UA-105021232-1

vendredi, 08 juillet 2011

La loi anti-minarets ne viole pas les principes des droits de l'homme ...

La Cour des droits de l’homme (CEDH) juge irrecevable les recours déposés à l’encontre de la décision du peuple suisse sur l’épopée des minarets exprimée en novembre 2009.

Les requêtes déposées les 15 et 16 décembre 2009, par plusieurs représentants d'organismes dont Hafid Ouardiri, co-président de la Fondation de l'entre-connaissance, n’ont pas trouvé grâce auprès des 7 juges en charge de l’affaire. La raison évoquée est d’une limpidité troublante : bien plus que de se positionner sur la construction architecturale d’un style donné, le tribunal précise que les requérants ne sont pas des «victimes» réelles ou potentielles d'une violation de la Convention européenne des droits de l'homme ! Il ne reste donc qu’une histoire d’égo, de désir de puissance.

L’intelligence du propos séduit à double titre : d’abord, l’instance compétente pour juger des considérants provenant des plaignants n’est pas tombée dans le jeu de la victimisation en relevant le fait que l’initiative suisse plébiscitée ne contrevenait pas au droit des religions, de surcroît, elle reconnaît que l’état de droit helvétique n’est pas inique. L’ « islamisation rampante » n’est pas plus pour la paix entre les différentes croyances religieuses que pour le respect de l’autre.

La souveraineté de notre pays est ainsi respectée. Pour sauvegarder la coexistence entre les peuples et les religions, faut-il certainement respecter le pays où l’on vit, sans l’insulter à tout-va, d’autant plus quand le principe de laïcité est inscrit dans sa constitution.  

La chanson de Pierre Perret nous est d'un grand secours pour la bonne compréhension de ce que beaucoup d'esprits éclairés rejettent de quelqu'origine que ce soit ...

” Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité…

Elle ne prend jamais la parole / en public,ce n’est pas son rôle / elle est craintive,elle est soumise / pas question de

lui faire la bise / on lui a appris à se soumettre, / à ne pas contrarier son maître / elle n’a droit qu’à quelques murmures  /  les yeux baissés sur sa couture…

Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité “

19:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : suisse, loi anti-minarets, cedh | |  Facebook

lundi, 04 juillet 2011

Des nouveaux mots ... (II)

 

MOT%20~1.JPG

Abdou Diouf, le patron de la francophonie aime citer son compatriote Leopold Sédar Senghor, qui, en fin linguiste, était convaincu qu’une maîtrise de la langue s’accompagne nécessairement d’une clarté de l’esprit et par conséquent d’une aptitude à raisonner et à élaborer des solutions.

 

On peut ainsi observer que la valeur créatrice du signe et du symbole n’est pas trahie chaque année par Larousse ou le Petit Robert. De ces nouveaux mots qui entrent dans la danse, combien de fois les avons-nous utilisés durant les six mois écoulés ?

 

Après avoir parcouru quelques exemples du second, les nouveautés 2011 du premier ne manquent pas de charme :

 

De la Suisse, on retiendra un sens inédit à vilipender pour « gaspiller » ou encore secondo en provenance de l’italien qui signifie désormais « la deuxième génération ».

 

De l’Afrique, on se réjouit de la capacitation pour renforcer des compétences déjà acquises mais le glissement de sens du terme volontaire pour désigner un vacataire laisse un peu à désirer par l’ironie qu’il peut susciter … un agent recruté dans la fonction publique sans statut a-t-il le choix d’être volontaire ?

 

Locavore entre désormais dans le langage courant !

 

Un homme, plutôt citadin et trentenaire, qui prend soin de son corps autant que son apparence vestimentaire porte enfin un nom : métrosexuel.

 

S’attaquer ainsi à la langue fait-il sens ? L’éternelle question demeure … La formule de Proust, citée souvent à tort et à travers, nous vient peut-être en aide : « La seule  manière de défendre la langue, c’est de l’attaquer ! » On entendra bien évidemment une invitation à la création et non une incitation à la faute ou au solécisme …

06:19 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook