la fois. Nul doute qu’il personnifie le changement de paradigme en vigueur !

 

monument-de-la-renaissance.jpg

 Monument de la Renaissance - Dakar

 

13:16 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cheick amar, sénégal, khalifa ababacar sall- maire de dakar | |  Facebook

Commentaires

À mon fidèle lecteur "link building services" : merci pour votre aimable attention! Bonne soirée!

Écrit par : Micheline | mercredi, 21 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.