mercredi, 15 mai 2013

L'horreur, l'indicible ...

Les mots manquent. Comment appréhender l’innommable ? Le corps de la petite Marie, disparue à Payerne depuis quelques jours, a été retrouvé sans vie …

Le criminel, déjà condamné, soumis aux arrêts domiciliaires, a été pris par la police vaudoise et fribourgeoise, hier, près de Vuisternens-devant-Romont (FR), suite à une course poursuite. Le bracelet électronique a-t-il servi à quelque chose ? La liberté conditionnelle pour des récidivistes a-t-elle encore un sens ?

 

Les décideurs de cette liberté devraient être désignés et sanctionnés fermement. Il y a bel et bien défaillances dans le système dans ce cas et il faut espérer que ne s’enclenche pas simplement une recherche des responsabilités – si telle est la volonté officielle - où l’on joue à faire porter le chapeau au pion de service, sans pouvoir décisionnel, ce pour se débarrasser de la patate chaude …

 

Les lois existent pourtant.  Elles ne demandent qu’à être appliquées. Le dispositif est là, avec ses procédures internes avérées. On se souvient que le 8 février 2004, la vox populi avait plébiscité l’initiative populaire "Internement à vie pour les délinquants sexuels ou violents jugés dangereux et non amendables", donnant vie ainsi au nouvel art. 123a de la Constitution fédérale, suite à la décision de ne pas libérer le sadique de Romont, basée sur la pression d’associations craignant sa libération une fois la peine exécutée, vingt ans après les faits.

L’internement à vie dans les cas de dangereux prédateurs est prévu formellement dans la loi. Notre société mérite que ce droit de se protéger d’individus qui ont fait le choix de ne plus faire partie de l’humanité soit réel. Nous avons tout en main pour que ce genre d’horreur ne se perpétue pas. Et ce n’est pas l’angélisme qui est demandé ici.

13:25 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Les salopards savent se protéger, et personne ne met en cause leur anonymat :
http://www.vd.ch/themes/securite/penitentiaire/etablissements-penitentiaires/partenaires-et-interlocuteurs/juges-dapplication-des-peines-jap/

Écrit par : Géo | mercredi, 15 mai 2013

À chacun son dû! C'est à l'esprit généreux et libertaire des courants de gauche qu'il revient l'honneur d'avoir freiné et aboli les usages moyenâgeux de cette chrétienté qui emprisonnait ceux qui enfreignaient la loi. Et qu'il leur appliquait des conditions digne d'un bagne. C'est la gauche qui s'est battu et qui se bat toujours pour qu'une aide sociale, si nécessaire aux victimes de la violence capitaliste, soit accordée aux prisonniers. Car ce sont eux les vraies victimes!

Écrit par : Jojakim Raya | mercredi, 15 mai 2013

Les rois et seigneurs dieux de la chrétienté, aidés de leurs ouailles, ont décidé que -seul dieu disposait de la vie et de la mort. Ce faisant, ces hypocrites ont remplacé celle-ci par la prison avec: repas assuré, télé, portable, chauffage, salles de musculation etc.

Par contre ces mêmes seigneurs, ne s'interdisent pas de tuer ou de laisser massacrer, laisser mourir de faim des gamins, entre autres.

Il paraît qu'un jour sur terre il ni aura plus de guerres, de meurtres, de viols tout le monde il sera beau et gentil. (A l'Est d'EDEN) Très bien!

En attendant il faut rétablir la peine de mort; ensuite, on verra si le dieu hibou ainsi que ses ouailles et adorateurs font bien leur travail.

Bonne soirée Micheline...

Écrit par : Pierre NOËL | mercredi, 15 mai 2013

JE ne comprends plus l homme et ses pulsions ....castrer l homme devient indispensable ....c est une pratique courante pour les chiens...
la dame de HTE SAVOIE

Écrit par : dany lemaitre | mercredi, 15 mai 2013

Voyons! Soyons compassifs! Ce pauvre homme dans un moment d'égarement s'est laissé emporter par ses pulsions, mais, faut-il qu'il paye par une privation de liberté qui lui est si pénible? Il doit être sans douté soigné par un psychiatre, dans son domicile. Et l'État doit pourvoir à ses besoins, car c'est sans doute la société qui est in fine la grande coupable. Il est donc juste qu'elle paie.

Écrit par : Jojakim Raya | mercredi, 15 mai 2013

Les "experts" ont-ils trop de pouvoirs en matière de mesures de liberté pour les délinquants sexuels?

Écrit par : GHP | jeudi, 16 mai 2013

L'émotion est grande. Le rassemblement aujourd'hui autour de la famille de Marie montre une stupéfaction. On se souvient du prénommé "sadique de Romont" qui répétait qu'il ne pensait qu'à ça jusqu'au fond d'une cellule de prison, et que ce serait la première qu'il ferait dès la sortie, une fois la peine purgée.

Le meurtre suivi du viol de Marie est un scandale, qu'on aurait pu éviter, si les responsables de la libération conditionnelle du prédateur avaient été plus responsabées.

R.I.P. Marie! Encore un ange ...

Écrit par : salut | samedi, 18 mai 2013

Demain, s'ouvrira le procès. L'émission "Mise au point" a mis en lumière le profil du récidiviste Claude Dubois, présumé. Il est important que la Justice vaudoise détermine les responsabilités de tous ceux qui ont eu à traiter le dossier et décidé de sa liberté conditionnelle.

Pensons aussi, dans cette macabre histoire, aux policiers, qui l'ont coffré une première fois et qui se retrouvent dans une course poursuite à l'arrêter une nouvelle fois pour des faits similaires! Ils doivent tout retournés, dégoûtés, devant tant de laxisme.

Écrit par : Diogène-la-lanterne | dimanche, 26 mai 2013

Le prévenu devrait être interné à VIE!! C'est une bonne nouvelle, enfin. De telles horreurs pourraient être évitées et il est important que la justice ne cède à l'angélisme avec ce genre d'individus.

Écrit par : Philippe B. | jeudi, 22 août 2013

J'ai une pensée particulière pour les policiers qui ont retrouvé le corps de Marie, violée et tuée par un récidiviste. Ils ont aussi un coeur et leur sens des responsabilités pour assurer la sécurité des citoyens doit être blessé quand on voit à quel point leur boulot est contrefait par celui de la justice dans certains cas.

Écrit par : Cédric D. | vendredi, 06 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.