UA-105021232-1

mercredi, 18 septembre 2013

Claude Hagège à Genève

À l'heure où une dispute éclate en Russie pour une discussion sur l'existence de Dieu, d'après l'argumentaire de Kant, jusqu'à un échange de balles perdues qui mènera un des interlocuteurs à l'hôpital dans un état critique, on sait que des goûts et des couleurs, on en discute, contrairement à ce que prétend le dicton populaire. Rappelons que le grand philosophe allemand était né à Königsberg, l'actuelle Kaliningrad, enclave russe à la frontière de l'union européenne. Un questionnement sur la sémantique se tiendra à Genève par un grand intellectuel français qui aura marqué les années '80.

Pr Claude Hagège, Professeur au Collège de France
"Contre la pensée unique  - Pour la diversité des langues
"
Conférence mardi 17 septembre 2013 à 18h30 à Uni Dufour
(24 rue Général Dufour)
Entrée libre

La linguistique générale se propose pour objet d’étude :
le
langage comme faculté définitoire de l’être humain,
le
s langues comme manifestation historique et sociale de cette faculté.

Ma
chaire dont l’intitulé est " Théorie Linguistique " illustre cette polarité. En effet, au centre se trouve le langage, étudié à travers les thématiques de l’acquisition par l’enfant sur fond de compétences innées et avec l’apport de l’environnement social et d’autre part les langues, étudiées dans leur diversité et par leur contenu symbolique. La diversité est mise en relief par l’étude typologique, c’est à dire la recherche des types de langues dans les domaines phonologique, morpho-syntaxique et sémantique ; cette répartition typologique peut coïncider ou non avec les parentés génétiques, c’est à dire l’appartenance des diverses langues humaines à une des grandes familles : indo-européenne, sémitique, ouralienne, altaïque, bantoue, caucasique, amérindienne, sino-tibétaine, austronésienne etc…

Le
contenu symbolique des langues correspond à leur pouvoir identitaire, c’est à dire au reflet qu’elles offrent des nations les plus variées. L’attachement de ces dernières à leurs langues est le plus souvent très puissant et peut être générateur de conflit.

Contre la pensée unique: le dernier ouvrage de Claude Hagège
   
Le dernier ouvrage du Claude Hagège, intitulé "Contre la pensée unique", est un plaidoyer, un appel à la résistance. Quand l'essentiel n'est plus distingué de l'accessoire, quand les projets intellectuels de haute volée se heurtent à la puissante inertie de la médiocrité ambiante et des petits desseins, quand l'uniformisation s'installe dans les goûts, les idées, dans la vie quotidienne, dans la conception même de l'existence, alors la pensée unique domine. La langue anglaise domine le monde et sert aujourd'hui de support à cette pensée unique.

Mais le français est bien vivant. Et nombreux sont ceux, de par le monde, qui en mesurent l'apport au combat de l'homme pour la liberté de l'esprit. C'est l'objet de ce livre que de proposer de nouvelles pistes pour déployer encore plus largement de nouvelles formes d'inventivité et de créativité.

L'auteur en quelques mots... Claude Hagège est linguiste, professeur honoraire au Collège de France et lauréat de la médaille d'or du CNRS. Il est l'auteur de livres qui sont d'immenses succès : Le Français et les Siècles, Le Souffle de la langue, L'Enfant aux deux langues, Halte à la mort des langues et Combat pour le français.

p.o. le Club de la Grammaire clubdelagrammaire@europae.ch

 

daumier_ph02606.jpg


05:00 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

Commentaires

Un petit complément: Hagège est un linguiste qui pratique une très grand nombre de langues (dont certaines très rares et particulièrement difficiles), ce qui est relativement rare dans la profession.

Écrit par : Mère-Grand | mercredi, 18 septembre 2013

Et quelle était l'argumentation de Kant?
Merci,

Patoucha

Écrit par : Patoucha | mercredi, 18 septembre 2013

Bonjour Patoucha,
Emmanuel Kant pose la question du concept de Dieu. Il critique notamment l'argument ontologique produit par la scolastique (théologiens du Moyen-Âge, repris par exemple ensuite par Descartes), qui veut qu'un être parfait comme Dieu, ne peut pas ne pas exister car il lui manquerait quelque chose, et donc il cesserait d'être parfait. Ce qui serait contradictoire. Or, la contradiction est irraisonnable.

Le philosophe allemand tord le coup à cet argument ontologique car à ses yeux - et au regard des lois strictes de la raison et de la logique - en ce sens que l'ex-istence n'est attribuable qu'à des choses empiriques (créée, mortelle, qualifiées de caractéristiques changeantes parce que soumises aux lois du temps et de l'espace) ...

Or, Dieu n'obéit à aucune de ces lois : La définition même de Dieu en fait un être nécessaire et pose sa non-existence comme une impossibilité.
Il n'y a donc, dans l'absolu, aucune contradiction à dire que Dieu n'est pas, à l'instar des formes mathématiques...

Pour Kant, l'usage naturel du langage est le fautif de cette grave erreur.

La notion d'« être » revêt un sens strictement logique dans le cas des mathématiques et de Dieu. Elle désigne de fait la nature d'un concept et de la manière dont elle est définie, mais n'indique pas qu'il y ait dans l'expérience (=la réalité) un quelconque objet réel qui corresponde à ce concept.

En conclusion, que Dieu existe ou non, son concept est le même, à savoir qu'il implique son existence au sens qu'il est objet conceptuel, lequel ne requiert pas, par définition, qu'un objet réel correspondant existe vraiment.

@ Mère-Grand : merci de nous rappeler le génie d'Hagège, de ce qu'il a apporté aux langues vivantes, et aussi la défense du français contre la domination de l'anglais pour des raisons économiques de l'anglais.

Écrit par : Micheline P. | mercredi, 18 septembre 2013

Ne manquez pas ceci : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/medialogues/3831949-medialogues-du-20-03-2012.html#3831944

Écrit par : Géo | mercredi, 18 septembre 2013

Salut Micheline et Patouche,

Tous ces "grands penseurs" pour la plupart sont dans le chou car il faut raisonner avec les découvertes scientifiques, historiques des 19, 20 et 21ème siècle. Il faut prendre en considérations toutes les sciences.

Il faut remarquer que les théologiens et autres fabricants de pensées, s'accaparent aisément après coup, des découvertes scientifiques, mathématiques, physiques et chimiques pour expliquer une invention, un mythe, un fantôme. Au commencement des croyances le dieu des religieux est le soleil "dei"

Les découvertes géologiques, astronomiques, physiques et chimiques de la terre et de l'espace, ainsi que ses différentes atmosphères balaient, non pas la notion de croyance qui est un phénomène lié à la peur, l'incompréhension et à la domination, mais la notion de divinité notamment des Pharaons ou celle du divin imposé par la force, par les Romains.

On peut faire dire n'importe quoi aux mathématiques, comme dans un bilan pour faire plaisir à un banquier.

Enfin, les découvertes ainsi que les explications révélées par la compréhension des hiéroglyphes dans les pyramides expliquent parfaitement l'enfer, le paradis, l'au delà, mais les Sumériens avaient déjà en leurs temps, inventé quelques croyances du même type notamment le supplice de la croix.

Les chefs tribaux et les rois s'étaient également accaparés de la naissance, la vie et la mort des individus. Bien avant le néolithique les astres avaient été l'objet de croyances divines, mais pas avec les mots d'aujourd'hui, ils n'existaient pas.

Il n'y a plus lieu de s'en référer à des philosophes, théologiens ou autres petits penseurs d'une époque révolue, sauf pour la petite histoire humaine, celle des curés. (terre plate, adam et Eves les premiers humains, la vierge qui accouche d'un dieu, l'invention d'un mythe pour matérialiser l'inconscient et le conscient, j'en passe et des meilleurs)

Il n'est pas interdit de penser par soit-même, c'est produire du sens, c'est mieux que le conseil des curés qui veulent absolument donner un sens religieux à notre vie.
Ils sont près à tous les mensonges pour remettre la monarchie en place....

Bye..

Écrit par : Pierre NOËL | mercredi, 18 septembre 2013

@ Geo : avec quelques heures de retard, je tiens à vous remercier pour cette vidéo, qui en dit long sur le machisme d'une époque, et qui met en exergue, le fait que les milieux intellectuels sont aussi des champs de batailles, à l'image de toutes les autres sphères publiques.

Salutations géostratosphériques !

@ Pierre Noël : en espérant que ce message n'arrive pas trop tard, je partage votre avis de faire l'effort de penser par soi-même, plutôt que de gober n'importe quoi,surtout par des obscurs potentats sophistiques dont les intentions ne sont as toujours très clean, et qui cherchent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Belle journée ensoleillée à vous!

Écrit par : Micheline P. | vendredi, 20 septembre 2013

"Il n'est pas interdit de penser par soi-même"
Disons plutôt qu'il ne nous est pas interdit de penser par nous-même, sinon vous êtes, dans votre enthousiasme à dénoncer le dogmatisme, en contradiction avec vous-même lorsque vous dénoncez pêle-mêle tout ceux dont la pensée vous incommode. Kant et les autres pensaient par eux-même et revendiquaient cette liberté, comme vous la revendiquez vous-même.
Nombre d'entre eux on payé cette exigence de liberté de leur vie, que ce soit dans le domaine philosophique (Socrate) ou celui de la science (Giordano Bruno), car la science dépend aussi de la capacité et de la volonté de penser par soi-même. Même les crimes des Inquisiteurs procédaient d'une pensée. En bref, vous généralisez trop d'une part, en attribuant des effets néfastes à toute pensée, et pas assez en négligeant les effets bienfaisants de la pensée des grands ... penseurs.

Écrit par : Mère-Grand | vendredi, 20 septembre 2013

@ Mère-Grand : non, ce qui m'incommode, ce sont les Tartuffe de la pensée, qui en plus mêlent toutes les catégories logiques ou réelles. La séparation des pouvoirs vaut aussi pour le domaine de la pensée si pensée il y a ... La métaphysique des scolastiques au Moyen-Âge se réduisait à une théologie avec le but d'asseoir la tradition patristique (les Pères de l'Eglise) à travers les siècles, avec leur cortège d'exactions comme vous les citez très justement.

Kant, que j'admire au plus haut point, pour sa critique (=analyse) de la raison, est un vrai philosophe. Il s'érigeait contre les abus de langage, les lieux communs et les faux-fuyants en tous genres. Le philosophe sans corps (comme on aime à le dire) a livré à l'humanité des savoirs dont il serait bon parfois aujourd'hui de se remémorer avec quelques lectures circonstanciées, que ce soit en logique ou en éthique. Il y a bien évidemment un avant et un après Kant.

Comme vous,je revendique par-dessus tout cette liberté de pensée, qui est préférée parfois plus que la vie (hélas) ... Aujourd'hui, on assiste à beaucoup de vide, à des langues de bois que la pensée a désertées (pour reprendre une expression du philosophe contemporain Finkielkraut). C'est là que le bât blesse ... Mais vous me direz qu'en des temps obscurs, c'était surement aussi nul, sauf que moins de gens avaient accès à la connaissance, ne serait-ce que celle de l'alphabet.

Le mélange des ordres de connaissances ou des sphères de pouvoirs s'observe également aujourd'hui : du spirituel dans le médical, le théologique et le politique, les sciences et le psychologique, etc, etc, etc.

Ars longa, vita breve ... Comme quoi, il y a encore du boulot ... et redécouvrir les grands auteurs en fait partie.

Écrit par : Micheline P. | vendredi, 20 septembre 2013

@Micheline P.
Merci de cette longue réponse qui me ravit, même si elle repose sur un quiproquo: la phrase que j'ai mise en exergue est est extraite du paragraphe final de l'intervention de Pierre NOËL, avec laquelle je suis en désaccord sur plusieurs points, et en accord sur d'autres.
Bien à vous et bonne lecture ... de Kant et d'autres.

Écrit par : Mère-Grand | vendredi, 20 septembre 2013

Mère-Grand et Micheline, nul doute, je suis fiché par les adeptes de l'islam et pourquoi pas une partie des renseignements généraux.

J'approuve vos commentaires même si la vie m'a appris à raisonner en me passant des grands penseurs de toutes façons négligés, mais respectés pour certains.

Écrit par : Pierre NOËL | vendredi, 20 septembre 2013

Micheline, les arguments sophistes m'emmerdent. Couper les cheveux en quatre ne sert à rien pour répondre aux grandes questions! Si la recherche de la vérité, en l'occurrence, sur l'existence de Dieu, se réduit à de la rhétorique, rien d'intéressant ne se dégage.

La raison ne peut seule répondre à l'ineffable. C'est pourquoi, il faut un acte de foi.

À part ça, l'histoire des Russes, qui se battent après une soirée bien arrosée sur les arguments kantiens, méritait d'être racontée.

Écrit par : Francolie | jeudi, 17 octobre 2013

S'instruire c'est emmerdant, c'est vrai; c'est long, il faut comprendre la véritable histoire de nos ancêtres, mais le plus compliqué c'est évacuer les merdes que les religieux aidés de nos parents nous ont mis dans la caberluche. (certains mots en font partie croire, foi, spiritualité, dieu, jésus, roi, seigneur, monseigneur, terre plate etc... j'ai la liste à disposition.)

L'histoire des Russes est très riche c'est un autre sujet.

Dieu.

Écrit par : Pierre NOËL | jeudi, 17 octobre 2013

@ Pierre Noël : Vous faites bien de séparer croyance et connaissance. C'est le but de ce raisonnement. Se débarrasser de toutes les conneries véhiculées par le passé sous prétexte qu'on fait de l'histoire - discipline très honorable au demeurant - constitue déjà un gros effort en soi, qui nous prend malheureusement des années. L'éducation recèle souvent un aspect de violence dont il faut se guérir. L'ennui n'est pas loin ... sans parler de la liberté de penser, qui n'est de loin pas encore gagnée à cause de dogmes liés au pouvoir.

Quant à l'histoire des Russes, merci pour votre appréciation. À mourir de rire ou à condamner, on ne sait pas vraiment.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline P. | jeudi, 17 octobre 2013

Micheline, merci pour cet échange toujours sympathique. L'histoire des Russes et des monarchies, c'est aussi l'histoire de France en 1789 ou malgré tout, il aura fallu attendre 120 ans pour qu'une démocratie émerge! On peut discuter des qualités et des avantages, de la Laïcité qui se réduit en peau de chagrin avec l'aide des idiots-utiles et des instruits-idiots.

A force de presser le citron, il ne sort plus de jus ça, c'est l'image. En France et en Europe, mais aussi aux USA ils appauvrissent dangereusement les populations au nom de la multiculture, alors que c'est la fin de l'ère industrielle et la fin du salariat de masse.

Dix lois pour un paquet de cigarette voilà notre Europe et un emploi pour dix milles personnes et on ajoute encore des migrants non formés, ils ne parlent pas Français, avec ça, on est mal pour l'avenir.

La Russie doit se remettre des ces années rouges et noires avec une population très diversifiée, étendue sur le plus grand pays du monde si mes souvenirs sont exacts. Ce n'est pas évident. De mon point de vue, Poutine est sur la bonne voie, un peu plus de Libertés et de démocratie ne feraient pas de mal dans ce grand pays aux milles ethnies. (Hélène Richard-Favre pourrait mieux en parler, elle connait parfaitement ce pays)

Que Mère-Grand me pardonne je n'avais pas eu le temps de lire ses commentaires, ce sera fait d'ici ce weekend je répondrai. Je reçois très mal les suivis des commentaires. Ca vient de mon saint-ordinateur je le pense.....

Enfin, lorsque le clergé aura compris qu'il n'a pas à interférer dans la vie des citoyens, la politique des gouvernements, on aura avancé. Qu'ils s'occupent des morts, du paradis, de l'islam et de l'enfer c'est leur boulot. Le reste c'est nous.

Bonne continuation.

Écrit par : Pierre NOËL | jeudi, 17 octobre 2013

@Pierre NOËL
Aucun problème avec cela. Il m'arrive de plus en plus souvent de n'avoir plus envie ni de lire les commentaires ni d'en écrire tant c'est un travail de Sisyphe que d'essayer sinon de convaincre du moins de faire comprendre sa pensée à quelqu'un d'autre.
Si je me souviens bien de mes réactions aux derniers échanges, je souhaitais rappeler simplement que Kant a répondu par une logique non dogmatique à des arguments inspirés par une logique qui, elle, l'était. Je tenais par conséquent à ce qu'il ne soit pas inclus dans un pèle-mêle de dogmatiques religieux ... ou autres.

Écrit par : Mère-Grand | vendredi, 18 octobre 2013

@ Pierre Noël : Belle plaidoirie pour la séparation des sphères! Rien à ajouter si ce n'est que j'adore vos contributions.

@ Mère-Grand : Merci de rappeler l'intelligence des arguments du philosophe Kant, qui n'est pas un sophiste. Plotin a aussi avancé un argument de même nature : on ne peut douter de l'existence de Dieu parce qu'il est parfait. Donc, il ne saurait manquer d'existence; de plus, Dieu, contrairement à l'homme, n'a pas besoin de faire l'effort de réfléchir, de se soumettre aux lois de la raison et de la logique car il est omniscient.

Mis à part le côté grave, rigide, on peut être aussi amusé par un certain côté ludique, voire charmant, si je peux me relâcher un peu en exprimant un avis très personnel sur l'effet que ces réflexions peuvent provoquer.

Écrit par : Micheline P. | samedi, 19 octobre 2013

Mère-Grand puis-je vous rappeler que l'essentiel est le message, il s'adresse -aussi aux lecteurs, dont j'ignore le nombre, l'organisation de la plate-forme des blogs n'allant pas jusque là.

Vos commentaires sont appréciés, au minimum par moi c'est dire!

Expert dans l'offshore, le nucléaire, la nature, le pourquoi des croyances, un peu d'économie et de politique, je n'ai fait que parcourir ces grands penseurs que vous évoquez avec Micheline et d'autres. Il me faudrait vivre encore cent ans pour lire chacun, et en tirer la substance principale. Impossible....

D’où cette autre idée, m'informer, m'instruire sur ce qui est intéressant et en tirer les conclusions. Je pense, donc je suis et j'agis.

Ma faiblesse est, vous l'avez compris, de ne pas faire référence à certains de ces grands penseurs, très en avance sur leur temps. Les mettre dans la même case de la bibliothèque est certainement une erreur. (nous avons vendu plus de mille bouquins, il y en a encore !)

Enfin, à l'époque il n'y avait pas internet, aller dans sa bibliothèque ou dans sa mémoire était le privilège d'une minorité de personnes, en fonction de leur parcours professionnel et personnel. Dans le désert ou le fin fond de l'Afrique il était impossible d'emmener ses bouquins, en plus nous n'avions pas le temps à consacrer à ces belles lectures.

Aujourd'hui, le parcours est plus facile tout en étant vigilant sur les sources d'informations.

Alors Mère-Grand, faites nous le plaisir de continuer à commenter, ici et ailleurs. Par contre, nous sommes différents avec des parcours différents, peu importe, l'essentiel est le message aux lecteurs....

Bon dimanche à tous. Micheline je vous bise...

Écrit par : Pierre NOËL | samedi, 19 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.