jeudi, 24 avril 2014

Juste pour le plaisir (une image peut dire ce que les mots ne peuvent) 3 et fin

 

 

"Tu ne prends pas une photographie, tu la crées", affirmait Ansel Adams. Quelques-unes captées en un moment unique - au bon moment - tendent à parer la réalité de surréalisme ... Qui sait toujours ce qu'on voit?

17.jpg


20.jpg32.jpg25.jpg26.jpg19.jpg

15.jpg

07:39 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

lundi, 21 avril 2014

Juste pour le plaisir (une image peut dire ce que les mots ne peuvent) 2

En ces temps de résurrection et de printemps en tous genres, encore quelques photos prises au bon moment pour nous dévoiler le surnaturel dans les situations ordinaires de la vie quotidienne (ou presque) qui nous font oublier en quelques instantanés la robotisation rampante et déjà bien amorcée ...

13.jpg

22.jpg

20.jpg29.jpg18.jpg16.jpg12.jpg24.jpg

10.jpg

17:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 18 avril 2014

Juste pour le plaisir (une image peut dire ce que les mots ne peuvent) 1

La réalité comme elle vous apparaît, dirait Pirandello ... certains instants peuvent nous montrer des images imprenables que les mots seuls ne sauraient restituer. En ces jours féériques de Pâques qui nous interrogent encore sur la nativité, la résurrection, le bien, le mal, le libre-arbitre là où il n'y a point et le sens de la responsabilité proportionnellement inverse à la réelle, que les paraboles tentent en vain d'expliquer (malgré la valeur esthétique de quelques-unes), ces photos que m'a envoyées un ami artiste plasticien nous donne un aperçu des visions inédites que nous offrent les différentes prismatiques de la vie. Juste pour le plaisir, sans autre prétention ...

 PhDéj27.jpg

PhDéj7.jpgPhDéj1.jpgPhDéj18.jpgPhDéj4.jpgPhDéj28.jpgPhDéj21.jpg

PhDéj5.jpgPhDéj30.jpgPhDéj6.jpgPhDéj23.jpg

21:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 08 avril 2014

La NOVLANGUE (mots de gauche, mots de droite)

langue-langage.jpg

Mercredi 9 avril 2014 à 18 h 30 se tiendra une conférence-débat de Robert Steuckers autour de la novlangue à l'Institut National Genevois. Le terme revient à Georges Orwell, l'auteur de 1984 et de La ferme des animaux. De la novlangue au politiquement correct, le pas est vite franchi.

Qu'on remonte à Nietzsche, qui mettait en garde son époque d'une nouveau langage, sémantiquement douteux, composé de concepts valises frisant le vide, ou Heidegger, inquiet par l'hégémonie de l'empire du "on" impersonnel par essence, ou encore au philosophe australien Robert Hugues, observant la manière dont les Américains s'engouffraient dans cet abîme en codifiant la langue de l'opinion publique,  médiatique autant que politique, jusqu'à pratiquer l'inversion sans vergogne au point d'atteindre un idiome complètement aberrant, on remarque que le sujet est d'une actualité brûlante.

Des mots vidés de leur sens sont utilisés ci et là, à tort et à travers :

- parler de déontologie ou d'éthique dans certains milieux veut dire le plus souvent le contraire; soit le conflit d'intérêt, un renversement des valeurs, la fin pour le moyen;

- afficher l'audace d'une action cache mal une ambition très personnelle;

- se référer aux générations futures signifie simplement le mépris des gens à qui s'adressent des propositions visant à leur faire avaler la pilule en se dédouanant de toute responsabilité sous des airs de rigueur tout en masquant le désir de puissance du tenant du pouvoir;

- avoir beaucoup oeuvré signifie selon les contextes tantôt "on a rien fait" que "on a servi les besoins des patrons"

Il arrive même que certaines locutions changent en cours de route pour en produire de nouveaux codes de novlangue :

- on ne dit plus "égalité hommes-femmes" mais "égalité femmes-hommes" pour la simple raison que les femmes n'ont pas à occuper la seconde position comme l'impose d'ailleurs l'ordre alphabétique;

- on ne doit plus vouloir détruire l'identité sexuée mais déconstruire les stéréotypes de genre.

Le conférencier Robert Steuckers ne s'arrêtera à brosser le tableau des monstruosités. Il nous livrera sa solution pour se sortir du caractère "verbicide" de ces expressions langagières. Il est impératif de rétablir la vérité du langage basée sur les liens du sens, l'historicité des faits tangibles, en dehors desquels tout n'est que fictions et constructions fabriquées de toutes pièces, plus délirantes que les autres.

Soyez les bienvenus à cette soirée littéraire organisée par le Club de la Grammaire (entrée libre) !!!

 

 

11:05 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook