UA-105021232-1

dimanche, 01 septembre 2013

Le play-boy de la diplomatie sous enquête

Boillon.jpg

 

 

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans les milieux feutrés où l’omerta est souvent de mise. L’art de tourner autour du pot, d’esquiver, de ne rien lâcher tout en tirant la couverture à soi, de nier des faits, de donner raison ou tort selon le statut de l’interlocuteur n’aura pas suffi pour étouffer l’affaire. Les temps changeraient-ils ?

Boris Boillon, ex-ambassadeur de France à Tunis, proche de Sarkozy  a été interpellé par la douane française, à la gare du Nord, avec 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide. Il était sur le point de prendre place dans le Thalys en direction de la capitale belge où désormais il a pris ses quartiers en tant que consultant.

Sans pièce d’identité ni téléphone portable mais trois cartes bleues à son nom, son ex-Excellence a le plus simplement du monde expliqué que cette coquette somme d’argent provenait de ses mandats en Irak où il avait été ambassadeur avant son fracassant périple tunisien et était destiné à alimenter sa boîte de consulting fraîchement créée.

Son passage en Tunisie n’était pas passé inaperçu. Tout le monde s’en souvient. Nommé à ce poste pour sa maîtrise de l’arabe juste après la chute de Ben Ali  dans le but de minimiser les complicités françaises avec l’ancien régime, il avait insulté des journalistes tunisiens en traitant les questions de débiles et avait averti qu’il ne tomberait pas pour si peu.

L’arrogance et l’usage outrancier des privilèges liées à sa fonction ne connaissaient pas de limite. Déjà détesté par la population tunisienne, qui avait brandi une pancarte « Dégage ! » devant l’Ambassade de France, il ne se gênait pas de confondre les genres, se faisant passer pour le James Bond de la diplomatie dans un média tunisien ou se faisant photographier en maillot de bain, le corps sculpté et bien huilé, qui lui avait valu le qualificatif de « Sarkobody » par Marie Le Pen.

Heureusement, l’audition ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd. Une enquête est ouverte pour faire toute la lumière sur cet argent itinérant du play-boy en fuite. L’article 464 du code des douanes interdit le transfert d’une somme supérieure à 10 000 euros dans un autre pays européen sans déclaration préalable. En cas d’infraction, l’amende peut aller jusqu’au quart de la somme saisie. Il serait judicieux de voir si un tel comportement ne s’est pas produit auparavant … L’ancien diplomate que Khadafi surnommait « mon fils » et qui le lui rendait bien en le défendant devant les caméras, arguant que tout le monde avait le droit de se tromper et au rachat, se trouve de toutes façons sans de sales draps. Gageons que la justice fasse son travail avec impartialité, sans complaisance.

22:18 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Un brin d'humour chère Micheline

Seriez-vous tombée sous le charme de cet ex-ambassadeur pour lui consacrer tout un article?

C'est vrai que c'est un bel homme et qu'il ferait le bonheur de certaines larguées du lundi.

Écrit par : Hypolithe | lundi, 02 septembre 2013

@ Hypolithe : j'adore votre humour comme d'hab' ! Rassurez-vous, je me fiche éperdument de la plastique du mec en question; je tente juste de décrier les comportements déplacés, la grossièreté de la personne en contraste avec l'honneur de sa fonction. Dommage que parfois le ridicule ne tue pas ...

L'important dans cette histoire en passe de devenir une affaire Boillon (presque sans précédent)dans le milieu.

Les détournements d'argent sont au coeur de cette histoire. Il faut espérer que l'enquête se fasse sans intimidation et sans pression. Le statut de cette fonction permet beaucoup. Souvent, les diplomates se prennent pour les maîtres du monde; ils peuvent faire ce qu'ils veulent même les pires saloperies qui communément seraient sanctionnées. Dans ce cas, ce qui sera - enfin - intéressant de révéler est comment est affecté l'argent de la coopération internationale, comment est acheminé l'argent de certains ministres vers un pays étranger en passant par l'ambassadeur; bref, les détournements et l'évasion fiscale doivent être punis sévèrement tant sur le plan administratif que pénal, notamment quand ils sont commis par des autorités qui ne prennent pas pour la queue de la poire.

Enfin, espérons aussi que de telles révélations ne s'arrêtent pas à des personnalités représentant nos démocraties occidentales mais qu'elles impliqueront également des autorités jouissant de l'immunité et de tous les grands privilèges issues de pays au bénéfice de l'aide au développement, qui chez nous fonctionnent selon le même modus operandi, et avec encore plus de cynisme.

Voilà, cher Hypolithe, pourquoi j'ai consacré tout un article ... que voulez-vous? on ne se refait pas ... la vérité et la justice constituent mes priorités; la vulgarité, la connerie, l'hypocrisie ne sont pas mon fort.

Bon lundi au soleil à vous !

Écrit par : Micheline P. | lundi, 02 septembre 2013

Oui merci depuis la mi-juin je coule des jours heureux au Maroc : désert, montagne et plage.

Le retour dans mes montagnes vers la mi-septembr je l'espère ne s'avérera pas trop difficile question temps.

Je partage entièrement ton point de vue en ce qui concerne l'évasion fiscale. Je m'explique. Je trouve immonde que l'Etat se permet de prélever des impôts sur la fortune et le revenu de la fortune sur des montants économisés tout au long de son existence. Je ne consomme pas et je planque mes économies pour ne pas être arnaqué une deuxième fois par le fisc. Une fois sur le salaire et une deuxième sur le revenu de l'épargne.

Voilà mon point de vue

Écrit par : Hypolithe | mercredi, 04 septembre 2013

Je vous souhaite un beau séjour au Maroc, Hypolithe ! N'oubliez pas de faire un tour dans le désert, le Sahara marocain. Ce très beau pays reste le plus sûr de la région, si l'on ose cette observation.

Écrit par : Micheline P. | dimanche, 08 septembre 2013

Cette année avec ma voiture j'ai voyagé dans le grand sud c'est-à-dire le Dades (Hum ses roses et son eau de roses) ses défilés que j'ai traversé accompagné par des guides, ensuite Errachidia, Arfoud (capitale de la datte,à mon avis la meilleure au monde, puis Merzouga et ses dunes. Les bains de sable me sont interdits. Je me suis arrêté pendant une semaine à El Rich où j'ai pris des bains d'eau chaude au bord de la rivière.
Puis retour sur Ifrane en traversant la superbe forêt de cèdres. Ensuite Fès et retour au bord de l'Atlantique.

Micheline j'espère vous avoir mis l'eau à la bouche pour vos prochaines vacances

Écrit par : Hypolithe | lundi, 09 septembre 2013

Bonjour, Cet ambassadeur n'est pas le seul à être notoirement corrompu. Certains s'évertuent à cacher la m.... sous le tapis. À part ça, les révolutions profitent pas à ceux qui l'ont voulue, ceux qui l'ont faite.

En guise de plaisanterie, pour détendre l'atmosphère dans ce monde de brutes, voici quelques perles durant les travaux de la Constitution adoptée en janvier de cette année (la Tunisie s'en sort mieux que ses voisins qui ont sombré dans le chaos) :

http://www.huffpostmaghreb.com/2014/01/24/tunisie-constitution-droles_n_4657457.html

Bon we de feux d'artifices à vous !

Écrit par : Micheline P. | samedi, 09 août 2014

Encore un qui fraude, pardon qui ... voulait déposer sagement ses gains dans une banque et pour une fois pas en Suisse !!!

Nos voisins tricolores ont en principe l'habitude de montrer la Suisse du doigt, de la rendre responsable de beaucoup de maux avec des mots certaines fois peu amènes, va-t-elle enfin comprendre qu'il y a d'autres pays qui pratiquent ce que l'on nous reproche et faisant partie de l'UE.

Écrit par : Marie | samedi, 09 août 2014

Play-Boy .... bof .... ya mieux nettement mieux !

Écrit par : Marie | samedi, 09 août 2014

Les commentaires sont fermés.