UA-105021232-1

mardi, 20 mars 2012

Le racisme, toujours au goût du jour?

On connaît désormais la journée de tout ce à quoi on peut penser. On commémore ainsi la femme, les handicapés, l'enfant, le droit des minorités, les afro-descendants, l'antisémitisme, le sida. Etc, etc, etc. Nous voilà arrivés dans la semaine du racisme. Pour illustrer ce phénomène, voici une histoire vraie de racisme, actuelle, frisant la blague de l'arroseur-arrosé (tirée du site www.bladi.net).

arton894.jpg

 

« La scène qui suit a eu lieu dans un vol de la compagnie British Airways entre Johannesburg et Londres.:

Une femme blanche, d'environ cinquante ans, s'assied à côté d'un Noir. Visiblement perturbée, elle appelle l'hôtesse de l'air :

- Quel est votre problème, Madame ? Demande l'hôtesse.
- Mais vous ne le voyez pas donc pas ? Répond la dame. Vous m'avez placée à côté d'un Noir. Je
ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres dégoûtants. Donnez-moi un autre siège.
- S'il vous plaît, calmez-vous, dit l'hôtesse. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je
vais voir s'il y a une place disponible.

L'hôtesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard :

- Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans la classe économique. J'ai parlé au commandant et il m'a confirmé qu'il n'y a plus de place dans la classe exécutive. Toutefois, nous avons
encore une place en première classe.

Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hôtesse de l'air continue :

- Il est tout à fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne de classe économique de s'asseoir en première classe. Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger quelqu'un à s'asseoir à côté d'une personne aussi répugnante.

Et s'adressant au noir, l'hôtesse lui dit :

- Donc, Monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage à main car un siège en première classe vous attend.
Et tous les passagers autour, qui, choqués, assistaient à la scène, se levèrent et applaudirent ... »

 

Nier les faits de racisme, ordinaires autant que codés, serait aussi stupide que criminel. Ces sortes de rejet ou de discrimination presque convenue doivent être évidemment combattues avec force et conviction.  Mais il reste que le racisme est souvent reconnu dans un seul sens. L'historiette racontée ici le montre encore une fois ... Elle a le mérite de ressembler aux images révulsantes que nous avons tous en tête, imprimées des films et documentaires des années '60-'70 sur l'apartheid vécu dans plusieurs pays. 

La question reste de savoir s'il faut retourner sans cesse le couteau dans la plaie et raviver des ressentiments qu'entretiennent ces actions entre générations qui ne sont pas ou plus impliquées dans ces rejets primaires envers la différence physique et l'ordre social d'un temps. On remarque des instrumentalisations a contrario aujourd'hui qui ne sont pas plus intelligentes ni plus respectables, qui assurent même des promotions sociales et professionnelles. Certes, beaucoup d'argent et de carrières dépendent de ce genre de culpabilisation ...

 

Micheline PACE

 

 

12:49 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Merci beaucoup, Micheline, pour cette très jolie histoire!
J'ajouterais aussi que le racisme ne concerne pas seulement des problèmes de race mais tout ce qui différencie deux êtres humain. Déjà, par exemple, deux milieux sociaux différents ou deux milieux culturels distincts ou encore deux milieux scolaires comme celui d'une formation manuelle et d'une formation universitaire.

Écrit par : Marie-France de Meuron | mardi, 20 mars 2012

Quel humour noir pour un sujet si sensible! On pourrait à l'heure d'aujourd'hi aussi montrer comment cette victimisation sert les intérêts sert certaines carrières individuelles et combien d'argent est dépensé pour tourner le couteau dans la plaie, avec des programmes tels que Durban II, et autres Conférences commémoratives sur cette honteuse tragédie, gardant en éveil ce ressentiment chez les générations postérieures.

Pascal Bruckner a raison de taper du poing sur cette culpabilisation après-coup.

Bonne journée, quand même!

Écrit par : Judith | mercredi, 21 mars 2012

C'est très intéressant., merci pour l'information

Écrit par : sildenafil | jeudi, 22 mars 2012

Non, non et no! ce racisme est surfait! En tant que coopérant, j'ai eu à subir le racisme anti-blanc dans un groupe de Noirs Africains sous prétexte qu'il y a quelques siècles ... Ce ne'st pas drôle.

L'instrumentalisation existe bel et bien.

Les richissimes de ces pays par nos deniers n'en ont que faire et nous exploitent comme les négriers de l'époque que l'on compte parmi les notables de leur pays.

Cessons cet angélisme!

La porte du non retour reste un symbole marqué au patrimoine mondial de l'UNESCO mais arrêtons de culpabilser! Je n'y peux rien et cette tâche dans l'histoire ne doit pas m'affecter dans mes rapports avec l'autre, surtout quand il en profite à sa gusie pour sa carrière.

Même dans l'administration genevois, on n'ose pas dire à un basané qu'il travaille mal de peur d'être affublé d'un procès pour racisme. Où va-t-on?

N'alimentons plus ce genre de ressentiment déplaclé!

Bonne soirée!
.

Écrit par : Markus | mardi, 17 avril 2012

Les commentaires sont fermés.