UA-105021232-1

vendredi, 20 janvier 2012

Droit, morale et politique ...Le monde est-il est-il tombé sur la tête?

640x478_9809_vignette_dilem-durban.jpg

 

Nos institutions ont mal … Le monde à l'envers! Loin de moi l'idée de disserter ici sur les deux derniers scandales qui éclaboussent la république mais force est de constater que la disgrâce l'entâche profondément. Une plainte pénale pendante accable un conseiller d'Etat suite à des coups et blessures, etc (cf. les dernières dépêches). Il est à espérer qu'en vertu de la séparation des pouvoirs, elle sera traitée de manière impartiale, appropriée, (contrairement au comportement incriminé). 

Regrets et/ou demande de pardon semblent un procédé de plus en plus utilisé dans la vie politique. Il rappelle l’injonction de l’ancien président hongrois devenu entre-temps le leader de l’opposition : « Nous avons merdé. » La question qui se pose naturellement est de savoir si ces aveux de faiblesse morale suffisent à absoudre les fautes commises, reconnues publiquement comme telles. « Faute avouée, faute à demi pardonnée », dit le célèbre proverbe … Cette fantasmagorie religieuse doit-elle entrer dans les mœurs au point de faire oublier qu’on attend d’une personnalité aux plus hautes responsabilités une certaine noblesse et une sagesse dans les prises de décisions, dépassant l’intérêt privé, plutôt qu’un comportement de sale gamin chopé les doigts dans la confiture ?

Les citoyens valent pourtant plus que ce genre de mépris …

Etranglés par la cherté de la vie, avec des conditions de travail dignes d’une ère qu’on s'efforce de croire révolue à cause des discours dominants officialisés pour acheter la paix sociale et endormir ainsi les consciences, le manque d’opportunités et de marges de manoeuvre réelles, la pénurie drastique de moyens de logement, ils sont de fait soumis à de graves difficultés dont certains nantis dotés de pouvoirs décisionnels se moquent, du haut de leur arrogance.

"À quoi sert le pouvoir, si ce n'est d'en abuser?", s'interrogeait Machiavel. L'ignorance ni la naïveté ne sont de mise.

 

 

15:30 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

dimanche, 08 janvier 2012

Un ou une ?

gpao-gris.jpg

Une amie d'Afrique de l'Ouest m'a transmis une diatribe remise au goût du jour. Sera-t-elle au goût de tous?

Une enseignante francophone expliquait à sa classe que dans la langue française, les noms, contrairement à l'anglais, sont désignés au masculin et au féminin.
 
  Par exemple : maison est féminin.. une maison ;
  crayon par contre, est masculin...un crayon.
 
  Un élève demanda à l'enseignante de quel genre est donc le nom « ordinateur ».
 
  Au lieu de donner la réponse, l'enseignante a séparé la classe en deux groupes, garçons et filles, leur demandant de décider d'eux-mêmes si ordinateur est masculin ou féminin. Elle a demandé à chaque groupe de donner 4 bonnes raisons pour appuyer sa recommandation.
 
  Les garçons ont décidé à l'unanimité que "ordinateur" est effectivement du genre féminin (une ordinateur) parce que :
 
  1. Personne d'autre que son créateur ne comprend sa logique intérieure;
 
  2. Le langage de base que les ordinateurs utilisent avec d'autres ordinateurs est incompréhensible pour quiconque;
 
  3. Même la plus petite erreur est conservée en mémoire à long terme pour être ramenée à la surface plus tard;
 
  4. Aussitôt que vous utilisez régulièrement une ordinateur, vous vous exposez à dépenser la moitié de votre chèque de paie pour acheter des accessoires pour elle.
 
  Le groupe de filles, toutefois, a conclu que l'ordinateur est de genre masculin parce que :
 
  1. Afin d'accomplir quoi que ce soit avec lui, tu dois l'allumer; 
 
 2. Il est bourré de matériel de base, mais ne peut penser par lui même;

  3. Il est sensé régler beaucoup de problèmes, mais la moitié du temps, c'est lui le problème;
 
  4. Aussitôt que tu en utilises un régulièrement, tu te rends compte que si tu avais attendu un peu, tu aurais obtenu un meilleur modèle.
 
  Les filles ont gagné !
  
  Envoie ce message aux femmes intelligentes que tu connais et aux hommes qui aiment rire..
 

14:33 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

dimanche, 01 janvier 2012

2012 : pourvu qu'elle soit décisive!

BONNE-ANNEE-2012.jpg

« Je ne te souhaite pas la nouvelle année car j’ai vu si peu mes vœux s’accomplir que je te rendrais un mauvais service », aurait-on envie d’écrire à ceux qui nous sont chers, loin des formules de circonstances, à l’instar de l’image volontairement kitch ci-dessus.

12 comme les douze mois de l’année … Sera-t-elle l’ultime si l’on croit le calendrier des Mayas ?

Comme un leitmotiv, le changement d’année s’avère un moment charnière pour contracter de nouvelles résolutions – souvent semblables aux années précédentes – et pour faire des promesses à l’image de vœux pieux.

Côté survie, on apprend - enfin! - que la crise de l'euro, monnaie qui fête ses dix ans, n'empêchera plus d'exporter les produits suisses. Autrement dit, des prix vont baisser suite aux exhortations réitérées ... depuis cet été des distributeurs, et de quelques rares politiques courageux. La déflation n'est heureusement pas au rendez-vous. On peut ainsi rêver payer 2% de moins son électricité et voir ses télécommunications avec ses pays voisins européens baisser de 5 centimes. Les allègements promis à la suite des décisions pour contrecarrer la force du franc suisse sembleraient finalement profiter à l'ensemble de l'économie. 

On pourrait imaginer rationnellement une réduction à long terme des impôts et des taxes (sans vouloir aussitôt les remplacer, évidemment).

Verra-t-on les dénégations et les résiliences en tous genres disparaître pour connaître un monde plus vrai, qui ne soit plus condamné au paraître et aux-faux semblants? Pour l'heure, la seule certitude est que l'année écoulée aura vu s'écrouler le jeu de dupes de trois dictateurs sanglants du Moyen-Orient. Des élections importantes auront lieu l'année à venir (France, Sénégal, USA) et pourraient encore faire changer la face du monde.

Que nos hivers soient moins froids - si l'on en croit les préventocrates du réchauffement climatique - reste plutôt une bonne nouvelle.

À mes lecteurs fidèles et occasionnels,  

Ne marquons au cours de l’an

Que les heures gaies du cadran !

 

 

20:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : nouvel an, 2012 | |  Facebook