dimanche, 22 mai 2011

Libéré mais pas libre, donc inculpé, DSK sera-t-il jugé?

Ce we, c’est la fête de l’Espoir au Bout-du-Monde. Côté Outre-Atlantique, DSK a passé sa première nuit en dehors de la prison depuis son incarcération.

Libéré sous caution ne signifie pas « libéré » mais bien « inculpé », évidemment. La machine judiciaire est en marche avec ses tractations et ses coups de théâtres.

Depuis le début de l’affaire, on sait qu’il n’est plus le favori du PS ; DSK est OUT (comme le précise le Libé) et son expulsion spectaculaire (OUF !)  rebat les cartes des papables au 2e tour de la Présidentielle française, lesquels n’ont pas attendu de se profiler au point de faire dire à la royale Sego qu’il ne fallait pas que toute la politique soit obnubilée seulement par cet événement.

strauss-kahn.jpgLes considérations anti-américanistes ou anti-frenchies primaires ne devraient pas avoir lieu même si les réflexes claniques ne sont pas à ignorer. (Qui n’a jamais vécu ce genre d’expérience ?)

Les Grecs ont exprimé leur terreur à l’idée que son embastillement ne freine toute solution à leur problème d’endettement suite à la chute de la bourse, en relation notamment avec l’effondrement de marchés pétroliers.

Le traitement médiatique de l’histoire, direct, ne contredit en rien les principes de justice fondamentaux, comme la présomption d’innocence. Crier à l’opprobre jetée sur le présumé coupable n’est que pur verbiage et pourrait amener oublier qui est (sont) la (es) vraie (s) victime (s). Ses amis et camarades se trompent lourdement quand ils crient au complot, à l’humiliation excessive de la –fausse- victime et en s’exclamant « qu’il n’y a tout de même pas mort d’homme ! ».

Pourquoi un homme si puissant et si brillant est-il tombé pour une chose si bête ? Les analystes psy ou financiers en appellent au lapsus en expliquant les mécanismes menant à réussir son échec. Chacun tirera les conséquences qu’il veut …   

Cependant, une grande énigme reste : est-ce que ce procès nécessaire aura lieu ? Le 6 juin, seront communiqués les chefs d’accusation, ce qui ne veut pas dire la comparution du prévenu, ni la confrontation entre les deux parties. Y a pas de mots, c'est trop gros, pourtant! Si la réalité dépasse la fiction encore une fois, il ne faudra pas oublier que l'abus de pouvoir en matière sexuelle n'a rien à voir avec un jeu de séduction d'égal à égal, la violence de la contrainte n'est pas à mettre au même niveau que le désir érotique, le sentiment de toute-puissance et l'impunité  vont de pair dans ce polar, l'intouchabilité présumée propre à son statut social ne doit pas occulter la vérité factuelle, unique base pour les décisions judiciaires. Et là, la justice devra veiller à ne pas confirmer la maxime de La Fontaine :

"Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir!"

 

APPELS~1.JPG

15:30 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

A mon avis, ce sont les intellectuels français, surtout ceux du cercle de Mitterrand, qui ont commencé à critiquer, les premiers, les Américains, pour leur système. Or, ces intellectuels, même s'ils ne sont pas représentatifs, sont présentés comme l'étant, et je pense que, parmi les Français, beaucoup les laissent faire, parce qu'ils ont peur de ce qu'on pourrait leur dire, s'ils ne le font pas. Quand un débat éclate entre deux nations, sur un système qui est général à l'intérieur de chacune, on peut chercher qui a raison, même si, dans les faits, il n'y a pas de réel organe mondial de justice qui puisse régler ces problèmes, et leur résolution étant laissée somme toute à la discrétion des dirigeants, toujours plus ou moins blanchis à l'avance lorsque leur intention est de défendre "l'honneur national" - qu'ils y parviennent ou pas. Beaucoup croient, malheureusement, que la nation à laquelle ils appartiennent n'a jamais tort face aux autres.

Écrit par : RM | dimanche, 22 mai 2011

L'avis de Rémy M. pose bien le problème de l'image des nations à l'étranger. Si l'affaire n'intéressera bientôt plus l'opinion (pur des mauvaises raisons), elle se dégonflera mais non sans laisser de trace. Ls Amricains n'auront pas envie de se débarrasser de l'affaire aussi facilement que les Français ou les Européens.

La seule chose qui est à craindre aujourd'hui est qu'il soit finalement blanchi - à cause en partie "d'investigations imaginaires" menées par le détective privé envoyé en Guinée, qui voudra charger la victime - et qu'une simple tractation suffise, sans procès. La Fontaine aurait toujours raison?

Écrit par : Justine | dimanche, 22 mai 2011

Ce pauvre monde n'est qu'un mélange de justice en soi et de droit du plus fort, à mon avis. On a pu prouver que les beaux étaient moins lourdement châtiés que les laids, au sein des procès: on a établi des statistiques. Mais ce qui est quand même aberrant, c'est qu'au lieu de chercher à corriger la chose et à tendre vers la perfection, certains veulent que d'emblée on le reconnaisse et qu'on l'instaure dès le départ au sein de la procédure, en disant que certains justiciables ne sont pas des justiciables comme les autres. Cela rappelle simplement la noblesse française qui, au XVIIIe siècle, prônait les idées nouvelles tout en réclamant des privilèges garantis par la religion. Parmi les nobles qui combattaient la Révolution, on ne le sait pas, mais les écrivains les plus lus et les plus aimés étaient Voltaire et Diderot. L'historien Costa de Beauregard en parle.

Écrit par : RM | dimanche, 22 mai 2011

(Les révolutionnaires lisaient Rousseau!)

Écrit par : RM | dimanche, 22 mai 2011

Cette justice est exécrable et c'est ce que condamne le billet présent. J'ai bien peur qu'il ne soit prémonitoire ... Malgér la Révolution, on voit que derrière le décor, les scénarios n'ont pas changé : toujours le me^me nombre de pauvres et de riches, une justice qui avantage les privilégiés pour des histoires d'images et de maintien de l'ordre social, des mérites jamais reconnus s'ils dérangent des natins légitmés par leur statut.

Quant à Voltaire, ça n'étonnera personne, lui qui est devenu philosophe après s'être enrichi avec le marché d'esclaves ...

Écrit par : Justine | dimanche, 22 mai 2011

DSK plaide non coupable. Formellement, il y aura donc un procès. Quelles cartes seront battues? Y aura-t-il un semblant d'équité? Mme Diallo, la victime reste sans visage ... malgré des T-Shirts à "son effigie". Espérons que la justice et la vérité éclatent sans la force de l'argent!

Écrit par : Laure | mercredi, 08 juin 2011

Les ondes de chocs se poursuivent ... Alors donc la culture du mensonge de Mme Diallo a prévalu dans la balance? Y aura-t-il un contre-coup? Saura-t-on ce qui s'est vraiment passé dans la suite 28? Il n'en reste pas moins vrai que l'orchestration de ces coups médiatiques est bizarre à quelques jours des primaires du ps ... Pourquoi le procureur a-t-il attendu pour réviser son acte d'accusation? Attaché à la justice, j'espère que les chefs d'accusation seront étayés, justes, basés sur des faits et que la maxime de La Fontaine ne soit confirmée!

Écrit par : Hanane H. | samedi, 02 juillet 2011

DSK doit sa chute à une femme de chambre. L'arrogance et l'abus de pouvoir ont été pour une fois sanctionné!

Il s'en est sorti grâce à son argent en Amérique mais l'opinion publique n'est pas dupe. Aujourd'hui, il comparaît devant la justice pour des faits honteux et grotesques, qui mettent en lumière le personnage. Il faut penser aux victimes qui ont parlé autant que celles qui se sont tues.

Je dois dire que je ne suis pas peu fier de cette justice qui - j'espère - ne fera pas balnc ou noir un prévenu selon qu'il soit fort ou faible ...

Écrit par : Ludovic K. | mardi, 21 février 2012

Et cette info, elle n'est pas intéressante? DSK paie là où il a péché toute sa vie : abus de pouvoir de toutes sortes, sexisme effarant avec le mérpis le plus vulgaire, etc. Si l'ex dirigeant du FMI n'a pas été jugé à cause de son statut, là il est rattrapé pour les mêmes raisons. Prions pour que les juges restent impartiaux, sans se laisser intimider. Un pauvre n'aurait pas été épargné!

"Dominique Strauss-Kahn est entendu depuis 14 heures lundi par les trois juges d'instruction de l'affaire du Carlton à Lille, a indiqué le parquet de Lille au Figaro. L'ex-patron du FMI a été convoqué en vue de sa mise en examen pour proxénétisme aggravé et recel d'abus de biens sociaux. Ces infractions sont passibles de vingt ans de réclusion criminelle et de cinq ans d'emprisonnement.

Officiellement, l'audition avait été fixée au mercredi 28 mars. Sa date a été avancée dans le plus grand secret.

Les magistrats cherchent notamment à déterminer dans quelle mesure l'ancien directeur général du Fonds monétaire international savait que les participantes à des soirées libertines auxquelles il prenait part, notamment à Paris et Washington, étaient rémunérées.

Certaines d'entre elles ont soutenu qu'il ne pouvait l'ignorer ou qu'il le savait, ce que Dominique Strauss-Kahn a réfuté lors de sa garde à vue."

Écrit par : salut | lundi, 26 mars 2012

Le classement de l'affaire DSK sur le volet civil ne se fera pas. L'immunité demandée par DSK est rejetée :

http://www.tdg.ch/monde/ameriques/demande-immunite-dsk-rejetee/story/13354666

La face du monde est-elle en train de changer? Sans trop croire naïvement à la fin d'une justice à deux vitesses, on pourra cette fois voir la maxime de la Rouchefoucault "Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir!" démentie, avec le plus grand bonheur.

Écrit par : MDF | mardi, 01 mai 2012

Les commentaires sont fermés.