UA-105021232-1

lundi, 18 février 2013

L'ex-otage suisse en Lybie a gagné devant la justice contre l'ultime intimidation

 

 Qui aime la liberté aime autrui. Qui aime le pouvoir n'aime que lui.

(William Hazlitt

 

L’ex-otage suisse en Libye Rachid Hamdani, libéré 2010, quatre mois avant son compagnon d’infortune, Max Göldi, a gagné au tribunal de Nyon, contre une sommation de payer un montant de 140'000 dollars de la part de son avocat lybien, Me Saleh Zahaf, qui rétorquait avoir risqué sa vie pour le défendre et que sans son aide, il finirait croupir dans les géôles lybiennes, tout en se basant « juridiquement » sur l’accord signé par l’ex-otage, sous la contrainte.

1364717545.jpg

La manipulation de l’avocat lybien n’aura pas connu grâce aux yeux des juges vaudois, d’autant que ce dernier devra s’acquitter également de 3000 francs de dépens.

Nos institutions ne se sont pas laissé intimider, ni humilier en succombant à des prétendus préjugés multiculturels à deux balles. L’Etat lybien voulait se venger de l’arrestation justifiée du fils de son feu leader maximo, Hannibal Khadafi.

Il faut souhaiter à Rachid Hamdani qu'il ait fini de payer une dette pour l'absence d'une quelconque faute, si ce n'est celle d'avoir été au mauvais moment au mauvais endroit! 

 

 

16:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.