UA-105021232-1

lundi, 19 décembre 2011

Vaclav Havel : chapeau bas l'artiste!

vaclav-havel.png

 

 

« La fonction présidentielle ne vous condamne pas à mentir ou à affirmer une opinion qui n'est pas la vôtre. Non, mais elle vous oblige à tout formuler dans une langue... officielle. Les discours par exemple que je devais prononcer m'ont causé beaucoup de tourments. En tant qu'écrivain, auparavant maître de mes mots, (...) j'ai du mal à comprendre comment j'ai réussi pendant quinze ans à écrire pratiquement tous les week-ends un discours pour lequel je disposais d'un temps limité de rédaction, alors que personne ne voulait savoir si j'étais inspiré. Il se peut que ce bagne que j'ai vécu constitue l'une des causes de ma difficulté actuelle à écrire. »

 

Ces mots sont ceux d’un dissident devenu président. Témoin d’un siècle en proie à toutes les formes de totalitarisme que toute pensée a désertées, Vaclav Havel aura su renverser l’ordre d’un monde grâce à ses talents d’artiste et de philosophe.

"Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion", s'exclamait l'ascète philosophe Hegel ... En guerre contre la robotisation de la société où la valeur de l’individu dépouillée de son âme n’est réduit qu’à l’utilité de la place qu’il occupe dans une machine à broyer – on reconnaîtra ici la marque d’un autre génie, compatriote – cet homme politique hors du commun, à l’image de l’idéal platonicien du philosophe-roi, aura montré qu’il n’y a de révolution que culturelle. Ayant eu l’honneur de le rencontrer à l’occasion du 50e anniversaire de la Déclaration de l’ONU, je dois avouer qu’il m’a laissé une impression durable au-delà de ses œuvres littéraires, tant l’homme habillait sa pensée de par sa voix profonde. Tout le contraire d’un discours vide récité. Chapeau bas l’artiste !

 

16:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vaclav havel, tchèque, hommage | |  Facebook

Commentaires

Beau texte. Cela fait du bien de voir un politicien à ce niveau préserver sa lucidité.

Merci Micheline.

Écrit par : hommelibre | mardi, 20 décembre 2011

Il est en effet bien rare de "trouver" un utopiste en politique à ce niveau-là. Devenu président presque malgré lui et grâce aux circonstances, ce grand homme a su "libéraliser" l'Europe soviétique.

Son intuition lui faisait douter de l'UE telle quelle :

« Je trouve par exemple que l'Union européenne actuelle est trop matérialiste et technocratique. S'occuper des tarifs douaniers n'est certes pas une tâche inutile. Mais tellement insuffisante. Il manque un souffle politique à l'Europe. Une vraie dimension spirituelle. »

Le travail acharné avait un sens pour lui. À sa manière théâtrale, il fit de la politique, sachant prendre les bonnes décisions; cet homme providentiel avait un mot pour décrire son action :

«L’épreuve réelle d’un homme ne consiste pas dans la façon dont il réalise ce qu’il a décidé de faire, mais dans la façon dont il réalise le rôle que le destin lui a assigné».

Merci Hommelibre! Bonne journée.

Écrit par : Micheline | mardi, 20 décembre 2011

Très bel hommage! Un mot de plus serait superflu. Ciao l'Artiste qui sut tranformer le monde!

Écrit par : salut | mardi, 20 décembre 2011

donc merci pour cet article très intéressant :)

Écrit par : tehomme | dimanche, 25 décembre 2011

En 1989, la chute du Mur de Berlin sonne le glas du communisme. Vaclav Havlev connaît une notoriété incontestable pour faire sa Révolution de velours. Président malgér malgré malgré lui, timide, il accepte la fonction suprême.
L'action et la pensée relèvent de mondes distincts, selon l'auteur de la ERRépublique. Le génie de Havel le Président réside dans le fait d'être en contradiciton avec Hegel, etc. Kafka et Heidegger lui ont insufflé l'idée de se rebiffer contre une société robotisée.

Etrange bonhomme dont on devrait s'inspirer! Lui, le beau blond au regard bleu angélique!

Écrit par : Miam | dimanche, 25 décembre 2011

Vaclav Havel a excellé autant dans les jeux de scène que dans les jeux de pouvoir! Pas évident pour un homme d'esprit! Bravo l'artiste!

Écrit par : Justine | mardi, 27 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.