UA-105021232-1

samedi, 03 décembre 2011

Simonetta Sommaruga marque de son empreinte le Forum de la migration et du développement

Présidé par la Suisse, le Forum sur les thèmes de la migration et le développement qui vient de se tenir à Genève a abrité plus de 160 Etats.

Le discours d’ouverture de la Cheffe du Département fédéral de Justice et Police,  Simonetta Sommaruga, a brossé les différents aspects de cette réalité tout en dessinant les contours de sa politique migratoire. Les liens entre la mobilité professionnelle et le développement, le problème de la migration irrégulière et les instruments pour y remédier y ont été traités. Si la migration peut revêtir des avantages comme ce fut le cas avec les 2 millions de personnes qui, après la Seconde guerre mondiale, ont immigré en Suisse et ont contribué au développement du pays, elle peut poser aussi des problèmes pour les pays d’accueil quand elle est incontrôlée. Il a été rappelé que des milliers de Suisses ont dû quitter leur patrie au 19e siècle pour des raisons économiques avant de devenir une terre d’immigration.

Forte du récent accord de réadmission signé avec la Guinée, la Conseillère fédérale a souligné le fait que l’aide au retour des personnes ne remplissant pas les pré-requis pour l’octroi de l’asile constitue une mesure efficace et viable à long terme pour venir à bout de la clandestinité et pour accroître la force de travail des pays à forte émigration. On se souviendra que ce pays africain a connu la tragédie  des guerres civiles et que le processus de transition en vue des premières élections présidentielles démocratiques en 2010 ne s'est pas déroulé sans douleur. On se souviendra aussi du nombre de ressortissants guniéens occupant  illicitement plusieurs zones de la ville, s'y battaient à coups de barres de fer ...

Aider à développer un projet professionnel dans le but d'une ré-installation dans leur pays natal apparaît assurément comme un outil de coopération win-win nécessaire.

 

14:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

C'est pas fini. Encore un petit effort...

Écrit par : patapouff | samedi, 03 décembre 2011

La développement ne peut se faire si la corruption, le pillage de quelques-uns dont la conséquence est d'affamer la majorité de la population continuent ...

La violence sociale va de pair avec la faim. À ce jour, je n'ai jamais counnu de partenariat win-win : c'est toujours les mêmes qui prennent ou qui donnent, qui gagnent ou qui perdent. L'assistanat n'est pas propice à l'action entrepreneuriale. Certes, il est louable d'espérer que la formation professionnelle évitera l'émigration plus subie que choisie, augmenetant les rangs des clandestins mais il est des activitiés plus lucratives que le "tavail honnête".

Félicitation tout de même pour votre courage et le coeur avec lequel vous agissez dans ce problème épineux!

Écrit par : Diogène-la-lanterne | dimanche, 04 décembre 2011

Mark Muller a inauguré les journées civiles et Simonetta Sommaruga, le volet suisse au Palais. Une anecdote au sujet de la langue française pourtant n'a pas été relevée : le Président du Conseil d'Etat genevois a invité l'assemblée à mettre les écouteurs pour la traduction français-anglais alors que les autres interlocuteurs s'exprimaient tous comme poissons dans l'eau dans la langue de Schakespear!

À noter dans l'observatoire de la défense de la langue française dans le giron onusien au nom de la diversité culturelle et linguistique afin que le principe ne soit pas un vain mot!

Faut-il rappeler que l efrançais est la deuxième langue internationale et langue de travail au même titre que l'anglais? (mdr)

Écrit par : salut | mercredi, 07 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.