mercredi, 24 octobre 2012

Le Colonel Kadhafi mort il y a 1 an

kadhafi_02.jpgIl y a un an disparaissait le Colonel Muammar Kadhafi après 42 ans d’une effrayante dictature. «Nous attendions ce moment depuis longtemps», a ajouté Abdel Hafez Ghoga, le porte-parole officiel du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi. «C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin», s'était-il renchérit. L’homme qui traitait son peuple de rat est mort comme il a vécu.

L'aviation française a participé à l'interception du convoi du dictateur en fuite et un drone américain Predator avait ouvert le feu contre le convoi.

Le jeu des « responsabilités » est ouvert pour savoir qui, quoi, comment initie la mission.

Tout avait commencé à Genève avec l’affaire d’Hannibal Kadhafi, ce qui fut suivi par la prise des deux otages suisses. Celui-ci ne se gêna pas d’appeler à jeter au lac la Ministre des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, sortie vainqueur de ce combat hallucinant, en ramenant les deux hommes chez eux. On se souviendra ou pas que le « roi des rois d’Afrique » implorait, à l’occasion du G8 réuni à l’Aquila après le séisme (dont les scientifiques viennent d’être condamnés à la prison ferme), la communauté internationale de rayer la Suisse de la carte et ses régions réparties entre ses voisins (requête devant l’assemblée générale de l’ONU de septembre 2010).

L’ex-dictateur renfermait toute la folie des grandeurs, nourrie par un désir de puissance sans frein. Annick Cojean, reporteur au Monde révèle enfin dans Les Proies, dans le harem de Kadhafi que l’humiliation sexuelle était pratiquée de manière systématique ; le viol constituait une arme de pouvoir indéniable.

Le mépris installé, on peut que souhaiter sans naïveté qu’un nouveau destin s’ouvre au peuple lybien. Aujourd’hui, le tribunal de Marseille juge une affaire de proxénétisme de luxe sur la Côte d’Azur dans laquelle était impliqué un autre fils du leader maximo déchu, Moatassem, tué en même temps que lui.

Faute de pouvoir juger les coupables de crimes de guerre et contre l'humanité, les déballements serviront peut-être les intérêts de futurs doctorants ou constitueront-ils des éléments de prédictibilité dans les domaines du pouvoir? 

22:09 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Tout le monde oublie très vite. Dommage que toutes les choses soient classées ainsi. Merci de nous rappeler ce tristisssime épisode avec la Lybie et la chute d'une dictature n'est pas vaine. Il en aura fallu de la sueur et des larmes pour mettre fin à un tel régime totalitaire... Les otages suisses sont sauvés mais il y en a tant d'autres au Mali, au Nigeria, etc, Quand je repense au peu de gens rassemblés sur la Place des Nations pour eux, ça e fait encore froid dans le dos. Le Colonel K. a été repréré comme un rat sortant de sa bouche d'égoût - n'a-t-il pas traité son peuple de rat? - et certains lui ont mis dans le cul un truc en se référant aux humiliations sexuelles infligées aux femmes et à certains de ses ministres qui n'ont jamais osé parler.
Les fils continunent à rôder librement. Seront-ils jugés?
Bonne soirée!

Écrit par : Aïcha | vendredi, 26 octobre 2012

http://www.lefigaro.fr/videos/player-video.php?bctid=1229084628001

La mémoire individuelle oublie vite mais l'histoire prend le dessus. Dans cette vidéo (ci-dessus), on assiste aux derniers instants du dictateur déchu, entraînant la mort aussi d'un de ses fils, Moatassem.

Al-Islam coule des jours tranquilles dans son pays. La tentative du TPI de le faire extrader pour le juger a échoué. Celui qui était pressenti comme le successeur de son père détient toutes les clés et son pays ne peut pas se passer de lui si facilement. Il vivrait à l'air libre au lieu d'être emprisonné, au moins chez lui.

La soeur, bien goalée, s'est exilée en Algérie.

Un autre fils s'est fait passer pour mort cinq fois mais il a été retrouvé dans un pays africain voisin, d'après un journal tchadien.

Elles ont été enlevées, battues et violées par le colonel Mouammar Kadhafi. Annick Cojean, grand reporter au journal "Le Monde", a consigné leurs témoignages dans son livre "Les Proies, dans le harem de Kadhafi

Écrit par : Al-A | dimanche, 28 octobre 2012

C'était le 21 décembre 1988. On commémore le drame du Lockerbie aujourd'hui dans les deux côté de l'Antlantique.

Un Boeing 747 de la Pan Am, assurant la liaison Londres-New York, explosait au-dessus du village Lockerbie, en Ecosse, 38 minutes après son décollage. Les Américains étaient visés. Les 259 passagers ont été tués ainsi que 11 Ecossais.

A cette occasion, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Libye demandent encore que toute la lumière soit faite sur cet attentat terroriste parmi les plus terribles.

On sait qu'un seul homme a été inculpé, portant ainsi le chapeau de toute l'opération, dont le soutien logistique et financier fut assuré par une grande banque suisse. Il fut libéré trois ans avant sa mort pour cause de maladie.

Le père de S.A.S en a fait un best-seller en cette année 2013, 25 ans après, l'avant-dernier numéro avant de disparaître : "Les fantômes de Lockerbie tuent encore".

Écrit par : Salomé | samedi, 21 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.