vendredi, 08 mars 2013

Vive la Journée de la Femme!

journee-femme-humour-homo.jpg

Encore une Journée de la Femme ! Comme chaque année, elle est revenue telle un rituel ou une litanie récurrente. Le but affiché est de mettre sur le podium une icône que les actes s’empresseront de fouler aux pieds, en renversant les positions selon un trait culturel bien ancré qui voudrait que les derniers soient les premiers (forme épicène), les sans noms deviennent des modèles, les Cendrillon les princesses.

Certes, la lutte pour la reconnaissance, synonyme d’une lutte pour la survie, en termes hégéliens, fut longue et ardue. Loin d’avoir atteint l’objectif de la parité du point de vue économique, condition sine qua non pour actionner des leviers psychologiques nécessaires au choix, au respect, au pouvoir décisionnel pour garantir ses libertés publiques ou simplement pour se réinventer selon les situations données, elle signifie quelque chose pour les femmes dans les pays arabes d’après la révolution, où les droits fondamentaux sont bafoués jusque dans le texte proposé pour une nouvelle constitution, les reléguant à l’état de res, où l’on préfère parler des femmes plutôt qu’aux femmes.

Des bouquins sortent à cette occasion, des débats s’organisent à cette date dans toutes les instances, des discours sont livrés dans l’enceinte de quelqu’officine qui ne servent que les intérêts de ceux qui les prodiguent sans aucune intention de modifier l’impact de la réalité. Entre vœux pieux et recommandations bidons dictées par des larmes de crocodiles, la femme sans statut particulier du à des circonstances indépendantes de sa volonté est toujours chosifiée, objet de discussion, sujet de thèse, dont la parole peine à se faire entendre. C’est pourquoi il faut célébrer sans relâche une Journée de la Femme. Vive le 8 mars !

 

11:34 | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

Du pain et des roses ! C'est vrai qu'aujourd'hui que le pain est à la farine de cheval et les roses produites au Kenya par des travailleurs dont l'âge moyen est 6 ans, le 8 mars vous a pris une de ces drôles de gueule...

Écrit par : Géo | vendredi, 08 mars 2013

On peut s'interroger sur l'opportunité d'une journée dédiée à la femme, pourquoi n'est ce pas chaque jours !?
Pour assurer son Salut, l'homme s'est créé un monde avec un Dieu dans les religions monothéistes. Un monde délirant dans lequel Dieu est le chef de l'homme et l'homme est...le chef de la femme.
Il est bien d'y réfléchir une fois par année, le 8 mars !...

Écrit par : GHP | vendredi, 08 mars 2013

Vous oubliez celles - et elles sont nombreuses - qui portent le pantalon dans leur couple!

Écrit par : Patoucha | samedi, 27 avril 2013

@Geo : quelques roses et beaucoup d'épines ... vous voyez à quel funeste destin vous avez échappé ... merci pour cette reconnaissance! Le "statut" des femmes (à l'instar de celui des enfants, étymologiquement "infans", qui signifie "sans parole") révèle sa chosification.

@GHP : la Journée du cheval sera la bienvenue par les temps qui courent ... En effet, la Journée de la Femme est une ineptie car elle montre bien qu'il y a problème pour la distinguer ainsi ... Moche de constater les différences aussi criantes de niveau économiques et ... d'opportunités. S'il y avait respect de la femme, on n'aurait pas besoin d'une telle célébration.

Sur ce, bonne soirée à tous!

Écrit par : Micheline P. | vendredi, 08 mars 2013

Une journée comme les autres....

Pour que la journée de la femme soit un retentissement, il aurait fallu que celles-ci descendent dans la rue par millions. Ce n'est pas le cas. Donc, à part l'hypocrisie d'une majorité de femmes aidées par celle des hommes, ce n'est pas demain que la "ménagère" sortira de son statut de: "ménagère" mot anti-femme employé par les hommes et les femmes!

Dieu reste le dieu homme, maître de la femme voir son tortionnaire. Ce statut à l'air de convenir?

Écrit par : Pierre NOËL | vendredi, 08 mars 2013

oui c est une malheureuse journée pour nous les femmes .... cela ne va pas empecher à certaine de prendre des coups .....personnelement j ai été
gatée.....j "ai vraiment appreciée.....je le mérite......

Écrit par : dany lemaitre | vendredi, 08 mars 2013

On lève le voile sur les exactions infligées aux femmes. Certaines affirment pourtant leur désaccord en affichant leur nudité, d'autres souhaitent se protéger en infantilisant des comportements dont on voudrait s'affranchir.

Nous devons tous combattre, hommes et femmes, pour un modus vivendi.

Écrit par : Aïcha | vendredi, 08 mars 2013

Micheline, le 8 mars un air provocateur me titillait. Ci-après, les paroles et une explication :

Femme Libérée

Elle est abonnée á Marie Claire
Dans L'nouvel Ob's elle ne lit que Brétécher
Le monde y a longtemps qu'elle fait plus semblant
Elle a acheté Match en cachette c'est bien plus marrant

Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile (2 x)

Au fond de son lit un macho s'endort
Qui ne l'aimera pas plus loin que l'aurore
Mais elle s'en fout, elle s'éclate quand máªme
Et lui ronronne des tonnes de "je t'aime"

Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile (2 x)

Sa premiá¨re ride lui fait du souci
Le reflet du miroir pá¨se sur sa vie
Elle rentre son ventre á chaque fois qu'elle sort
Máªme dans "Elle" ils disent qu'il faut faire des efforts


Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile (2 x)

Elle fume beaucoup elle a des avis sur tout
Elle aime raconter qu'elle sait changer une roue
Elle avoue son á¢ge celui de ses enfants
Et goá»te máªme un p'tit joint de temps en temps

Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile (ad libitum)

Commentaires explicatifs tirés de Wikipédia

Écrite en 1984 par Joëlle Kopf et Christian Dingler, chez EMI, cette chanson, d'une durée de 3' 42", a connu un grand succès dans les années 1980.

Ce titre, commercialisé le 1er juillet 1984, s'inscrit dans le contexte d'une époque marquée par l'émergence de chansons de variété légères qui raillent quelques thèmes de société en vogue. D'après Élia Habib, spécialiste des classements musicaux français, ce titre « enferm[e] [les femmes libérées] avec une tendre ironie dans un archétype caricatural », à une époque où « le look prend de l'importance et qui fait que l'on est "chébran" ou pas »

Amitiés

Écrit par : Hypolithe | dimanche, 10 mars 2013

Bonjour Hypolithe, a libération sexuelle n'est qu'un infime apsect de la problématique soulevée et dépend étroitement des inégalités sociales et économiques. Cette célébrissime chansonnette est un peu ironique avec son ton moqueur.

Une réflexion de la journaliste Myret Zaki est plus relevante que ces mots quelque peu machiste (malgré son ton badin)

in "Le féminisme ne me suffit pas
| 11 mars 2013 | Myret Zaki

Je ne me suis jamais sentie féministe, pour une raison simple. Je me considère comme un être humain avant d’être une femme. Et je considère les autres femmes comme des êtres humains d’abord, et comme des femmes ensuite. Etre une femme ne me définit qu’en deuxième lieu. Les droits que je défends sont ceux de tout le spectre humain. C’est par ce chemin, à mon sens, que l’on accède aux droits des femmes, parce qu’il est le chemin des droits de l’humain.

Le féminisme, événement historique indispensable au progrès de la société comme toutes les guerres de libération et d’émancipation, comporte, dans sa version plus établie, un défaut: celui de limiter la lutte contre les inégalités à une catégorie de personnes. Dès lors, le risque est de se prétendre féministe au seul motif qu’on est femme, tout en n’ayant cure des autres inégalités et discriminations. Cela n’en fait pas une démarche désintéressée, exactement comme ceux qui, trop souvent, se prétendent communistes durant leur précaire jeunesse mais qui, dès qu’ils goûtent au succès matériel et tutoient leurs puissants ennemis d’hier, jettent leurs "idéaux" par la fenêtre et affichent le conservatisme le plus méprisant envers les moins favorisés. J’ai déjà vu une féministe convaincue qui supportait mal la présence d’un handicapé. A quoi se résume son combat? N’est pas plus féministe et antiraciste une femme noire qui ferait de ces deux causes ses uniques causes, parce que cela avance ses intérêts, tout en se moquant des autres formes de ségrégation.

Le féminisme est pur égoïsme s’il ne rejoint pas le combat plus large contre toutes les inégalités et discriminations. Car une fois sa quête réussie, ce féminisme étroit se muerait en l’élitisme d’un cercle de privilégiées qui exclurait d'autres femmes/d'autres hommes. Cela nous ramène au postulat essentiel: les femmes sont des êtres humains comme les autres, et leur victoire spécifique, comme celle de bien des «ismes», n’est pas la victoire de l’humanité. Dès lors, pour qu’avancent les intérêts particuliers des femmes, il est fondamental aujourd’hui, quelle que soit la position que l’on occupe (femme ou homme, privilégié ou non), d’agir d’abord au service des droits universels et inaliénables, action qui se place au plan de l’humain, celui qui nous réunit tous.

Et à vrai dire, les injustices sont si multiples, que pour ma part je n’ai jamais eu le temps d’être féministe: inégalités entre les races, entre les riches et les pauvres, entre les beaux et les laids, les instruits et les moins qualifiés, les jeunes et les plus âgés, les bien portants et les invalides, les «génies» de la finance et le reste de la planète salariée. Sans compter que les hommes aussi ont des droits à gagner à l’ère de la réciprocité, eux qui revendiquent désormais des territoires jadis exclusivement féminins dans le cadre de la vie de couple, de l’exercice de la parenté, et des modalités du divorce.

En conclusion, le féminisme est vulnérable à l’imposture du «isme» de la part de celles qui le professent à la façon d’un chauvinisme. S’employer à militer pour le féminisme peut empêcher la femme d’être cela même auquel le féminisme aspire. Mieux vaut être le féminisme que le promouvoir; l’englober plutôt que le différencier; inspirer (femmes et hommes) par l’action universelle plus que par la revendication spécifique; développer en soi les qualités d’une personne digne, entre autres, de rehausser l’image de toutes les femmes si l’on se trouve être une femme. Et dans cette réalisation, élever les intérêts humains les plus larges avec soi.

Ce texte est paru dans le Petit Traité de Désobéissance Féministe, de Stéphanie Pahud, publié en avril 2011 aux éditions Arttesia."

Au plaisir! Amitiés

Écrit par : Micheline P. | lundi, 11 mars 2013

Merci de partager vos expériences, c'est très intéressant

Écrit par : kamagra | samedi, 20 avril 2013

@ kamagra : merci pour votre clin d'oeil!!! Le souvenir le plus prégnant de cette journée de la femme fut un père qui somma sa fillette de se défendre et de s'affirmer. Il s'exclamait, en aparté, que son garçon savait toujours ce qu'il voulait alors que la petite se laissait faire, s'adaptait pour ne pas faire d'histoire et ... attirer l'affection ou la protection d'autrui. Joli, non?!
Bonne soirée à vous!

Écrit par : Micheline P. | lundi, 22 avril 2013

Bonsoir Patoucha! Merci pour ce clin d'oeil. (Un problème technique a fait que votre nom est publié mais ... sans le commentaire, que je retranscris ici.)

Sans quiproquo, on pourrait chanter avec Souchon "sous les jupes" ...


"Vous oubliez celles - et elles sont nombreuses - qui portent le pantalon dans leur couple!" Ce commentaire a été posté par Patoucha.

Écrit par : Micheline P. | dimanche, 28 avril 2013

Bonsoir Micheline,

Ce commentaire est bien passé en réponse à GHP "..et l'homme est...le chef de la femme." Il y a donc erreur de commentaire à moins que le 2ème ne soit pas passé!

Bonne fin de soirée.

PS: Femmes, mettez-vous en grève... ou faites barrière avec la pilule contraceptive ainsi vous serez LE chef de l'homme - je laisse le féminin aux féministes - car plus d'enfants plus de bébés mâles et plus... personne! même les homos ne pourront plus prétendre à l'adoption. Lol!

Vive LES journées de la femme :))))))))

Écrit par : Patoucha | dimanche, 28 avril 2013

Bonsoir tous,

Micheline, je suis un de ceux qui prétend que les femmes doivent prendre le pouvoir. Les hommes politiques sont devenus des dinosaures en pensant que la science infuse leur appartient, qu'ils ont l'avenir devant eux! Erreur.

Prenez le ce pouvoir; car après dix milles ans de bestialité, contemplez le désastre. Avec leurs idéaux de roitelets, leurs religions pour homme et tant de massacres, nous allons nous retrouver comme nos ancêtres, à tailler le silex et troquer nos butins de guerre: l'or, l'argent, (physique) les femmes et les enfants. Sauf en Suisse, ou la vie est un long fleuve tranquille....

Au nom du père, du fils, de la mère, vive l'intelligence de la femme! Amen.

Là on ne fait pas de croix, mais un cercle! Bye...

Écrit par : Pierre NOËL | lundi, 29 avril 2013

Un Saint esprit que Pierre NOËL :)

Écrit par : Patoucha | mercredi, 01 mai 2013

@ Pierre Noël : Un chaud merci pour cette exhortation. Vous pointez le doigt sur le problème. Bon, tout le monde n'a pas le même caractère et c'est là que le bât blesse ... Il y a des femmes - et des hommes - qui ont beaucoup de compétences, de capacités à forte valeur ajoutée, des résultats mais qui n'ont pas le profil psychologique à l'oeuvre dans les jeux de pouvoir ... Blague à part, travailler en bonne intelligence ne suffit pas pour être reconnu (e) et obtenir ce que l'on mérite. Il n'y a pas pire peut-être que notre triste condition humaine, me direz-vous!

Hier soir, j'ai assisté au grand débat public sur ce thème "les femmes dans l'arène publique" où sémillant, charismatique et très doué le Conseiller d'Etat Maudet, en charge autant de la Sécurité que du service de la promotion égalité homme-femme a fait un exposé magistral dans ce sens en affichant la volonté politique, en présence de journalistes. C'est une bonne chose; heureusement, que de telles questions sont débattues publiquement.

Il ne faut jamais relâcher l'effort ... même dans notre pays, qui n'est pas forcément un long fleuve tranquille car tout est réglé comme du papier à musique, catégorisé, sans laisser un peu de marge de manoeuvre, de créativité où la valeur du travail aurait la place prépondérante.

En plus de la célèbre citation de Sacha Guitry, on pourrait rajouter le bon mot d'Alphonse Toussenel, en ces jours du Salon du livre et de la Presse :"La femme est la poésie, l'homme la prose."

Enfin, heureusement que des esprits comme le vôtre existent ...

Belle et méditative journée à vous!

Écrit par : Micheline P. | mercredi, 01 mai 2013

Wouaouh quelle plume Micheline! :)

Écrit par : Patoucha | mercredi, 01 mai 2013

":"La femme est la poésie, l'homme la prose."

Très poétique mais je préfère: " L'avenir de l'homme est la femme" de Louis Aragon et encore plus sonnant : "La femme EST l'avenir de l'homme" de Jean Ferrat.

Bonne soirée

Écrit par : Patoucha | mercredi, 01 mai 2013

Parfois, le pouvoir se trouve ailleurs ... Si savoir, c'est pouvoir, alors, on peut déduire que détenir des informations vaut mieux que certaines fonctions où l'on a tout pouvoir tout en étant pieds, poings liés, d'où l'on ne voit rien tant l'obnulation de la toute-puissance, on en devient, lâche, très lâche.

Des exemples?

Écrit par : crak-crak | mercredi, 01 mai 2013

"Des exemples?"

Pas contre :)

Écrit par : Patoucha | mercredi, 01 mai 2013

Patoucha, ne saviez-vous pas qu'en politique, les femmes, comme les lois, c'est fait pour être violées ???

Les femmes ont un pouvoir qui se réside dans son charme; son pouvoir de séduction aide à convaincre, bien plus que tous les argumentaires.

Cherchez l'erreur!

Écrit par : crak-crak | mercredi, 01 mai 2013

Des exemples, Patoucha? On n'introduit pas une femme comme on introduit un homme ... Le mode de cooptation différent ne donne pas les mêmes chances. Bon dimanche!

Écrit par : crak-crak | dimanche, 05 mai 2013

Les commentaires sont fermés.